Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #50 le: 23 septembre 2013 06:52:04 »
Au delà de la baisse partielle du roaming et des économies substantielles pour les consommateurs qui voyagent au sein de l’Union, le paquet télécom présenté par Neelie Kroes, la commissaire chargée de la stratégie numérique au sein de la Commission pourrait apporter des modifications sur la régulation au niveau européen. La Commission Européenne souhaite reprendre la main sur des dossiers traités par les régulateurs nationaux.

Les mesures "phares"
Bruxelles prône ainsi un allègement des contraintes administratives, via l’instauration d’un guichet unique au sein de l’Union : il suffira aux opérateurs d’une seule notification dans un pays pour ensuite être autorisés à opérer partout en Europe. Toujours pour lutter contre la fragmentation du marché européen, les conditions d’accès aux différents réseaux nationaux seront standardisées.

Bruxelles veut désormais avoir son mot à dire sur la façon dont les différents régulateurs attribuent aux opérateurs les spectres radioélectriques, avec des principes généraux pour l’organisation des enchères. Là, ce sera plus compliqué à faire passer, car les Etats veulent garder la main sur les recettes issues de la vente des fréquences. L’idée d’avoir une meilleure visibilité juridique et tarifaire est déjà à souligner.
Le Paquet Télécom, qui rassemble plusieurs textes législatifs, sera soumis au vote des députés européens et être examiné par les différents parlements nationaux.

Un paquet télécom mi-chèvre mi-choux ?
En l’état, c’est un paquet télécom qui reste au milieu du gué pour  les consommateurs, car il n’abolit pas complètement les frais de roaming pour les citoyens consommateurs européens. Les appels vers un autre pays européen depuis un appareil portable ne pourront pas dépasser 19 centimes d'euro la minute, hors TVA. Même si la Commission tape un peu dans le revenu des opérateurs, le roaming restera une source de revenu importante pour eux.

Ce sont plutôt les opérateurs du sud qui devraient voir leurs marges baisser par rapport à ceux du nord : cela revient à faire financer par les opérateurs du sud de l’Europe les touristes du nord qui se déplacent lors de leurs vacances. 

Pour les opérateurs, il ne lance pas le big bang des télécoms (pouvoir consolider sans trop d’entraves) souhaités par les gros opérateurs européens comme Orange. Par ricochet, cela obligera (peut-être) les opérateurs européens à passer des accords entre eux afin de réaliser des économies d’échelle.

La coopération Orange/Deutsche Telekom : un exemple à suivre ?
Car avant de parler de grand soir des télécoms, la voie la plus rapide est déjà de mettre en place des collaborations entre opérateurs afin que les gens apprennent à travailler ensemble. C’est ce que développent  Deutsche Telekom et France Telecom sur les achats d'équipements réseau par exemple.

Entre les deux, c’est une vieille histoire maintenant. Avec un accord de coopération (février 2011) dans  le domaine du M2M et le partage du wifi, et le partage (Le Monde, mars 2011) du réseau mobile en Pologne et enfin la création (avril 2011) d’une société commune sur le achats d’équipement. La co-entreprise vise un montant annuel d’économies sur les achats de 1,3 milliard d’euros après trois ans d’activité.

Il n'y a plus qu'à !
Reste aux opérateurs d’enfoncer le clou et de proposer des offres européennes, un peu à l’image de ce que vient de faire Virgin Mobile avec son 1Go de data pour surfer dans toute l’Union sans surcoût. Et pour le faire, il n'et pas nécessaire d'attendre l'adoption de ce paquet télécom.

A suivre.

Sources :
Les Echos[/u] (11/09), ZdNet (12/09).

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #51 le: 24 septembre 2013 07:16:24 »
Face aux lourds investissements que nécessitent le déploiement des réseaux mobiles, il est de plus en plus question de mutualiser le plus possible ces investissements. Cela peut prendre la forme d'un partage de réseau mais également d'accord d'itinérance.

En creux se dessine des alliances entre opérateurs sous l'oeil de l’Autorité de la Concurrence qui a limité le contenu de la mutualisation : celle-ci doit être light c'est-à-dire limitée aux équipements passifs (pylônes, locaux, toits terrasses, génie civil, climatisation, etc.).

Petit à petit se mettent en place des alliances et regroupements : un "grand" avec un "petit", le numéro 1 avec le numéro 4, et le numéro 2 avec le numéro 3.

Orange & Free
Stéphane Richard a accordé une interview à Challenges (18/09), il y revient sur quelques points d’actualité. Il revient notamment sur ce qui fait le buzz du moment : la mutualisation des réseaux mobiles alors que les investissements deviennent lourds pour le passage à la 4G.
 
Pour Stéphane Richard : "Cet accord n’est pas conclu, soyons prudents, ces affaires sont très compliquées. Sur le principe de mutualiser les réseaux, nous avons toujours dit que nous étions ouverts. Il y a une logique : la concurrence est telle sur les prix de détail que les opérateurs cherchent à optimiser leurs coûts. En France, Orange est le plus gros et son réseau est le meilleur. Donc nous avons moins intérêt à mutualiser quelque chose qui est un avantage concurrentiel".

Bref, Orange n’est pas contre mais pas tout de suite. Logiquement, Orange veut d’abord tirer un avantage concurrentiel de ses investissements. Cela tombe bien, d'autant que Free ne semble pas pressé non plus ("ce ne sera pas le combat de Noel") pour lancer la 4G, de fait l’accord devrait pouvoir se faire. 

SFR & Bouygues Telecom
De son coté le pédégé de SFR lors d’une interview au JDD (22/09) déclare : "Plusieurs opérateurs peuvent partager leurs réseaux. Au bout du compte, n'avoir plus que deux réseaux est une possibilité. Notre axe avec Bouygues Telecom est clair. Free est, de son côté, déjà lié à Orange". C’est clair que pour Free, il va être compliqué de se faire accepter par le duo SFR/Bouygues...
Pour rappel, cela fait quelques mois qu’un accord a été annoncé entre SFR et Bouygues Telecom pour mutualiser une partie du réseau dans les zones non-denses.

A suivre...

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #52 le: 25 septembre 2013 06:48:32 »
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°59

Numéricable
Finalement Numericable compte mettre en Bourse entre 20% et 40% de son capital, a déclaré jeudi dernier son PDG Eric Denoyer. L'opération doit s'accompagner d'une augmentation de capital de 200 à 250 millions d'euros. La société prévoit en outre d'augmenter ses investissements pour améliorer le réseau, avec des dépenses accrues de 220 à 230 millions sur la période 2014-2016.

SFR
Le pédégé de SFR a rappelé lors d’un entretien au JournalDuDimanche (21/09) que l’opérateur au carré rouge n’avait pas besoin de se marier et qu’une alliance avec Numericable n’était pas à l’ordre du jour. Toutefois, pour lui il faudrait une évolution de la réglementation et surtout qu’une scission de Vivendi soit effective et à partir du moment ou SFR était côté en Bourse toutes les options stratégiques seraient ouvertes. Que va devenir cet opérateur ? 

Virgin Mobile
Virgin Mobile sera-t-il le premier mvno à proposer de la 4G ? Voir à proposer de la 4G avant Free ? En tout cas, à l’occasion du lancement de nouvelles offres, l’opérateur a  annoncé (Zdnet , 13/09)  avoir signé un accord avec Bouygues afin d’être distribué sur son réseau. Le même type d’accord pourrait être signé avec SFR. Pour la 3G, Virgin est distribué par Orange et SFR.
A ce jour Virgin n’a donne ni calendrier et encore moins de détails sur ses futures offres 4G.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #53 le: 26 septembre 2013 06:51:19 »
LOISIRS NUMERIQUES, QUELQUES CHIFFRES (VIII) : LES KIOSQUES A JOURNAUX

Les kiosques numériques perdent de l’argent. Lancé en 2008, Lekiosk.com totalise 1 million de téléchargements, 100.000 clients et 30.000 abonnés à ses forfaits. Il revendique un chiffre d’affaires supérieur à 3 millions et affirme viser «entre 50 et 70 millions à horizon 2015-2016, avec 900.000 clients». Relay.com annonce un chiffre d’affaires de 3 millions d’euros et des pertes de quelques centaines de milliers d’euros.

En 2012, Relay.com totalise 45% de part de marché, contre 40% pour Lekiosk.com. Avec 12% à eux deux, Zinio et ePresse sont loin derrière.

Au global, les ventes numériques (kiosques, applications pour tablettes, Pdf numériques) restent très faibles puisqu’elles représentent moins de 1 % des ventes totales pour les magazines. Au mois de mai dernier, le total des abonnements numériques de la presse d’information nationale (Le Monde, Libération, Le Figaro, Aujourd’hui en France/Le Parisien, Les Echos) est seulement de 59 586, contre 57200 au mois de décembre 2012.   

Alors que cela permet de faire de belles économies, la presse numérique a du mal à décoller en France, alors que le pas est presque fait aux USA et dans une moindre mesure au Royaume-Uni.
A ce jour, il n'y a que la plupart des titres de la presse nationale et des magazines qui ont véritablement travaillé pour offrir une offre numérique digne de ce nom. Pour la presse régionale, dans le meilleur des cas, cela ne fait que débuter. 

Source : Les Echos (18/07).
« Modifié: 27 septembre 2013 06:59:40 par Hammett »


Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #54 le: 27 septembre 2013 06:59:23 »
Vers un Yalta dans la téléphonie mobile ? Depuis que Bouygues et SFR ont annoncé vouloir mutualiser une partie de leur réseau mobile dans les zones non-denses, cela phosphore sec chez Orange, Free, le gouvernement et l’Autorité de la Concurrence.
C’est un article du quotidien Les Echos (26/09) qui fait le point sur le sujet. Plusieurs pistes sont émises pour restructurer en douceur le secteur des télécoms un peu ébranlé avec l’arrivée de Free Mobile sur le marché et des investissements colossaux à réaliser pour installer la 4G sur le marché. 

Concernant la mutualisation du réseau entre Free et Orange, Stéphane Richard n’y est pas opposé, demandant juste qu’Orange bénéficié d’une exclusivité pendant un certains temps, ce que Free pourrait lui accorder d’autant qu’il n’est pas pressé de lancer la 4G.

L’Autorité de la Concurrence avait posé quelques conditions pour autoriser une mutualisation celle-ci doit être light c'est-à-dire limitée aux équipements passifs (pylônes, locaux, toits terrasses, génie civil, climatisation, etc.), selon l’article l’Autorité est en train de réfléchir à la notion de zone très dense, elle devrait donner son avis avant la fin de l’année. Du côté de Free et d’Orange, on considère que chaque opérateur doit couvrir seul 60 % de la population, chez SFR et Bouygues, ce chiffre est de 40%.  L’accord devrait pouvoir se assez facilement.
Une fois l’avis rendu, SFR et Bouygues devraient notifier leur accord à l’Autorité de la Concurrence.

Reste la question, quelle sera l’attitude d’Orange et de Free face à cet accord entre SFR et Bouygues ? Vont-ils (ce qui serait logique) continuer à travailler ensemble et après l’itinérance sur la 3G, pousser jusqu’à la 4g ? En tout cas, pour Free, cela devrait enlever un peu de pression sur le rythme de déploiement de son réseau. Free peut-il être accepté dans l’accord de mutualisation entre SFR et Bouygues. Free le veut-il ? Reste également la question : que peut apporter Free dans la corbeille de mariage ?
Afin de ne pas déséquilibrer la construction,  l’Autorité de la Concurrence et le Gouvernement pousseront peut-être pour un Yalta des télécoms avec d’un coté un réseau SFR/Bouygues et de l’autre un réseau Orange/Free.

A suivre.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #55 le: 30 septembre 2013 06:53:42 »
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°60

Consolidation en Europe
Telefonica, l’opérateur historique espagnol est en train de racheter Telecom Italia. Un accord a été trouvé avec un groupe d’actionnaires et l’Etat Italien afin de prendre le contrôle de 15,8% du capital dans un premier temps et de 22,4% dans un second temps. Le montage est assez complexe, comme est complexe l’actionnariat de Telecom Italia et la discussion sera certainement très serré avant que le rachat aboutisse. Des projets de rapprochement avec le chinois Hutchison Whampoa ont déjà capoté cette année.
 
Telefonica est lui en train de faire d’autres emplettes en Europe : il est en train de racheter la filiale mobile de KPN Allemagne (propriété de l’homme le plus riche du monde Carlos Slim), afin de l’agréger à sa propre filiale E-Plus. La Commission Européenne doit donner son accord. Si elle le fait ce sera une première entaille dans le dogme d’avoir 4 opérateurs par pays pour assurer une réelle concurrence. Par cette opération, le nombre d’opérateurs mobiles serait ramené à 3. Telefonica va devenir numéro 1 en Allemagne.
 
Pour rappel, le mexicain America Movil a lancé une OPA sur le néerlandais KPN et avec la vente de sa filiale américaine pour 130 milliards de dollars, Vodafone dispose d'une cagnotte appréciable pour faire des achats. En France, Numericable et SFR vont prochainement mettre une partie de leur capital en Bourse.   

Marché mobile en Espagne 
Comme on pouvait s’y attendre, la grave crise économique est en train de rebattre un peu les cartes sur le marché espagnol de la téléphonie mobile (Les Echos (24/09).
En juillet, 638.948 clients ont changé d'opérateur, un nombre en hausse de près de 50% par rapport à la même période de 2012, annonce l'autorité de régulations des télécoms, CMT.

La part de marché d'Orange sur ce segment des téléphones mobiles est passée en un an de 20,9% à 22,8%, celle de Yoigo de 5,8% à 6,6% et celle des opérateurs virtuels de 7,8% à 11,1%. Dans le même temps, la part de marché de Telefonica est tombée de 37,6% 2012 à 34,4% et celle de Vodafone de 27,9% à 25,2%.
Malgré de nouveaux abonnements, Telefonica a perdu au total 119.014 connexions, alors que Vodafone, deuxième opérateur sur ce marché, a un solde net négatif de 68 512. Les opérateurs virtuels en revanche ont été les grands bénéficiaires de cette tendance avec solde net de 152 869 nouveaux clients.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #56 le: 01 octobre 2013 06:51:31 »
Ah oui...Quand même !! (N°26)

La géographie de l’iPhone
Une graphique qui montre la présence de l’iPhone par zone géographique. En absence d’un modèle low-cost, Apple n’est premier que dans les zones des pays développés. Pour le reste, il est dans le Top5, ce qui n’est finalement pas si mal. Mais pourra-t-il y rester ? En tout cas, pour le faire, il lui faudrait lancer un smartphone low-cost, ce qui n'est pas la marque de fabrique de la marque. A contrario, ce ne serait pas gagné d'avance, car sur ce segment d'autres font mieux que lui.     



Smartphone vs Console
Le Smartphone est en train de tailler des croupières à l’ensemble des équipements numériques. Cette fois, c’est la console portable de jeux (ZdNet, 22/08) qui cite une rapport d’App Annie : "les revenus sur iOS et Android supérieurs à ceux des consoles portables. Selon le dernier rapport publié par App Annie et IDC, les revenus combinés d’Android et iOS provenant des jeux sont 4 fois supérieurs à ceux des consoles portables existantes (des Sony PSP et Vita ainsi que des Nintendo DS, DSi et 3DS)". Le smartphone prend tout son sens.


Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #57 le: 02 octobre 2013 06:59:32 »
Stéphane Richard est revenu sur quelques points d’actualité lors d’une interview au quotidien L’Opinion (29/09). Il y est une fois de plus revenu sur l’accord d’itinérance 3G et sur une possible mutualisation du réseau mobile avec Free. Là, le message est vraiment passé et comme d'habitude le réalisme est de vigueur.   

Pour Stéphane Richard : "La question reste ouverte. Le partage de réseau est clairement envisagé par l’Autorité de la concurrence dans son avis de mars 2013. De plus l’annonce d’un accord entre SFR et Bouygues Telecom pose clairement la question d’un éventuel accord entre Free et Orange, mais à ce stade rien n’est décidé ni fait. Une chose est certaine, nous entendons défendre au mieux et valoriser au maximum notre leadership réseau".

Rien de bien neuf par rapport aux derniers interviews. C’est faisable, mais ce sera peut être cher. Orange veut d’abord tirer un avantage concurrentiel de ses investissements. Pour l’instant Orange est le seul opérateur à répondre favorablement et publiquement à un accord avec Free. Bref, la relation peut continuer, d’autant que Stéphane Richard ne regrette pas l’accord d’itinérance sur la 3G : "On m’a beaucoup reproché cet accord. Je le défends sans état d’âme".

Lors d’un précédent interview, Stéphane Richard déclarait (Challenges, 18/09) : "Orange a encaissé le choc, qui a entraîné une baisse de prix de 25% en deux ans. Nous avons mieux résisté que les autres : notre part de marché en 2013 est stable". De quoi valider son approche. 
 
Pour Stéphane Richard, la faiblesse actuelle de Free sur la 4G réside dans le fait que cela nécessite des smartphones adéquats  et donc subventionnés et que sans cet atout, tout comme l’absence d’accord d’itinérance sur les zones non-denses, Free aura du mal à monétiser son réseau 4G. Cela tombe bien, car Free ne semble pas pressé non plus ("ce ne sera pas le combat de Noel") de lancer la 4G.
Par contre, comme ses petits camarades, Free a toujours dans les cartons un projet d'offre subventionné (Les Echos, 1/10), cela devait lui permettre de faire migrer ses clients du forfait 0/2€ vers le forfait plus lucratif à 16/20€.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #58 le: 03 octobre 2013 06:57:44 »
La vente d’Orange en République Dominicaine refait surface. Dans le cadre de son examen stratégique, Orange regarde régulièrement quelles sont ses filiales stratégiques ou celles qui le sont moins qui sont susceptibles d’être vendues. Dans le lot, il y a sa filiale Dominicaine. 

Cela fait quelques mois qu’il en est question (L’Expansion, 16/07). Cette vente pourrait lui rapporter 1 milliard d’euros. Il y aurait quatre prétendants pour ce rachat.

En République Dominicaine, un pays d'un peu plus de 10 millions d'habitants, avec 3,2 millions de clients, Orange est un puissant numéro deux avec 38,4% du marché à fin 2012, contre 51,2% à Claro (Telefonica). A noter qu’Orange a déployé un réseau 4G en 2012.

Sur le feu, il y a également le désengagement de sa filiale portugaise, ce qui pourrait lui rapporter jusqu’à 127 millions d’euros. Orange envisage également la mise en bourse d’une partie de sa filiale britannique, cela pourrait rapporter jusqu’à 11 milliards d’euros aux deux actionnaires, à savoir Orange et Deutsche Telekom.

Fin 2012, la vente d'Orange Austria lui a rapporté 70 millions d’euros et fin 2011 la vente d'Orange Suisse lui a rapporté 1,6 milliards d’euros.

Globalement, Orange – comme ses concurrents – se recentre sur les pays et/ou zones où il est fort. Le cash dégagé lui permet de se payer d’autres acquisitions, de se désendetter, voire de régler des contentieux judiciaires.
La dernière acquisition qui était dans l’air, était celle de la filiale de Vivendi, Marco Telecom. Mais au-delà de la difficulté du dossier, le prix de 4 milliard d’euros était trop élevé, et Orange a déjà une filiale dans le pays : Meditel.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #59 le: 04 octobre 2013 06:49:21 »
Le 24 et 25 septembre dernier la Ligue Nationale de Rugby (LNR) a consulté les diffuseurs intéressés par un possible futur appel d’offre sur les droits tv du Top14 et ceux de la Pro D2. Contractuellement, elle peut dénoncer l’accord jusqu'au  31 décembre, sinon celui-ci s’appliquera jusqu’à son terme soit juin 2016. .

Et la question qui se pose est : la LNR va-t-elle dénoncer les accords en vigueur qui permettent à Canal+ de diffuser le TOP14 pour un somme de 32 millions par an, la réponse est oui. A l’époque, faute de concurrence Canal+ avait sous-payé les droits et encore une fois se voit comme la seule dépositaire du succès actuel du Top14 (Sports-sfr). 
   
Pour la suite, la LNR peut faire jouer la concurrence et faire entrer BeInSport dans le jeu. Selon Le Figaro (25/09), la chaine serait prête à mettre 40 millions d’euros, car l’arrivée du rugby pourrait lui apporter près de 500 000 abonnés supplémentaires. Autre solution pour la LNR, renégocier de gré à gré une grosse revalorisation des droits avec Canal+.

Pour le moment, reste pour la LNR à faire jouer la concurrence afin de faire monter les prix et à trouver le bon dosage entre exposition médiatique et revalorisation des droits. Et en la matière, Canal+ reste en position force avec plus de 5 millions d'abonnés, à comparer à 1,5 million pour beIN Sport, selon les derniers  chiffres publiés. Afin de satisfaire les deux chaines, la LNR pourrait également faire comme le foot et diviser son appel d’offre par lot.
La LNR devrait faire connaitre sa feuille de route d’ici à la fin du mois d’octobre.
 
A noter que BeIn sport a acheté les droits (hors matchs de l’Equipe de France) des différentes tournées de cet automne et qu’il diffuse le championnat anglais ainsi que la Ligue Celte. 

La LNR devrait faire connaitre sa feuille de route d’ici à la fin du mois d’octobre.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #60 le: 07 octobre 2013 06:48:34 »
LOISIRS NUMERIQUES, QUELQUES CHIFFRES (9) : LES ACHATS
Chaque trimestre, l’Observatoire des Usages Internet Médiamétrie, en partenariat avec la Fevad publient les dernières statistiques de visites de sites de e-commerce. Ils se basent avant tout sur les chiffres des sites adhérents à la FEVAD, la plus importante fédération e-commerce et vente à distance en France. Il s’agit ici des chiffres publiés pour le premier trimestre 2013.

Sur les douze derniers mois, les français sont 1,6 millions de plus à faire confiance à des sites internet pour leurs achats. Au total, il y a 32,6 millions de cyber acheteurs. Le premier est Amazon, mais les sites français sont très présents.
 
Au 1er trimestre, près de 2 internautes sur 3 ont consulté en moyenne chaque mois, au moins un des sites du Top 15 e-commerce. Les plus nombreux à l’achat en ligne sont les 25-49 ans, mais c’est la catégorie des séniors qui progresse la plus vite depuis 4 ans.

Le top 15 des sites les plus visités 


Le top5 des enseignes physiques high-tech


Sources : Etude Médiamétrie, Orange.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #61 le: 08 octobre 2013 06:42:11 »
Afin d’avoir quelques chiffres en tête, un rappel de ce que pèse les 5 plus gros opérateurs européens. Il s’agit de chiffres mondiaux. L’absorption de Telecom Italia par Telefonica va créer un géant mondial. Celui-ci sera certes très endetté et devra certainement passer par la vente de certaines filiales afin d’obtenir l’accord des Autorités de la Concurrence. 

Le paysage devrait continuer à changer car Telefonica devrait grossir un peu plus. L’opérateur historique espagnol est en train de racheter la filiale mobile de KPN Allemagne (propriété de l’homme le plus riche du monde Carlos Slim), afin de l’agréger à sa propre filiale E-Plus.

Le mexicain America Movil a lancé une OPA sur le néerlandais KPN. Avec la vente de sa filiale américaine pour 130 milliards de dollars, Vodafone dispose d'une cagnotte appréciable pour faire des achats en Europe. En France, Numericable et SFR vont prochainement mettre une partie de leur capital en Bourse. 
 
Enfin Portugal Telecom devrait se faire racheter par le brésilien Oi, est le leader de la téléphonie fixe au Brésil, avec 41 % de part de marché. Il détient aussi 29 % du haut débit, mais sur marché du mobile, son poids est de 18,6 %. Le groupe comptera ainsi 100 millions de clients (Les Echos[/b]).


Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #62 le: 09 octobre 2013 06:50:00 »
Ah oui...Quand même !! (N°27)
Une étude de Médiamétrie et Gfk (ZdNet, 26/08) fait le point sur les "exclus" du numérique. Ce sont les foyers n’ayant pas accès à internet ou aux nouvelles technologies numériques. En France cela représente 24,1% des foyers sans connexion à internet soit 6,7 millions de foyers contre le double cinq ans plus tôt. Les foyers sans aucune forme  d’accès au numérique représentent 2,217 millions de personnes.

Qui sont-ils ? 
Plutôt âgés : 64,2% des "non-connectés" à Internet ont plus de 65 ans, contrairement aux 18-24 non connectés qui ne représentent que 1,1% du total. Le niveau économique, la localisation, et la présence ou non d'enfants sont d'autres facteurs de compréhension.

Chiffre intéressant, 6,4% des CSP+ ne sont pas connectés, cela représentent 492.000 foyers. Dans ce cas le refus est plus idéologique qu’économique : il s’agit de «résister » à l’inutilité d’un service superflu. Globalement, le refus est d’abord économique pour 27,6%. Le français type du "refus" ou de l'"inutilité" est un retraité vivant dans une commune rurale. 



Pour plus de détails, lire l’étude ici

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #63 le: 10 octobre 2013 06:48:37 »
Alors que le groupe Alcatel-Lucent procède à un nouveau plan de licenciements, pour la partie française, le 8 octobre, Arnaud Montebourg a demandé aux quatre opérateurs télécoms français de faire preuve de "solidarité nationale (…) pour qu'ils se décident non plus à courir derrière le moins cher mais à favoriser la fabrication sur notre sol national et le sol européen d'équipements télécoms".
Pour le moment, il déclare avoir : "reçu la réponse positive de SFR (groupe Vivendi ) et Orange, nous attendons la réponse des deux autres opérateurs", Bouygues Telecom et Free (groupe Iliad )".

A ce jour, Alcatel-Lucent réalise un chiffre d’affaires annuel compris entre 700 et 800 millions d’euros avec Orange qui lui a confié le déploiement d'une partie importante de son réseau 4G en France. Les deux groupes sont également associés dans plusieurs projets de recherche. Ils ont ainsi lancé récemment un pôle dédié aux "small cells", ces petites cellules qui permettent de densifier un réseau mobile sans installer de nouvelles antennes.

De son coté SFR réalise peu moins de 100 millions de chiffre d'affaire avec Alcatel sans compter un nouveau contrat portant sur les transmissions fixes (WDM). 

Bouygues Telecom et Iliad n'ont pas fait de commentaire.

Il y a un an, il avait été évoqué que la branche stratégique des câbles (Le Monde 23/08) sous-marins soit vendue à Orange (L’Usine Nouvelle, 14/01). Le projet sera-t-il relancé ? 

Bien sur, Alcatel doit répondre aux besoins de ses clients, mais des emplois et la sauvegarde de quelques sites valent bien un petit effort.


Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #64 le: 11 octobre 2013 06:56:08 »
Quelques gros droits TV devraient connaître quelques bouleversements lors des prochaines semaines, il s’agit du Tennis et du Rugby, avec en toile de fond la compétition entre BeIn Sport et Canal+, avec France Télévisions et TF1 comme autres partenaires.

Tennis
BeIn Sport semble bien parti pour acquérir de nouveaux droits TV dans le tennis et de devenir la chaine de référence sur ce sport.

Par contre, pour Roland Garros, la chaine n’a pas répondu (Le Monde, 10/10) au premier tour de l’appel d’offre pour le lot concernant les chaines payantes. Il s’agit du lot qui réunit l'ensemble du tournoi, y compris les tournois de double, juniors et en fauteuil. Cela lui aurait coûter 15 millions d’euros, ce qui aiderait les organisateurs à pouvoir se payer l’extension des courts. Faut-il y voir une réponses aux propos du Président de la FFT (Le Monde, 02/10) ?  

Il semble presque acquis que Bein Sport devrait diffuser les principaux tournois Masters 1000 et 500 ainsi que du Tournoi de Wimbledon, qui sont actuellement détenus par Canal+  (Yahoo Sports, 25/09).

Rugby
La Ligue Nationale de Rugby (LNR) a toutes les cartes en mains. Il y a quelques jours elle a auditionné les chaines intéressées par l’acquisition de futurs droits sur le Top14 et la Pro D2. La LNR peut prendre une décision quant à la dénonciation possible jusqu’au 31 décembre 2013 du contrat la liant à Canal +.

France Télévisions ne s’est pas déplacé, Bein Sport n’a pas fait fuité ses intentions, mais aurait l’intention d’acquérir des droits. Le groupe TF1/Eurosport s’est positionné sur la finale du Top14 et le championnat de ProD2 (qui diffuse en partie Eurosport) et Canal+  a annoncé vouloir garder l’exclusivité de la diffusion.

Selon Midi Olympique (édition papier du 04/10) ou Canal + revient vers l’instance avec une approche offensive jugée recevable ou le contrat est dénoncé avant le mois de novembre avec le lancement d’un nouvel appel d’offres.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #65 le: 14 octobre 2013 06:44:37 »
Il ne s’était pas encore exprimé sur le sujet, c’est fait. Xavier Niel a donné son opinion lors d’un entretien au site Leaders, la question qui lui était posé était : "Bouygues Telecom et SFR ont annoncé fin juillet être en négociation exclusive pour mutualiser une partie de leur réseau. Allez-vous les rejoindre ?", et sa réponse : "Vous savez, un ménage à trois, c’est toujours compliqué… mais les mariages forcés ce n’est pas terrible non plus !". Bref, malgrè l'enrobage de sa phrase choc, il n’est pas contre !

Orange par la voix de Stéphane Richard lui a fait des offres de service. Un autre leader s’est exprimé, c’est Jean-René Fourtou, le président du Directoire de Vivendi (Le Monde, 04/10) et pour lui, la cause est entendue : "A terme, il pourrait ne plus y avoir que deux réseaux en France", avec d’un coté SFR/Bouygues Telecom et de l’autre un réseau Orange. Reste à Free à se caser.

Il y a quelques jours, le quotidien Les Echos (26/09) qui annonçait que cela réfléchissait chez Orange, Free, le gouvernement et l’Autorité de la Concurrence afin de voir ce qu’il était possible de faire sur la mutualisation des réseaux suite à l’accord entre SFR et Bouygues sur les zones non-denses.

Pour le moment, L’Autorité de la Concurrence a posé quelques conditions pour autoriser une mutualisation celle-ci doit être light c'est-à-dire limitée aux équipements passifs (pylônes, locaux, toits terrasses, génie civil, climatisation, etc.). Ces conditions peuvent-elles changer ? Se dirige-t-on vers un "Yalta" dans le monde des télécoms ?

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #66 le: 15 octobre 2013 06:39:24 »
Ou va SFR ? Dans une interview au quotidien (Le Monde, 04/10), Jean-René Fourtou le président du Directoire de Vivendi est revenu sur l’actualité du groupe. Les propos sont parfois contradictoire et l’on peut aussi y voir une lutte d’influence entre lui et l’autre homme fort de ce Directoire : Vincent Bolloré.

Pour le premier, il est hors de question de se séparer de SFR, car il voit le secteur des Télécoms se redresser d ici 3 ans. D’autant qu’il valorise SFR à au moins 15 milliards d’euros et que personne ne s’est présenté pour faire une offre. Il déclare que finalement l’opérateur pourrait rester dans le groupe et se séparer de l’activité média. 

Faut-il rappeler qu’il y a quelques jours (Les Echos, 11/09), la décision avait été prise officiellement par Vivendi de se séparer de SFR. Cette décision devant être entérinée en mai prochain lors la prochaine assemblée générale des actionnaires. 

Vivendi sera scindé en deux. Un pôle média - basée en France - qui comprendrait Universal Music Group, Canal Plus et GVT, l’opérateur télécoms brésilien qui a vocation à être cédé plus tard. Pour rappel, Maroc Télécom est déjà quasiment vendu pour 3,9 milliards d’euros et Activision va l’être pour 6 milliards d’euros. Cela va fortement désendetter le groupe Vivendi.   

Le feuilleton devrait continuer. C’est vrai que la taille de l’opération s’y prête.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #67 le: 16 octobre 2013 06:40:52 »
En décembre 2012, TF1 et le groupe américain Discovery annonçait un accord qui permettait à Discovery de rentrer dans le capital d’Eurosport er des autres chaines thématiques du groupe TF1 (TV Breizh, Histoire, Ushuaïa TV et Stylia). Pour acheter 20% de la chaine sportive et les 20% des chaines thématique, Discovery avait dépensé 184 millions d’euros.

Pour Eurosport Discovery a une option pour monter à 51% du capital à partir de décembre 2014 (Les Echos, 08/10).
TF1 de son coté pouvant vendre 49%. Mais les échéances s’accélèrent et la cession pourrait se faire avant la fin de l’année.  L’Europe est le terrain de Discovery, il vient de racheter des chaines en Italie et en Europe du Nord.

La consolidation du secteur intervient alors que TF1 n’est pas dans la meilleure des formes et que Discovery n’a pas forcement les moyens de la concurrence aux Etats-Unis, et que l’Europe offre quelques opportunités en pariant que le marché publicitaire ne peut que reprendre de la vigueur.
En France, il sera toutefois compliqué de mettre à mal la concurrence sur les droits TV que se livrent Canal+ et BeIn Sport.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #68 le: 17 octobre 2013 06:57:06 »
Le Président de l'ARCEP (le régulateur des télécoms), Jean-Ludovic Silicani vient de donner une interview au quotidien Les Echos (16/10).
Au delà des aspects "forcément" globalement positifs de son bilan, il revient largement sur ce que pourrait être la souplesse du  cadre réglementaire de la mutualisation des réseaux mobiles : "Il n’y a pas de définition unique et abstraite d’une zone dense, en matière de télécoms.  (…) Nous appliquerons une logique économique, et pas une logique administrative, pour apprécier les limites acceptables de la zone de mutualisation".

Sur un éventuel accord entre Free et Orange, il répond : "Si un projet Orange – Free nous était présenté , nous serions notamment amenés à regarder les conséquences sur le contrat d’itinérance conclu par Free auprès d’Orange". Et là aussi, il se montre très souple avec Free : "L’obligation faite à Free par sa licence est la même que pour tous les opérateurs mobiles : c’est celle d’utiliser effectivement ses fréquences pour couvrir une part croissante de la population, mais pas de poser un nombre donné d’antennes". Voilà qui devrait rassurer complètement Free...

Il y a quelques jours, le quotidien Les Echos (26/09) qui annonçait que cela réfléchissait chez Orange, Free, le gouvernement et l’Autorité de la Concurrence afin de voir ce qu’il était possible de faire sur la mutualisation des réseaux suite à l’accord entre SFR et Bouygues sur les zones non-denses.

Pour le moment, L’Autorité de la Concurrence a posé quelques conditions pour autoriser une mutualisation celle-ci doit être light c'est-à-dire limitée aux équipements passifs (pylônes, locaux, toits terrasses, génie civil, climatisation, etc.), l’interview du président de l’ARCEP rappelle un peu plus ce qu’il est possible de faire. 

Après l’accord de mutualisation entre Bouygues Telecom et SFR sur les zones non-denses, cela va-t-il ouvrir la voie vers un accord entre Orange et Free ? En tout cas, l’ARCEP balise très sérieusement le terrain. Cela devrait bouger lors de ces prochains mois. Orange a fait des offres de service et Free par la voix de Xavier Niel s’est fait une raison (Leaders, 02/10).
Un rapprochement entre opérateurs via les infrastructures est vraiment dans les tuyaux.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #69 le: 18 octobre 2013 06:59:38 »
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°61

Orange et les contenus
Afin de vendre ses offres 4G, Orange offre l’exclusivité des matchs de Ligue 1 sur tablette et mobile. Faut rappeler que c’est Orange qui détient ses droits. Lors d’une interview à (Challenges, 18/09), Stéphane Richard a réitéré la position d’Orange sur les contenus. La réponse est assez claire : "J’en reste à cette doctrine : des partenariats et de la distribution, oui. Eventuellement des partenariats capitalistiques. Mais en aucun cas nous ne deviendrons un groupe de télévision". La page est définitivement fermée, d'autant que les chiffres d'abonnement semblent le confirmer. Boosté par la reprise sur CanalSat depuis avril 2012, le bouquet OCS compte aujourd'hui 1,6 million d'abonnés. Orange, vient également de lancer un pack OCS et Bein Sport à 20€, ce qui va permettre de challenger un peu Canal+.

Microsoft
Microsoft se refait un peu la santé dans le mobile. De juin à août, le groupe a totalisé 9,2 % des ventes dans les cinq principaux pays européens avec ses Windows Phone. En France, la part de marché s'élève à 10,8 % contre 5,6 % l'an dernier. Au-delà des goûts et des couleurs, il est important que la concurrence existe sur les OS mobile.

Clin d’œil(1)
Orange vient de gagner un client sur son offre 4G. Il s’agit de Michel Sapin, le Ministre du Travail l’a annoncé alors qu’il était en déplacement au siège d’Orange dans les 15ième arrondissement de Paris, "je suis passé de SFR à Orange, j'en avais assez de ne pas pouvoir appeler depuis mon bureau..." (La Tribune, 04/10).

Numericable
Le contour du futur Numericable commence à se préciser. Altice l’un des actionnaires va porter sa participation de 24 à 30% et devenir un des actionnaires de référence. Les deux autres actionnaires Civent et Carlyle devraient perdre du poids. L’opération de mise en bourse pourrait valoriser Numericable jusqu’à 5 milliards d’euros.  Si le cœur vous en dit…
Cela pourrait intéresser  un opérateur européen. Vodafone vient de vendre sa participation dans l’américain Verizon et dispose d’une centaine de milliards d’euros. Cet opérateur vient de racheter Kabel Deutschland un des principaux opérateur du cable en Allemagne et un opérateur américain Liberty Global vient lui de racheter l’opérateur du cable britannique Virgin Média. 
Numericable va-t-il rester en dehors du mouvement de concentration eu Europe ?

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #70 le: 21 octobre 2013 06:42:41 »
Avant la publication des chiffres du troisième trimestre 2013, un rappel sur les chiffres arrêtés au 30 juin 2013.

Première partie : haut et très haut débit

1 - Calendrier de publication des résultats du deuxième trimestre 2013
France Télécom, le 23 octobre (avant bourse).
Bouygues Télécom, le 13 novembre (après bourse).
SFR, le 14 novembre (après bourse).
Iliad (Free et Alice), le 15 novembre (avant bourse).
ARCEP, le jeudi 28 novembre 2013.

2 - Nombre d’abonnements haut et très haut débit (chiffres ARCEP)


Le nombre de clients sur le très haut débit (hors Ftth)  est de 1,350 000 clients dont 320 000 clients pour Bouygues et 1,002 000 pour Numéricâble, soit une part de marché de 74,2%. Il y a 28 000 clients soit 2,7% qui sont sur des réseaux locaux.

Sur la FTTH, au 30 juin, Orange annonçait avoir atteint 239 000 clients sur un total de 415 000 clients comptés par l’ARCEP, soit une part de marché de 57,6% sur ce segment au lieu de 56,4% le trimestre précédent. SFR annonce 125 000 clients, soit une part de marché de 30,1%.  Au 31 décembre, Orange comptait 176 000 clients soit une part de marché de 56%.
En défalquant Orange et SFR des clients ftth recensés par l’ARCEP, il reste 51 000 clients, soit une part de marché de 12,3%. A se partager donc entre les autres opérateurs. Pour rappel, Free ne donnent pas de chiffres sur la fibre optique.

Récapitulatif sur le Fibre Optique 
- Numéricâble, 1,002 000 millions de clients soit 56,8% du total, 
- Bouygues Telecom, 320 000 clients soit 18,1%,
- Orange, 239 000 clients soit 13,5%,
- SFR, 125 000 clients soit 7,1%,
- Autres 79 000 clients soit 4,5%.
Total : 1,765 000 millions de clients.

Source : observatoire de l’ARCEP arrêté à fin juin 2013.

3  - Récapitulatif calculé à partir des communiqués des FAI
La ligne "autres" est calculée en prenant la différence entre le nombre d’abonnements calculé par l’ARCEP et le nombre total publié par les FAI. Pour les autres FAI, les chiffres sont ceux publiés annoncés lors de la présentation des résultats trimestriels.



4  - Parts de conquête
Quelques statistiques sur les parts de conquête. Cela indique le gain (ou la perte) de nouveaux clients en ADSL et Fibre Optique.

Gain de nouveaux clients sur le second trimestre 2013
Iliad  62 000 (Free + 84 000, Alice -22 000),  soit 42,5% en part de conquête.
Orange : 41 000, soit 28,1%.
SFR : 33 000, soit 22,6%.
Bouygues : 10 000 soit 6,8%.
Total 146 000

Gain de nouveaux clients sur le premier trimestre 2013
Iliad 92 000 (Free 134 000, Alice -39 000), soit 39,3% en part de conquête,
SFR 56 000, soit  23,9%
Bouygues Telecom 45000 (Bouygues 68 000 et Darty -23 000), soit 19,2%,
Orange 41 000, soit 17,5%, 
Total 234 000

Gain de nouveaux clients sur l’année 2012
Iliad 515 000 (Free 712 000, Alice -197 000), soit 44,1% en part de conquête,
Bouygues Telecom 324 000, soit 27,7%,
Orange 296 000, soit 25,3%,
SFR 33 000, soit 2,8%.     
Total 1,168 000

Gain de nouveaux clients sur le quatrième trimestre 2012
Iliad 107 000 (Free 146 000, Alice -39 000), soit 36,0% en part de conquête,
Bouygues Telecom 88 000, soit 29,6%,
Orange 67 000, soit 22,6%,
SFR 35 000, soit 11,8%     
Total 297 000

5 - Accès à la télévision (chiffres ARCEP)

Orange revendique 5,516 000 clients avec un accès actif à la TV.

6 - Bas débit (chiffres ARCEP)

Sur 186 000 clients, Orange en revendique 96 000. Il n’y a pas de chiffres sur la répartition entre opérateurs des 90 000 autres clients.


Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #71 le: 22 octobre 2013 06:44:57 »
Avant la publication des chiffres du deuxième trimestre, un rappel sur les chiffres arrêtés au 30 juin 2013.

Deuxième partie : la téléphonie mobile

1 - Nombre de clients à un service mobile (ARCEP)


2 - Récapitulatif calculé à partir des communiqués des Opérateurs
Les Mvno sont indiqués à part. 

Parce que seul Orange publie des résultats détaillés concernant les Mvno hébergés sur son réseau. Depuis l’arrivée de Free, SFR et Bouygues ne publient plus les résultats de leurs Mvno. SFR ne donne que ses résultats propres et Bouygues additionne ses résultats avec ceux de ses Mvno.
 
Les chiffres des Mvno sont ceux donnés par l’ARCEP lors de son récapitulatif trimestriel. Le nombre de clients de Bouygues est recalculé en fonction du nombre total hors Mvno défalqué des chiffres d’Orange, SFR et Free.


Les résultats sont exprimés en milliers de clients et basés sur les communiqués des opérateurs.

Pour L’ARCEP, 64, 251 000 millions clients ont souscrit à un service mobile auprès de l’un des quatre opérateurs de réseaux mobiles métropolitains (Bouygues Telecom, Free Mobile, Orange France et SFR), soit une augmentation de 950 000 (1,5%) sur le trimestre au lieu de +489 000 (+0,8%) sur le T1 2013 et de 695 000 (1,2%) au T2 2012.

Pour rappel, les quelques chiffres connus sur les Mvno :   
Virgin 1,729 000 millions de clients, NRJ +/- 1,2 million, LycaMobile +/- 1million, La Poste 800 000, Ortel 250 000,  Prixtel 120 000,  Zéro Forfait 90 000, Numericable 120 000, Budget Telecom 25 000.

Pour l’ARCEP, 7,862 000 millions de clients ont souscrit à un service mobile auprès d’un Mvno, soit une hausse 151 000 (1,9%) sur le trimestre, au lieu d’une hausse de 27 000 (+0,4%) au T1 2013 et de +278 000 (3,7%) au T2 2012. Les Mvno représentent 10,9% du marché total, soit le même chiffre qu'au , et de  11,4% au T2 2012 !   
Les Mvno représentent 44% du marché du prépayé contre 40,3% au T1 2013 et 46,1% au T2 2012.

3 – Numéros mobiles portés (ARCEP)


Le taux de résiliation pour les forfaits est en baisse et retrouve son niveau moyen de 2011. Il est de 4,5% au lieu de 5,3 au T1 2013 et de 5,0 au T2 2012 et de 7,5 au T1 2012.
Par contre, pour ce qui concerne le prépayé, ce taux est de 17,4% au lieu de 18,1% au T1 2013 et 18,2% au T2 2012 et 17,4% au T1 2012. 39% des abonnements sont désormais libres d'engagement (tableau 2.1), contre 36% au T1 2013 et 27% au T2 2012 et 24% au T1 2012.
En douze mois, le nombre de personnes sans engagement est ainsi passé de 13,5 millions à 22,3 millions. Free Mobile, mais aussi Sosh, B&You et Red sont passés par là.     

4 – Situation des opérateurs historiques suite à l’arrivée de FreeMobile


*F = forfait/postpayés et P = prépayé. Les résultats sont en milliers et basés sur les communiqués des opérateurs.

5 – B&You, Red et Sosh
Sosh comptait 1,364 000 clients au 30 juin.
Red comptait 1,300 000 clients (chiffres début juin).
B&You comptait 1,601 000 clients au 30 juin.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #72 le: 23 octobre 2013 07:24:28 »
Orange vient de présenter ses résultats au 30 septembre 2013. C’est plutôt correct sur le mobile et encore meilleur que les trimestres précédents sur le haut débit toujours grâce à la Fibre Optique. A noter, qu’Orange a dépassé le cap des 10 millions de clients.

La Fibre Optique est en augmentation de 34 000 clients sur le trimestre, après +33 000 au trimestre précédent. Par contre la fibre optique ne recrute pas plus que l’ADSL.
En téléphonie mobile, il y a un gain grâce aux forfaits, alors que le prépayé poursuit sa chute.  Noter que c’est le meilleur trimestre en terme de recrutement de forfaits depuis 3 ans.

Haut débit
Il y a 10,046 000 clients haut débit (ADSL + Fibre Optique + Satellite), soit +219 000 sur un an (2,2%) et +71 000 sur le dernier trimestre (+0,71%). L’estimation est de 40,8% en part de marché et de 27,6% en part de ADSL conquête sur le trimestre.

Open a atteint 4,268 000 (+447 000) sur le dernier trimestre et +1,731 000 sur un an (+68,23%). En ADSL, il y a 9,737 000 clients, soit +85 000 (0,88%) sur un an et +37 000 sur le dernier trimestre (+0,38%). En Fibre Optique, il y a 273 000 clients contre 239 000 le trimestre précédent.

Téléphonie Mobile
Sur le trimestre, Orange a gagné 58 000 clients, soit +414 000 forfait et – 356 000 en prépayés. Sur un an, c'est un gain de 130  000 nouveaux clients (+0,48%), dont 975 000 en forfaits (+5,0%) et -845 000 en prépayés (-11,8%).
Sosh a atteint 1,617 000 (+253 000) sur le dernier trimestre.
Idem pour les Mnvo hébergés chez Orange qui perdent encore des clients par rapport au trimestre précédent à 1,634 000 contre 1,658 0000 pour le T2 et 1,849 000 pour le T1 et 2,612 000 il y a un an.

Lors des trimestres précédents Orange avait:
Perdu au T2 119 000 clients, +244 000 avec un forfait et -363 000 en prépayés.
Perdu au T1 361 000 clients, +85 000 avec un forfait et -446 000 en prépayés.
Gagne au T4 552 000 clients, 232 000 clients avec un forfait et 320 000 en prépayés.
Gagné au T3 317 000 clients, 320 000 clients avec un forfait et -3 000 en prépayés. 
Perdu : au T2, 155 000 clients (1,751 000 nouveaux clients et 1,907 000 résiliations) contre 615 000 clients au T1 (1,697 000 nouveaux clients et 2,312 000 résiliations), mais gagné 86 000 forfaits (-387 000 clients sur le T1) et regagné 27 000 clients en juin. 
 
Source : Communiqué de presse Orange.

Pour rappel,
Les chiffres au 30 juin 2013
Haut débit
Il y a 9,975 000 clients haut débit (ADSL + Fibre Optique + Satellite), soit +226 000 sur un an (2,31%) et +41 000 sur le dernier trimestre (+0,41%). L’estimation est de 40,8% en part de marché et de 19,6% en part de ADSL conquête sur le trimestre.

Open a atteint 3,821 000 (+383 000) sur le dernier trimestre et +1,710 000 sur un an (+81,0%). En ADSL, il y a 9,700 000 clients, soit +104 000 (1,08%) sur un an et +7 000 sur le dernier trimestre (+0,07%). En Fibre Optique, il y a 239 000 clients contre 206 000 le trimestre précédent.

Téléphonie Mobile
Orange a perdu 119 000 clients, soit +244 000 forfait et – 363 000 en prépayés. Sur un an, c'est un gain de 389 000 nouveaux clients (+1,47%), dont 881 000 en forfaits (+4,6%) et -492 000 en prépayés (-6,9%).
Sosh a atteint 1,364 000 (+276 000) sur le dernier trimestre.
Idem pour les Mnvo hébergés chez Orange qui perdent encore des clients par rapport au trimestre précédent à 1,658 0000, contre  1,849 000 le trimestre précédent et 2,905 000 il y a un an.

Lors des trimestres précédents Orange avait:
Perdu au T1 361 000 clients, +85 000 avec un forfait et -446 000 en prépayés.
Gagne au T4 552 000 clients, 232 000 clients avec un forfait et 320 000 en prépayés.
Gagné au T3 317 000 clients, 320 000 clients avec un forfait et -3 000 en prépayés. 
Perdu : au T2, 155 000 clients (1,751 000 nouveaux clients et 1,907 000 résiliations) contre 615 000 clients au T1 (1,697 000 nouveaux clients et 2,312 000 résiliations), mais gagné 86 000 forfaits (-387 000 clients sur le T1) et regagné 27 000 clients en juin. 

Les chiffres au 30 septembre 2012
Haut débit
Haut et très haut débit
Il y a 9,827 000 clients haut débit (ADSL + Fibre Optique + Satellite), soit +349 000 sur un an (3,68%) et +78 000 sur le dernier trimestre (+0,80%). L’estimation est de 44,4% en part de marché et entre 22,0% et 25,0% en part de ADSL conquête sur le trimestre.

Open a atteint 2,537 000 (+426 000) sur le dernier trimestre et 1,698 000 sur un an. Le gain sur le dernier trimestre était de 453 000 clients.   

En ADSL, il y a 9,652 000 clients, soit +284 000 (3,03%) sur un an et +56 000 sur le dernier trimestre (+0,58%). En Fibre Optique, il y a 144 000 clients contre 123 000 le trimestre précédent.

Il y a 4,882 000 clients avec la TV contre 4,124 000 au 30 juin 2011 soit +758000 (18,4%) et +179 000 sur le dernier trimestre (+3,8%).

Téléphonie mobile
Orange a gagné 317 000 nouveaux clients, soit +320 000 forfait et – 3 000 en prépayés. Orange retrouvé son niveau de décembre 2011 au niveau des forfaits. L’effet Free Mobile est semble-t-il passé sur les forfaits, mais pas sur les prépayés.
Idem pour les Mnvo hébergés chez Orange qui perdent encore des clients par rapport au trimestre précédent à 2,612 000 contre 2,905 000.

Lors des trimestres précédents Orange avait perdu :
Au T2, 155 000 clients (1,751 000 nouveaux clients et 1,907 000 résiliations) contre 615 000 clients au T1 (1,697 000 nouveaux clients et 2,312 000 résiliations), mais gagné 86 000 forfaits (-387 000 clients sur le T1) et regagné 27 000 clients en juin.   
Sosh a atteint 540 000 (+173 000) sur le dernier trimestre.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #73 le: 23 octobre 2013 08:05:46 »
Sur le haut débit, Orange annonce une prévision de 27,8% de part de conquête (sur le haut débit) sur le trimestre. Avec 37 000 recrutements, cela donne un total de 170 000 nouveaux clients sur le trimestre.
Il reste donc 133 000 clients à repartir. Les prévisions de François04 pour Free donnent entre 40 000 et 50 000  nouveaux clients. Le reste, soit 8300/93 000, ira-t-il à Bouygues et à SFR ?
Réponses dans quelques semaines.
« Modifié: 23 octobre 2013 08:07:50 par Hammett »

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #74 le: 23 octobre 2013 09:31:36 »
37 000 pour Orange (en ADSL), avec une part de conquête sur le haut débit de 27%, cela donnerait entre 40 000 et 50 000 pour Free (ADSL et Fibre Optique, selon les estimations de François 04) et entre 50 000 et 60 000 pour SFR et Bouygues (ADSL + Fibre Optique).

Un total de 137 000 nouveaux clients sur le trimestre. Ce qui serait un tout petit trimestre. En comptant la Fibre Optique, Orange pourrait (devrait) même passer devant Free.

Un prono :
1 - Orange,
2 - Free,
3 - Bouygues,
4 - SFR.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #75 le: 24 octobre 2013 06:55:32 »
Le cabinet d’analyse Deloitte vient de publier un document sur les usages du mobile en France. Au-delà des chiffres et des statistiques (qu'il faut lire bien évidemment...), une photo résume bien la révolution qu’est la téléphonie mobile.
C’est un clin d’œil bien évidemment, car on peut trouver ce phénomène dans n’importe quel type de rassemblement. ;)   


Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #76 le: 25 octobre 2013 07:19:53 »
Dailymotion poursuit son développement en partenariat avec Canal+ va ainsi Les Echos (17/1) proposer au Canada des séries, films et documentaires, en vidéo par abonnement au prix de 7,99 dollars par mois.

Des films seront aussi vendus à la carte à partir de 2,99 dollars et l’internaute aura par ailleurs accès aux émissions en clair de Canal+. Les deux partenaires se partageront les revenus, Dailymotion touchant une commission proche de celle des diffuseurs et opérateurs.
Canal+ va ainsi se positionner sur un marché francophone ou seul Netflix est présent. La concurrence sur ce créneau ne peut pas être une mauvaise chose.

Cela renforce le développement de Dailymotion en matière de contenus premium, qui vient de lancer Open VoD, un programme qui permet aux éditeurs de diffuser des contenus payants en fixant eux-mêmes le prix. Elle va aussi proposer une offre illimitée en Turquie, composée de films, de séries télévisées et de pro­grammes jeunesse. Enfin, des discussions sont en cours avec des éditeurs américains issus du monde du sport et de l’éducation pour le lancement d’offres ciblées.

Pour rappel, Dailymotion était quasiment vendu en mai dernier à Yahoo, suite à ce vente manquée Stéphane Richard était revenu dans le quotidien Les Echos (23/7) sur l’avenir de Dailymotion en assurant qu’Orange allait réaliser 30 millions d’investissements sur les trois prochaines années.

Reste à dégager des synergies avec les activités d’Orange. Orange n’a toujours pas trouvé la bonne recette pour Dailymotion. En avril 2011, Orange a acheté 49% de Dailymotion pour 69 millions d’euros et est monté au printemps 2013 à 100% du capital pour 72 millions supplémentaires.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #77 le: 28 octobre 2013 06:46:06 »
Stéphane Richard le pédégé d’Orange est revenu sur l’actualité du groupe lors d’une interview au quotidien Les Echos (24/10)

Politique commerciale
"Nos performances commerciales en France sont très bonnes. Nos ventes nettes dans le mobile sont au plus haut depuis trois ans (...) La machine à recrutements tourne à plein, avec le taux de résiliation le plus bas que l'on ait enregistré depuis des années (...) nous perdons encore des clients qui se dirigent vers Free, mais dans des proportions quatre fois moindres qu'il y a un an. Quant au solde avec SFR et Bouygues, il est en notre faveur (...) nous sommes l'opérateur qui a le mieux résisté à l'arrivée de Free".

Globalement pas faux, mais les recrutements en ADSL ne sont pas au mieux et Orange perd encore beaucoup de clients en prépayés. Le dynamisme sur la Fibre, les offres Open et Sosh permette à Orange de rester positionner. Néanmoins les parts de marché s’érodent.

Plan d’économies
"Nous avons dépassé fin septembre notre objectif de réduction de coûts de 600 millions d'euros. A la fin de l'année, nous serons vraisemblablement plus proches de 900 millions d'euros économisés. La France compte à elle seule pour 80 % de cette baisse".

Selon La Lettre de L’expansion (version papier) Orange va finalement aller au-delà des 9000 départs volontaires annoncés d’ici à la fin de l’année. En effet, 13000 personnes se sont portées candidates au départ et l’opérateur historique pourrait laisser partir 1000 salariés supplémentaires. En contrepartie, Orange compte augmenter son volume de sous-traitance.

Heureusement que l’accord d’itinérance avec Free permet d’amortir les chocs. Le « prix » humain va être au final assez important. La moindre des choses est que cela se fasse en douceur.

Consolidation du secteur des Télécoms et cessions de filiales
"Orange est un grand acteur européen, présent dans neuf pays de l’Union, et numéro 2 en nombre de clients avec 14% de part de marché. La consolidation en Europe va intervenir (...) Quatre opérateurs mobiles dans un pays, c'est souvent trop. L'Allemagne et l'Italie vont probablement passer de quatre à trois acteurs. Notre situation financière ne nous interdit pas de participer à la recomposition du secteur, au moins dans les pays où nous sommes déjà forts, dans le fixe comme dans le mobile".
A propos de la filiale en République Dominicaine : "Cette filiale qui est isolée géographiquement de nos autres activités à l’international vaut plus d’un milliard d’euros (…) Quant à EE, avec notre co-actionnaire Deutsche Telekom nous avons pris la décision de l’introduire en Bourse. Cela se fera en fonction du marché, plutôt en 2014".

La consolidation du secteur semble inéluctable, Orange doit-il y participer ? Pas sur, alors que la 4G et la Fibre Optique demandent de lourds investissements. Toutefois, un article du Jdd (27/10) relance le débat sur une éventuelle fusion avec Deutsche Telekom et d’un intérêt d’Orange pour une recomposition autour de KPN l’opérateur historique des Pays-Bas.

Mutualisation du réseau
"L’initiative de SFR et de Bouygues répond au problème de la fragmentation du marché français. Le partage de réseau, c’est en quelque sorte une « consolidation du pauvre (...) Il faut en moyenne entre 5 et 7 ans pour obtenir un retour sur investissement sur ce type de projet et le solde entre le coût de démontage des antennes et des frais de maintenance ne redevient positif qu’après trois ans. En France, nous n’avons pas besoin de mutualisation de réseau. Nous avons déjà un accord d’itinérance avec Free qui court jusqu’en 2016".

Orange ne se bradera pas pour mutualiser son réseau. Toutefois, Free ne pourra pas rester à l’écart et va se mettre sur le marché, et des réflexions sont menées sur le sujet depuis quelques semaines par l’ARCEP, L’Autorité de la Concurrence et le Gouvernement. Fondamentalement, Orange serait un peu affaiblit si Free rejoignait l’alliance entre Bouygues et SFR. Pour Free, il va falloir accepter la moins "pire" des solutions.


Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #78 le: 30 octobre 2013 06:35:03 »
A l’occasion du processus d’introduction en bourse, Numericable vient de présenter ses résultats du troisième trimestre  2013. Ils sont dans la moyenne des résultats précédents.

Sa croissance est toujours liée à sa nouvelle Box (25,2% de ses clients contre 21,5% au 30 juin) et au développement du très haut débit. Il n’y a pas de chiffres sur son offre mobile, ni sur ses clients très haut débit. 

Haut et très haut débit
Il y avait 1,019 000 clients au 30 septembre contre 1,002 000 au 30 juin, 993 000 clients au 31 mars, 972 000 clients au 31 décembre et 946 000 clients au 30 septembre 2012. soit une augmentation de 73 000 clients sur un an (+7,71) et 17 000 sur le dernier trimestre (1,69%).
Au 30 juin, il y a 700 000 abonnés en très haut débit contre 635.000 abonnés au 31 mars, 585 000 au 30 septembre 2012 et 532 000 au 30 juin 2012.
Il reste encore 132 000 clients Darty, contre 182 000 il y a un an et 143 000 au 30 juin.

Il y a 257 000 clients avec sa nouvelle box contre 216 000 au 30 juin , 177 000 clients au 31 mars, 121 000 à fin décembre 2012 et 85 000 au 30 septembre.

Téléphonie mobile
Numéricâble n’a pas donné de chiffres pour ce trimestre. Pour rappel, Numericable est  MVNO sur le réseau de Bouygues Telecom. Au 31 décembre 2012, il y avait (Zdnet, 21/03) 120 000 clients contre 100 000 clients au 30 septembre. Au 31 mars, il y avait 51 000 clients, et 47 000 au 31 décembre 2011.

Marque blanche
Par déduction, les clients (Bouygues) en marque blanche sont de 334 000 au 30 septembre contre 320 000 au 30 juin, 313 000 au 31 mars, 297 000 au 31 décembre et 264 000 au 30 septembre 2012 et 246.000 au 30 juin. Au 31 décembre 2011, il y avait 206 000 clients et 103 000 au 31/12/2010.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #79 le: 31 octobre 2013 06:48:55 »
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°62

Partenariat entre Orange et China Telecom
A l’occasion des JO de Londres, China Telecom était devenu Mvno (01/2012) sur le marché britannique. Des projets étaient également à l'étude en France, en Allemagne, en Italie et l'Espagne. La cible : les entreprises et les résidents chinois, ainsi que les touristes et les étudiants.

Pour cela, China Telecom comptait s’appuyer sur le réseau d’Orange. Les deux opérateurs avaient signé un accord en octobre 2011 "destiné à améliorer les services proposés à leurs entreprises clientes dans leurs régions respectives".

Les deux opérateurs viennent de lancer une nouvelle ZdNet (17/10) offre qui inclut des forfaits low-cost, disponibles à la fois en magasin et en ligne pour la communauté chinoise en France et des tarifs de roaming "très bas dans l’Union Européenne", pour les touristes. Il inclut en outre une hotline client gratuite et un site Internet en chinois, en français et en anglais. Ce partenariat, qui s’appuie sur un principe de réciprocité devrait également aux clients Orange qui se déplace en Chine.

4G
La 4G ne sera certainement pas la poule aux œufs d’or des opérateurs Les Echos (09/10). Selon une étude commandée par l'ETNO (l'Association des opérateurs européens de réseaux de télécommunications), les revenus des opérateurs européens en téléphonie fixe et mobile diminueront de 2% annuellement durant la prochaine décennie. Au mieux cela va limiter la baisse donc…

Quelques chiffres venus d’Angleterre. EE, la filiale d’Orange et de Deutsche Telekom compterait 1,2 millions de clients en 4G. Les revenus liés au trafic de données ont augmenté d'un quart sur juillet-septembre et la part des forfaits parmi ses clients a atteint 56%. En France Orange compte à ce jour 350 000 clients avec un forfait 4G et compte atteindre 1 million à la fin de l’année. Enfin, il semblerait que Bouygues Telecom ne fasse pas un triomphe sur ses offres 4G. C’est ce qui ressort d’une information publiée par Jdd (27/10).

Deezer
Selon certaines sources (01Net, 16/10), Orange pourrait se désengager de Deezer. En fait selon Electron Libre qui donne l’information, les labels de musique ne seraient pas favorables à la reconduction de l’accord qui s’achève en 2015. Orange serait à la recherche d’un autre partenaire. Justement il y Qobuzz (Le Figaro, 24/10) qui cherche des fonds pour se développer.

Nrj Mobile
Le Mvno qui compte 1,2 million de clients et qui est hébergé sur le réseau Orange va griller Virgin Mobile (qui va lancer début 2014 une offre 4G via le réseau de Bouygues) et lancer une offre 4G le 14 novembre. Par la même occasion, il grille également Free Mobile.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #80 le: 01 novembre 2013 08:24:23 »
Quelques chiffres et quelques statistiques (hors résultats financiers) suite à la publication des résultats de France Telecom au 30 septembre. Ces chiffres portent sur l’activité Internet et sur l’activité mobile.

Haut et très haut débit
Il faut noter que trimestre après trimestre le nombre de clients sans abonnement téléphonique progresse. Avec près de 62% à fin septembre, soit une progression de 4,6 points depuis le début de l’année. L’heure est aux économies et merci Open ! 
Le nombre de clients avec une offre Open est de 4,268 000 et en progression de 1,731 000 en douze  mois et de 447 000 sur le trimestre. La progression est toujours forte, et en hausse sur le trimestre précédent.  C’est le toujours le gros "must" et le moteur de croissance d’Orange. Les offres Open représentent 42,5% des clients avec une connexion internet ! C’est tout simplement énorme.
   
Le nombre de clients en Fibre Optique est en augmentation constante et commence à avoir un bon rythme de croisière. Orange arrive à convertir de plus en plus de clients à cette technologie.
Il y a encore 91 000 clients avec une offre en bas débit.
Orange a dépassé le cap des 10 millions de clients pour le troisième trimestre, là aussi c’est à souligner, cela reste un événement symbolique.

Téléphonie mobile
Orange progresse grâce aux forfaits (+414 000) et réalise son meilleur trimestre depuis 3 ans. Par contre sur le prépayé, la débandade continue (-355 000).
Même chose pour les Mvno du réseau Orange, cela baisse toujours à un bon rythme et retrouve son niveau de 2008. Depuis fin 2011, Orange a perdu 51,2% de ses clients Mvno. Sur ces deux segments, l’effet Free est toujours vivace.
Sosh représente, 8,60% des clients avec un contrat au forfait et 6% de l’ensemble des clients chez Orange. Il y a un an c’était respectivement 2,9% et 2,0%. Sosh représente 61% des recrutements de ce trimestre. Ce chiffre était de 73,5% au premier trimestre et 162,4%. Ce n’est rien de dire que Sosh tire la croissance mobile chez Orange. 

Source : Orange

* = les chiffres sont exprimés en milliers.


Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #81 le: 04 novembre 2013 06:50:33 »
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°63

Quelque chiffres sur CanalSat
Selon une information publiée par BfmTv (18/10), CanalSat aurait perdu 260 000 abonnés en deux ans et demi. Concurrence de la TNT, des bouquets ADSL, du prix qui augmente seraient les causes de cette chute. Pire, il y a actuellement 450 000 abonnés à CanalSat via l’offre payante de la TNT, et celle-ci étant sur le fil du rasoir, il n’est pas sur que l’ensemble des clients basculent sur une offre classique. 
Le tableau publié par Bfm fait le point sur le nombre de clients de CanalSat.



Cette information intervient alors que la même chaine (29/08) avait estimé à 350 000 la perte de clients du groupe Canal+ entre juin 2012 et juin 2013.

BeIn Sport
De son coté BeIn Sport vient d’annoncer officiellement avoir dépassé 1,5 million d’abonnés. C’est ce qu’annonce le Directeur Général de la chaine au Figaro (23/10).

Situation financière
Bien sur : "Notre objectif est d'atteindre le plus possible d'abonnés. Nous sommes toujours sur une trajectoire de croissance nette d'abonnés (...) Mais il faut savoir que pour entrer sur n'importe quel marché, il faut investir massivement et surtout dans la télévision payante. Nous avons une stratégie de long terme et nous avons pour but d'être profitables. Notre actionnaire est très attentif à ce point (...) nos résultats sont en avance sur les prévisions.".

Rapports avec Canal+
A propos du procès intenté par Canal+ envers BeIn Sport pour concurrence déloyale : "Nous savions que Canal + ferait ce genre de procès. Ils l'ont déjà fait contre TPS et contre Orange, car ils veulent préserver leur position monopolistique sur la télévision payante (...) Nous avons participé aux enchères de la Ligue 1 en 2011 et le prix a baissé de 14%. Nous n'avons jamais surenchéri sur les droits de la Ligue 1 comme Canal + l'a fait en 2005.".

Nouveaux droits
Concernant les droits du tournoi de tennis de Roland Garros pour lequel BeIn Sport n’a pas fait d’offre car «C'est un événement fait pour la télévision gratuite. Il est difficile de trouver une frontière entre les événements pour la télévision gratuite et ceux pour la payante, cela s'analyse compétition par compétition ».
Pour ceux du Top14 de rugby : "Le rugby est le second sport le plus populaire en France. C'est quelque chose que nous ne pouvons pas ignorer, car c'est un produit attrayant pour la télévision payante. Aujourd'hui, le Top 14 est chez Canal +. Mais si l'appel d'offres est lancé, nous ne pourrons pas l'ignorer.".

Concernant le TOP 14, la Ligue Nationale de Rugby (la LNR) décidera lors d’une assemblée générale le 3 décembre si elle dénonce l’accord existant et si elle soumet un nouvel appel d’offre. Selon Midi Olypique (version papier) du 21 octobre, une option serait de lancer un appel d’offre avec plusieurs lot. Un lot premium avec 1 ou 2 affiches (pour Canal+ ?), le reste des matchs serait dans un autre lot (pour BeIn Sport ?).

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #82 le: 05 novembre 2013 07:01:09 »
LOISIRS NUMERIQUES, QUELQUES CHIFFRES (10) : LE LIVRE
Le développement du livre numérique monte lentement en régime. Et il monte le plus dans les pays ou les réseaux des librairies sont les moins denses.

Quelques chiffres
Aux Etats-Unis le secteur représente 20% du marché, en Europe, c’est La Grande-Bretagne et les pays scandinaves qui sont parmi les plus avancés dans la transition numérique, c’est l’Italie qui ferme la marche et se place juste derrière la France.

Au Royaume-Uni, le marché de l'ebook devrait représenter 15 % des revenus des éditeurs en 2013. Le taux de migration des lecteurs britanniques vers le numérique est comparable à celui des Américains. En Allemagne, premier marché du livre en Europe, le marché des livres numériques représente 5% du marché, en Espagne, le marché représente 3%.

Le marché en France
En France, le livre représente la première industrie culturelle devant le cinéma ou la musique, mais la part des livres numériques ne représente que 2,1% du marché du livre. Ce n’est pas un problème au niveau des équipements car avec 500 000 liseuses et 4,5 millions de tablettes, c’est plutôt une bonne base. Ce qui bloque est l’offre, mais aussi le prix, malgré que celui-ci soit de 20 à 30% moins cher que le papier. Gardons espoir, en 2012, la part du livre numérique était de 0,6 % du chiffre d'affaires du secteur.

D’un autre coté, la France a la chance d’avoir un bon réseau de librairies et de grandes surfaces culturelles, et donc il n’y a pas obligation de passer par le numérique. Toutefois, même si le secteur est fragile, il manque aussi un peu d’audace de la part de nos éditeurs. Ce serait dommage de louper le virage, d’autant que le piratage du livre est quasiment insignifiant. Selon une étude du Syndicat national de l'édition et de la Société des gens de lettre parue au mois de mars, 15 % des lecteurs de livres numériques déclarent avoir déjà eu recours à une offre illégale.

Source : Le Monde (09/10).

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #83 le: 06 novembre 2013 06:52:02 »
Fiscalité du numérique. La France ne devrait pas faire cavalier seul sur ce sujet Les Echos (10/10). C’est ce qu’a déclaré Pierre Moscovici récemment lors d’un séminaire : "la question dépasse les frontières nationales (...) Presque toutes les taxes nationales envisagées dernièrement créent finalement plus de problèmes qu'elles n'en résolvent".

Le gouvernement souhaite porter les débats devant les instances européennes et internationales. L'OCDE va lancer dans les prochains jours un groupe de réflexion sur la fiscalité du numérique. Celui-ci devra remettre un rapport et proposer des solutions concrètes d'ici à un an. La Commission Européenne y voit un problème plus global : "Certains progrès ont déjà été réalisés, comme le paiement de la TVA dans le pays de consommation à partir de 2015 (...) Mais les solutions sont à chercher au niveau international".

Bref, cela s’annonce long et compliqué, d’autant que les Etats-Unis ne veulent pas entendre parler d’une fiscalité spécifique, car les entreprises américaines profitent largement du système. Il faudra également une unanimité au niveau européen, ce qui est loin d’être gagné, car l’Irlande et le Luxembourg ne souhaitant pas d’harmonisation fiscale. 

Les enjeux sont immenses et le débat ne fait que commencer. Pour rappel, Selon Greenwich Consulting, 37,5 millions d'euros, c’est l'impôt sur les sociétés payé en 2011 en France par les géants Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft. Il aurait dû être de 830 millions sans optimisation fiscale.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #84 le: 07 novembre 2013 06:57:50 »
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°64

Numericable
Bizarre, bizarre, vous avez dit bizarre ?
C’est l’attaque en justice de Bouygues Telecom contre Numericable et qui réclame 53M€ ! Faut déjà rappeler que ces deux opérateurs sont partenaires. Bouygues Télécom loue le réseau de Numericable pour proposer des offres en Fibre Optique. De l’autre coté Numericable est Mvno sur le réseau de Bouygues Telecom. Drôle de façon d’entretenir un partenariat...

Enfin dans le  communiqué de presse diffusé par Numericable, il est également indiqué que le câblo-opérateur a reçu une assignation de Free afin d’obtenir l’interdiction du Document de Base utilisé pour l’introduction en Bourse de Numericable. Le motif ? Ce document, contiendrait des informations erronées et dévalorisantes pour Free. Reste à connaître quelles sont les informations «dévalorisantes» pour Free qui pourrait mettre en péril sa réussite. Le suspense est haletant...

Orange (1)
A l’occasion du salon Paris Games Week, Orange a fait le point sur son offre de jeux (01Net, 31/10) et compte 60 000 clients sur son offre jeux et estime à 2 millions le nombre de sessions de jeu depuis le lancement de l’offre : "La plateforme tourne 24/24, aucun temps mort. Il y a toujours des joueurs connectés" explique Jean-François Rodriguez, directeur des jeux d’Orange.
A l’occasion de ce salon Orange a également annonce le lancement d’une offre jeux pour mobile en illimité (Le Figaro, 30/10), uniquement valable sur Android.

Orange (2)
Le Fonds Stratégique d'Investissement (FSI) a revendu à Orange ses 14,6% détenus dans l'activité internet de la radio Skyrock pour 5,1 millions d'euros (ZdNet, 31/10). Fin 2011, Orange avait déboursé 14 millions pour 34,15 % des parts. Orange est donc désormais à la tête de 48,75% des activités Web de Skyrock et même de 2% du capital de la radio elle même.
Certes, le dossier traîne des considérations politiques lourdes, mais que peut donc faire Orange de Skyrock ? Il y a encore une grosse activité liée aux blogs, mais quelles synergies avec Deezer et/ou Dailymotion ? Orange va-t-il rechercher un acheteur ou un partenaire ?


Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #85 le: 08 novembre 2013 06:53:03 »
Quelques chiffres sur Orange. Une petite série qui va permettre de faire ressortir quelques chiffres tirés du document de référence 2012 et qui a été publié en mai 2013 (document légal et annuel qui est publié lors de la présentation des comptes).

Première partie : une présentation du marché des télécommunications
A noter que ce marché est en progression sur l’ensemble des continents sauf en Europe. Et qu’il baisse fortement en Europe occidentale. C’est dans la zone Afrique / Moyen Orient qu’il est en plus forte progression. Et en Asie / Pacifique que ce marché est le plus important.



Le deuxième tableau montre que le marché européen est plus que mature en ce qui concerne la téléphonie mobile, ce qui explique que le chiffre d’affaire ne peut plus progresser autant qu’auparavant sauf à monétiser de nouveaux services. Ce n'est pas le développement de la 4G qui permettra aux opérateurs de reconstituer leurs marges, au mieux elles resteront stables.   



Le troisième tableau détaille un peu plus l’évolution en fonction du type de marché (mobile, téléphonie fixe / internet, .data et entreprise). Cela confirme que les voyants sont au rouge ou à l’orange en Europe. Seule la zone Afrique / Moyen Orient est dans le vert.



Les explications d’Orange sur les Perspectives et tendances du marché des services de télécommunications :

"La concurrence restera forte, notamment avec les acteurs over the top (OTT) tels que Google, Amazon, Microsoft (Skype), et Apple, qui constituent une menace sur les revenus des services des opérateurs de télécommunications tels que la voix ou les SMS.

OVUM estime ainsi que l’utilisation de la messagerie via les médias sociaux a coûté 23 milliards de dollars de perte de revenu SMS pour les opérateurs en 2012, et pourrait atteindre plus de 50 milliards de dollars d’ici 2016.
Les opérateurs tentent de relever ce défi en lançant leurs propres services sur le modèle OTT, comme le service de communications unifiées Joyn, adopté par le groupe France Télécom-Orange.
Parallèlement, les rapprochements entre opérateurs et acteurs OTT devraient se multiplier dans une optique de coopération.

Par ailleurs, le haut débit mobile constitue pour les opérateurs le plus important relais de croissance. Ce segment devrait croître en effet de près de 19,2 % par an entre 2013 et 2016, et générer 123 milliards de dollars de revenus supplémentaires (source : OVUM). Les autres opportunités de croissance des opérateurs concernent notamment le développement du Cloud, du M2M, de l’internet des objets, de la TV et vidéo, des jeux en ligne.

Enfin, l’adoption des modèles de co-investissement et de partage de réseaux entre opérateurs devrait s’accélérer sous la pression de la pénurie de fréquences et de la hausse des coûts de déploiement du réseau. Les autorités de régulation devraient favoriser ce type de mouvement et la mutualisation pourrait ainsi s’accélérer dans le secteur des mobiles en Europe (Allemagne, Italie, Espagne) et aux Etats-Unis
".

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #86 le: 11 novembre 2013 07:48:17 »
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°65

Bouygues Telecom
Après Orange avec Sosh, Bouygues lance une offre d'accès internet fixe avec appels illimités à 15,99 euros moitié moins chère que le triple-play classique. Bouygues aurait dû pousser le concept jusqu'au bout : juste une box et une offre internet ! La partie mobile de B&You pouvant s'occuper de la téléphonie.

Selon Les Echos (05/11) : "En vendant de la box à la découpe, Bouygues Telecom veut forcer ses concurrents à réduire leurs marges dans le triple play (intégrant la télévision), où le tarif standard tourne autour de 30 euros." Dans un premier temps, c’est d’abord Bouygues qui va réduire ses marges.

SFR
C’est confirmé, SFR va vendre Maroc Télécom au groupe émirati Etisalat pour 4,2 milliards d’euros (Libération, 05/11). L’opération devrait être finalisé pour le début 2014. Présent dans le fixe, le mobile et internet, Maroc Telecom, dont Vivendi est actionnaire depuis 2001, est l’un des principaux opérateurs du continent africain avec des filiales au Burkina Faso, au Gabon, au Mali et en Mauritanie. C’est la première capitalisation boursière de la Bourse de Casablanca.

Il y a quelques semaines, la filiale Activision a été vendue pour 6 milliards d’euros et la décision  a été prise (Les Echos, 11/09) officiellement par Vivendi de se séparer de SFR. Cette décision devant être entérinée en mai prochain lors la prochaine assemblée générale des actionnaires. 

Pour Vivendi le but est de se recentrer sur les médias avec Canal+ et Universal Music Group. D’ailleurs, la vente de Maroc Télécom et d’Activision va servir à désendetter le groupe Vivendi et permettre à Canal+ de racheter pour 1 milliard d’euro les parts minoritaires détenues par Lagardère.

beIN Sport
En attendant que Canal+ soit au centre de l’activité de Vivendi, dans la bataille des droits télé, beIN Sport inflige un revers à Canal+ sur les courts de tennis. La chaîne a acquis, pour la période 2014-2018, l’exclusivité des droits de Wimbledon, des Masters 1000 (hormis Monte-Carlo et Paris-Bercy) et des tournois ATP 500, jusqu’ici détenus par Canal+.
Eurosport possède les droits de l’Open d’Australie jusqu’en 2016 et ceux de l’US Open jusqu’en 2017 et les droits de Roland Garros sont en phase de négociation (L’Equipe, (08/11).

Orange
Orange a investi 350 millions d'euros dans son réseau de fibre optique cette année, sur un total de 2 milliards d'euros prévu sur la période 2010-2015 Les Echos, 28/10). C’est bien, l’effort ne doit pas cesser.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #87 le: 12 novembre 2013 06:51:04 »
L’ARCEP vient de publier son tableau de bord (données provisoires) sur la téléphonie mobile pour le troisième trimestre 2013. Au-delà des chiffres sur la consommation voix et data, cela permet de dégager quelques tendances sur le marché du mobile.

Marché professionnels et particuliers en Métropole et DOM-TOM : généralités
Au niveau national (Métropole + DOM-TOM), il faut noter (tableau 1.1) une augmentation du parc total actif de 726 000 clients (1 client = 1 ligne mobile) sur le trimestre, ce qui porte le total à 75,505 000 millions. Apres une augmentation de  975 000 clients sur le deuxième trimestre, 429 000 clients sur le premier trimestre 2013 et de 1,205 000 pour le troisième trimestre 2012.

Toujours au niveau national, le prépayé est négatif de 741 000 à 15,898 000 millions, alors qu’il avait perdu 680 000 au T2 2013, 925 000 au T1 et 88 000 au T3 2012.
Le parc total augmente de 5,0% sur un an (entre septembre 2013 et septembre 2012) contre 6,9% au T2 (entre juin 2013 et juin 2012).

Professionnels et particuliers en Métropole : généralités
41% des abonnements sont désormais libres d'engagement (tableau 2.1), contre 39% &u T2 2013, 36% au T1 2013 et 29% au T2 2012. En douze mois, le nombre de personnes sans engagement est ainsi de 15,4 millions à 23,8 millions. Free Mobile, mais aussi Sosh, B&You et Red sont passés par là.

Le nombre de numéros mobiles portés est de 1,320 000 (Tableau 2.2) au lieu de 1,405 000 au T2 2013, 1,851 000 pour le T1 et de 1,293 000 au T3 2012. C’est du même niveau qu’avant l’arrivée de Free Mobile. Cela représente 2,4% des forfaits, contre 2,3% en décembre 2011 et 5,7% en mars 2012. Sur 2013, ce taux était de 3,9% à fin décembre 2012. 

Le taux de résiliation (tableau 2.2) pour les forfaits est en baisse et retrouve son niveau moyen de 2011. Il est de 4,1% au lieu de  4,5% au T2 2013, de 5,3% au T1 2013 et de 4,7% au T3 2012. Par contre, pour ce qui concerne le prépayé, ce taux est de 20,8%, de 17,4% au T2, de 18,1% au T1 2013 et 15,5% au T3 2012.

Professionnels et particuliers en Métropole : les opérateurs
64,932 000 millions de clients ont souscrit à un service mobile (tableau 2.2) auprès de l’un des quatre opérateurs de réseaux mobiles métropolitains (Bouygues Telecom, Free Mobile, Orange France et SFR), soit une augmentation de 681 000 (1,1%) au lieu de 950 000 (1,5%) pour le T2 et +489 000 (+0,8%) sur le T1 2013.

Les forfaits représentent 54,354 000 millions de clients (tableau 2.2), soit une augmentation de 1,357 000 (+2,6%) sur le trimestre, au lieu de 949 000(+1,5%) sur le T2, de +489 000 (+3,0%) sur le T1 2013 et de 1,348 000 (+2,9%) sur le T3 2012.
Le prépayé représente 10,578 000 millions de clients soit une baisse de 676 000 (-6,0%) au lieu de 739 000 (-6,2%) sur le T2 et une baisse de 837 000 (-6,5%) sur le T1 2013 et d’une hausse de 32 000  (+0,3%) au T3 2012.         

Professionnels et particuliers en Métropole : les Mvno
7,877 000 millions de clients ont souscrit à un service mobile auprès d’un Mvno (tableau 2.2), soit une hausse 15 000 (+0,2%) sur le trimestre au lieu de 151 000 (1,9%) sur le T2, d’une hausse de 27 000 (+0,4%) au T1 2013 et de +73 000 (0,9%) au T3 2012. Les Mvno représentent 10,8% du marché total sur ce trimestre, au lieu de 10,9% soit le même chiffre qu'au T1, et de  11,3% au T3 2012 !   
Les Mvno représentent 41% du marché du prépayé contre 44% au T2 2013, 40,3% au T1 2013 et 39% au T3 2012.

Alors ?
Le troisième trimestre 2013 retrouve un bon rythme de croisière et confirme les chiffres du second trimestre après un petit premier trimestre. Les tendances s’amplifient :
- Développement des forfaits sans engagements, même si cela se tasse sur ce trimestre.
- La part des Mvno s’effrite, le léger développement des forfaits ne compense pas l'effondrement du prépayé
Le prépayé s’effondre et est passé de 20,9% des clients en septembre 2012 à 16,3% en septembre 2013.. 
- Les offres de Bouygues Télécom (B&You), Free, Orange (Sosh) et SFR (Red, Joe Mobile), le quadruple play et le M2M tirent le marché.
- Les taux de résiliation et le nombre de numéros portés ont retrouvé le rythme d’avant l’arrivée de Free Mobile. 

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #88 le: 13 novembre 2013 06:47:49 »
Alors que Bouygues Telecom doit publier ses résultats ce soir, un rappel sur les résultats d’Orange et les tendances pour ce trimestre.

Orange a gagné 71 000 nouveaux clients sur ce trimestre, dont 37 000 en ADSL. Orange estime sa part de conquête sur le haut débit (hors Fibre Optique) à 27%. Ce qui pourrait donner 137 000 nouveaux clients pour l’ensemble du trimestre.

Selon les estimations de François04,  Free pourrait avoir conquis entre 40 000 et 50 000 clients  (ADSL + Fibre Optique), ce qui par déduction pourrait donner entre 50 000 et 60 000 clients pour SFR et Bouygues (ADSL + Fibre Optique).

En comptant la Fibre Optique, Orange pourrait (devrait) même passer devant Free.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #89 le: 13 novembre 2013 18:37:32 »
Bouygues Telecom vient de présenter ses résultats pour le troisième trimestre 2013. C’est moyen sur le fixe et le mobile et même B&You progresse moins vite que d'habitude. D’ailleurs "Bouygues Telecom révise, en conséquence, à la baisse de 250 millions d’euros sa précédente prévision de chiffre d’affaires pour 2013 pour l’établir à 4 600 millions d’euros". La 4G va être importante pour Bouygues. 

Haut débit
Au total avec Darty, il y a  1,941 000 clients (ADSL et Fibre Optique), soit +425 000 (28,8,%) sur un an et +40 000 (2,1%) sur le dernier trimestre. Il y a 334 000 clients sur le réseau Numéricable. L’intégration de Darty ne permet pas de gains significatifs. Il reste encore 152 000 clients chez Darty. 

Mobile
Coté mobile, les résultats sont pas bons. C’est une perte de 192 000 clients. 45 000 sur les forfaits et 147 000 sur le prépayés. Sur un an, le nombre total de clients est 11,094 000 contre 11,032 000 soit un gain de 62 000 (+0,6%) clients. 

B&You cartonne un peu moins avec 1,634 000 soit un gain de 33 000 clients en trois mois (+188 000 pour le deuxième trimestre, +335 000 lors du premier trimestre 2013). Cela représente 14,7% du total de sa clientèle et 16,7% de ses forfaits. Pour rappel, B&You comptait 452 000 clients au 30 juin 2012.

Pour rappel,
Les chiffres au 30 juin 2013
Haut débit
Au total avec Darty, il y avait 1,901 000 clients (ADSL et Fibre Optique), soit +202 000 (11,9%) sur un an et +10 000 (0,5%) sur le dernier trimestre. Il y a 320 000 clients sur le réseau Numéricable. L’intégration de Darty ne permet pas de gains significatifs. 

Mobile
Coté mobile, les résultats sont moyens. C’est un gain de 15 000 (0,1%) clients sur le trimestre dont +193 000 coté forfait et -178 000 coté prépayés. Sur un an, le nombre total de clients est 11,286 000 contre 10,854 000 soit un gain de 432 000 (+4%) clients. 

B&You cartonne un peu moins avec 1,601 000 soit un gain de 188 000 clients en trois mois (+335 000 lors du premier trimestre 2013). Cela représente 14,1% du total de sa clientèle. Pour rappel, B&You comptait 452 000 clients au 30 juin 2012.


Les chiffres au 30 septembre 2012
Haut débit
Il y avait 1,476 000 clients (ADSL et Fibre Optique), soit +357 000 (31,9%) sur un an et +78 000(5,6%) sur le dernier trimestre. En intégrant les 282 000 clients de Darty, Bouygues atteint 1,758 000 clients dont 256 000 en Fibre Optique.

Mobile
Coté mobile, les résultats sont moyens. Le total est de 178 000, mais le détail est moins flamboyant : en incluant les derniers rachats, Darty Mobile (64 000) et Simyo (103 000), Bouygues gagne 11 000 clients.
Coté contrats, c’est mieux, c’est un gain de 124 000 clients.
B&You cartonne avec 625 000 clients soit un gain de 173 000 clients en trois mois. Cela réprense 7,0% du total de sa clientèle (hors Darty et Simyo). 
Pour rappel,
B&You comptait 570 000 clients au 15/09 (soit 6,4% de sa clientèle au 30 juin). Ce chiffre était de 452 000 au 30 juin (soit 5,1% de sa clientèle au 30 juin).
« Modifié: 13 novembre 2013 19:27:02 par Hammett »

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #90 le: 14 novembre 2013 06:51:47 »
Ce soir, c’est SFR qui communique ses résultats. Free devrait suivre demain.

Pour le fixe, en fonction des résultats d’Orange et de Bouygues et selon les diverses prévisions cela pourrait donner environ 20 000 recrutements pour SFR et entre 40 et 50 000 pour Free.

Coté mobile, si l’on prend en compte les 711 000 nouveaux clients comptés par l’ARCEP (tableau 1.1, soit 726 000 nouveaux clients moins les 15 000 clients des Mvno) et en retranchant les résultats d’Orange (+58 000 nouveaux clients) et de Bouygues (-192 000 clients), il resterait environ 577 000 nouveaux clients à se « partager » entre SFR et Free.

Lors du trimestre précédent Free avait gagné 720 000 nouveaux clients et SFR 330 000. Une proportion identique donnerait 395 000 nouveaux clients pour Free et 182 000 pour SFR. 

Pour Bouygues, on peut plus facilement comprendre la dernière relance de l’offre B&You. Avec seulement un gain de 33 000 nouveaux clients, si ce moteur de croissance vient à caler, c’est toute la machine qui se grippe.
A titre de comparaison Sosh fait quasiment jeu égal avec 1,617 000 clients, pour 1,634 000 pour Bouygues. Il suffit de regarder les écarts sur les trimestres précédents pour constater le coup de mou pour B&You.
L’autre relais de croissance pour Bouygues est la 4G, qui revendique 500 000 clients contre 350 000 à fin septembre. Il va falloir un peu de temps pour en juger les résultats.       

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #91 le: 14 novembre 2013 09:38:29 »
Petite erreur : c'est 845 000 nouveaux clients à se répartir entre Free et SFR.


Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #92 le: 14 novembre 2013 17:17:10 »
SFR vient de présenter ses résultats pour le troisième trimestre 2013. Ils sont moyens sur le fixe (ADSL et Fibre Optique) et assez bons sur le recrutement d’abonnés sur le mobile. Sur un an, les indicateurs financiers (Chiffre d’affaire, Ebitda, résultat) sont en forte baisse. 

Par rapport aux prévisions : sur le fixe (ADSL et Fibre Optique) SFR fait un peu mieux que prévu et fait jeu égal avec Bouygues. Il reste à attendre les résultats de Free qui seront publiés demain, mais cela devrait être dans les mêmes eaux.
Pour le mobile, c’est encore un bon trimestre pour SFR qui limite la casse sur le prépayé, par rapport aux chiffres de l’ARCEP, cela pourrait donner 660 000 nouveaux clients pour Free. Pour rappel, Orange fait mieux sur les forfaits avec +414 000, mais plonge sur le prépayé avec -356 000. Bouygues plonge de 192 000, soit -45 000 sur les forfaits et -147 000 sur le prépayé. 

Haut débit
Il y a 5,209 000 (ADSL et Fibre Optique), soit +169 000 (+3,4%) sur un an et + 45 000 (+0,9%) sur le dernier trimestre. L’offre 4P « Multi-Packs » représente près de 2,200 000 clients, soit +100 000 sur le trimestre précédent.
 
Mobile
Sur les forfaits, SFR a gagné 360 000 clients sur le trimestre (+2,0%) soit un total de 17,732 000 clients, sur un an le gain est de 1,278 000 (7,8%).
En prépayé SFR a perdu 72 000(-2,0%) clients sur le trimestre, soit un total de 3,505 000, sur un an le perte est de 917 000(-20,73%) clients.
Le parc total (avec le prépayé) s’élève à 21,337 000 clients, soit un gain de 288 000(+1,4%) clients par rapport au trimestre précédent.
Encore une fois, pas de chiffres sur Red et Joe Mobile. En un an, la part de marché estimée par SFR est passée de 29% à 28,1%.

Pour rappel,
Les chiffres au 30 juin 2013
Haut débit
Il y avait 5,164 000 clients (ADSL et Fibre Optique), soit +148 000 (+2,9%) sur un an et + 33 000 (+0,6%) sur le dernier trimestre. L’offre 4P « Multi-Packs » représente près de 2,100 000 clients, soit +100 000 sur le trimestre précédent.
 
Mobile
En un an SFR a gagné 552 000 abonnés soit 17,372 000 clients. Le parc total (avec le prépayé) s’élève à 21,049 000 soit un gain de 330 000 clients par rapport au trimestre précédent. En prépayé SFR a perdu 220 000 clients sur le trimestre, soit un total de 3,677 000.
En un an, SFR a gagné 259 000 clients : perdu 699 000 clients en prépayés et gagné de 958 000 abonnés à un forfait. 
Encore une fois, pas de chiffres sur Red et Joe Mobile. En un an, la part de marché estimée par SFR est resté le même à 28,1%.

Les chiffres au 30 septembre 2012
Haut débit
Il y avait 5,040 000 clients (ADSL et Fibre Optique), soit +28 000 (+,0 ;6%) sur un an et 24 000 (+0,5%) sur le dernier trimestre. L’offre 4P « Multi-Packs » représente 1,700 000 clients, soit +100 000 sur le trimestre précédent.
 
Mobile
SFR avait gagné 40 000 abonnés, le parc total s’élève à 20,876 000 soit une augmentation de 86 000 clients par rapport au trimestre précédent. Pas de chiffres dur Joe Mobile et sur Red.
« Modifié: 14 novembre 2013 22:16:09 par Hammett »

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #93 le: 14 novembre 2013 18:55:28 »
Pour Free, le consensus des "analystes" : "Le consensus mise sur une hausse de 641.000 abonnés mobiles durant le 3ème trimestre, et de 64.000 pour les abonnés haut débit, soit un parc qui atteindrait respectivement 7,436 millions et 5,582 millions d'abonnés."

Résultats demain matin.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #94 le: 14 novembre 2013 22:07:41 »
Coquille sur le prépayé de SFR : c'est une perte de 172000 clients sur le trimestre. Ce qui diminue le total à 188 000  en gain de clients pour SFR  et par déduction pourrait donner +660 000 pour Free sur le mobile.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #95 le: 15 novembre 2013 07:09:42 »
Iliad vient de publier ses résultats pour le troisième trimestre 2013. Les résultats sont bons commercialement sur le fixe et le mobile. Concernant le mobile, il conviendrait de connaitre la structure des abonnements pour se faire une idée plus précise. Free ne dit rien là-dessus. Sur le fixe, cela reste C’est Orange qui arrive en tête. A noter que Free ne donne pas d’indications sur Alice. Les chiffres du consensus étaient quasiment les bons.

Haut débit
Il y a 5,580 000 soit +323 000 (6,1%) sur un an et +62 000 (1,1%) sur le dernier trimestre. C’est le même résultat que le trimestre dernier. Free ne donne pas de détails sur la répartition entre Free et Alice. Free ne donne pas  de répartition entre l’ADSL et la Fibre, et ne donne pas de chiffres sur la V6. 
Il y a 94,6% de clients dégroupés, soit 5,278 000 clients et donc 302 000 non dégroupés.

Mobile
Il y a 7,435 000 soit +640 000 clients (9,4%) sur le trimestre, ce qui est en proportion un petit trimestre pour Free. Free ne donne pas de détails sur la répartition de ses forfaits. Iliad annonce une part de marché à 11%.

Pour rappel,
Les chiffres au 30 juin 2013
Haut débit
Il y avait 5,518 000 soit +371 000 (7,2%) sur un an et +62 000 (1,7%) sur le dernier trimestre. Dans le détail : +84 000 pour Free soit 5,388 000 et -22 000 pour Alice soit un total de 130 000 clients.
Free annonce que sur 84 000 recrutements, 15 000 proviennent d’Alice, soit 17,9%. En 2012, sur 515 000 recrutements, 140 000 provenaient d’Alice, soit 27,2%, En 2011 seul 85 000 ‘’Aliciens’ étaient passés chez Free, ce qui représentaient 17,2% des 492 000 recrutements. 

Il y a 94,2% de clients dégroupés, soit 5,209 000 clients et donc 309 000 non dégroupés. Depuis son achat par Free, Alice a perdu 720 000 clients. Combien de temps encore, Alice va-t-il demeurer comme marque commerciale ? 
Free ne donne pas  de répartition entre l’ADSL et la Fibre, et ne donne pas de chiffres sur la V6.

Mobile
Il y avait 6,795 000 soit +720 000 clients (11,8%) sur le trimestre, ce qui est en proportion n petit trimestre pour Free. Free ne donne pas de détails sur la répartition de ses forfaits, le seul indicateur est : "Le Groupe a accéléré sa conquête d’abonnés sur les utilisateurs ayant une consommation modérée (forfait mobile à 2€/mois)" qui semble montrer que la croissance est plutôt à rechercher vers les petits forfaits. Iliad annonce une part de marché au-delà des 10%.

Les chiffres au 30 septembre 2012
Haut débit
Il y avait  5,257 000 clients soit +467 000 (9,7%) sur un an et +110 000 (2,1%) sur le dernier trimestre. Dans le détail : +142 000 pour Free soit 5,027 000 et -32 000 pour Alice soit 230 000.

Il y avait  93,8% de clients dégroupés, soit 4,931 000 clients et donc 326 000 non dégroupés. Depuis son rachat par Free, Alice a perdu 620 000 clients.
Free ne donne pas  de répartition entre l’ADSL et la Fibre.

Mobile
Il y avait 4,405 000 clients, soit +805 000 (22,40) sur le trimestre. C’est un  (petit) atterrissage par rapport au trimestre précédent ou le gain avait été de 990 000. Malheureusement Free ne donne pas de détails sur la répartition de ses forfaits. Le chiffre d’affaire est de 558 millions sur les 9 premiers mois, soit 14€ par client.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #96 le: 15 novembre 2013 08:47:18 »
Quelques statistiques sur les parts de conquête sur le troisième trimestre. Cela indique le gain (ou la perte) de nouveaux clients en ADSL et Fibre Optique.
Globalement, c’est un encore un petit trimestre en termes de nouveaux clients. Petit événement, grâce à la Fibre Optique, c’est Orange qui termine sur la première place du podium.

Orange termine premier sur ce trimestre, une première depuis une éternité. Et ce résultat est obtenu grace à la Fibre Optique. Même en ADSL il fait mieux que SFR et Bouygues. Orange a recruté 37 000 clients en ADSL et 34 000 sur la Fibre. 

Free termine deuxième du trimestre. Iliad n’a pas donné de détails sur la répartition entre Free et Alice et ce que représentait la migration des Aliciens vers Free. Rien de grave ?   

SFR termine troisième du classement. Sur la base de la répartition ADSL/Fibre donnée au 30 juin, le recrutement serait de 30 000 en ADSL et de 15 000 sur la Fibre.

Bouygues se redresse un peu par rapport au trimestre précédent, mais termine encore une fois dernier. Dans le détail, il y a 27 000 clients en ADSL et 14 000 clients sur la fibre

Numéricable Pas grand-chose à dire, c’est dans la lignée des trimestres précédents et gagne 17 000 nouveaux clients.

En ce qui est des offres en Quadruple Play. Orange revendique 4,268 000 clients Open, SFR avec son offre multi-packs 2,248 000 clients et Bouygues est dans l’inconnu, l’opérateur ne  donnant plus le détail des chiffres de Darty, mais il doit être au-delà de 1,700 000 clients. Free ne donne pas de chiffres, mais cela doit être important également et doit tourner autour de 50% de ses clients mobiles soit 3,720 000.

Gain de nouveaux clients sur le troisième trimestre 2013
Orange : 71 000, soit 32,4% en part de conquête.
Iliad  62 000 soit 28,3%
SFR : 45 000, soit 20,5%.
Bouygues : 41 000 soit 18,7%.

Total 219 000

Gain de nouveaux clients sur le second trimestre 2013
Iliad  62 000 (Free + 84 000, Alice -22 000),  soit 42,5% en part de conquête.
Orange : 41 000, soit 28,1%.
SFR : 33 000, soit 22,6%.
Bouygues : 10 000 soit 6,8%.
Total 146 000

Gain de nouveaux clients sur le premier trimestre 2013
Iliad 92 000 (Free 134 000, Alice -39 000), soit 39,3% en part de conquête,
SFR 56 000, soit  23,9%
Bouygues Telecom 45000 (Bouygues 68 000 et Darty -23 000), soit 19,2%,
Orange 41 000, soit 17,5%, 
Total 234 000

Gain de nouveaux clients sur l’année 2012
Iliad 515 000 (Free 712 000, Alice -197 000), soit 44,1% en part de conquête,
Bouygues Telecom 324 000, soit 27,7%,
Orange 296 000, soit 25,3%,
SFR 33 000, soit 2,8%.     
Total 1,168 000

Gain de nouveaux clients sur le quatrième trimestre 2012
Iliad 107 000 (Free 146 000, Alice -39 000), soit 36,0% en part de conquête,
Bouygues Telecom 88 000, soit 29,6%,
Orange 67 000, soit 22,6%,
SFR 35 000, soit 11,8%     
Total 297 000

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #97 le: 18 novembre 2013 06:48:02 »
Après la publication des résultats à fin septembre 2013, voici le tableau récapitulatif des parts de marché dans le haut et très haut débit.

Pour la rubrique « Autres », ce sont aussi les résultats à fin juin 2013 calculés avec les statistiques trimestrielles de l’ARCEP en ôtant les chiffres publiés par les opérateurs au 30 juin.
Ce sera mis à jour avec la prochaine livraison prévue le 28 novembre. Les chiffres de Bouygues, Free, Numericable Orange et SFR sont tirés des communiqués de presse publiés.
A noter que c'est un petit trimestre en terme de recrutement avec 235 000 nouveaux clients. Petite forme passagère qui succède à un autre trimestre morose. Marché très mature qui se développe très lentement ? Il faut noter que les recrutements en Fibre Optique commencent à devenir significatifs.



Bouygues est toujours en relative petite forme et a du mal à trouver un second souffle après avoir cartonner avec son offre 4P, Idéo. Le seuil des 2 millions de clients est proche. Le rachat de Darty a t-il permis de cacher un peu plus ce ralentissement des recrutements ou Bouygues a t-il raté l’intégration des clients Darty ?
Bouygues revendique 334 000 clients en Fibre Optique via la location du réseau de Numéricâble.

Free poursuit son ascension, mais avec des chiffres moins importants. Il ne termine que deuxième sur le podium. Est-ce un début de décollération entre son offre mobile et son offre fixe ? Le prochain trimestre permettra d'en savoir un peu plus. Si c'était le cas, ce serait un retour à la normale.
Free n’a donné aucun chiffres sur Alice. Dommage, cela aurait permis de faire le point 5 ans après son rachat. Free ne donne toujours pas de chiffres sur ses abonnés Fibre, ni sur la V6.

Numericable Bis repetita. La progression est là, mais de trimestre en trimestre cela ne bouge pas beaucoup en regard du potentiel. Numericable est seul ou presque sur son réseau et Bouygues recrute y autant, voir plus. L’introduction en bourse va-t-elle relancer notre cablo-opérateur ? 

Orange se paye le luxe de finir premier sur le trimestre et pas simplement grâce à la Fibre Optique, mais d’abord avec l’ADSL. La Fibre Optique monte en régime et Orange revendique 273 000 clients sur ce segment. Orange n'a pas donné de chiffres sur la Livebox Play. 

SFR fait un peu mieux que Bouygues, mais cela reste assez calme. LE coté positif est que SFR "engrange" sans faire trop de bruit. Sur la base des chiffres donnés à fin juin, le nombre de clients en Fibre Optique devrait être autour de 140 000.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #98 le: 19 novembre 2013 06:50:56 »
Après la publication des résultats à fin septembre 2013, voici le tableau récapitulatif des parts de marché dans la téléphonie mobile.

Les Mvno sont indiqués à part. Parce que seul Orange publie des résultats détaillés concernant les Mvno hébergés sur son réseau. Depuis l’arrivée de Free, SFR et Bouygues ne publient plus les résultats de leurs Mvno. SFR ne donne que ses résultats propres et Bouygues additionne ses résultats avec ceux de ses Mvno.
 
Les chiffres des Mvno sont ceux donnés par L’ARCEP lors de son récapitulatif trimestriel (Tableau II.2). Le nombre de clients de Bouygues est recalculé en fonction du nombre total hors Mvno défalqué des chiffres d’Orange, SFR et Free.



Operateurs

Bouygues cède du terrain et passe sous la barre des 13% et voit arriver de plus en plus rapidement Free dans son dos. Sur le trimestre, Il est le seul des 4 opérateurs à perdre des clients sur le segment des forfaits. Le lancement de la 4G suffira-t-il à relancer Bouygues ?  Là, de toute façon, cela risque de lui coûter cher en frais commerciaux.

Free a dépassé la barre des 10% de parts de marché. En 18 mois, c'est énorme, même si cela s'explique en grosse partie par le succès de son forfait à 0/2€ et par sa forte de clients sur le fixe. Pour atteindre l'objectif affiché de 15% et même 25% du marché, il va falloir à Free d'autres leviers de croissance, comme par exemple subventionner des téléphones. Lors du prochain trimestre, Free devrait dépasser la part de marché de l’ensemble des Mvno et se rapprocher un peu plus de Bouygues Télécom.

Orange engrange des recrutements de clients sur les  forfaits, mais cela compense à peine la perte sur de clients sur le prépayé et cela ne suffit donc pas à enrayer ses pertes en part de marché. L’objectif affiché par  l'opérateur est d’être à 35% à fin 2013, c’est bien parti être un peu au dessus. .

SFR arrive à stabiliser sa part de marché au-delà de 29% et sans faire trop de bruit. En l’état actuel, que demander de plus ?
 
Les Mvno voient leurs parts de marché baisser alors que le nombre de carte Sim en circulation augmente. Principaux pourvoyeurs d'offres prépayés, ils sont les victimes principales des offres sans engagement. Le total des Mvno devrait être dépassé par Free lors du prochain trimestre. A noter que NRJ Mobile et Virgin Mobile devraient pouvoir offrir la 4G avant Free Mobile. Comme pour Bouygues Télécom, cela suffira-t-il à les relancer ?

Offres sans engagement
B&You compte 1,634 000 (au 30 septembre) clients soit 17,4% de la base clientèle de Bouygues Télécom. Pour SFR et selon les derniers chiffres au 30 juin, Red comptait environ 1,400 000 clients soit 6,7% de la base clientèle de SFR. Sosh compte 1,617 000 clients (au 30 septembre) soit 6,0% de la base clientèle d’Orange. 

Mvno
Orange héberge 1,634 000 pour le compte de Mvno, contre 1,658 000 au 30 juin, 1,849 000 au 31 mars, 2,288 000 au 31 décembre 2012 et 3,062 000 au 31 mars 2013. C’est le seul opérateur a donné des chiffres sur "ses" Mvno. Bouygues Telecom et SFR ne donnent pas de chiffres.


Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #99 le: 20 novembre 2013 06:42:29 »
Suite à la publication des résultats d’Orange, de Bouygues et de SFR, il est un peu plus simple de se faire une idée de l’effet Free Mobile pour ces trois opérateurs, les départs ne correspondent automatiquement à une arrivée chez Free, car il y aussi des mouvements entre opérateurs et Mvno.
   
Après 21 mois d’exploitation de Free Mobile, il est à noter que la tendance se confirme : Orange, SFR et Bouygues perdent toujours autant de clients en prépayés : c’est quand même un débours de 3,600 000 millions de clients perdus !

Les forfaits eux sont dans le vert et même au beau fixe pour Orange et SFR. Par contre, c’est une contre-performance pour Bouygues avec une perte de 45 000 forfaits. Depuis l’arrivée de Free Mobile, c’est un gain de 2,700 000 millions de forfaits. Par contre la structure de la clientèle change, car cela reste avec du sans engagement B&You, Red et Sosh et au M2M. 

Par rapport à la base clientèle au 31 décembre 2011, c’est Bouygues qui souffre le plus avec une perte de 3,9% de sa clientèle. Vient ensuite Orange avec une perte de 1,2% et SFR avec une perte de 1%. Encore une fois, ces pertes de clients/lignes portent uniquement sur le prépayés.