Hammett

Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« le: 07 août 2013 07:07:49 »
Tentative d'état des lieux des parts de marché de nos opérateurs et FAI sur le haut et très haut débit et sur le mobile. La méthode est de reprendre les chiffres publiés par la presse ou par nos opérateurs et FAI et de les comparer sur la durée.     

Avant la publication des chiffres du deuxième trimestre 2013, un rappel sur les chiffres arrêtés au 31 mars 2013.

Première partie : haut et très haut débit

1 - Nombre d’abonnements haut et très haut débit (chiffres ARCEP)


Sur la FTTH, au 31 mars, Orange annonçait avoir atteint 206 000 clients sur un total de 366 000 clients comptés par l’ARCEP, soit une part de marché de 56,3%. Au 31 décembre, Orange comptait 176 000 clients soit une part de marché de 56%. Contrairement à Bouygues et à Orange, SFR et Free ne donnent pas de chiffres sur la fibre optique.

Sur le très haut débit, Numéricâble compte 993 000 clients, soit 58,2% en parts de marché sur le total de l'ARCEP. Bouygues Télécom compte 312 000 clients, soit 18,3% en pdm. Orange compte 206 000 clients, soit 12,1% en pdm. SFR compte 120 000 clients, soit 7% en pdm. Autres (la différence entre le total ARCEP et le total opérateur) 74 000 clients pour 4,3% de pdm.


Source : observatoire de l’ARCEP arrêté à fin mars 2013.

2  - Récapitulatif calculé à partir des communiqués des FAI


3  - Parts de conquête
Quelques statistiques sur les parts de conquête. Cela indique le gain (ou la perte) de nouveaux clients en ADSL et Fibre Optique.

En ce qui est des offres en quadruple play. Orange revendique 3,438 000 clients Open, SFR avec son offre multi-packs 2,000 000 clients et Bouygues environ 1,631 000 clients. Free ne donne pas de chiffres, mais cela doit être important également et doit tourner autour de 50% de ses clients mobiles soit 3,037 000.

Gain de nouveaux clients sur le premier trimestre 2013
Iliad 92 000 (Free 134 000, Alice -39 000), soit 39,3% en part de conquête,
SFR 56 000, soit  23,9%
Bouygues Telecom 45000 (Bouygues 68 000 et Darty -23 000), soit 19,2%,
Orange 41 000, soit 17,5%, 
Total 234 000

Gain de nouveaux clients sur l’année 2012
Iliad 515 000 (Free 712 000, Alice -197 000), soit 44,1% en part de conquête,
Bouygues Telecom 324 000, soit 27,7%,
Orange 296 000, soit 25,3%,
SFR 33 000, soit 2,8%.     
Total 1,168 000

Gain de nouveaux clients sur le quatrième trimestre 2012
Iliad 107 000 (Free 146 000, Alice -39 000), soit 36,0% en part de conquête,
Bouygues Telecom 88 000, soit 29,6%,
Orange 67 000, soit 22,6%,
SFR 35 000, soit 11,8%     
Total 297 000

4 - Accès à la télévision (chiffres ARCEP)

Orange revendique 5,079 000 clients avec un accès actif à la TV.

5 - Bas débit (chiffres ARCEP)

Sur 202 000 abonnements, Orange en revendique 102 000. Il n’y a pas de chiffres sur les 123 000 clients des autres opérateurs.

6 - Calendrier de publication des résultats du deuxième trimestre 2013
France Télécom, le 25 juillet (avant bourse).
Bouygues Télécom, le 28 août (avant bourse).
SFR, le 29 août (avant bourse).
Iliad (Free et Alice), le 30 aout (avant bourse).

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #1 le: 07 août 2013 07:08:19 »
Avant la publication des chiffres du deuxième trimestre, un rappel sur les chiffres arrêtés au 31 mars 2013.

Deuxième partie sur la téléphonie mobile

1 - Nombre de clients à un service mobile


2 - Récapitulatif calculé à partir des communiqués des Opérateurs


Les résultats sont exprimés en milliers de clients et basés sur les communiqués des opérateurs.

Pour l’ARCEP, 63,301 000 clients ont souscrit à un service mobile auprès de l’un des quatre opérateurs de réseaux mobiles métropolitains (Bouygues Telecom, Free Mobile, Orange France et SFR), soit une augmentation de 489 000 (0,8%) sur le trimestre au lieu de 1,369 000 (+2,2%) sur le T4 2012 et de 943 000 (1,6%) au T1 2012.

Pour rappel, les quelques chiffres connus sur les Mvno :   
Virgin 1,700 000 millions de clients, NRJ +/- 1 million, LycaMobile +/- 1million, La Poste 643 000, Ortel 250 000,  Prixtel 120 000,  Zéro Forfait 90 000, Numericable 120 000, Budget Telecom 25 000.

Pour l’ARCEP, au 31 mars, les Mvno représentent 7,703 millions de clients soit une hausse 27 000 (0,4%) sur le trimestre, au lieu d’une baisse de 121 000 (-1,6%) au T4 2012 et de -47 000 (-0,6%) au T1 2012. Les Mvno représentent 10,8% du marché total au lieu de 10,9% au T4 2012 et de 11,1% au T1 2012.

3 – Numéros mobiles portés (ARCEP)


Le taux de résiliation (forfaits) est en baisse et retrouve son niveau moyen de 2011. Il est de 5,3% au lieu de 5,7 au T4 2012 et de 7,5 au T1. Par contre, pour ce qui concerne le prépayé, ce taux est de 18,1% au lieu de 17,1% au T4 2012 et 17,4% au T1 2012.   36% des abonnements sont désormais libres d'engagement, contre 33% au T4 2012 et 24% au T1 2012. En douze mois, le nombre de personnes sans engagement est ainsi de 11,8 millions à 20,0 millions.

4 – Situation des opérateurs historiques suite à l’arrivée de FreeMobile


*F = forfait et P = prépayé. Les résultats sont exprimés en milliers de clients et basés sur les communiqués des opérateurs.

5 – B&You, Red et Sosh
Sosh comptait 1,088 000 clients au 31 mars.
Red comptait 1,300 000 clients (chiffres début juin).
B&You comptait 1,413 000 clients au 31 mars.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #2 le: 07 août 2013 07:08:41 »
Orange vient de présenter ses résultats au 30 juin 2013. C’est plutôt correct sur le mobile et encore moyen sur le haut débit grâce à la Fibre Optique, par contre l’ADSL devient vraiment inquiétant.
Open et Sosh continuent de tirer les activités de l’opérateur.

A noter, 500 000 Livebox Play en circulation, la Fibre Optique en augmentation de 33 000 clients sur le trimestre, une fois de plus, la Fibre Optique recrute plus que l’ADSL.
En téléphonie mobile, la perte est moindre. Le prépayé poursuit sa chute, par contre les forfaits continuent à progresser. Orange compte 250 000 clients avec un forfait 4G.

Haut débit
Il y a 9,975 000 clients haut débit (ADSL + Fibre Optique + Satellite), soit +226 000 sur un an (2,31%) et +41 000 sur le dernier trimestre (+0,41%). L’estimation est de 40,8% en part de marché et de 19,6% en part de ADSL conquête sur le trimestre.

Open a atteint 3,821 000 (+383 000) sur le dernier trimestre et +1,710 000 sur un an (+81,0%). En ADSL, il y a 9,700 000 clients, soit +104 000 (1,08%) sur un an et +7 000 sur le dernier trimestre (+0,07%). En Fibre Optique, il y a 239 000 clients contre 206 000 le trimestre précédent.

Téléphonie Mobile
Orange a perdu 119 000 clients, soit +244 000 forfait et – 363 000 en prépayés. Sur un an, c'est un gain de 389 000 nouveaux clients (+1,47%), dont 881 000 en forfaits (+4,6%) et -492 000 en prépayés (-6,9%).
Sosh a atteint 1,364 000 (+276 000) sur le dernier trimestre.
Idem pour les Mnvo hébergés chez Orange qui perdent encore des clients par rapport au trimestre précédent à 1,658 0000, contre  1,849 000 le trimestre précédent et 2,905 000 il y a un an.

Lors des trimestres précédents Orange avait:
Perdu au T1 361 000 clients, +85 000 avec un forfait et -446 000 en prépayés.
Gagne au T4 552 000 clients, 232 000 clients avec un forfait et 320 000 en prépayés.
Gagné au T3 317 000 clients, 320 000 clients avec un forfait et -3 000 en prépayés. 
Perdu : au T2, 155 000 clients (1,751 000 nouveaux clients et 1,907 000 résiliations) contre 615 000 clients au T1 (1,697 000 nouveaux clients et 2,312 000 résiliations), mais gagné 86 000 forfaits (-387 000 clients sur le T1) et regagné 27 000 clients en juin. 
 
Source : Communiqué de presse Orange.

Pour rappel,
Les chiffres au 31 mars 2013
Haut débit
Il y a 9,934 000 clients haut débit (ADSL + Fibre Optique + Satellite), soit +263 000 sur un an (2,71%) et +41 000 sur le dernier trimestre (+0,41%). L’estimation est de 41,0% en part de marché et entre 15,7% en part de ADSL conquête sur le trimestre.

Open a atteint 3,438 000 (+400 000) sur le dernier trimestre et +1,780 000 (+107%) sur un an. En ADSL, il y a 9,693 000 clients, soit +158 000 (1,65%) sur un an et +12 000 sur le dernier trimestre (+0,12%). En Fibre Optique, il y a 206 000 clients contre 176 000 le trimestre précédent.

Téléphonie Mobile
Orange a perdu 361 000 nouveaux clients, soit +85 000 forfait et – 446 000 en prépayés. Sur un an, c'est un gain de 251 000 nouveaux clients (+1,28%), et -151 000 en prépayés (-1,97%).
Sur un an les forfaits sont en hausse de +3,8% tandis que les offres prépayées sont en recul de 5%.
Idem pour les Mnvo hébergés chez Orange qui perdent encore des clients par rapport au trimestre précédent à 1,849 000 contre 2,288 000 et 3,062 000 il y a un an.

Lors des trimestres précédents Orange avait:
Perdu au T1361 0000 clients, avec un gain de 85 000 clients avec un forfait et perte de 446 000 en prépayés.
Gagne au T4 552 000 clients, 232 000 clients avec un forfait et 320 000 en prépayés.
Gagné au T3 317 000 clients, 320 000 clients avec un forfait et -3 000 en prépayés. 
Perdu : au T2, 155 000 clients (1,751 000 nouveaux clients et 1,907 000 résiliations) contre 615 000 clients au T1 (1,697 000 nouveaux clients et 2,312 000 résiliations), mais gagné 86 000 forfaits (-387 000 clients sur le T1) et regagné 27 000 clients en juin. 
Sosh a atteint 1,088 000  (+294 000) sur le dernier trimestre, sur le quatrième trimestre le gain avait été de 254 000.

Les chiffres au 30 juin 2012
Haut débit
Il y a 9,749 000 clients haut débit (ADSL + Fibre Optique + Satellite), soit +378 000 sur un an (4,03%) et +77 000 sur le dernier trimestre (+0,79%). L’estimation est de 44,6% en part de marché et à 24,0% en part de ADSL conquête sur le trimestre.
Open a atteint 2,1 millions (+400 000) et Sosh 367 000 (+157 000) sur le dernier trimestre.
Orange a enregistré 1,751 000 nouveaux clients sur le mobile contre 1,907 000 départs, soit une perte sèche de 155 000.
En ADSL, il y a 9,596 000 clients, soit +314 000 (3,38%) sur un an et +61 000 sur le dernier trimestre (+0,63%).

Téléphonie mobile
Sur le second trimestre, Orange a perdu 155 000 clients (1,751 000 nouveaux clients et 1,907 000 résiliations) contre 615 000 clients au T1 (1,697 000 nouveaux clients et 2,312 000 résiliations), mais gagné 86 000 forfaits (-387 000 clients sur le T1) et regagné 27 000 clients en juin.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #3 le: 07 août 2013 07:09:04 »
Sur le haut et très haut débit, Orange annonce une prévision de 19,6% de part de conquête sur le trimestre. Avec 41 000 recrutements, cela donne un total de 209 000 nouveaux clients sur le trimestre.
Il reste donc 168 000 clients à repartir. Les prévisions de François04 pour Free donnent 73 000 nouveaux clients. Le reste, soit 95 000, ira-t-il à Bouygues et à SFR ?
Réponses dans quelques semaines.

A noter qu'une fois de plus Orange tire sa réussite commerciale avec la Fibre Optique, Open et Sosh. Par contre, les recrutements nets sur l’ADSL deviennent insignifiants : 7000 sur ce trimestre, après 8000 sur le trimestre précédent. Orange ne donne pas de chiffres, mais il semble donc qu’Orange garde ses clients, mais qu’ils sont de plus en plus nombreux à migrer sur Open ou Sosh.

Coté mobile, Orange annonce que "90% des clients français seraient sur des tarifs établis après l'arrivée fracassante de Free Mobile en janvier 2012, ne laissant plus beaucoup de réajustement à la baisse de ces tarifs à attendre pour 2014".
La part de marché d’Orange est de 36,2%, contre 39,8% avant l’arrivée de Free. En 18 mois, Orange a gagné 580 000 clients avec un forfait et perdu 961 000 clients en prépayés. La perte sèche est de 381 000 clients.


Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #4 le: 07 août 2013 07:09:23 »
Sur le haut et très haut débit, Orange annonce une prévision de 19,6% de part de conquête sur le trimestre. Avec 41 000 recrutements, cela donne un total de 209 000 nouveaux clients sur le trimestre.
Il reste donc 168 000 clients à repartir. Les prévisions de François04 pour Free donnent 73 000 nouveaux clients. Le reste, soit 95 000, ira-t-il à Bouygues et à SFR ?
Réponses dans quelques semaines.

A noter qu'une fois de plus Orange tire sa réussite commerciale avec la Fibre Optique, Open et Sosh. Par contre, les recrutements nets sur l’ADSL deviennent insignifiants : 7000 sur ce trimestre, après 8000 sur le trimestre précédent. Orange ne donne pas de chiffres, mais il semble donc qu’Orange garde ses clients, mais qu’ils sont de plus en plus nombreux à migrer sur Open ou Sosh.

Coté mobile, Orange annonce que "90% des clients français seraient sur des tarifs établis après l'arrivée fracassante de Free Mobile en janvier 2012, ne laissant plus beaucoup de réajustement à la baisse de ces tarifs à attendre pour 2014".
La part de marché d’Orange est de 36,2%, contre 39,8% avant l’arrivée de Free. En 18 mois, Orange a gagné 580 000 clients avec un forfait et perdu 961 000 clients en prépayés. La perte sèche est de 381 000 clients.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #5 le: 07 août 2013 07:09:43 »
Free
Les premières estimations commencent à tomber sur les résultats du deuxième trimestre de Free. Là, c’est Morgan Stanley qui s’y colle.

Selon le brooker, Free Mobile aurait recruté 650 000 nouveaux abonnés sur le trimestre. C’est très bon, mais en retrait par rapport aux chiffres habituels. Au total, il y aurait 6,725 000 millions de clients chez Free Mobile. "Le chiffre d'affaires de cette division devrait s'élever à 520 millions d'euros, en nette hausse comparé aux 320 millions d'euros publiés sur la même période en 2012. L'ARPU mobile (revenu moyen par abonné) est attendu en baisse à 14,8 euros en raison d'une légère détérioration du mix client".

Concernant le chiffre d’affaire, celui-ci serait en baisse de 70 millions sur celui du T1 (-24%) qui ressortait à 225 millions d’euros. A confirmer of course, car la baisse serait vraiment importante. La majeure partie du recrutement doit concerner des forfaits à 0/2€.   
 
Dans le fixe, le chiffre d’affaire estime est de 622 millions sur le trimestre, pour 616 millions au premier trimestre 2013 (+0,97%). Sur le premier semestre, ce serait un chiffre d’affaire de 1 238 millions d'euros contre 1 130 au premier semestre 2012 (+9,6%). Les estimations de François04 pour Free donnent 73 000 nouveaux clients (en prenant le chiffre de Free publié au 31 mars).

Free publiera ses résultats avant le 30 août.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #6 le: 07 août 2013 07:10:09 »
Virgin Mobile
Le full Mvno vient de présenter son rapport s’activité. Au 31 mars 2013, Virgin revendique 1,729 000 clients, dont 365 000 (21,1%) sont des clients en prépayés et 1,364 000 (78,9%) sont des clients abonnés.
En 2012, le nombre total de clients était de 1,800 000, dont 1,404 000 (78%) abonnés et 396 000 (22%) en prépayés. Sur les douze derniers mois Virgin a perdu 71 000 clients, dont 40 000 abonnés et 31 000 prépayés.
En 2011, le nombre total était de 1,998 000 clients, dont 1,366 000 (68,4%) clients avec un abonnement et 632 000 (31,6%) en prépayés.

En deux ans Virgin a perdu 269 000 clients (13,5%), dont 2 000 (0,1%) clients avec un abonnement et 267 000 (42,2%) clients en prépayés, ce qui fait qu’en proportion, Virgin a plus d’abonnés.       
Virgin ne donne pas de chiffres sur ses clients en quadruple play.     

Sources : Communiqué du 9/1/2013, Rapport d’activité 2012-2013.

Fibre Optique
Orange vient de publier ses résultats pour le second trimestre 2013 et si le recrutement ADSL est plutôt en berne, les recrutements en Fibre Optique ccommencent à prendre de la consistance. Orange compte 239 000 clients en FTTH et revendique 50% de parts de marché sur la technologie FTTH.

En attendant de connaitre les chiffres des autres FAI, rappel des parts de marché sur l'ensemble des technologies très haut débit. Pour l’ARCEP, un client est considéré en très haut débit, lorsque son débit théorique est supérieur à 30 Mbits/s. L'ARCEP comptabilise 1,707 000 clients sur l’ensemble des technologies de fibre optique.
A noter qu'officiellement Free ne donne pas de chiffres, il est donc comptabilisé dans la rubrique Autres.

Numericable compte 993 000 clients, soit 58,2% en parts de marché sur le total de l'ARCEP.
Bouygues Télécom compte 312 000 clients, soit 18,3% en pdm.
Orange compte 206 000 clients, soit 12,1% en pdm.
SFR compte 120 000 clients, soit 7% en pdm.
Autres (la différence entre le total ARCEP et le total opérateur) 76 000 clients pour 4,4% de pdm.


Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #7 le: 07 août 2013 07:10:31 »
Quelques chiffres et quelques statistiques (hors résultats financiers) suite à la publication des résultats de France Telecom au 30 juin. Ces chiffres portent sur l’activité Internet et sur l’activité mobile.


* = les chiffres sont exprimés en milliers.

Haut et très haut débit
Il faut noter que trimestre après trimestre le nombre de clients sans abonnement téléphonique progresse. Avec près de 61% à fin juin, soit une progression de 3 points en 6 mois. L’heure est aux économies ! 

Le nombre de clients avec une offre Open est de 3,821 000 et il est en progression de 1,710 000 en douze  mois et de 382 000 sur le trimestre ! La progression est toujours forte, mais en baisse relative par rapport au trimestre précédent. Avec Sosh, c’est le toujours le gros "must" et le moteur de croissance d’Orange. Les offres Open représentent 39,1% des clients avec une connexion internet ! 
   
Le nombre de clients en Fibre Optique (FTTH) est en augmentation constante et commence à avoir un bon rythme de croisière. C’est timide, mais c’est là ! Orange arrive à convertir de plus en plus de clients à cette technologie.  2,113 000 millions de lignes peuvent supporter cette technologie. C’est 786 000 (+59,2%) de plus qu’il y a un an. Au moins, Orange est (semble-t-il) prêt pour le décollage de la Fibre Optique. 

A noter que c’est le second trimestre ou Orange recrute plus en fibre optique qu’en ADSL. Sur le premier semestre, c’est 63 000 clients supplémentaires en fibre optique et 19 000 en ADSL. 
 
Il y a encore 96 000 clients avec une offre en bas débit, c’est une perte de 63 000 (42,3%) clients sur un an. L'extinction du bas débit est proche. 

Logiquement, Orange devrait atteindre le cap des 10 millions de clients avant fin septembre et cela devrait faire l’objet d’une grosse communication.     

Téléphonie mobile
Orange progresse grâce aux forfaits (+244 000) et dépasse le seuil des 20 millions de clients. Par contre sur le prépayé, la baisse n'’est pas enrayée : -363 000 sur le trimestre.

Même chose pour les Mvno du réseau Orange, la baisse est vraiment important. le nombre de clients est au niveau de l'année 2008. Depuis fin 2011, Orange a perdu près de 50% de ses clients Mvno.
Sur le prépayé et les Mvno, l’effet Free est toujours vivace. Ce n'est plus le cas sur les forfaits. 

A noter 1,364 000 millions de clients chez Sosh. C’est une augmentation de 997 000 clients sur les 12 derniers mois. Cette offre représente 6,7% des forfaits et 5,1% du total des clients. C'est beaucoup moins que chez Bouygues, mais c'est une réelle ttendance de fond.   

Source : Communiqué de presse Orange.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #8 le: 07 août 2013 07:11:03 »
Il y a quelques semaines, la Commission Européenne a fait perquisionner les bureaux d’Orange, mais également ceux de Deutsche Telekom et de Telefonica.
Pourquoi ? Cela remonte au conflit entre Orange et Cogent en 2011. La Commission  s'était auto-saisie du dossier et recherche depuis des preuves de distorsion de concurrence. Des "inspections" constituent une première étape en cas de soupçon de pratiques contraires aux règles de la concurrence, et ne préjugent pas de la culpabilité des entreprises en cause ni de l’issue de l’enquête.

Interrogé par Le Figaro (11/07), Orange déclare : "Orange coopère pleinement avec les agents de la Commission européenne et à ce stade les pratiques d'Orange ne sont pas incriminées (...) Nous envisageons donc sereinement les suites de cette affaire, dont l‘Autorité de la concurrence nous a donné raison".

L'avis de l'Autorité de la Concurrence
Au mois de septembre (Zdnet, 09/2012) dernier,  l'Autorité de la Concurrence avait donné raison en grande partie à Orange dans le conflit qui l’opposait à Cogent. 
L’avis autorisait Orange à demander une rémunération en échange de l'ouverture de capacités de «peering» supplémentaires. L’asymétrie des échanges étant devenue importante : un trafic entrant jusqu’à 13 fois supérieur au trafic sortant. Suite à cette décision, Cogent s'était tourné vers la Commission Européenne, mais sans aller plus loin. Depuis d’autres problèmes de peering sont apparus !

Le peering et Orange
Au sujet de Youtube, ceux entre Orange et Google semblent normalisés depuis de nombreux mois, comme le  rappelait Stéphane Richard lors d’un interview au Figaro (04/2012) : "les relations avec les géants de l’Internet évoluent positivement. Avant, ils nous disaient: à vous les investissements, à nous les profits. Maintenant, ils acceptent de nous payer pour une meilleure qualité de service du réseau. Déjà la moitié du trafic Internet entrant sur le réseau Orange et venant principalement des États-Unis est monétisée".

Le peering et Free
Par contre les problèmes de peering entre Free et Google (pour YouTube) ne sont toujours pas résolus :  "Dans un certain nombre de cas, Google utilise très fortement nos réseaux, sans rémunérer le surplus de trafic. Donc en face de ça, on peut se retrouver dans des situations dans lesquelles le débit sur YouTube est réduit (...) Nous sommes toujours en discussion, en guerre.". (Europe1, 25/06).

Il y a une dizaine de jours, L’ARCEP a clôturé son enquête administrative lancée en novembre 2012 sur le bridage de Free envers YouTube (Zdnet, 12/2012). Cela faisait suite à une plainte de l’UFC Que Choisir.
L’ARCEP n’a pas constaté de pratique discriminatoires de la part de Free : 
"L'enquête n'a pas fait apparaître de pratiques de gestion du trafic par Free sur son réseau différenciant les conditions d'acheminement des contenus selon leur nature, leur origine, leur destination ou encore le type de protocole utilisé".
Toutefois, l’ARCEP note que Free dimensionne mal ses interconnexions avec l'extérieur : "les capacités d'interconnexion et d'acheminement de trafic de données de Free sont congestionnées aux heures de pointe". 
 
De futurs développements ?
Parallèlement (Les Echos, 10/07), le Conseil d’Etat vient d’autoriser l’ARCEP à collecter des informations sur les relations qu’entretiennent les opérateurs - français et étrangers (lorsque leur activité impacte sérieusement les internautes français)  - avec les géants du Net tels que Google, Amazon, Apple et Facebook. Cela devrait permettre d’y voir plus clair sur le peering et d’essayer de déterminer qui doit payer qui/quoi pour acheminer les données. Certains blocages actuels pouvant remettre partiellement en cause la Neutralité du Net.

L’essor de la vidéo en ligne et des services va certainement obliger aussi à avoir plus de transparence financière sur l’activité de peering. Le trafic internet est en train de passer d’une économie de troc à une économie marchande. Bref, il devrait y avoir encore de nombreux développements tant au niveau européen qu'au niveau national.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #9 le: 07 août 2013 07:11:24 »
Après une année d’atermoiements, Vivendi va commencer à vendre. Ce sont Maroc Telecom et Activision sa filiale jeux qui ouvrent le bal. Le tout pourrait lui rapporter 10,6 milliards d’euros. Que va-t-il faire de ce cash ? Le distribuer aux actionnaires ? Se désendetter ? Faire des acquisitions dans l’industrie du divertissement, Vivendi se recentrant sur cette activité avec Canal+ et Universal Music.
Et quel va être le sort de SFR ?

SFR
Le sort de SFR n’est pas réglé. L’opérateur au carré rouge prendrait petit à petit son autonomie pour aller jusqu'à une introduction en bourse en 2014. C’est en tout cas, ce que déclarait Stéphane Roussel le pédégé de l’opérateur lors du forum des télécoms et du net (Les Echos, 11/06) : "le changement de gouvernance chez SFR a été motivé par la perspective d’une mise en Bourse si les conditions de marchés le permettent". Toutefois le prix demandé est assez élevé : entre 12 et 13 milliards d’euros.
Est-ce pour préparer un rapprochement avec Numéricable (qui prépare également une introduction en Bourse) ou le rachat par un riche opérateur étranger ?

Maroc Telecom
Ca y est ! Plus d’un an après l’avoir annoncé, Vivendi devrait vendre pour la fin de l’année sa participation de 53% dans Maroc Télécom au groupe de Dubai Etisalat. Cela pourrait lui rapporter 4,2 milliards d’euros et cette somme serait utilisée pour désendetter le groupe Vivendi et ainsi faire remonter le cours de l’action.
Vivendi souhaite également vendre GVT, sa filiale brésilienne et lancer le processus d’introduction en bourse de SFR. 

Activision
Les ventes s’accélèrent pour Vivendi ! Après la vente de Maroc Télécom pour 4,2 milliards d’euros, voici qu’est annoncé la vente d’Activision (la filiale jeux du groupe) pour 6,2 milliards d’euros. Vivendi va garder 12% du capital pour une période de 15 mois.   
Avec les deux cessions de Maroc et d'Activision (soit 10,4 milliards d'euros), Vivendi va quasiment effacer sa dette nette (13,2 milliards d'euros à fin mars 2013).

Selon La Tribune (26/07) : "Il est question de loger (sur Universal Music ) avec Canal Plus dans un véhicule boursier dédié aux contenus, tandis que Vivendi opérerait une scission de SFR. Le sort de GVT, le fournisseur d'accès Internet brésilien en forte croissance, n'est pas réglé, Vivendi n'ayant pas obtenu un prix suffisant à ce jour".

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #10 le: 07 août 2013 07:11:51 »
L’ARCEP vient de publier son tableau de bord (données provisoires) sur la téléphonie mobile pour le deuxième trimestre 2013. Au-delà des chiffres sur la consommation voix et data, cela permet de dégager quelques tendances sur le marché du mobile.

Marché professionnels et particuliers en Métropole et DOM-TOM : généralités
Au niveau national (Métropole + DOM-TOM), il faut noter (tableau 1.1) une augmentation du parc total actif de 975 000 clients (1 client = 1 ligne mobile) sur le trimestre, ce qui porte le total à 74,779 000 millions. Apres une augmentation de  429 000 clients sur le premier trimestre 2013 et de 742 000 pour le deuxième trimestre 2012.

Toujours au niveau national, le prépayé est négatif de 680 000 clients à 16,639 000 millions, alors qu’il avait perdu 925 000 au T1 2013 et perdu 437 000 au T2 2013. Le parc total augmente de 6,0% sur un an (entre juin 23013 et juin 2012) contre 5,9% au T2 (entre juin 2012 et juin 2011).

Professionnels et particuliers en Métropole : généralités
39% des abonnements sont désormais libres d'engagement (tableau 2.1), contre 36% au T1 2013 et 27% au T2 2012. En douze mois, le nombre de personnes sans engagement est ainsi de 13,5 millions à 22,3 millions. Free Mobile, mais aussi Sosh, B&You et Red sont passés par là.

Le nombre de numéros mobiles portés est de 1,405 000 (Tableau 2.2) au lieu de 1,851 000 pour le T1 2013 et de 1,343 000 lors du T2 2012.

Le taux de résiliation (tableau 2.2) pour les forfaits est en baisse et retrouve son niveau moyen de 2011. Il est de 4,5% au lieu de 5,3 au T1 2013 et de 5,0 au T2 2012. Par contre, pour ce qui concerne le prépayé, ce taux est de 17,4% au lieu de 18,1% au T1 2013 et 18,2% au T2 2012.   

Professionnels et particuliers en Métropole : les opérateurs
64, 251 000 millions clients ont souscrit à un service mobile (tableau 2.2) auprès de l’un des quatre opérateurs de réseaux mobiles métropolitains (Bouygues Telecom, Free Mobile, Orange France et SFR), soit une augmentation de 950 000 (1,5%) sur le trimestre au lieu de +489 000 (+0,8%) sur le T1 2013 et de 695 000 (1,2%) au T2 2012.

Les forfaits représentent 52,997 000 millions de clients (tableau 2.2), soit une augmentation de 949 000(+1,5%) sur le trimestre au lieu de +489 000 (+3,0%) sur le T1 2013 et de 695 000 sur le T2 2012. Le prépayé représente 11,254 000 millions de clients soit une baisse de 739 000 (-6,2%) sur le trimestre au lieu d’une baisse de 837 000 (-6,5%) sur le T1 2013 et d’une baisse de 554 000 (-4,1%) au T2 2012.         

Professionnels et particuliers en Métropole : les Mvno
7,862 000 millions de clients ont souscrit à un service mobile auprès d’un Mvno (tableau 2.2), soit une hausse 151 000 (1,9%) sur le trimestre, au lieu d’une hausse de 27 000 (+0,4%) au T1 2013 et de +278 000 (3,7%) au T2 2012. Les Mvno représentent 10,9% du marché total, soit le même chiffre qu'au , et de  11,4% au T2 2012 !   
Les Mvno représentent 44% du marché du prépayé contre 40,3% au T1 2013 et 46,1% au T2 2012.

Alors ?
Le second trimestre 2013 retrouve un bon rythme de croisière après un petit premier trimestre. Les tendances s’amplifient :
- Développement des forfaits sans engagements.
- Les Mvno qui regardent les trains passer : le léger développement des forfaits ne compense pas l'effondrement du prépayé. 
- Les offres de Bouygues Telecom(B&You), Free, Orange (Sosh) et SFR (Red, Joe Mobile), le quadruple play et le M2M tirent le marché.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #11 le: 07 août 2013 07:12:12 »
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°54

Orange
Après la vente de sa filiale en suisse et en Autriche, Orange pourrait vendre sa filiale en République Dominicaine. Cela pourrait lui rapporter 900 millions d’euros (L’Expansion, 16/07). Pour Orange, cela rentre dans le cadre de se désengager des marchés "non-stratégiques" mais aussi de vebndre afin de réduire sa dette.   

Orange envisage également de se désengager de sa filiale portugaise, ce qui pourrait lui rapporter jusqu’à 127 millions d’euros. Orange envisage également la mise en bourse d’une partie de sa filiale britannique, cela pourrait rapporter jusqu’à 11 milliards d’euros aux deux actionnaires, à savoir Orange et Deutsche Telekom.

Fin 2012, la vente d'Orange Austria lui a rapporté 70 millions d’euros et fin 2011 la vente d'Orange Suisse lui a rapporté 1,6 milliards d’euros.   

Orange U.K.
Comme annoncé il y a quelques mois, (Challenges, 06/02), Orange devrait introduire en bourse 'environ 30% d'EE – la coentreprise détenue avec Deutsche Telekom au Royaume-Uni – en 2014. C’est ce qu’a déclaré le Directeur Financier d’Orange lors de la présentation des résultats du deuxième trimestre (Le Figaro, 25/07]). Cela pourrait rapporter jusqu’à 11 milliards d’euros aux deux groupes. Que va faire Orange de ce cash ? Se désendetter ?

Espagne
Au mois de mai, la part de marché des opérateurs virtuels est passée de 7,7% à 11,1% en un an. En revanche, la part de marché de Telefonica est tombée de 38% à 34,9% et celle de Vodafone de 28,2% à 25,5%.

Marché mobile en Allemagne
KPN (propriété de l’homme plus riche du monde : Carlos Sim) a officialisé le 23 juillet la cession de sa filiale allemande E-Plus à Telefonica Deutschland et sa marque O2 pour 5 milliards d'euros en numéraire et une part de 17,6% dans l'entité fusionnée. Cette transaction doit encore recevoir le feu vert des autorités de régulation allemandes mais aussi de Bruxelles.

De fait l’Allemagne pourrait passer de quatre opérateurs mobiles à trois opérateurs et remettre en cause le dogme du quatrième opérateur. Avec ce regroupement, E-Plus et O2 deviendraient le numéro 2 du marché devant Vodafone mais derrière l’opérateur historique Deutsche Telekom.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #12 le: 08 août 2013 06:56:07 »
Suite des aventures de Dailymotion. Après l'épisode (Le  Monde, 01/05) de la vente manquée à Yahoo du mois de mai, Stéphane Richard est revenu dans le quotidien Les Echos (23/07) sur l’avenir de Dailymotion.

Comme c’était annoncé (Le Monde, 22/05) il y a quelques semaines, Orange va investir 30 millions sur trois pour aider au développement de la start-up. Afin de développer l’audience du site, des investissements seront effectués afin d’ouvrir des  bureaux en Espagne, Japon, Canada et Brésil et d’accélérer la présence en Allemagne, Angleterre et Etats-Unis. Enfin des synergies (il serait vraiment temps) vont être recherchées avec les activités d’Orange.
Stéphane Richard a confirmé que le groupe CCM Benchmark, Vivendi ou encore Lagardère avaient été intéressés pour racheter Dailymotion.

Alors qu’Orange a vraiment correctement intégré Deezer dans ses offres, il n’a toujours pas trouvé la bonne recette pour Dailymotion. En avril 2011, Orange a acheté 49% de Dailymotion pour 69 millions d’euros et est monté au printemps 2013 à 100% du capital pour 72 millions supplémentaires.

Cette nouvelle orientation (la dernière ?) permettra-t-elle enfin à Dailymotion de se développer et à Orange d’avoir une attitude claire vis-à-vis du site de streaming ? Dans un premier temps, la conquête de l’Ouest se fera sans partenaire américain. Le temps de rendre la mariée présentable ?
« Modifié: 08 août 2013 06:57:46 par Hammett »

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #13 le: 09 août 2013 06:58:22 »
Alors que le championnat de foot démarre sa nouvelle saison, il est intéressant de comparer les gains des droits tv des clubs français et ceux des clubs anglais.

En France
De ce côté du Channel, selon le détail publié par la LFP, pour la saison écoulée, c’est l’OM qui s’en tire le mieux avec 47,9M€ de gains. Le PSG est deuxième avec 44,1M€, Lyon est troisième avec 43,9M€. Bordeaux est quatrième avec 32,1M€ devant Lille avec 32,1M€. Nancy, Brest et Troyes, soit le trio des relégués en D2 ferment la marche avec 15,1 M€, 13,7M€ et 12,9M€.
Pour la méthode de calcul, lire le communiqué de la LFP. Prévoir de l’aspirine…

In England
Les clubs anglais sont dans un autre monde ! En tête, Manchester United avec 71,6 M€, Manchester City est deuxième avec 68,4M€, troisième Arsenal avec 67,2M€,  Tottenham est quatrième avec 65,8M€, Chelsea est cinquième avec 64,7M€. Wigan, Reading et QPR ferment la marche avec 48M€, 47,1M€ et 46,8M€.
Le détail est à lire ici.

Le trio qui ferme la marche en Angleterre va quasiment gagner autant que le trio de tête en France ! Bonne saison ;)
« Modifié: 13 août 2013 06:56:35 par Hammett »


Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #14 le: 12 août 2013 07:03:29 »
L’ARCEP vient de publier son tableau de bord (données provisoires) sur la téléphonie mobile pour le deuxième trimestre 2013. L’occasion de faire  le point sur ce qui a bougé dans la téléphonie mobile depuis 18 mois (janvier 2012 à juin 2013) epuis l’arrivée d Free Mobile et d’avoir quelques éléments de comparaison sur les 18 mois précédents ‘juin 201 à décembre 2011).

Les opérateurs
Sur ces 18 derniers mois, en métropole, les opérateurs (Bouygues, Free, Orange et SFR) ont gagné 5,826 000 clients (un client = une ligne mobile) professionnels et particuliers, soit une augmentation de 10%. Dans le détail, c’est 8,705 000 forfaits (+19,7%) et une baisse du prépayé avec 2,879 000 clients, soit une baisse de 20,4%.

En 18 mois, la structure de la clientèle des opérateurs a énormément changé. Les forfaits sont passés de 75,8% à 82,5% et le prépayé de 24,2% à 17,4%.
A noter que sur la période juin 2010 décembre 2011, les forfaits augmentait de 3,193 000 millions et représentaient 75,8% de la structure des clients contre passés de 73,7% en juin 2010, parallèlement  les offres prépayés reculaient de -555 000 clients sur le période.
En décembre 2011, les opérateurs représentaient 88,6% du marché, ils représentent maintenant 89,1%.

Les Mvno
Les Mvno ont simplement gagné 368 000 clients, soit une hausse de 4,9%. Dans le détail, c’est une augmentation des forfaits avec une augmentation de 424 000 clients, soit +12,5% et une baisse du prépayé de 56 000 clients, soit une perte de 1,4%.

En 18 mois, la structure de la clientèle des Mvno n’a quasiment pas changé. Les forfaits sont passés de 45,2% à 48, 5% et le prépayé de 54,8% à 51,5%.
Alors qu’en décembre 2011, les Mvno représentaient 11,4% du marché, ils ne représentent plus que 10,9% à fin juin 2013.

Alors ?
La période juin 2010 à décembre 2011 avait vu le développement des Mvno qui avait su mettre en place des offres prépayés agressives et qui représentaient 54,8% de la clientèle. Le repli des Mvno est aussi lié à la volatilité du prépayé. En juin 2010, les Mvno représentaient 6,5% du marché, ils représentaient 11,4% à fin décembre 2011.

Globalement (opérateurs et Mvno), comme on peut le constater, le prépayé représente encore 21,1% du marché, alors que c’était encore 27,7% en décembre 2011. C’est une chute énorme.

Il y a plusieurs glissements : du prépayé vers les forfaits et surtout vers le forfait sans engagement. Sans parler de Free Mobile, il n’y a qu’à voir l’explosion des forfaits Sosh, B&You et Red.

Autre  glissement : reflux mécanique des Mvno vers les opérateurs de réseau. L’arrivée d’un quatrième opérateur ne profite pas particulièrement aux Mvno et la structure de leur clientèle évolue très peu avec toujours des clients prépayés en priorité. C’est le double effet kiss cool.   

Le nombre de clients sans engagement est passé de 9,571 000 et 20% des abonnés à 22,275 000 et 39% des abonnés. Tous ces clients ne sont pas forcément chez Free, Sosh, Red ou B&You, il peut aussi s’agir de clients avec de vieux forfaits. Mais l’évolution est manifeste. En juin 2010, ce nombre était de 7,943 000 et représentait 18,5% des abonnés. C’est aussi sur cette clientèle nomade que les opérateurs portent leurs efforts de recrutement. 

Quels vont être les développements dans les 18 prochains mois ?

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #15 le: 14 août 2013 06:56:50 »
LOISIRS NUMERIQUES, QUELQUES CHIFFRES (4) : VIDEO A LA DEMANDE PAYANTE
   
A l’occasion du récent Festival du film de Cannes, le CNC (Centre National du Cinéma) vient de publier son rapport annuel sur l'activité du cinéma en 2012.

Un point est fait la Vàd (Vidéo payante à la demande). A noter que la télévision de rattrapage explose, 67% des internautes profiteraient de la Télévision de rattrapage et de façon de plus en plus intensive. Reste que l’amélioration de l’offre de films et de séries doit grandement progresser et donc cela passe aussi par une refonte de la fameuse chronologie des médias, c’est à dire d’une mise à disposition plus rapide qu‘actuellement des films et des séries. 
Il faut également fidéliser : un film gratuit pour un nombre consommé, un film loué = possibilité de faire découvrir le même film gratuitement à un ami

Retour sur la VàD et d’abord, qu’achète-t-on ?

Le Cinéma
Le chiffre d’affaires de la VàD en paiement à l’acte reste largement dominé par le cinéma en 2012. Le genre représente 72,8 % des recettes du panel (67,5 % en 2011), contre 5,9 % pour l’audiovisuel (6,6 % en 2011) et 21,3 % pour les programmes pour adultes (25,9 % en 2011).

Les films américains représentent 54,6 % du chiffre d’affaires des œuvres cinématographiques en VàD à l’acte en 2012 (56,4 % en 2011), contre 34,7 % pour les films français (29,5 % en 2011) et 10,7 % pour les films non français et non américains (14,1 % en 2011). La hausse de la part de marché des films français est notamment due aux performances enregistrées par Intouchables, Hollywood et le Prénom.

Séries et fictions
Les séries et fictions télévisées captent 59,7 % du chiffre d’affaires de l’audiovisuel en VàD en 2012 (hors cinéma et programmes pour adultes), contre 53,3 % en 2011.La hausse de la part de marché du genre se fait au détriment de l’ensemble des autres genres de programmes audiovisuels.

Le poids des documentaires recule à 7,6 % en 2012 (9,0 % en 2011), celui des programmes musicaux à 5,1 % (6,2 % en 2011), celui des programmes d’humour à 15,8 % (16,8 % en 2011)et celui des programmes destinés à la jeunesse à 9,2 %(10,1 % en 2011).

Le Chiffre d’affaire
Selon le baromètre NPA-GfK, le chiffre d’affaires total de la VàD payante en France (paiement à l’acte + abonnements) est estimé à 251,7 M€ en 2012, soit une augmentation de 14,7 % par rapport à 2011. La croissance du marché de la VàD ralentit très significativement (+44,4 % entre 2010 et 2011 et +56,6 % entre 2009 et 2010).

Le paiement à l’acte reste ultra-majoritaire, représentant 89,3 % du chiffre d’affaires total (90,7 % en 2011), contre 10,7 % pour les formules par abonnement (9,3 % en 2011).

Les estimations (Zdnet, 1/06) par plate forme sont : "Cependant, nous estimons qu’Orange a réalisé environ 90 millions d’euros de CA en VOD et en SVOD en 2012. myTF1VOD a déclaré récemment dans la presse que la VOD représentait 40% des 100 millions de CA de e-TF1, soit 40 M€. Concernant  les filiales du groupe Vivendi, on peut estimer leur CA entre 50 et 60 millions d’euros en 2012. Enfin, Vidéo Futur a publié un CA 2012 de 7,07 M€. Parmi les autres services, les publications de CA d’Univers Ciné et de Iminéo pour 2011 étaient voisines de 1,5M€, ce qui laisse supposer un CA 2012 inférieur à 2M€."



Les plateformes
C’est Orange qui reste en tête pour la VàD. C’est logique, car c’est l’opérateur avec le plus grand nombre de clients et avec la TViP. A noter que CanalPlay arrive en seconde position. Le total fait plus de 100%, car un consommateur peut faire un achat chez Orange et chez iTunes.

« Modifié: 15 août 2013 07:32:46 par Hammett »

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #16 le: 15 août 2013 07:33:04 »
LOISIRS NUMERIQUES, QUELQUES CHIFFRES (5) : VIDEO A LA DEMANDE

Le CSA lors de la publication de son rapport annuel a produit d’autres statistiques sur la VOD, mais là c’est plus centré sur le secteur dont il a la charge.
Ce sont les mêmes tendances que pour la VàD : prédominance du cinéma et visualisation massive sur une tv. La télévision de rattrapage est également en forte hausse. Dommage que certaines données soient arrêtés à fin 2011. 





C’est un service dont il devient difficile de se passer. Et il n’y a que l’ADSL ou le Fibre Optique qui permettent d’y accéder. La TNT est en retard là-dessus.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #17 le: 16 août 2013 07:31:55 »
Le Top14 de rugby fait sa rentrée aujourd'hui et un autre match se déroule entre BeIn Sport et Canal+ sur la prochaine bataille concernant les droits de diffusion. Attention aux plaquages hauts !!!

L'échauffement
Il en question depuis le début de l’année, mais l’échéance se rapproche. Pour rappel, les droits sont actuellement détenus par Canal+ jusqu’en 2016. La chaine cryptée paye 31,7M€/an, mais la Ligue Nationale de Rugby (LNR) a contractuellement une fenêtre entre septembre 2013 et décembre 2013 pour refaire un appel d’offre.

Ce droit, la LNR pourrait l’utiliser car lorsque Canal+ a acquis ses droits, elle était seule, et maintenant il y a Bein Sport qui se montre intéressé par ce championnat générateur d’abonnements. La balle est donc dans le camp de la LNR, dont le président de la LNR vient (L’Equipe[/b], 12/08) de préciser : "Un comité de pilotage a été formé en janvier dernier. Il étudie le dossier. Nous avons la possibilité de sortir du contrat le 1er septembre et le 31 décembre. Deux sociétés spécialisées dans les appels d’offre travaillent avec nous, et une décision sera prise dans les prochaines semaines".

Et certains présidents de clubs (Bayonne, Toulon, Montpellier, Racing-Métro, Bordeaux-Bègles), sont assez favorables à mettre de la concurrence et ainsi augmenter les droits, surtout qu’ils pensent que ces droits ont été sous-payés par Canal+ par manque de concurrence.

L’autre match France/Angleterre
En Angleterre (L’Equipe, 21/01), les droits tv (pour BT vision) du championnat d'Angleterre vont passer à 45,5M€/an (182 millions sur 4 ans) au lieu de 20M€/an lors du contrat précédent. Idem pour la même chaine avec la Heineken Cup, les droits passent 18M€ à 25M€. En cumulant, cela donne 70M€/an pour les clubs pros anglais. 

En France c'est France 2 et Canal+ qui diffuse la H Cup pour 15M€/an. Les droits sont vendus jusqu'en 2014, et en les  cumulant avec les droits du Top14, cela donne 47M€/an pour les clubs pros français.  Différence 23M€ ! 
Le passif des clubs français est de 13 millions, sans compter la rénovation des infrastructures et des présidents-mécènes qui ne peuvent/veulent pas forcement mettre la main à la poche, de ce fait l’augmentation des droits TV constitue une bonne solution.

D’autres droits sur la table ?
Pour rappel, Canal+ détient quelques compétitions de rugby et vient de perdre le championnat anglais, que BeIn Sport vient d’acheter les droits. En attendant cette bataille sur le Top14, Canal+ a encore un beau catalogue dont certains viennent également à échéance : Pro D2, Coupe d’Europe : H Cup (2014), Tournée d’été de l’équipe de France (2016), Tri Nations (2014), Super 15, Air New Zealand Cup, the Currie Cup and Vodacom Cup (2015), matchs internationaux Anglais (2013).

Alors combien pour les futurs droits du Top14 et quels seront les diffuseurs ? Réponses dans quelques semaines. En attendant, le rugby est un sport majeur qui manque à BeIn Sport. La chaine a des moyens de challenger Canal+…

Enfin, il faut noter que l’exposition de Bein Sport se renforce et aurait 1,5 millions d’abonnés, selon les déclarations du président du football pro lors d’un interview au quotidien Le Monde (08/08) : "La Ligue recevra un intéressement quand le diffuseur BeIn Sport aura dépassé 1,5 million d'abonnés. Ils étaient à 1,47 million il y a trois semaines. Tout le monde est gagnant !".

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #18 le: 19 août 2013 06:51:55 »
LOISIRS NUMERIQUES, QUELQUES CHIFFRES (6) : VIDEO EN STREAMING

Autre statistique intéressante produite par le CSA lors de la publication de son rapport annuel 2012, celle de la visualisation de vidéos sur Internet.

Sans surprise, c’est le mastodonte YouTube qui arrive en tête. Le total du deuxième, Facebook et du troisième Dailymotion est inférieur au total de YouTube.

Loin derrière, il faut noter la présence des groupes audiovisuels (TF1, France Televisions, M6 et Canal+) et de quelques indépendants (aufeminin.com, allociné). Le seul opérateur présent dans le top15 est Orange qui se place à la onzième place ce qui lui permet de monétiser son portail. Dailymotion devrait pouvoir faire un peu mieux. 


Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #19 le: 20 août 2013 06:56:48 »
A l’heure d'une «mobilisation générale» contre les paradis fiscaux et des dérives des processus d’optimisation fiscale, la Fédération Française des Télécoms  (patronat des télécoms) a apporté sa pierre et a confié au cabinet Greenwich Consulting la réalisation d’une étude comparative internationale sur la fiscalité spécifique des opérateurs télécoms et des schémas d’optimisation fiscale des acteurs «Over-the-Top» comme Google, Apple, Facebook et Amazon (les GAFA).

L’étude a été publiée en avril dernier.

Première partie : les principes et quelques chiffres
Il s'agit d'estimations des gains d'optimisation fiscale fondées sur les chiffres du greffe du tribunal de commerce ou les comptes de résultats des sociétés, mais aussi des extrapolations d'après des filiales européennes.
Il y a l’habituelle étude sur la surfiscalité des opérateurs télécoms français. Mais il y a aussi une étude sur l’optimisation fiscale des GAFA et là, c’est pas triste. Le manque à gagner fiscal serait compris entre 1,2 et 1,5 milliards d’euros.

En résumé, selon la FFT, cette optimisation se caractérise par  :   
- Les schémas d’optimisation des acteurs OTT s’appuient sur les asymétries fiscales légales des législations nationales et européennes et le jeu des prix de transfert entre filiales.
- L’Irlande, terre d’élection de nombreux sièges d’OTT en Europe, compense le manque à gagner dû à sa fiscalité attractive vis-à-vis des royalties et de l’impôt sur les sociétés par des gains directs et indirects sur son économie
- Sur les produits immatériels comme la musique en ligne ou les livres numériques, Apple et Amazon reversent l’intégralité de leur TVA au Luxembourg, autre paradis fiscal européen.
- Ces optimisations sont rendues intéressantes pour les OTT grâce à la libéralité  historique du gouvernement fédéral américain, notamment pour encourager la réussite à l’international de ses champions (Homeland Investment Act de 2005).
- En 2011, les OTT auraient payé plus de 800M€ d’Impôt sur les sociétés et entre 400M€ et 700M€ de TVA en France, si leurs activités de production avaient été soumises aux règles de marché locale et sans aucune optimisation, contre quelques dizaines de millions d’€ réellement payés en impôts et taxes.

Un graphique résume la situation :



A suivre...

Sources : La Tribune (21/05), La Tribune(17/04), Etude Greenwich.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #20 le: 21 août 2013 06:57:59 »
A l’heure d'une «mobilisation générale» contre les paradis fiscaux et des dérives des processus d’optimisation fiscale, la Fédération Française des Télécoms  (patronat des télécoms) a apporté sa pierre et a confié au cabinet Greenwich Consulting la réalisation d’une étude comparative internationale sur la fiscalité spécifique des opérateurs télécoms et des schémas d’optimisation fiscale des acteurs «Over-the-Top» comme Google, Apple, Facebook et Amazon (les GAFA).

Deuxième partie : pour une poignée de dollars !
C'est Apple et Microsoft qui seraient responsables du plus important manque à gagner : ils seraient tous deux redevables de 317 millions d'euros alors qu'ils n'auraient respectivement payé que 6,7 millions et 22 millions d'IS, en ayant déclaré un chiffre d'affaires 12 fois et 4 fois inférieur à ce qu'ils réaliseraient véritablement. Le montant est nettement supérieur au redressement fiscal de 52,5 millions d'euros notifié à Microsoft il y a quelques semaines sur les prix de transfert entre filiales (loin des 778 millions réclamés au Danemark par exemple).

Vient ensuite Google, qui devrait 162 millions d'euros contre 30 fois moins versé au Trésor français, pour un chiffre d'affaires estimé à 1,4 milliard d'euros. Sans contester ni commenter les chiffres, Google a réagi en assurant : "nous nous conformons aux lois fiscales françaises et contribuons à l'économie française par le paiement de l'impôt sur les sociétés et de charges sociales. De plus, nous employons plus de 500 personnes en France, nous y aidons des dizaines de milliers d'entreprises à grandir en ligne, et nous y investissons des millions d'euros aussi bien dans le soutien aux start-up françaises que dans le développement d'un Institut Culturel et d'un centre de recherche".
Emballé c'est pesé : manque plus que le financement d’œuvres de charité (avec la publicité qui va avec)...   

En quatrième position vient Facebook qui aurait selon Greenwich généré un chiffre d'affaires de 140 millions d'euros en France en 2011 et n'a payé que 50.000 euros d'impôt, contre 21,2 millions estimés. Enfin Amazon, qui aurait réalisé des ventes 8 fois supérieures à ce qu'il déclare mais peu de bénéfice donc n'aurait dû « que » 10,9 millions (contre 3,3 millions acquittés)....

Une ardoise totale de 1,1 à 1,5 milliard d'euros. Du côté de la TVA, l'étude de Greenwich décortique le mécanisme par lequel "le service iTunes basé au Luxembourg permet à Apple de bénéficier d'un taux de TVA réduit sur la vente de ses produits et de ne pas payer de TVA en France".

Plus généralement et sur la base des chiffres 2011, le manque à gagner pour les finances publiques dû aux optimisations fiscales dans l'e-commerce en France serait compris entre 377 et 754 millions d'euros. Dans une précédente étude réalisée en 2009 pour le Sénat, Greenwich avait estimé à 300 millions d'euros la perte de recettes de TVA sur les services rendus par voie électronique en 2008 et à près de 600 millions à l'horizon 2014. La facture totale Impot + TVA serait donc de 1,1 à 1,5 milliards d'euros.

A suivre...

Sources : La Tribune (21/05), La Tribune (17/04), Etude Greenwich.


phil290

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #21 le: 21 août 2013 14:50:42 »
Bonjour,

C'est juste une question es que quelqu'un sait pourquoi depuis 2 mois free bloque l'accès à www.golantelecom.co.il à partir d'une freebox ? d'autant plus bizarre que Xavier Niel est associé de Golan Telecom ?
merci de votre tuyau cher freenautes

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #22 le: 22 août 2013 07:05:07 »
A l’heure d'une «mobilisation générale» contre les paradis fiscaux et des dérives des processus d’optimisation fiscale, la Fédération Française des Télécoms  (patronat des télécoms) a apporté sa pierre et a confié au cabinet Greenwich Consulting la réalisation d’une étude comparative internationale sur la fiscalité spécifique des opérateurs télécoms et des schémas d’optimisation fiscale des acteurs «Over-the-Top» comme Google, Apple, Facebook et Amazon (les GAFA).

Troisième partie : et maintenant ? 
L’attaque en règle de la  FFT s’inscrit dans la mobilisation au sein de l'OCDE contre le phénomène d'érosion des bases fiscales en temps de crise. Les temps seraient-ils en train de changer ou est-ce simplement une tempête dans un verre d’eau ?

Au mois de mai dernier, Apple a été auditionné au Sénat américain et Google l’a été par la Chambre des Communes britannique. Le but était d’obtenir des explications sur l’optimisation fiscale de ces grands groupes et les montages effectués pour payer le moins d’impôts possibles. Y aura-t-il des suites ?
Pour compenser, en Europe certains pays négocient avec Google pour la création de fonds d'aide pour la transition de la presse vers le numérique.  Y aura-t-il des suites ?

Les pratiques d'optimisation ne sont pas nouvelles, ni propres aux groupes américains, mais les « GAFA » (Google, Apple, Facebook, Amazon), par leur activité numérique plus difficile à localiser, sont devenus des maîtres en la matière et les sommes en jeu atteignent désormais des montants considérables.

En France le manque à gagner annuel serait de l’ordre de  1,1 à 1,5 milliard d'euros par an selon une étude de Greenwich Consulting TVA impayée comprise.
En France, les libraires, la Fnac et Virgin ont depuis longtemps soulevé le problème de la TVA que ne paient pas Amazon ou Apple en passant par leurs filiales au Luxembourg (TVA à 15%). L'harmonisation européenne de la TVA, un serpent de mer, n'est prévue qu'en 2019.

Le chantier est énorme :
Il reste à ce que les états ne s’engagent plus dans une concurrence fiscale.
Il reste à mettre en place un système fiscal efficace basé sur le lieu de création de la valeur.
Il reste à définir ce qu’est la valeur dans l’immatériel.
Vaste programme non ? ;)

Sources : La Tribune (21/05), La Tribune (17/04), Etude Greenwich.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #23 le: 23 août 2013 06:59:26 »
A l’heure d'une «mobilisation générale» contre les paradis fiscaux et des dérives des processus d’optimisation fiscale, la Fédération Française des Télécoms  (patronat des télécoms) a apporté sa pierre et a confié au cabinet Greenwich Consulting la réalisation d’une étude comparative internationale sur la fiscalité spécifique des opérateurs télécoms et des schémas d’optimisation fiscale des acteurs «Over-the-Top» comme Google, Apple, Facebook et Amazon (les GAFA).

Quatrième partie : les Télécoms français trop taxés ?
Le monde se divise en deux catégories : ceux qui ne sont pas assez taxés et ceux qui le sont trop !
A contrario des OTT qui ne sont pas assez taxés et qui ne participent quasiment pas au financement du monde de la culture, la Fédération française des télécoms (FFT), le lobby des opérateurs dans l’Hexagone vient de publier une étude sur l’apport du monde des télécoms à la culture. Le but est de : "dépasser l’opposition entre opérateurs télécoms et acteurs de la culture. Nous sommes les principaux soutiens à l’exception culturelle".

Selon cete étude, les prélèvements obligatoires des télécoms pour la culture ont dépassé le seuil de 400 millions d’euros l’an passé, soit 27 % des taxes qui financent la création culturelle. 18% des ressources (EBITDA- Investissements) des opérateurs sont consacrés au financement de la culture en 2012 contre 5% en 2009

Par contre la contribution à la culture des acteurs de l’Internet comme Google, Apple ou Facebook «est proche de zéro en France». Pour eux, il faut élargir le financement de la culture aux acteurs du Net. Mais plus globalement les impôts et taxes devraient tendre vers plus d’équité.

Mais, les opérateurs télécoms en ont assez de payer trop d'impôts spécifiques (1,2 milliard de "surfiscalité" sectorielle) et d'être considérés comme la "base taxable" naturelle vers laquelle se tournent le gouvernement et les milieux culturels dès qu'il faut trouver de l'argent frais.
Ils sont donc contre, la proposition émise par le rapport Lescure d’une taxe sur les objets connectés, car elle serait difficilement réplicable par les géants du net.

Les opérateurs feront le maximum pour que le conseil des ministres européen prévu en octobre prochain, prenne en compte ces demandes. Il devrait y être également question[/u] de l’abandon du roaming, de la consolidation du secteur des télécoms et de l’organisation de la régulation. Autant de sujet ou la FFT a le soutien du gouvernement et/ou de l’ARCEP (notre régulateur national). 

A suivre dans quelques semaines. 

Sources : La Tribune (16/07), Les Echos (16/07).

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #24 le: 26 août 2013 07:05:05 »
La période estivale s’achève (presque) et donc la publication des résultats du deuxième trimestre va reprendre, avec dans l’ordre d’apparition Bouygues (mercredi), SFR (jeudi) et Free (lundi prochain). Un rappel s’impose pour ceux d’Orange qui a rendu sa copie fin juillet.

Haut et très haut débit,
Orange annonce une prévision de 19,6% de part de conquête (ADSL, Fibre Optique) sur le trimestre. Avec 41 000 recrutements pour Orange (7000 en ADSL, 33 000 en Fibre Optique et 1000 via le satellite), cela donne un total de 209 000 nouveaux clients sur le trimestre.
Selon les estimations d'Orange, il reste donc environ 168 000 clients à repartir. Les estimations de François04 pour Free donnent 73 000 nouveaux clients. Le reste, soit 95 000, ira-t-il à Bouygues et à SFR ?

Téléphonie mobile
Orange a perdu 119 000 clients, soit +244 000 forfait et – 363 000 en prépayés. Sur un an, c'est un gain de 389 000 nouveaux clients (+1,47%), dont 881 000 en forfaits (+4,6%) et -492 000 en prépayés (-6,9%).
Sosh a atteint 1,364 000 (+276 000) sur le dernier trimestre.
 
Selon Morgan Stanley, Free Mobile aurait gagné 650 000 nouveaux clients, La Société Générale estime ce gain à 700 000 nouveaux clients. Le crédit Suisse estime lui que SFR pourrait gagner 21 000 nouveaux abonnés. L’ARCEP, estime le gain de nouveaux clients sur le trimestre à 975 000. Avec les résultats d’Orange, cela laisse un gain théorique de 444 000 nouveaux clients à se répartir entre Bouygues, SFR et les Mvno.

Récapitulatif Orange depuis arrivée Free Mobile
Lors de la présentation de ses résultats, Orange a publié le détail de ses acquisitions depuis l’arrivée de Free Mobile. Cela permet de voir les gains M2M (machine to machine) et ceux réalisés avec les particuliers. Le deuxième trimestre 2013 est celui ou Orange a réalisé sa meilleure performance de recrutements de forfaits résidentiels (en bleu) depuis 18 mois !

Sur cette période Orange, est toujours négatif sur les forfaits résidentiels avec une perte de 96 000 clients/lignes, mais remonte tranquillement la pente depuis le premiers trimestre 2012. Orange progresse globalement sur les forfaits avec le M2M avec un gain total de 580 000 clients/lignes. Sur la même période Orange a perdu 901 000 clients sur les offres en prépayés.     


Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #25 le: 27 août 2013 06:59:07 »
Economies, économies, l’heure est aux économies chez les opérateurs. Même si c’est moins vital pour Orange que pour Bouygues, voir SFR, l’opérateur historique cherche à réduire ses coûts. Le point a été effectué lors de la présentation des résultats du deuxième trimestre.

Orange
L’objectif pour 2013 était une réduction de 600M€ dont 440M€ pour la France. A l’issue du premier trimestre, la baisse des coûts opérationnels était de 441 M€ dont 127 M€ de coûts indirects (charges de personnel, économies sur le réseau, l’immobilier, les frais généraux, etc…).
A noter 153 M€ d’économies de charges de personnel au S1 grâce aux plans Temps Partiel Senior (contre 79 M€ l’an passé)
Sur le groupe, baisse des coûts directs (-6 % sur un an) : coûts commerciaux en baisse de 26 M€, ventes de terminaux en hausse de 50 M€ sauf pour la France avec une baisse de 17M€.

Bouygues et SFR
Les économies sont à l’ordre du jour également pour SFR et Bouygues Telecom. Une fois en place, la mutualisation d’une partie du réseau (ZdNet, 23/07) pourrait permettre une économie de 250 à 350 millions par an pour les deux opérateurs.
Il y a aussi un plan d’économies de 400 millions en 2013 pour Bouygues (20 Minutes[/u], 14/05) et de 500 millions d’euros chez SFR à réaliser avant fin 2014 (BfmTv, 28/11). 

Suppressions d’emplois
Pour rappel, Bouygues Telecom a supprimé 542 emplois dans le cadre d'un plan de départs volontaires et SFR a annoncé lui aussi un plan de ce type qui devrait porter sur 1.123 suppressions de postes et 267 créations d’emplois.
Chez Orange, d'ici à 2020, près de 30 000 départs à la retraite sont prévus (soit un tiers de l'effectif total) et seul un sur trois sera remplacé. Sur les trois prochaines années, 9 000 départs à la retraite sont prévus, ainsi que 2 000 "autres départs" (démissions, etc.), pour seulement 4 000 recrutements. Et c'est sans compter les effets de l'accord temps partiel des seniors.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #26 le: 28 août 2013 07:08:35 »
Bouygues Telecom vient de présenter ses résultats pour le deuxième trimestre 2013. C’est moyen sur le fixe et le mobile et même B&You progresse moins vite que d'habitude. D’ailleurs "Bouygues Telecom révise, en conséquence, à la baisse de 250 millions d’euros sa précédente prévision de chiffre d’affaires pour 2013 pour l’établir à 4 600 millions d’euros". La 4G va être importante pour Bouygues. 

Haut débit
Au total avec Darty, il y a 1,901 000 clients (ADSL et Fibre Optique), soit +202 000 (11,9%) sur un an et +10 000 (0,5%) sur le dernier trimestre. Il y a 320 000 clients sur le réseau Numéricable. L’intégration de Darty ne permet pas de gains significatifs. 

Mobile
Coté mobile, les résultats sont moyens. C’est un gain de 15 000 (0,1%) clients sur le trimestre dont +193 000 coté forfait et -178 000 coté prépayés. Sur un an, le nombre total de clients est 11,286 000 contre 10,854 000 soit un gain de 432 000 (+4%) clients. 

B&You cartonne un peu moins avec 1,601 000 soit un gain de 188 000 clients en trois mois (+335 000 lors du premier trimestre 2013). Cela représente 14,1% du total de sa clientèle. Pour rappel, B&You comptait 452 000 clients au 30 juin 2012.

Pour rappel,
les résultats au 31 mars
Haut débit
Au total avec Darty, il y a 1,891 000 clients (ADSL et Fibre Optique), soit +262 000 (16,1%) sur un an et +45 000 (2,4%) sur le dernier trimestre. Darty serait à 237 000 clients contre 260 000 le trimestre précédent, soit une perte de 23 000 (-8,8%). Il y a 312 000 clients sur le réseau Numéricable.

Mobile
Coté mobile, les résultats sont moyens. C’est un gain de 20 000 clients sur le trimestre dont +190 000 coté forfait et -170 000 coté prépayés. Sur un an, le nombre total de clients est 11,271 000 contre 10,925 000 soit un gain de 346 000 clients. 

B&You cartonne avec 1,413 000 clients, soit un gain de 335  000 clients en trois mois (+453 000 lors du dernier trimestre 2012). Cela représente  12,5% du total de sa clientèle. Pour rappel, B&You comptait 625 000 clients au 15/ septembre 2012 et 452 000 au 30 juin 2012. A noter que 60% des clients de B&You sont sur le forfait à 19,99€.

les résultats au 30 juin 2012
Bouygues Telecom vient de présenter ses résultats. Il y a 1,399 000 clients (ADSL et Fibre Optique), soit +378 000 (36,9%) sur un an et +70 000 (5,4%) sur le dernier trimestre. Bouygues est donc un peu en dessous d’Orange.
Coté mobile, Bouygues a perdu 71 000 clients, soit 126 000 en prépayés et affiche un solde positif de 55 000 clients forfaits. B&You enregistre 452 000 clients.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #27 le: 28 août 2013 14:06:43 »
Récapitulons ;)

Selon diverses estimations (Orange et François04), sur le deuxième trimestre, le gain de nouveaux clients sur l'ADSL et la Fibre pourraient être  :

SFR : +85 000 nouveaux clients (publication des résultats le 28/08).
Free : +73 000 (publication des résultats le 2/09).
Orange : +41 000 (résultats publiés).
Bouygues : +10 000 (résultats publiés).   
Total : 209 000 nouveaux clients.

A confirmer bien sur. ;)


Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #28 le: 29 août 2013 07:20:25 »
SFR vient de présenter ses résultats pour le second trimestre 2013. Ils sont moyens sur le fixe (ADSL et Fibre Optique) et assez bons sur le recrutement d’abonnés sur le mobile. Sur un an, les indicateurs financiers (Chiffre d’affaire, Ebitda, résultat) sont en forte baisse. 

Vivendi annonce «La poursuite de l’adaptation de SFR aux nouvelles conditions de marché et l’obtention de synergies liées aux acquisitions.». La vente d’Activision Blizzard et de Maroc Telecom devrait ramener sa dette de 13,4 milliards d’euros  à 6,5 milliards d’euros.   

Haut débit
Il y a 5,164 000 clients (ADSL et Fibre Optique), soit +148 000 (+2,9%) sur un an et + 33 000 (+0,6%) sur le dernier trimestre. L’offre 4P « Multi-Packs » représente près de 2,100 000 clients, soit +100 000 sur le trimestre précédent.
 
Mobile
En un an SFR a gagné 552 000 abonnés soit 17,372 000 clients. Le parc total (avec le prépayé) s’élève à 21,049 000 soit un gain de 330 000 clients par rapport au trimestre précédent. En prépayé SFR a perdu 220 000 clients sur le trimestre, soit un total de 3,677 000.
En un an, SFR a gagné 259 000 clients : perdu 699 000 clients en prépayés et gagné de 958 000 abonnés à un forfait. 
Encore une fois, pas de chiffres sur Red et Joe Mobile. En un an, la part de marché estimée par SFR est resté le même à 28,1%.

Pour rappel
Les résultats au 31 mars
Haut débit
Il y avait  5,131 000 clients (ADSL et Fibre Optique), soit +137 000 (+2,7%) sur un an et + 56 000 (+1,1%) sur le dernier trimestre. L’offre 4P « Multi-Packs » représente près de 2,800 000 clients, soit +200 000 sur le trimestre précédent.
 
Mobile
En un an SFR a gagné 528 000 abonnés a un forfait soit 16,820 000 clients, sur le trimestre le gain est de 257 000. Le parc total (avec le prépayé) s’élève à 20,719 000 soit un gain de 29 000 clients par rapport au trimestre précédent. En prépayé SFR a perdu 228 000 clients sur le trimestre.
En un an, SFR a perdu 124 000 clients : 652 000 en prépayés et un gain de 528 000 forfaits. 
Pas de chiffres sur Red et Joe Mobile. En un an, la part de marché estimée par SFR est passée de 30,0% à 28,1%.

Les résultats au 30 juin 2012
Il y avait 5,016 000 clients (ADSL et Fibre Optique), soit + 33 000(+0,66%) sur un an et +22 000(+0,4%) sur le dernier trimestre. L’offre multi-packs représente 1,600 000 clients.
Dans le mobile, SFR a gagné 122 000 clients forfaits en net, après une perte de 620 000 clients au premier trimestre et une perte de 53 000 sur ce trimestre. SFR accuse lui aussi une perte de 175 000 clients en prépayés.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #29 le: 29 août 2013 07:53:04 »
En fonction des estimations d'Orange et de François04, sur le deuxième trimestre, le gain de nouveaux clients sur l'ADSL et la Fibre pourraient être  :

Iliad (Free + Alice) : +125 000.
Orange : +41 000.
SFR : +33 000.
Bouygues : +10 000.
Total : +208 000.

A confirmer avec la publication des résultats de Free le 2 septembre.
Deux chiffres contradictoires, le premier avec le total de 208 000 nouveaux clients sur le trimestre donné par Orange. Si il se confirme, la part de conquête d'Iliad (Free + Alice) serait de 60%. Ce qui serait un record historique.
Autre chiffre, celui de François04, qui estime le résultat de d'iliad autour de 80 000. Ce qui donnerait une part de conquête de 50% pour Iliad.   

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #30 le: 29 août 2013 11:27:04 »
Sur le mobile, l'ARCEP estime à 975 000 nouveaux clients/lignes pour ce second trimestre.
Orange a perdu 119 000 clients, SFR en a gagné 332 000 et Bouygues en a également gagné 15 000. Le solde 747 000 devrait donc se partager entre Free et les Mvno.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #31 le: 30 août 2013 06:56:05 »
Numericable vient de présenter ses résultats du second trimestre  2013. Ils sont dans la moyenne basse des résultats précédents. Petit événement toutefois, Numericable a atteint son millionième client sur son offre multi-play. Cela s’arrose ;)

Sa croissance est toujours liée à sa nouvelle Box (21,5% de ses clients) et au développement du très haut débit. Il n’y a pas de chiffres sur son offre mobile.

Haut et très haut débit
Au 31 mars, il y avait 1,002 000 au 30 juin contre 993 000 clients au 31 mars, 972 000 clients au 31 décembre contre 946 000 clients au 30 septembre soit une augmentation de 21 000 (+2,46) et 944 000 au 31 mars 2012, soit une augmentation de 9 000 nouveaux clients sur le trimestre (+1,10%). Il y a 700 000 abonnés en très haut débit contre 635.000 abonnés au 31 mars, 585 000 au 30 septembre 2012 et 532 000 au 30 juin 2012.

Il y a 216 000 clients avec sa nouvelle box, conte 177 000 clients au 31 mars, 121 000 à fin décembre 2012 et 85 000 au 30 septembre. Il y a 700 000 abonnés en très haut débit contre 635.000 abonnés au 31 mars, 585 000 au 30 septembre 2012 et 532 000 au 30 juin 2012.

Téléphonie mobile
Numéricâble n’a pas donné de chiffres pour ce trimestre. Pour rappel, Numericable est  MVNO sur le réseau de Bouygues Telecom. Au 31 décembre 2012, il y avait (Zdnet, 21/03) 120 000 clients contre 100 000 clients au 30 septembre. Au 31 mars, il y avait 51 000 clients, et 47 000 au 31 décembre 2011..

Marque blanche
Par déduction, les clients (Bouygues) en marque blanche sont de 320 000 contre 313 000 au 31 mars, 297 000 au 31 décembre et 264 000 au 30 septembre et 246.000 au 30 juin. Au 31 décembre 2011, il y avait 206 000 clients et 103 000 au 31/12/2010.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #32 le: 30 août 2013 19:47:35 »
Iliad vient de publier ses résultats pour le second trimestre 2013 à un horaire inhabituel : 19h46 un vendredi. Certainement afin de ne pas gêner les futures annonces de lundi.
Les résultats sont bons commercialement sur le fixe et le mobile. Concernant le mobile, il conviendrait de connaitre la structure des abonnements pour se faire une idée plus précise. Sur le fixe, cela reste globalement un petit trimestre. Le marché arrive t-il au bout de ce qu’il peut donner ? Alice devrait survivre à l’année 2013.

Haut débit
Il y a 5,518 000 soit +371 000 (7,2%) sur un an et +62 000 (1,7%) sur le dernier trimestre. Dans le détail : +84 000 pour Free soit 5,388 000 et -22 000 pour Alice soit un total de 130 000 clients.
Free annonce que sur 84 000 recrutements, 15 000 proviennent d’Alice, soit 17,9%. En 2012, sur 515 000 recrutements, 140 000 provenaient d’Alice, soit 27,2%, En 2011 seul 85 000 ‘’Aliciens’ étaient passés chez Free, ce qui représentaient 17,2% des 492 000 recrutements. 

Il y a 94,2% de clients dégroupés, soit 5,209 000 clients et donc 309 000 non dégroupés. Depuis son achat par Free, Alice a perdu 720 000 clients. Combien de temps encore, Alice va-t-il demeurer comme marque commerciale ? 
Free ne donne pas  de répartition entre l’ADSL et la Fibre, et ne donne pas de chiffres sur la V6.

Mobile
Il y a 6,795 000 soit +720 000 clients (11,8%) sur le trimestre, ce qui est en proportion n petit trimestre pour Free . Free ne donne pas de détails sur la répartition de ses forfaits, le seul indicateur est : "Le Groupe a accéléré sa conquête d’abonnés sur les utilisateurs ayant une consommation modérée (forfait mobile à 2€/mois)" qui semble montrer que la croissance est plutôt à rechercher vers les petits forfaits. Iliad annonce une part de marché au delà des 10%

Pour rappel,
Les résultats au 31 mars
Iliad vient de publier ses résultats pour le premier trimestre 2013. Ils sont bons commercialement sur le fixe et le mobile. Concernant le mobile, il conviendrait de connaitre la structure des abonnements pour se faire une idée plus précise.
Pour l’anecdote, pour le mobile, les estimations étaient fausses et sous-estimées. Pour le fixe, c’est pareil, et plutôt surestimées. 

Haut débit
Il y avait 5,456 000 clients soit +416 000 (8,2%) sur un an et +92 000 (1,7%) sur le dernier trimestre. Dans le détail : +134 000 pour Free soit 5,304 000 et -39 000 pour Alice soit 152 000.
Free annonce que sur 134  000 recrutements, 30 000 proviennent d’Alice, soit 22,4%.En 2012, sur 515 000 recrutements, 140 000 provenaient d’Alice, soit 27,2%, En 2011 seul 85 000 ‘’Aliciens’ étaient passés chez Free, ce qui représentait 17,2% des 492 000 recrutements. 

Il y a 94,2% de clients dégroupés, soit 5,140 000 clients et donc 316 000 non dégroupés. Depuis son achat par Free, Alice a perdu 698 000 clients. Combien de temps encore, Alice va-t-il demeurer comme marque commerciale ? 
Free ne donne pas  de répartition entre l’ADSL et la Fibre, et ne donne pas de chiffres sur la V6.

Mobile
Il y a 6,075 000 soit +870 000 clients (16,7%) sur le trimestre. Free ne donne pas de détails sur la répartition de ses forfaits, le seul indicateur est : "Une base d’abonnés équilibrée entre les deux forfaits.(…) le Groupe a accéléré sa conquête d’abonnés sur les utilisateurs ayant une consommation modérée ". 

Les résultats au 30 juin 2012
Il y avait 5,147 000 clients, soit +430 000 (9,1%) sur un an et +107 000 (2,1%) sur le dernier trimestre. Dans le détail : +165 000 pour Free soit 4,885 000 et -58 000 pour Alice soit 262 000.

Il y a 93,6% de clients dégroupés, soit 4,817 000 et donc 330 000 non dégroupés. Depuis son rachat par Free, il y a trois ans, Alice a perdu 588 000 clients.    

En téléphonie mobile, il y a 3,600 000 clients, soit 990 000 de plus qu’au 31 mars et comme le trimestre dernier : "ces recrutements se répartissent de manière équilibrée entre les deux forfaits"

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #33 le: 31 août 2013 06:45:46 »
Quelques statistiques sur les parts de conquête sur le second trimestre. Cela indique le gain (ou la perte) de nouveaux clients en ADSL et Fibre Optique.
Globalement, c’est un tout petit trimestre en terme de nouveaux clients. Est-ce la fin du développement et l’arrivée d’un marché quasiment mature et de renouvellement ?

Free termine premier en augmentation de 3 points par rapport au trimestre précédent. La croissance est toujours forte, mais sur de plus petits volumes.
Orange est la relative bonne surprise avec 10 points de plus sur ce trimestre, ce qui lui permet de terminer deuxième, alors que les recrutements ADSL sont quasiment à l’arrêt et que sa croissance est tirée par la Fibre Optique.
SFR est un peu en baisse et repasse troisième mais est dans la même configuration qu’Orange : les recrutement en Fibre Optique commencent à faire autant que le recrutement en ADSL.
Bouygues accuse une baisse brutale, alors que la baisse était continue mais relativement douce depuis l’arrivée de Free Mobile. Il va lui falloir trouver des relais de croissance. La 4G suffira-t-elle ?
Numéricable poursuit sa croissance mais toujours mollement. Dire qu'il est quasiment seul sur son réseau ! Il vient de passer la barre du millionième client.

En ce qui est des offres en quadruple play. Orange revendique 3,821 000 clients Open, SFR avec son offre multi-packs 2,100 000 clients et Bouygues est dans l’inconnu, l’opérateur ne  donnant plus le détail des chiffres de Darty, mais il doit être au delà de 1,700 00 clients. Free ne donne pas de chiffres, mais cela doit être important également et doit tourner autour de 50% de ses clients mobiles soit 3,400 000.

Gain de nouveaux clients sur le second trimestre 2013
Iliad  62 000 (Free + 84 000, Alice -22 000),  soit 42,5% en part de conquête.
Orange : 41 000, soit 28,1%.
SFR : 33 000, soit 22,6%.
Bouygues : 10 000 soit 6,8%.
Total 146 000

Gain de nouveaux clients sur le premier trimestre 2013
Iliad 92 000 (Free 134 000, Alice -39 000), soit 39,3% en part de conquête,
SFR 56 000, soit  23,9%
Bouygues Telecom 45000 (Bouygues 68 000 et Darty -23 000), soit 19,2%,
Orange 41 000, soit 17,5%, 
Total 234 000

Gain de nouveaux clients sur l’année 2012
Iliad 515 000 (Free 712 000, Alice -197 000), soit 44,1% en part de conquête,
Bouygues Telecom 324 000, soit 27,7%,
Orange 296 000, soit 25,3%,
SFR 33 000, soit 2,8%.     
Total 1,168 000

Gain de nouveaux clients sur le quatrième trimestre 2012
Iliad 107 000 (Free 146 000, Alice -39 000), soit 36,0% en part de conquête,
Bouygues Telecom 88 000, soit 29,6%,
Orange 67 000, soit 22,6%,
SFR 35 000, soit 11,8%     
Total 297 000

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #34 le: 02 septembre 2013 06:52:17 »
Après la publication des résultats à fin juin 2013, voici le tableau récapitulatif des parts de marché dans le haut et très haut débit.

Pour la rubrique « Autres », ce sont aussi les résultats à fin mars 2013 calculés avec les statistiques trimestrielles de l’ARCEP en ôtant les chiffres publiés par les opérateurs au 30 juin.
Ce sera mis à jour avec la prochaine livraison prévue le 5 septembre. Les chiffres de Bouygues, Free, Numericable Orange et SFR sont tirés des communiqués de presse publiés.
A noter que c'est un petit trimestre en terme de recrutement avec 155 000 nouveaux clients. Petite forme passagère ou marché très mature qui se développe très lentement ? A suivre sur les trimestres suivants. Il faut noter que les recrutements en Fibre Optique commencent à devenir significatifs.
 


Bouygues a intégré Darty pour continuer à peser sur le marché. Sauf qu’il ne semble pas récupérer les clients qui quitte Darty...Et même pire n’a quasiment pas recruté sur ce trimestre. Attention cela ressemble à un atterrissage un peu brutal. Bouygues revendique 320 000 clients en Fibre Optique via la location du réseau de Numéricâble.

Free poursuit son ascension, mais avec des chiffres moins importants. La migration des Aliciens est toujours bonne et représente une part non négligeable des recrutements de l’opérateur. Même si la aussi les chiffres sont un peu moins bons que lors du trimestre précédent. 17% contre 22% lors du T1 des recrutements de Free proviennent d’Alice. Les Aliciens qui migrent le font à 68% contre 77%.
Free ne donne pas de chiffres sur ses abonnés Fibre, ni sur la V6. Dommage

Numericable la progression est là, mais de trimestre en trimestre cela ne bouge pas beaucoup en regard du potentiel. Numericable est seul ou presque sur son réseau et Bouygues recrute y autant. La bonne nouvelle est que d'avoir atteint 1 million de clients. Bref, c'est un début de taille critique et de valorisation certaine avant une probable introduction en bourse, voir plus par la suite. 

Orange poursuit sa baisse en attendant que la Livebox Play lui redonne un peu de tonus. Sur ce trimestre, la fibre optique fait encore un résultat supérieur à l’ADSL...80% des nouveaux clients chez Orange est sur une ligne FTTH.
La Fibre Optique nouveau relais de croissance ? Orange revendique 239 000 clients sur ce segment.

SFR est rentré dans le rang ce trimestre, même si cela reste supérieur aux chiffres catastrophiques de 2012. SFR recrute également sur la Fibre Optique, mais beaucoup moins. Pour l’opérateur c’est environ un tiers de ses recrutements. SFR revendique 125 000 en Fibre Optique.


Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #35 le: 03 septembre 2013 07:00:20 »
Après la publication des résultats à fin juin 2013, voici le tableau récapitulatif des parts de marché dans la téléphonie mobile.

Les Mvno sont indiqués à part. 

Parce que seul Orange publie des résultats détaillés concernant les Mvno hébergés sur son réseau. Depuis l’arrivée de Free, SFR et Bouygues ne publient plus les résultats de leurs Mvno. SFR ne donne que ses résultats propres et Bouygues additionne ses résultats avec ceux de ses Mvno.
 

Les chiffres des Mvno sont ceux donnés par l’ARCEP lors de son récapitulatif trimestriel (Tableau II.2). Le nombre de clients de Bouygues est recalculé en fonction du nombre total hors Mvno défalqué des chiffres d’Orange, SFR et Free.



Operateurs

Bouygues au prix de gros efforts commerciaux ne cède que 0,4 point sur les douze derniers mois, mais commence à voir Free dans son rétro.Le lancement de la 4G suffira-t-il à relancer Bouygues ? 

Free est proche de 10% de parts de marché. En 18 mois, c'est énorme, même si cela s'explique en grosse partie par le succès de son forfait à 0/2€. Pour atteindre 15% et même 25% de ce marché, il va falloir à Free d'autres leviers de croissance. En attendant le nombre est là et rien ne lui interdit de penser de pouvoir prendre la troisième place du podium à la place de Bouygues Telecom. 

Orange fait un peu mieux avec 1,5 point de clients supplémentaires sur les 12 derniers mois mais cela ne suffit pas à enrayer ses pertes en part de marché. L’objectif est d’être à 35% à fin 2013, c’est bien parti pour. Sauf Sosh et Open, il ne se passe plus grands chose pour le moment pour relancer les offres mobiles.   

SFR le trimestre a été bon et entre juin 202 et juin 2013, le gain est minime mais réel, et cela lui permet de stabiliser sa part de marché à 29,2%Sur les 12 derniers mois, c’est SFR qui s’en sort le moins bien, mais il fait mieux que le trimestre précédent ou SFR avait perdu près de 2 points.
 
Les Mvno voient leurs parts de marché baisser alors que le nombre de carte Sim en circulation augmente. Principaux pourvoyeurs d'offres prépayés, ils ssont les victimes principales des offres sans engagement.

Offres sans engagement
B&You compte 1,601 000 clients soit 16,5% de la base clientèle de Bouygues Télécom. Red compte environ 1,400 000 clients soit 6,7% de la base clientèle de SFR et Sosh compte 1,364 000 clients soit 5,1% de la base clientèle d’Orange. 

Mvno
Orange héberge 1,658 000 clients pour le compte de Mvno, contre 1,849 000 au 31 mars, 2,288 000 au 31 décembre 2012 et 3,062 000 au 31 mars 2013. Sur les 12 derniers mois, les cartes Sim ont augmenté de 6,4% contre 6,2% entre mars 2012 et mars 2013.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #36 le: 04 septembre 2013 07:03:26 »
Suite à la publication de ses résultats semestriels, Free a donné quelques éléments sur ses projets futurs et notamment sur la 4G et la subvention des terminaux…

4G : Free combien de divisions ?
Pour Maxime Lombardini, la 4G "ne va pas aller si vite que ça", même si Free s’y prépare en installant "toujours les sites en pensant 3G et 4G" (le coup du bouton donc...). Pour lui : "dix ans après le lancement de la 3G il y a encore pas loin de 40% du parc qui est en 2G, donc ça va être une progression lente".
Free n’est pas pressé aussi parce qu’il manque de fréquences et indique avoir "manifesté son intérêt auprès du régulateur pour les fréquences 1.800 MHz" qui seront libérées par Bouygues Telecom, mais là aussi c’est plutôt flou : "Nous n’avons pas encore arrêté la date à laquelle nous pourrions reprendre ces fréquences 1.800 MHz. Mais, il y a une contrainte technologique: 2,8 MHz que ce soit en 3G ou en 4G, vous n’en faites pas grand chose. Pour être efficace il faut au moins avoir 5 MHz, voire 10 ou 20 ".
Reste les fréquences basses en 700 MHz, aujourd’hui utilisées par la télévision, et qui pourraient être mise à disposition des télécoms en 2018.

Bref tout est sous contrôle...C’est urgent mais pas trop ! par nécessité, Free souhaite laisser mûrir le marché et frapper un gros coup, sauf que contrairement à la 3G, il n’a pas toutes les cartes en mains et il manque de fréquences nécessaires.
Mutualiser, oui, mais avec qui ? Orange son partenaire sur la 3G ou avec SFR et Bouygues qui ont commencé à travailler sur un accord de mutualisation ? Ces derniers auront du mal à faire entrer le "loup dans la « bergerie".
Reste que pour mutualiser (avec Orange ?), Free se doit d'apporter un réseau digne de ce nom dans la corbeille de mariée et là Free est un peu en culotte courte.     

Innovation : subvention des terminaux pour Noel ?
Une offre pourrait être lancée d’ici à la fin de l’année : " Les prochains mois seront consacrés principalement au déploiement de nos réseaux, fixes et mobiles, et à des initiatives sur le marché encore peu concurrentiel des forfaits intégrant le terminal  (...)  Il y a une grosse moitié du marché sur laquelle on n’a pas aujourd’hui d’offre pertinente, puisque le crédit consommation ne répond que partiellement à la demande".
Cela  permettrait "d’assurer notre croissance et une présence conforme à nos objectifs à moyen terme dans le mobile ". Free est à 9,4% de part de marché et s’est fixé l’objectif de 15% à moyen terme et à 25% à long terme. 
   
Là aussi, les offres actuelles de Free cartonnent. Rien d’urgent à casser le modèle d’autant qu’il faut mettre en place la machinerie médiatique et créer le buzz pour un lancement avant les fêtes de fin d’année afin de perturber les offres de ses camarades de jeux. Mais gagner des parts de marché passe obligatoirement part vendre un mobile avec le forfait qui va avec. Le modèle a la vie dure...

Sources : Les Echos[/url] (02/09), ZdNet (02/09).

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #37 le: 05 septembre 2013 07:11:17 »
Suite à la publication des résultats d’Orange, de Bouygues et de SFR, il est un peu plus simple de se faire une idée de l’effet Free Mobile pour ces trois opérateurs. Ce sont des chiffres bruts, les départs ne correspondent pas automatiquement à une arrivée chez Free, car il y aussi des mouvements entre opérateurs et Mvno.
   
Après 18 mois d’exploitation de Free Mobile, il est à noter que la tendance se confirme : Orange, SFR et Bouygues perdent toujours autant de clients en prépayés ! C’est quand même un débours de 3 millions de clients !
Avec un gain de 2 millions de clients, les forfaits eux sont dans le vert et même au beau fixe pour SFR et dans une moindre mesure Orange. Par contre, la composition de la clientèle change : il y a de plus en plus de sans engagement comme B&You, Red et Sosh et de la vente de carte pour le M2M. 

Encore une fois, ces pertes de clients/lignes portent en très grande majorité sur le prépayé. Cela souligne également que les Mvno ne suivent que très peu le mouvement.

Bouygues arrive à être légèrement positif et c'est lui qui recrute le plus sur les forfaits sur la période avec 637 000 nouveaux clients, mais à quel prix pour ses résultats financiers ! Mais Bouygues n'a pas le choix ! Par contre, il lache le prépayé.

Orange après une année 2012 positive, repasse dans le rouge. Là aussi c'est le prépayé qui souffre avec une perte de 961 000 clients. Même si le prépayé est une composante importante de l'opérateur historique, la perte est lourde. Les forfaits sont positifs et essentiellement Sosh. Des efforts commerciaux sont-ils à venir ?   

SFR est en pleine reconquête sur cette année 2013 et arrête de perdre des clients avec deux trimestres positifs. Les efforts commerciaux payent. Là aussi le prépayé est en pleine déroute. Mais cela importe-t-il à SFR ?       

Par rapport à la base clientèle au 31 décembre 2011, c’est SFR qui souffre le plus avec une perte de 1,9% de ses clients suivi de Bouygues avec une perte de 1,6% et c’est Orange qui ferme la marche avec une perte de 1,4%.
La perte est de 978 000 clients. Ces mouvements ont bien sur des conséquences financières pour les opérateurs, les résultats de Bouygues, SFR et Orange sont en baisse. Pour Orange, c'est compensé par l'accord d'itinérance avec Free.



*F = forfait/postpayés et P = prépayé. Les résultats sont en milliers et basés sur les communiqués des opérateurs.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #38 le: 06 septembre 2013 06:46:48 »
L’ARCEP (le régulateur du secteur des télécoms) vient de publier ses chiffres provisoires concernant le haut et très haut débit. Ils sont arrêtés à fin juin 2013.



Le nombre de clients sur le très haut débit (hors Ftth)  est de 1,350 000 clients dont 320 000 clients pour Bouygues et 1,002 000 pour Numéricâble, soit une part de marché de 74,2%. Il y a 28 000 clients soit 2,7% qui sont sur des réseaux locaux.

Sur la FTTH, au 30 juin, Orange annonçait avoir atteint 239 000 clients sur un total de 415 000 clients comptés par l’ARCEP, soit une part de marché de 57,6% sur ce segment au lieu de 56,4% le trimestre précédent. SFR annonce 125 000 clients, soit une part de marché de 30,1%.  Au 31 décembre, Orange comptait 176 000 clients soit une part de marché de 56%.
En défalquant Orange et SFR des clients ftth recensés par l’ARCEP, il reste 51 000 clients, soit une part de marché de 12,3%. A se partager donc entre les autres opérateurs. Pour rappel, Free ne donnent pas de chiffres sur la fibre optique.

Récapitulatif sur le Fibre Optique 
- Numéricâble, 1,002 000 millions de clients soit 56,8% du total, 
- Bouygues Telecom, 320 000 clients soit 18,1%,
- Orange, 239 000 clients soit 13,5%,
- SFR, 125 000 clients soit 7,1%,
- Autres 79 000 clients soit 4,5%.
Total : 1,765 000 millions de clients.

Question méthodologie, L’ARCEP prend en compte le nombre d'abonnements haut et très haut débit sur réseaux fixes et cumule les abonnements xDSL, câble, fibre optique, BLR, satellite et wifi. A la fois la clientèle "grand public" et "entreprise" et couvre la métropole et les DOM.
"Les chiffres sont établis à partir des données transmises par les principaux fournisseurs d'accès, complétées le cas échéant par l'estimation des non-réponses. Les données publiées sont arrondies. Les évolutions commentées tiennent naturellement compte du degré de précision des données."

Le tableau récapitulatif est mis à jour afin de tenir compte de la publication des résultats de la ligne "autres", qui est calculée en prenant la différence entre le nombre d’abonnements calculé par l’ARCEP et le nombre total publié par les FAI. Pour les autres FAI, les chiffres sont ceux publiés annoncés lors de la présentation des résultats trimestriels.


Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #39 le: 09 septembre 2013 06:55:18 »
Alors que les résultats commerciaux de nos opérateurs ont été publiés, un rapide point sur quelques éléments financiers (il n'est pas interdit de compléter) permettra de se faire une idée un peu plus précise sur la situation des uns et des autres. Les montants sont exprimes en M€.

Sur l’ensemble de l’année 2012, il y avait un recul du chiffre d’affaire de 1,5 milliards d’euros : SFR pour 879M€, Bouygues pour 664M€ et Orange pour 646M€.
Sur les six premiers mois, il y a une baisse de 818M€ pour Orange, 389M€ pour Bouygues et 385M€ pour SFR. 2013 devrait battre 2012.
A noter que le chiffre d’affaire de l’ensemble SFR, Free et Bouygues pèse moins que le chiffre d’affaire d’Orange.

Autre indicateur, L’EBITDA. C’est un indicateur permettant de comparer les résultats des uns et des autres. Il présente les revenus générés par l’activité indépendamment des conditions de son financement (les charges financières), des contraintes fiscales (impôts et taxes), et du renouvellement de l’outil d’exploitation (amortissements sur le réseau, les licences, l’itinérance, etc.). Une règle de trois sur le chiffre d’affaire permet de calculer le taux de profits.   



Le détail
Bouygues Telecom, le ratio (EBITDA / CA) est de 20,5% au lieu de 17,4 au lieu de 22,1% en 2011. Comme on peut le voir, aussi bien sur le chiffre d’affaire que sur l’Ebitda, c’est Bouygues qui souffre le plus, toutefois la situation semble meilleure qu’à fin 2012. Le plan d’économies porte ses fruits.

Free, le ratio est de 32,3% au lieu de 29,2% à fin 2012 et de 39,2% à fin 2011. Financièrement comme commercialement les feux sont verts. Toutefois l’arrêt du bénéfice des terminaisons d’appels pourrait avoir un impact sur le chiffre d’affaire à partir du second semestre. Cela pourrait lui couter 20% de son chiffre d’affaire (La Tribune, 02/09). La perte peut-elle être compensée par une meilleure couverture réseau et donc un versement au titre de l'itinérance à Orange plus faible ?   

Orange France, le ratio est de 36,3 au lieu de 31,6% à fin 2012 et 38,8% en 2011. Orange est en train de restaurer ses marges. Cela se fait au détriment du recrutement. Mais comme tout à une fin, nul doute qu’Orange relancera la machine. 

SFR, le ratio est de 28,9% au lieu de 29,2% à fin 2012 et de 31,2% à fin 2011. SFR a fait un peu de relance commerciale ce qui a un peu peser. Là-aussi, le plan d’économies porte ses fruits.

A noter qu’au niveau européen, en terme de chiffre d’affaire, Orange n’est qu’en troisième position. Le ratio Ebitda / CA est équivalent entre opérateurs.  A part Deutsche Telekom, les comptes sont dans le rouge pour l’ensemble des opérateurs. Le classement et le comparatif de ces opérateurs serait intéressant à faire.
Mais dans la bataille de ces mastodontes, on peut voir que Bouygues et Free ne boxent pas dans  la même catégorie. SFR aurait sa place dans le peloton des opérateurs historiques sont dans le coup.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #40 le: 10 septembre 2013 07:01:36 »
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°55

beIN Sport
La chaine continue d’engranger des droits. Cet été ont été achetés, les droits de la NHL (football américain), le championnat de hand allemand, et les droits du championnat portugais de football (hors matchs de Benfica à domicile) et du championnat d'Angleterre de rugby. 

Au niveau tennis, les droits du tournoi de Wimbledon et des tournois ATP1000 et ATP500 pourraient également être achetés par BeIn Sport. L’Euroligue de basket  devrait également être diffusée. Enfin le gros dossier pourrait être l’acquisition de matchs du Top14 de rugby. Et enfin, il se murmure que le championne de France de Hand pourrait passer de Canal+ (qui verse 1,2 millions par an) vers beIN (Les Echos, 27/08). Le contrat cours jusqu’en 2015, mais la dernière saison est optionnelle.

La chaine compterait au moins  1,470 000 million d’abonnés.

Canal+
BMFtv a estimé le nombre de clients de Canal+. Il serait de 10,970 000. Actuellement, Canal+ présente ses résultats en additionnant : abonnements individuels et collectifs à Canal +, CanalSat, CanalPlay Infinity, DOM-TOM et Afrique. Entre juin 2012 et juin 2013, la croissance est de 42 000 abonnés.

Pour BfmTv, il y aurait une croissance de 150 000 clients pour CanalPlay Infinity et de 240 000 pour Canal+ Afrique. Soit une croissance  totale de 390 000 clients hors Canal+. Vu que le solde est de 42 000 nouveaux clients, la différence est de 350 000 pertes entre juin 2012 et juin 2013.

Pour Canal+ : "La hausse des désabonnements était attendue en raison de la hausse de nos tarifs, sans compter l'environnement macro-économique difficile. Il y a aussi eu un léger impact de Be In Sport". Il y a petite pique habituelle pour son concurrent : "le modèle économique de Be In Sport n'est pas rationnel, et la rationalité reviendra donc à terme. Surtout, les désabonnements ont commencé à baisser en août. Nous voyons donc un point d'inflexion. Les tendances sont bonnes pour la fin de l'année".

Enfin même si il y a moins de clients : le taux de désabonnement en métropole a fortement augmenté, passant de 11,8% à 15,1%, l’ARPU (chiffre d’affaire par client) lui est en hausse. La facture moyenne est passée de 47,9€ à 49,5€. Canal+ a perdu 80 000 clients sur l’ensemble de l’année 2012. 

Le document présenté par Vivendi.


Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #41 le: 11 septembre 2013 06:51:32 »
Une autre série de statistiques. Elle concerne plus particulièrement Iliad et mesure l’évolution trimestrielle de Free et d’Alice depuis le rachat de ce dernier par Iliad au mois d’août 2008. Il y a 5 ans maintenant !
A noter une certaine résistance des Aliciens. La fin "naturelle" d’Alice n’est pas pour 2013 ! 

Pour ce trimestre, sur 22 000 clients qui ont quitté Alice, 15 000 ont migré vers Free, soit un taux de migration de 68% contre 77% pour trimestre précédent. Cela a assuré 18% des recrutements de Free contre 22% pour le trimestre précédent.

En 2012, 197 000 clients avaient quitté Alice pour 140 000 migrations vers Free, soit un taux de 71%. Cela avait assuré 19,7% des 712 000 recrutements de Free sur l’année.

En 2011, 177 000 clients avaient quitté Alice pour 85 000 migrations vers Free, soit un taux de 48%. Cela avait  assuré 17,2% des 492 000 recrutements de Free sur l’année.
Pour les années antérieures, Iliad n’a jamais donné de chiffres.



Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #42 le: 12 septembre 2013 07:00:06 »
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°56

Orange et la mutualisation de la 4G
Stéphane Richard (ZdNet, 11/09) lors d’un événement sur la 4G d’Orange a déclenché un buzz autour d’un possible mutualisation du réseau 4G d’Orange avec celui de Free. Alors que Bouygues et SFR vont mutualiser une partie de leur réseau, Stéphan Richard "Je pense que trois opérateurs par pays est un optimum mais en France, la consolidation semble impossible donc la mutualisation a du sens. Nous sommes ouverts à cette proposition. Mais je veux qu'Orange conserve un avantage exclusif en matière de 4G et je ne veux pas, au moins dans un premier temps, partager cette exclusivité. Ensuite, je ne ferme aucune porte", mais il ajoute que «l’accord d’itinérance avec Free [sur la 3G] préfigurait cette question»

Alors que Bouygues et SFR vont mutualiser une partie de leur réseau, il semble peu probable que cela soit pour accueillir un concurrent comme Orange et encore moins pour laisser rentrer le « loup » Free dans la bergerie. Reste donc qu’un possible accord entre Orange et Free.
 
Premier hic, pour le moment Free est un peu léger sur le déploiement de la 4G et pour mutualiser faut quand même être deux...Deuxième hic, au mois de mars dernier, l’Autorité de la Concurrence a limité le contenu de la mutualisation, celle-ci doit être light c'est-à-dire limitée aux équipements passifs (pylônes, locaux, toits terrasses, génie civil, climatisation, etc.), mais semble plus réservée sur la mise en commun d'équipements électroniques «intelligents» ou sur le partage de fréquences. 

SFR
Cela bouge chez Vivendi (Les Echos, 11/09), alors que cela s’agite toujours pour savoir qui gouvernera Vivendi, cela s’accélère pour SFR. La décision a été prise officiellement pour Vivendi de se séparer de SFR. Cette décision sera entérinée en mai prochain lors la prochaine assemblée générale des actionnaires. 

Vivendi sera scindé en deux. Un pôle média - basée en France - qui comprendrait Universal Music Group, Canal Plus et GVT, l’opérateur télécoms brésilien qui a vocation à être cédé plus tard. Pour rappel, Maroc Télécom et Activision sont déjà quasiment vendu.

Reste SFR, qui par une introduction en bourse "acquerrait une plus grande liberté stratégique et de partenariat", enfin Vivendi explique que l’opérateur " bénéficiera  pleinement de l’amélioration de ses performances grâce à la transformation en profondeur de son mode de gestion, ainsi que de la revalorisation du secteur permise par l’explosion des usages autour de l’Internet à très haut débit".

Que va devenir SFR ? Depuis de longs mois, il est régulièrement évoqué une alliance/fusion avec Numericable. Ce serait la seule construction qui pourrait être autorisée par l’Autorité de la Concurrence, car elle répondrait au vœu des diverses autorités de régulation et tutelles d’avoir 4 opérateurs (fixe et mobile).
Il y a aussi la solution d’un investissement assez lourd par un opérateur étranger comme Vodafone ou Carlos Slim.
SFR se portera-t-il mieux en sortant du périmètre de Vivendi ?

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #43 le: 13 septembre 2013 07:18:44 »
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°57

Auchan Télécom
EI Telecom, la maison-mère de NRJ Mobile - détenu par le CIC - a racheté l'opérateur mobile virtuel d'Auchan, qui détient près de 150.000 clients. Le distributeur a décidé d'arrêter son activité au printemps dernier. Désormais, NRJ Mobile compte 1,2 million de clients, ce qui en fait le deuxième opérateur virtuel, derrière Virgin Mobile.

En fait, la croissance des MVNO est en berne. La part de marché est passée de 11,4% à 10,9% depuis l’arrivée de Free Mobile et plus généralement de l’arrivée des offres sans engagement. Ce rachat vat-il en déclencher d’autres et va-t-on assister à une consolidation des MVNO ? 

En 18 mois, la structure de la clientèle des Mvno n’a quasiment pas changé. Les forfaits sont passés de 45,2% à 48, 5% et le prépayé de 54,8% à 51,5%. 
Quelques chiffres : Virgin 1,729 000 millions de clients, NRJ +/- 1 million, LycaMobile +/- 1million, La Poste 800 000, Ortel 250 000,  Prixtel 120 000,  Zéro Forfait 90 000, Numericable 120 000, Budget Telecom 25 000.

La Poste Mobile
La Poste Mobile vient de lancer de nouvelles offres et en profite pour annoncer avoir conquis  800.000 clients depuis son lancement en mai 2011. Elle espère atteindre le million d'abonnés d'ici la fin de l'année (Les Echos, 04/09).

OCS
Le bouquet Orange Cinéma Séries s’offre un lifting et va lancer un canal qui diffusera les productions de la chaine HBO (communiqué de presse).
Lors de la présentation du projet, il a été annoncé qu’OCS compterait 1,6 millions d’abonnés. Joli succès. D’autant qu’à fin 2012, il y avait 846 000 clients.

Microsoft rachète Nokia
Microsoft a annoncé qu'il allait acquérir pour 5,4 milliards d'euros l'activité de téléphonie mobile de Nokia. Ce dernier ne s’est jamais remis de son retard sur la marché des Smartphones. C’était le dernier équipementier européen de taille mondiale. Il faut espérer que Microsoft arrivera à dynamiser le marché des OS mobiles.  A noter (La Tribune, 05/09) que BlackBerry devrait être rapidement mis aux enchères.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #44 le: 16 septembre 2013 08:37:30 »
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°58

VDSL 2 : combien de divisions ?
Alors que le VDSL2 va bientôt être mis en place, c’est peut-être Free qui pourrait faire des annonces assez rapidement. Reste que concrètement, combien de Freenautes vont-ils réellement bénéficier d’une augmentation de leur débit ?
Pour rappel, selon l'ARCEP, environ 6% des 31 millions de lignes téléphoniques en France seraient éligibles au VDSL2, soit 1,86 millions de lignes; (raccordement direct, sans sous-répartiteurs et à moins de 1200 mètres du NRA),
Sur ces 1,86 millions de lignes, combien de lignes Free ? En prenant en compte ces 6% et en l’appliquant sur 5,140 millions d'abonnés dégroupés, cela pourrait donner un total de 310 000 clients. Reste qu’il faut que les freenautes concernés possèdent la Freebox V6 qui est la seule compatible VDSL2. Au final, les freenautes concernés ne devraient pas être si nombreux que cela.
Ce raisonnement est également valable pour les autres FAI. Une autre technologie pourrait faire son apparition, le G-Fast (Zdnet, 05/08).   

KPN racheté par Carlos Slim ?
America Movil, principal opérateur mobile latino-américain détenu par le milliardaire mexicain Carlos Slim, a annoncé début août (Les Echos, 09/08) le lancement d'une offre d’achat sur la totalité du capital du néerlandais KPN, pour la coquette somme de 7,2 milliards d’euros. A noter qu’America Movil est déjà actionnaire de KPN pour moins de 30%. Pour payer, America Movil, va pouvoir compter sur la vente de KPN Germany (avec la marque E-Plus) à Telefonica (opérateur historique espagnol).   
L’an dernier, le Mexicain Carlos Slim, l'homme le plus riche du monde, a pris également 20 % du capital de l'autrichien Telekom Austria.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #45 le: 17 septembre 2013 06:44:20 »


Un tableau qui mesure par FAI, les gains de nouveaux clients en évolution annuelle par trimestre (T2 2012 à comparer au T2 2013) et ce que cela représente en part de conquête. Cela permet de voir un peu plus précisément les tendances sur le long terme. Ce sont les chiffres pour l’ADSL et le Fibre Optique. Les chiffres sont exprimés en milliers.

Globalement, cela confirme les analyses précédentes. En glissement annuel, sur de plus petits volumes, Free continue de capitaliser grâce à son offre mobile, le plus dur va être de maintenir le rythme, car avec 53,11% de part de conquête en glissement annuel, la barre est toujours forte. Il faut noter une perte de 10 points par rapport au quatrième trimestre 2012 (62,7%).
Il faut bien sur prendre en compte l’intégration d’Alice pour avoir une vue plus correcte de la situation.

SFR est à un bon niveau depuis le début de l’année, alors qu’il était sorti du radar depuis de longs trimestres, mais il ne pouvait que rebondir.
Avec ses recrutements dans la Fibre Optique, Orange France se maintient mais à un niveau moyen, mais fait tout de même mieux que Bouygues Telecom qui voit lui ses performances reculer de trimestre en trimestre, sachant qu'en plus plus que Darty a été intégré. 

Méthodologie
Comment lire ce tableau ? Par exemple, entre le T2 2012 et le T2 2013, Orange a gagné 226 000 nouveaux clients, ce qui représente un gain de 2,3% de sa base clientèle sur la période et 23,9% en part de conquête cumulée sur cette même période. Il y a eu un gain de 947 000 nouveaux clients entre le deuxième trimestre 2012 et le deuxième trimestre 2012.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #46 le: 18 septembre 2013 07:13:28 »
Numericable (avec Completel) devrait être coté en bourse assez rapidement (Les Echos, 16/09). Aves ses dettes, le câblo-opérateur pourrait être valorisé 6 milliards d’euros.
Un banquier interrogé souligne qu’un rachat par Bouygues Telecom et surtout SFR reste « l’option préférée » (par la finance bien évidemment...).

Un rapprochement entre Numericable et SFR avait les faveurs de Numericable et beaucoup moins celles de SFR. La future mise en bourse de SFR va-t-il relancer le projet ? Numericable peut-t-il attirer un opérateur étranger, comme Vodafone ?

A ce jour Bouygues n’a semble t-il pas les finances nécessaires pour mener l’opération, même si Bouygues partage le réseau de Numericable pour ses offres Fibre, ce qui pourrait en faire un candidat naturel.  Enfin faut-il rappeler qu’un rachat par un opérateur français serait examiné attentivement par l’Autorité de la Concurrence.
 
Numericable compte 1,002 000 millions de clients soit 56,8% du total des clients sur la fibre optique, mais seulement 4,1% des clients sur le haut débit.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #47 le: 18 septembre 2013 07:22:30 »
Sur le tableau publié ci-dessus, lire 12,7% au lieu de 22% pour SFR en part de conquête entre le T1 2012 et le T1 2013.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #48 le: 19 septembre 2013 07:22:28 »
Ah oui...Quand même !! (N°25)
Sur le marché des Smartphones, la part d’Apple baisse de trimestre en trimestre. Sur le deuxième trimestre, Apple passe sous la barre des 15% et Samsung lui assure ses 30% et fait donc quasiment plus du double. Globalement Samsung et Apple représentaient 51% du marché lors du premier trimestre et 45,9% lors du second.
Les autres ont du mal à exister et se battent pour être dans le top 5. A noter l’apparition de Lenovo et la disparition de Huawei. Les poursuivants se font de la place petit à petit.
Nokia a été racheté par Microsoft et BlackBerry ne devrait pas tarder à disparaitre, Motorola malgré son rachat par Google n'est toujours pas visible sur le radar.   

Pour rappel, un graphique du quotidien Les Echos (29/04)

 

Les chiffres du second trimestre 2013 (Les Echos du 21/08)


En France au second trimestre et selon les chiffres de l’institut spécialisé Kantar World Panel, les Windows Phone ont constitué 11 % des ventes de smartphones en France au deuxième trimestre, contre 62,5 % pour Android et 17,3 % pour iOS. En Europe, la part de l'OS mobile de Microsoft serait de 8,2 %.


Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #49 le: 20 septembre 2013 06:41:17 »
Il y a quelques semaines, le Syndicat National de l’Edition Phonographique a publié ses résultats pour l’année 2012.

Le chiffre d’affaire total de 590 millions d’euros contre 617 millions en 2011. Le numérique représente 125 (21,2%) millions contre 111 millions en 2011 (18,0%). Le streaming avec des services comme Deezer ou Spotify représentent 42% du numérique contre 36% en 2011, ce qui fait que la France est le deuxième pays occidental derrière la Suède pour le streaming. Sur ces 42%, 68% des revenus vient des abonnements et 32% de la publicité. Ce qui situe la France dans la moyenne.

Au niveau mondial, ce taux n’est que de 20%. Globalement, le chiffre d’affaire du marché de la musique est en baisse, sauf pour le support numérique. Le numérique représente 35% du marché.
Sur l’ensemble des supports les Etats-Unis et le Japon représentent 28% du marché
Chacun. Ensuite, vient l’Allemagne et l’Angleterre avec 8% et la France en cinquième place avec §% du marché mondial. Parmi ces 5 pays, seul le Japon est en progrès par rapport à 2011.

Juste pout info, c’est Adèle avec son album 21 qui a le plus vendu en 2012 avec 8,3 millions d’unités.

Deux tableaux pour mesurer le chiffre d’affaire des biens culturels en France




Le numérique représente 33% pour les jeux, 25% pour la musique, 18% pour la vidéo et 1% pour le livre.

YouTube/Vevo (33,5 millions), Deezer (4,7), Spotify (1,1), Dailymotion, MusicMe et Qobuz représentent près de 43 millions de visites en Janvier 2013 contre 34 millions en janvier 2012, soit une progression de 27 % en un an. YouTube/Vevo, Deezer et Spotify captent 92 % de l’audience streaming dont 78 % pour le seul service YouTube.

Sur une base 100, iTunes représente 33%, Deezer 24% et Spotify 6%. Les principales plateformes de streaming audio ont réuni 6.6 millions de visiteurs uniques en janvier 2013 (soit +19.2% par rapport à janvier 2012). sur 6.6 millions d’utilisateurs, 450 000 (8%) ont souscrit une offre premium (dont 130 000 pour Spotify et 320 000 pour Deezer). En proportion Spotify génère plus d’abonnement que Deezer. Spotify étant de plus vraiment très fort sur son marché suédois. Selon le SNEP, Deezer ne générerait que 7% de visiteurs payants en France.

iTunes est le leader pour le marché du téléchargement (titres, albums et vidéos) : 77.4% des revenus du téléchargement contre 70.2% en 2011. Orange est passé de 7,7% à 4,3% du marché.
iTunes est le leader pour le marché de la téléphonie mobile : 48% des revenus de la téléphonie mobile contre 2.6% en 2011.
Deezer est le leader pour le marché du streaming (audio et vidéo) : 65.3% des revenus du streaming en 2012 contre 69.1% en 2011. YouTube passe de 14,6% à 10,8%, Spotify de 5,5% à 9,2%.

Il y a également des chiffres sur la musique et la radio, la musique et la télévision, la fréquentation des sites illégaux, les canaux de distribution de la vente physique et des chiffres sur les artistes qui ont marqué l’année 2012.