Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #350 le: 05 août 2014 07:39:56 »
Pour Free, cela se complique.
Selon une source proche de Deutsche Telekom (maison mère de T-Mobile), l'offre de Free manquerait de profondeur financière : "Cette offre n'est pas assez sérieuse pour se démarquer de celle de Sprint et Softbank" (Le Figaro, 05/08).Pour l'emporter, Free va devoir faire dans le XXL.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #351 le: 05 août 2014 17:17:38 »
Numericable vient de présenter ses résultats du second trimestre 2014. Ils sont dans la lignée des résultats précédents.
Pour le rachat de SFR et de Virgin Mobile, le processus se poursuit normalement, Numericable espère boucler l’ensemble de l’opération avant la fin de l’année.   

Récapitulatif

Nombre de prises connectables
Numericable annonce 8,573 000 millions de prises connectables au triple-play. Cela donne un taux d’occupation de de 12,4%, contre 12,2% à la fin du premier trimestre, 11,8% à la fin du premier trimestre 2013. En comparaison, Orange revendique un taux de 13,3% à la fin du premier trimestre 2014 et 11% à la fin du premier trimestre 2013. SFR ne donne pas chiffres.       

Marque blanche
Les clients (Bouygues) en marque blanche sont de 366 000 contre 377 000 au 31 mars,  363 000 au  31 décembre, 334 000 au 30 septembre, 320 000 au 30 juin, 313 000 au 31 mars, 297 000 au 31 décembre 2012. C’est la première fois que ce nombre baisse.
Que cache-t-il ? Il faudra attendre la publication des résultats de Bouygues Telecom.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #352 le: 06 août 2014 07:00:30 »
Pour Free, cela se complique moins.

Selon l'agence de presse Reuters, Sprint pourrait retirer son offre sur T-Mobile, "estimant qu'il sera trop difficile d'obtenir l'aval des autorités de régulation.", lasociété pourrait s'exprimer aujourd'hui.

Pour rappel, la Commission fédérale des communications (FCC) et le département américain de la Justice ne voyaient pas une telle perspective d'un bon œil, estimant que le consommateur aurait sans doute tout à perdre en n'ayant le choix qu'entre trois opérateurs.

Pour Free, ce ne serait pas gagné pour autant, car il lui faut améliorer sensiblement son offre de 11,2 milliards d'euros. Pour cela il lui sera doute nécessaire de passer par un accord avec des partenaires, parmi ceux-ci, des américains : Dish Networks (tv satellite), Cox Communications (opérateur dans le cable) et Charter Communications (petit opérateur dans le fixe) !

Parts de marché aux USA
Une ancienne infographie du quotidien Les Echos nous montre le poids des opérateurs fixes aux USA. Comcast, le plus gros opérateur national représente 24,3% du marché, AT&T représente 19,6% du marché, Time Warner 13,9%, Verizon 10,8%, Century 7,0% et Charter 5,4% du marché.   



Coté mobile (Les Echos, 31/07), il y a 4 opérateurs nationaux. Verizon et ATT, qui détiennent plus de 70% du marché et comptent respectivement 200 et 110 millions d’abonnés. Et deux plus petits : Sprint et T-Mobile avec 50 millions de clients chacun.
« Modifié: 06 août 2014 07:13:43 par Hammett »

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #353 le: 06 août 2014 10:36:38 »
Kal-L de GenerationCable.Net apporte les précisions suivantes :

"Sinon, pour les US, le dernier graphique que j'ai (le Times du 4/8/2014) donne :

* Comcast (câble THD) : 24%
* AT&T (ADSL) : 17%
* Time Warner Cable (en cours de rachat par Comcast) : 14%
* Verizon : 10% (7% FTTH et 3% ADSL)
* Cox (câble) : 5%
* Charter (câble) : 4%

A terme Comcast-TWB représentera 30% des abonnés THD (1,4 M de clients Comcast passeront chez Charter et 2,5 M de clients migreraient dans une société Charter/Comcast nommée pour l'instant SpinCo).
"

Merci à lui ;)


Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #354 le: 07 août 2014 07:26:57 »
Quelques chiffres et statistiques (hors résultats financiers) suite à la publication des résultats d'Orange au 30 juin. Ces chiffres portent sur l’activité Internet et sur l’activité mobile. Ce qui marche : très haut débit, Open et Sosh.


* en milliers

Haut et très haut débit
C’est acquis ! Les clients Adsl baissent et migrent vers le très haut débit et permet ainsi de tirer la croissance d’Orange. Ce trimestre, c’est encore un gain de 50 000 nouveaux clients. Sur un an et pour r un total de 176 000 nouveaux clients en FTTH, Orange compte 58 000 clients en provenance de l’Adsl. D’où viennent les 118 000 autres ?   
Trimestre après trimestre le nombre de clients sans abonnement téléphonique progresse, le nombre de clients avec une offre Open est de 5,431 000 millions. Open représente 40% des clients en très haut débit.  C’est le toujours le moteur de croissance d’Orange. Les offres Open représentent 53,4% des clients avec une connexion internet.
Il reste encore 76 000 clients en bas débit. Encore quelques trimestres et les clients (45 000) via une offre satellite seront plus nombreux.   

Téléphonie mobile
Orange grâce aux forfaits progresse de 190 000 nouveaux clients (+244 000 au T1), mais ce sont des forfaits sans engagement : Sosh représente un gain de 113 000 nouveaux clients, c’est 60% du total. Par contre sur le prépayé, c’est toujours la chute, même si elle semble moins importante sur ce trimestre. Cela se ressent également pour les Mvno hébergés sur le réseau Orange, cela baisse continuellement, et le total hébergé sera certainement en dessous du million avant la fin de l’année !

Sosh représente 10,3% des clients avec un forfait contre 9,9% à fin mars 2014, 8,9% à fin décembre 2013 et 8,1% de l’ensemble des clients chez Orange, contre 7,7% à fin mars 2014 et 6,9% à fin décembre 2013. A fin décembre 2012, c’était respectivement 2,9% et 2,0%.
Sosh représente 60% des recrutements nets contre 75% à fin mars 2014, 57% pour le T4 2013, 61% sur le T3 et de 73,5% sur le T1. Sosh tire la croissance mobile chez Orange.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #355 le: 07 août 2014 12:11:16 »
Free veut racheter T-Mobile - Saison 1 - Episode n°4
 
Pour Free, c'est stationnaire et en légère évolution. Les dernières déclarations des acteurs concernés.

Deutsche Telekom, par la voix de son patron (La Tribune, 07/08) a déclaré à propos de T-Mobile n'avoir reçu aucune "offre satisfaisante (...) Nous avons toujours dit que Deutsche Telekom était ouvert aux transactions (concernant T-Mobile US) avec une plus-value. (...) Actuellement, il n'y a pas pour nous de telle offre.
C'est pas un rejet, mais il va falloir que Free et/ou de nouveaux partenaires sortent un peu plus de sousous. 

Le patron de Dish Networks (un partenaire possible pour Free) a déclaré (Le Boursier, 07/08) que "le retrait de Sprint a probablement augmenté les options existantes pour nous, et que beaucoup de choses ont eu lieu ces dernières 24 heures. nous sommes toujours prêts à faire grandir notre activité, ce qui pourrait passer par jeter un coup d’œil à certaines entreprises.".
Question : est-ce que les 10 milliards de synergies promises par Iliad pourraient venir d'acheteurs/partenaires autochtones ? 

Après le Sprint, la course d'endurance ?

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #356 le: 08 août 2014 06:55:52 »
Brèves du sport business et des médias - N° 80
Le championnat de France de football reprend (enfin) ce soir. C’est l’occasion de faire le point sur ce que les clubs de L1 ont touchés comme droits TV pour la précédente saison. PSG, Marseille et Lyon arrivent en tête et se partagent 26% du total. 
L’exposition en premier choix et l’audience qui va avec compte beaucoup dans ce classement. A comparer à ceux du championnat anglais ou le premier va toucher 120ME  (soit un peu moins que le total des trois premiers de Ligue 1) et le dernier 75M€ (soit un peu plus que les 5 derniers de Ligue 1).   



En décembre 2013, lors de la publication de son rapport portant sur la saison 2012/2013, la DNCG – le contrôleur financier du foot français – a publié un graphique indiquant ce que représentaient les droits tv dans les différents championnats européens. Les clubs français sont très dépendants des droits tv, c’est deux fois plus que l’Allemagne qui elle remplit ses stades et offre du spectacle. C'est le seul championnat du Top5 européen à être en dessous de la moyenne.   



Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #357 le: 11 août 2014 09:14:13 »
Free veut racheter T-Mobile - Saison 1 - Episode n°5
Le JDD (édition papier) a fait le point sur ce qui manque à Free pour remporter la "mise" T-Mobile. Si Free n'arrive pas par ses propres moyens à augmenter sa mise, il lui faut trouver un partenaire capable d'apporter environ 6 milliards d'euros.

Dans ce cas de figure, Free serait toujours à 56% du capital d T-Mobile, le(s) partenaire(s) à 18% et Deustche Telekom à 10% (celui voulant rester au capital de T-Mobile). Les partenaires sont les mêmes que ceux évoqués dernièrement dans la presse.
 
Deutsche Telekom souhaiterait que Free améliore en propre sa proposition de deux milliards, et Free ne voudrait "lacher" qu'un milliard.

Le feuilleton va se poursuivre.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #358 le: 12 août 2014 07:13:21 »
En direct du prétoire – N°6 –

Décidemment, l’homme n’aime pas être "chambré" !  Xavier Niel vient encore de porter plainte (ZdNet, 28/07) pour injure publique envers un particulier, une qualification qui permet une mise en examen automatique sans instruction préalable. Cette fois, c’est le  patron de la communication de SFR qui a droit. En novembre dernier, celui-ci avait osé se moquer du patron d’Iliad via un tweet :  "Quand le coucou se pose en calimero".

Le patron de Free est habitué à ses pratiques, mais avait levé le pied ces derniers mois. En 2012, cela était tombé sec et les plaintes s’étaient accumulées envers des journalistes. Sur le sujet, lire :   Owni (10/2012),  Le Monde (11/2012).
Il avait également porté plainte contre un universitaire Nouvel Obs (02/2013). La justice avait débouté Niel.  

A noter que les faits attaqués ne portent pas sur une violation de la vie privée mais sur des faits liés à la société Free et sur la qualité de son réseau mobile.
Si Free arrive à s’offrir T-Mobile, ce sont des méthodes que Xavier Niel ne pourra pas reproduire aux USA, car cela ferait vraiment très mauvais genre.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #359 le: 13 août 2014 06:50:17 »
Brèves du sport business et des médias - N° 81

Football aux USA
Le foot aux Etats-Unis se porte bien (L’Equipe, 13/05) la Major League Soccer (MLS) et la Fédération américaine ont ainsi cédé les droits télé pour huit ans à ESPN, qui diffuse la MLS depuis 1996, Fox Sports, qui l'avait diffusée de 2003 à 2011 et le réseau hispanique n°1, Univision Deportes.

Jusqu'en 2022, les trois diffuseurs se partageront le championnat mais aussi les matchs des sélections américaines masculine et féminine. Le contrat porte sur 750M$ sur 7 ans, soit 544M€ ou 78M€/an de 2015 à 2022.  L’accord précédant était de 7,5M€/an !
 
En France, actuellement, c'est le groupe Canal+ qui diffuse la MLS. BeIN Sports sera-t-elle intéressée par le prochain renouvellement ?

Droits TV du foot anglais
L’Equipe (14/05) publie la répartition des droits TV de la Premier League anglaise pour la saison 2013/2014. C’est Liverpool qui va toucher le plus avec 97,5 millions de livres de gains (120M d'euros), soit un peu plus que le champion, Manchester City (96,5 millions).

Cardiff, la lanterne rouge, va toucher un joli chèque de 62 millions de livres (75M€). À titre de comparaison, en L1, le PSG avait touché 45 millions et Marseille avait touché 42 millions et Ajaccio le dernier 13 millions.

Ci-dessous le tableau récapitulatif des différents droits. Les montants sont exprimés en £, pour la conversion en €, il faut multiplier par 1,25.


Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #360 le: 14 août 2014 07:17:17 »
Ca y est, l’ARCEP va retrouver son pouvoir de sanction (Le Figaro (03/08). Le décret qui manquait a été publié au Journal Officiel. Ce pouvoir avait été censuré en juillet 2013 par le Conseil constitutionnel pour non-respect du principe de séparation des pouvoirs d'instruction et de sanction.

Le Décret
Le texte prévoit que désormais l'instruction préalable à une éventuelle mise en demeure d'un opérateur soit menée par un "rapporteur (...) avec le concours des agents des services de l'Autorité". Ce dernier rédige ensuite un rapport d'instruction, qui est transmis à une autre instance, "la formation de règlement des différends, de poursuite et d'instruction de l'Autorité", qui peut alors procéder à une mise en demeure, si des manquements sont constatés.

"Lorsque la personne en cause ne se conforme pas dans les délais fixés à la mise en demeure ou aux obligations intermédiaires dont elle est assortie", l'Autorité peut alors transmettre le dossier d'instruction et la notification des griefs à une "formation restreinte", qui seule peut prononcer d'éventuelles sanctions, après un délibéré.

Les membres de cette formation restreinte ne doivent pas avoir participé à la préparation des actes de poursuite ou d'instruction et "relèvent de la seule autorité du président" de cette formation, précise le décret.

Dans les faits
Dans les faits, L'ARCEP sanctionne plutôt rarement. Ces dernières années, elle n'a prononcé que deux sanctions: une contre La Poste, d'un montant d'un million d'euros, en décembre 2011 parce qu'elle ne proposait pas d'"offre abordable" pour l'envoi de petits objets, et une autre contre le cablo-opérateur Numéricable également en décembre 2011, d'un montant de 5 millions d'euros. Numéricable avait déposé un recours en nullité devant le Conseil d'Etat, qui a débouché sur la décision du Conseil constitutionnel de juillet 2013.

Free premier sanctionné ?...
Cette nouvelle procédure sera-t-elle utilisée contre Free ? L’ARCEP vient de lancer une enquête et "vérifie que Free est bien sur une trajectoire d'investissement pour tenir ses obligations de couverture de 75% de la population à une échéance très proche, janvier 2015 : c'est demain matin", ajoutant : "A ce stade, on ne sent pas d'enthousiasme à accélérer le calendrier (d'extinction de l'itinérance) chez l'opérateur qui en tire des revenus significatifs (...) Dès 2015, il faudra regarder dans le détail cette extinction par plaque à partir de 2016 ou 2018".

L’ARCEP vient également d’ouvrir une enquête concernant le déploiement de son réseau mobile 3G : "L'Autorité a décidé l'ouverture d'une enquête afin de s'assurer que Free Mobile met en œuvre tous les moyens nécessaires à l'atteinte de son obligation et d'évaluer la réalité d'éventuels obstacles au déploiement".

...D'une mise en demeure ?
De son coté, l’Autorité De La Concurrence souhaite que l’ARCEP mette en demeure Free sur l’itinérance qui lie Free à Orange sur la 2G et la 3G (La Tribune, 11/07) : "L'ARCEP peut mettre en demeure Free. Nous regrettons que rien n'ait été fait depuis notre avis (...) Ce n'est pas le rôle de l'Autorité de la concurrence, c'est un travail de régulation".

La suite dans quelques semaines. Le chemin vers une possible sanction envers Free est encore très long. Vraisemblablement, ce n'est pas cela qui affectera sa part de marché dans le mobile.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #361 le: 14 août 2014 09:04:00 »
Free veut racheter T-Mobile - Saison 1 - Episode n°6

Le directeur financier de T-Mobile vient de faire un appel du pied à Iliad (WSJ, 14/08). Pour lui l’intérêt d'Iliad est "très flatteur", mais "la proposition financière est très insuffisante", mais se montre raisonnablement optimiste : "les gens commencent très rarement avec leur meilleure offre". Il a même flatté "la bête" en précisant que Xavier Niel était un "entrepreneur très impressionnant".

La balle est toujours dans le camps de Free et de ses "partenaires". Va falloir mettre des sousous sur la tatable.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #362 le: 15 août 2014 07:41:54 »
Brèves du sport business et des médias - N° 82
Alors que le Top14 reprend aujourd’hui, la Ligue Nationale de Rugby a publié le document annuel de la DNACG, le contrôleur financier du rugby, et dans ce rapport, il y a deux récapitulatifs sur ce qu’a versé la LNR en droits tv du Top14 et de la Coupe d’Europe pour la saison 2012/2013.
On est bien sur loin des droits du foot et à noter que les droits tv sont égaux pour l’ensemble des clubs. Ils ne représentent qu’en moyenne 13% du budget total des clubs, contre 55% pour les clubs de la Ligue1.   

Versement de la LNR aux clubs du TOP14     


Evolution des droits tv depuis 1988
Ces droits ont explosé suite au dernier appel d’offre  remporté par Canal+ contre un versement de 71M€/an contre 31ME dans le contrat précédent. Le 30 juillet dernier l’Autorité De La Concurrence a  décidé de suspendre l’accord passé entre Canal+ et la Ligue Nationale de Rugby (LNR) pour la diffusion du Top14 jusqu’en 2019 et a demandé qu’un nouvel appel d’offre soit lancé avant le 15 janvier 2015 . La LNR et Canal+ ont fait appel (qui n’est pas suspensif) de l’avis. 


Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #363 le: 18 août 2014 07:02:37 »
Consolidation dans les télécoms : suite !

Nouvelle opération autour de Vivendi
Vivendi a des candidats pour acheter GVT sa filiale télécom au Brésil et devenir ainsi un groupe uniquement de médias ou vendeur de contenus.
Le 5 août, Telefonica a émis une offre non-sollicitée de 6,7 milliard d ‘euros (dont 3,6 milliards en numéraires et 12% en actions et un rapprochement entre Vivo et GVT.
De son coté, Telecom Italia pourrait également rentrer dans le jeu, mais dans le cadre d’un partenariat plus large avec Vivendi : une entrée de Vivendi dans le capital de Telecom Italia et un rapprochement de GVT et de TIM Brésil.
Le piquant de l’affaire est que Telefonica est actionnaire de référence de Telecom Italia et que Vivendi vient de vendre SFR et Maroc Telecom pour se désengager des télécoms.
Nous devrions en savoir un peu plus lors de la présentation des comptes de Vivendi le 28 août. Comme pour la vente de SFR, le but de Vivendi va être aussi de faire monter les enchères. En 2009, GVT lui avait coûté 2,8 milliards d’euros ! Reste à savoir qui fera le Numericable et le Bouygues...

Vivendi a du cash
Pour rappel, Vivendi a vendu une grosse partie d’Activision pour 6 milliards d’euros, la vente du solde pourrait lui rapporter 1 milliard. Il a vendu Maroc Telecom pour 4,2 milliards d'euros. 
La vente de SFR va rapporter 17 milliards d'euros dont 13,5 milliards en numéraires, la vente du solde pourrait lui rapporter 4 milliards d’euros.   

Vivendi a dépensé également et a racheté les parts de Lagardère dans Canal+ pour 1 milliard d'euros et va distribuer 5 milliards à ses actionnaires en 2014 et 2015. 

Vivendi se retrouverait alors à la tête d'une trésorerie nette de 10 milliards d'euros ! De quoi de faire quelques emplettes afin de renforcer Canal+ et Universal Music.
Au mois de juin, Canal+ avait fait une offre à Orange pour devenir actionnaire majoritaire de Dailymotion et en en faire une plateforme payante alors qu'Orange ne le voulait pas (Les Echos, 10/06).


Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #364 le: 19 août 2014 07:38:33 »
LOISIRS NUMERIQUES, QUELQUES CHIFFRES (1) : LA LECTURE DE LA PRESSE

Le quotidien Le Monde (09/04) a publié un article sur une étude concernant la lecture de la presse et plus spécialement de la presse numérique. La presse numérique n’a pas encore supplantée la presse papier, mais elle s’en rapproche : en moyenne 38 % des lecteurs de 71 grands titres de presse visionnaient leurs contenus sur ordinateur ou Smartphone, en 2013.

Chiffres généraux
Selon cette étude, 57 % des lecteurs de presse écrite lisent sur support papier uniquement ; 22 % consultent uniquement le site Internet, 4 % uniquement les versions mobiles. Point important : 17 % en moyenne sont des «dupliquants», qui lisent sur au moins deux supports, selon One global.
Pour certains titres, le taux de numérisation dépasse 50 % et encore, les tablettes ne sont pas prises en compte. 23 % des Français en sont équipés (leur nombre a doublé en un an), contre 44 % pour les smartphones

L’étude souligne que la numérisation est variable en fonction du titre et du lectorat, il est de :
15 % pour la presse hebdomadaire régionale (PHR),
31 % pour la presse féminine,
35 % pour le people,
37 % pour la presse télévision,
49 % pour la presse quotidienne régionale,
54 % pour les quotidiens nationaux,
57 % pour les newsmagazines.

Les Quotidiens et les hebdomadaires
Sur 30 jours, parmi les quotidiens : Le groupe Le Figaro (16,5 millions de lecteurs) a ainsi 8,4 millions de lecteurs papier, 9,4 sur Internet fixe et 3 sur mobile ; Le Monde (15 millions) a 8,8 millions de lecteurs papier, 7,9 sur Internet fixe et 3,1 sur mobile. Libération (7,4 millions) a 4,4 millions de lecteurs papier, 3,4 sur internet fixe et 986 sur portable. L’Equipe (12,7 millions) a 9,5 millions de lecteurs papier, 4,6 sur internet fixe et 2,9 sur portable.
Parmi les newsmagazines : Le Nouvel Observateur (13,2 millions de lecteurs dont Rue89.com - groupe Le Monde) ou L’Express (11,3 millions) ont également plus de lecteurs numériques que papier.

Les autres
Paris-Match a 11,8 millions de lecteurs (dédupliqués) mais seulement 1 million environ de numériques. Femme actuelle, première marque de presse dans cette étude, a 16,6 millions de lecteurs mais "seulement" 4 millions sur support numérique.
Parmi les titres "télévision", Télé Loisirs a 14,6 millions de lecteurs et près de 10 millions de lecteurs numériques. Télé 2 Semaines a lui 10 millions de lecteurs mais pas plus de 1,5 millions de numériques.

Le détail de l’étude est à lire ici

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #365 le: 20 août 2014 07:19:43 »
LOISIRS NUMERIQUES, QUELQUES CHIFFRES (2) : LA DIFFUSION PAYEE DE LA PRESSE
La baisse des ventes papier de la presse quotidienne se poursuit, et le numérique a du mal à prendre le relais. Si la lecture se porte bien, les ventes elles ne décollent pas. Les ventes représentent plus de 10% du total pour quelques titres de la presse nationale, la presse magazine et la presse régionale sont à deux taux anémiques.
Il n’y a que 4 quotidiens nationaux qui "tirent" ce marché : Le Monde, Les Echos, Libération et Le Figaro. 

Quelques chiffres
Pour Le Monde, au 31 décembre 2013, il y avait 34 400 ventes numérique quotidiennes (abonnés ou non) contre 25 800 à fin 2012. Pour Les Echos, c'est 15 000 contre 9 800 à fin 2012. Pour Libération, 10 600 contre 8 900 à fin 2012. Pour Le Figaro, 12 000 contre 7 300 à fin 2012 pour Le Figaro et 4 500 pour l’Equipe.

Pour Les Echos cela représente 16,5% de ses ventes (10,5% à fin décembre 2012), 15,7% pour Le Monde (10,6% à fin décembre 2012), 14,8% pour Libération (10,4% à fin décembre 2012) et 5,26% pour le Figaro (2,8% à fin décembre 2012) et 2,3% pour l’Equipe.

Derrière, ce n’est pas terrible. C’est 1,3% pour Le Parisien avec 3000 exemplaires et 698 exemplaires pour Ouest France le quotidien qui vend 733 000 exemplaires par jour.

Au niveau des magazines, c’est Capital qui s’en sort le mieux avec 6000 diffusions soit 2,4% de ses 250 000 exemplaires vendus, derrière c’est Le Point avec 7000 diffusions soit 2,0% et Elle avec 5200 diffusions soit 1,7%.

Le remplacement du format papier par le format numérique n’est pas encore pour tout de suite.

Sources : L’OJD (1), L’OJD (2).

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #366 le: 21 août 2014 07:06:22 »
Ah oui...Quand même !! (N°34)

Le quotidien Le Monde (06/08) a publié un graphique qui montre l’évolution des ventes de Smartphones par marque. 

Les tendances sont assez claires et instructives. Avec le développement des Smartphones d’entrée de gamme, l’ensemble des marques chinoises devraient dépasser Apple assez rapidement. Depuis fin 2013, l'évolution de Samsung marque la pas (avant de descendre ?) passant de 31,3% à fin 2013 à 30,8% à fin juin.

Samsung et Apple ne représentent plus que 46% du marché, le marché du haut de gamme croissant nettement moins vite que celui du bas de gamme, cela favorise donc les marques low-cost chinoises.

Il manque quand même 38% pour compléter ce récapitulatif. Qui sont-ils ? Marques exotiques ? Sous-marques ? Pas que, car il manque quand même Blackberry, Microsoft, LG Electronics (4,8% du marché), Sony, ZTE, HTC, etc...



Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #367 le: 22 août 2014 08:32:13 »
Brèves du sport business et des médias - N° 83

Droits tv matchs internationaux
A l’automne, l’UEFA avait lancé un appel d’offre sur la diffusion des matchs de qualifications de l’équipe de France et ceux des autres équipes pour l’euro 2016 et la Coupe du Monde 2018. Ceux de l’équipe de France (40 matches) ont été achetés par TF1 pour 140 millions, soit 3,6 millions contre 4,3 millions actuellement (L’Equipe, 21/12) .
Les autres ont été achetés par Canal+. Le prix minimum était de 30 millions par an. Le total serait donc de 120 millions d’euros (Mediasportif, 10/07).
Our rappel beIN Sports a acheté l’ensemble des 51 matchs des droits de retransmission de l’Euro 2016, M6 et TF1 vont diffuser 11 matches chacun.       

Adidas vs Nike
La Coupe du Monde est aussi l’occasion pour les équipementiers sportifs de se faire le match. Avant la finale (100% Adidas), le Journal du Dimanche (13/07) a publié un récapitulatif des finales depuis 1978. Adidas mène largement.
Au début du tournoi, Nile était en tête et sponsorisait 10 équipes contre 9 à Adidas. Du coté des joueurs, c’était 400 pour Nike et 270 pour Adidas. Les Bleus sont équipés par Nike, qui verse 42,5 millions d’euros par an. Jusqu’à la fin de la saison 2018.



Coupe du Monde de Foot
TF1 a fait le point (Le Figaro (25/07) sur ce que lui a couté (et rapporté) la Coupe du Monde football. Au total entre les dépenses et les recettes publicitaires, le delta est négatif de 50 millions. Alors que la presse avait évoqué une vente de 50 millions pour BeIn Sports, il s’avère que ce la vente n’aura rapporté que 30 millions. Plutôt une bonne affaire pour BeIn Sports, si la chaine arrive à garder les 900 000 nouveaux clients qui ont pris un abonnement.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #368 le: 25 août 2014 07:15:58 »
SFR et Bouygues Telecom vont publier leurs résultats du deuxième trimestre le 28 août avant bourse. Pour Free ce sera lundi prochain et l'ARCEP le 4 septembre.

Vivendi pourrait faire des annonces concernant la vente de GVT sa filiale brésilienne, alors que la vente de SFR à Numericable poursuit son bonhomme de chemin auprès de l'Autorité de la Concurrence. Les résultats de Bouygues Telecom valideront-ils les derniers changements annoncés pour redresser la barre ? Free devrait annoncer de bons résultats sur le recrutement mobile.

Pour rappel Orange et Numericable ont déjà publié leurs résultats.

Pour Orange, sur le fixe, c'est encore une baisse dans l'ADSL corrélée avec une montée en charge de la Fibre Optique. Sur le mobile, Il y a un petit gain grâce aux forfaits, alors que le prépayé poursuit sa chute.


Pour Numericable, le trimestre ressemble aux trimestres précédents. Pour la Fibre en marque blanche, c'est une perte de 11 000 clients pour Bouygues Telecom. Certainement un nettoyage de la base client.


L'ARCEP a publié ses statistiques trimestrielles sur le mobile.
En métropole, les 4 opérateurs ont gagné 905 000 nouveaux clients avec un forfait et perdu 345 000 clients en prépayés, soit un solde positif de 560 000 nouveaux clients. Pour les Mvno, ce serait un gain de 340 000 (forfaits et prépayés), soit un solde total de 900 000 nouveaux clients. Avec les Dom, le gain total est 886 000 nouveaux clients (forfaits et prépayés).

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #369 le: 26 août 2014 07:10:45 »
Brèves du sport business et des médias - N° 84
A part les droits tv du TOP14 qui vont certainement être rediscutés, d’autres droits tv vont faire l’objet d’âpres négociations. A noter que selon le président de beIn Sports, la chaine aurait dépassé les deux millions de clients. 

Coupe du Monde de foot 2018 et 2022
Il y a les droits des deux prochaines Coupes du monde de football. Russie en 2018 et Qatar en 2022. Pour cette dernière, on imagine mal beIn Sports passé à côté. Ces droits devraient mis sur le marché en Octobre. 
Pour la dernière au Brésil, TF1 a vendu les droits de l’ensemble des matchs pour 30 millions à beIn Sports. Selon un institut – Kantar Sport (L’Equipe, 30/06) – beIn Sports aurait gagné 864 000 clients durant la Coupe du Monde de Football. Cela ferait donc un peu plus de 2,614 000 millions de clients. Reste à confirmer ce chiffre. 

Championnats européens
Les championnats allemands, italiens et espagnols arrivent à échéance à la fin de la saison. beIn Sports et Canal+ payent 22 millions par an pour la Bundesliga et la Calcio. Pour la Liga, beIn Sports paye 22 millions par an jusqu’en 2015.
BeIn Sports pourrait très bien tout rafler cette fois-ci. Les sociétés qui commercialisent ces droits étant assez proches de BeIn Sports. Et comme ce sont des droits non nationaux, un appel d’offre n’est pas nécessaire.

Pour le championnat anglais ce sera dans 1 an. Actuellement, Canal+ règle une facture de 50 millions par an et ce jusqu’à la fin de la saison 2015/2016.
Dans le quotidien Le Monde (20/08), Florent Houzot, directeur de la rédaction de BeIn déclare : "A partir du moment où nous voulons être la chaîne premium de sport en France, la Premier League nous intéresse forcément. Mais pas à n’importe quel prix". Une future compétition avec Canal+ en perspective ?
 
Droits TV « premium » hors football
L’Autorité De La Concurrence dans son avis rendu sur l’appel d’offre du Top14, a indiqué les droits TV (hors football) qui doivent être soumis à appel d’offre car ce sont des droits premiums susceptibles de déclencher des abonnements. Il s’agit des compétitions organisées en France et qui font l’objet d’une demande de plus de 10 millions d’euros de la part des organisateurs. En dessous, de cette somme, l’appel d’offre n’est pas une obligation.
La Ligue Nationale de Rugby (LNR) conteste cet avis et a fait appel de la décision. Le jugement devrait être rendu vers la mi-septembre.
 


Rugby
Pour le rugby, hors Top14 quelques droits viennent à échéance : Pro D2, H Cup (2014), Tournée d’été de l’équipe de France (2016), Tri Nations (2014), Super 15 (2015), Air New Zealand Cup, the Currie Cup and Vodacom Cup (2015). A noter que beIn Sports a acheté les droits (hors matchs de l’Equipe de France) des différentes tournées de cet automne et qu’il diffuse le championnat anglais ainsi que la Ligue Celte.

Tennis
Selon Mediasportif, beIn Sports serait en passe de racheter les droits de la Fed Cup et de la Coupe Davis.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #370 le: 27 août 2014 07:10:02 »
Bouygues Telecom publie ses résultats demain. Seront-ils à la hauteur de la "guerre" commerciale lancée sur les prix du fixe (ADSL et Ftth) afin de reconquérir des parts de marché et faire mordre la poussière à Free ? Que peut-il espérer en termes de gains de parts de marché ? Sachant que le marché du fixe arrive en douceur à maturation et que la fibre optique commence à se substituer à l’ADSL ?

Un rapide retour en arrière sur les deux derniers "cartons" de recrutements sur le fixe va permettre d’avoir quelques éléments de comparaison. 

Ideo de Bouygues
2009-2011 : Bouygues au plus fort de la période de recrutements avec son offre idéo, Bouygues  a enregistré un gain de 927 000 clients supplémentaires, soit une moyenne de 78 000 nouveaux clients par trimestre sur la période, cela lui a permis de s’installer dans le paysage. 

la V6 de Free
Il faut distinguer deux périodes, celle avant l’arrivée de Free Mobile (2011) et celle après l’arrivée de Free Mobile.
Sur l'année 2011 et donc sans Free Mobile, C'est 712 000 nouveaux clients, soit 178 000 nouveaux clients par trimestre. Sans les migrations en provenance d’Alice, c’est 567 000 nouveaux clients, soit 142 000 nouveaux clients par trimestre.
 
Sur l’ensemble de la période 2011-2013, Free a enregistré 1,179 000 clients supplémentaires, soit une moyenne de 98 000 nouveaux clients par trimestre. Sans les migrations en provenance d’Alice, c’est 744 000 nouveaux clients, soit 75 000 nouveaux clients par trimestre.

Pour Free selon le type de décompte, le gain sur 36 mois (2011-2013) se situe  donc entre 75 000 et 98 000 nouveaux clients par trimestre. Pour Bouygues, le gain sur 36 mois (2009/2011) est de 78 000 nouveaux clients par trimestre. 

Quelle part du marché ?
Pour Free selon le type de décompte, le gain sur 36 mois (2011-2013) se situe  donc entre 75 000 et 98 000 nouveaux clients par trimestre. Pour Bouygues, le gain sur 36 mois (2009/2011) est de 78 000 nouveaux clients par trimestre. 

A fin mars, Bouygues est à 8,4% du marché, pour atteindre 10% du marché du fixe, Bouygues doit gagner 417 000 clients sans que la concurrence n’évolue. Pour atteindre 15% du marché du fixe, Bouygues doit gagner 1,671 000 clients sans que la concurrence n’évolue. 

A noter que le rythme de croissance annuelle sur le fixe s'est ralenti. L'année 2013 passant sous la barre du million avec 966 000 nouveaux clients.

Entamer la marge de Free ?
Sur la "guerre" commerciale engagée par Bouygues, pour la Société Générale : "si Free devait s'aligner et abaisser ses tarifs ADSL de 10 euros par mois, l'impact négatif sur son chiffre d'affaires et son résultat opérationnel (Ebitda) pourrait atteindre 340 millions voire 685 millions d'euros si la totalité de ses 5,7 millions clients haut débit basculait sur ce nouveau prix" (La Tribune, 27/06).
Si cette hypothèse se vérifie, cela mettrait le taux d’Ebitda de Free 18,3% soit le même que celui de Bouygues. L’Ebitda de Free en 2013 était de 1,204 milliard avec un ratio de 32,1%. Il y a du gras, beaucoup de gras.

Enormes défis
Les défis pour Bouygues sont conséquents. Il doit très rapidement gagner des parts de marché. Problème : si il y a réussite, les effets financiers ne se feront sentir qu’à moyen terme et il lui faudra plusieurs bons trimestres avant de voir des gains significatifs et donc gagner sur la concurrents et de faire baisser les marges de Free.
A Bouygues d'entamer son marathon !


Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #371 le: 28 août 2014 07:03:53 »
Bouygues Telecom vient de présenter ses résultats à fin juin. Ils sont bons sur le fixe, encore baisse sur le mobile et toujours dans le rouge financièrement. Copie conforme du premier trimestre.

"les résultats financiers du semestre sont affectés par la poursuite du repricing du parc de clients Mobile. Le chiffre d’affaires s’établit à 2,2 milliards d’euros et le chiffre d’affaires réseau à 1,9 milliard d’euros (respectivement -5% et -8% par rapport au premier semestre 2013). L’EBITDA ressort à 332 millions d’euros (-137 millions d’euros par rapport au premier semestre 2013). Le résultat opérationnel courant est de -41 millions d’euros et le résultat opérationnel de 44 millions d’euros après prise en compte de 85 millions d’euros de produits non courants.liés notamment au règlement de litiges compensant les coûtsdu plan d’adaptation.



B&you représente 19,6% des forfaits.

Rappel des chiffres du trimestre précédent

Haut débit
Au total, il y a  2,113 000 millions de clients (ADSL et Fibre Optique), soit +222 000 (11,7%) sur un an et +100 000 (5,0%) sur le dernier trimestre.

Mobile
Coté mobile, les résultats sont plutôt corrects. C’est une perte de 79 000 clients, soit +30 000 (+1,4%) sur les forfaits et une perte de 119 000 (-8,8%) sur le prépayé. Le nombre total de clients est 11,064 000 millions contre 11,143 000 à fin décembre 2013.
B&You compte 1,876 000 clients contre 1,750 000 à fin décembre. C'est une hausse de 126 000 clients (+7,2%). B&You représente 18,9% des forfaits.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #372 le: 28 août 2014 07:25:38 »
SFR présentera ses résultats ce soir après bourse, Iliad le fera demain après bourse. L'ARCEP présentera son récapitulatif trimestriel le 4 septembre.

Concernant la téléphonie mobile : sur l'ensemble du territoire (Métropole et Dom), le gain total mesuré par l'ARCEP est de 886 000 nouveaux clients pour le opérateurs et les Mvno.
Orange et Bouygues ont gagné 239 000 forfaits et ont perdu 273 000 prépayés. Numericable a gagne 18 000 clients.
Le solde est donc de 902 000 nouveaux clients à se partager entre SFR, Free et mes Mvno. On connait le gain des Mvno (340 000 - Numericable = 322 000), le total SFR et Free devrait être d'environ (à la louche) de 580 000 nouveaux clients.   

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #373 le: 28 août 2014 07:40:48 »
Vivendi va examiner aujourd'hui l'offre de Telecom Italia et celle de Telefonica sur GVT la filiale brésilienne de Vivendi. Reuters fait le point :

"Vivendi a annoncé aujourd'hui que son conseil de surveillance étudiera dans la journée les offres formulées par Telecom Italia et Telefonica pour le rachat de sa filiale brésilienne de téléphonie GVT.
Dans un communiqué, Vivendi indique que l'offre de l'opérateur télécoms italien valorise GVT à 7 milliards d'euros et que celle de l'opérateur espagnol valorise cette filiale à 7,45 milliards.
Vivendi ajoute que les deux offres financières sont assorties de propositions de partenariat dans les contenus. Le groupe français indique que l'offre de Telecom Italia expire le 10 septembre et celle de Telefonica le 29 août.
"

L'offre de Telecom Italia prévoit de faire entrer Vivendi dans son capital à hauteur de 20%.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #374 le: 28 août 2014 16:50:41 »
C'est Telefonica qui rentre en négociation exclusive avec Vivendi pour acheter GVT. Comme Bouygues Telecom, Telecom Italia aura juste servi à faire monter le prix initial de l'opérateur historique espagnol. 

Selon le communiqué publié par Vivendi : "L’offre de Telefonica du 28 août repose sur une valeur d’entreprise de GVT de 7,450 milliards d’euros. Elle comprend une partie en numéraire de 4,663 milliards d’euros et une partie en titres de Telefonica Brasil (12 % du capital), dont un tiers environ peut être échangé, à l’option de Vivendi, contre une participation de 5,7 % du capital et 8,3 % des droits de vote de Telecom Italia. Cette offre expire le 29 août 2014."

"Le prix proposé par Telefonica a été considéré comme particulièrement attractif, dégageant une plus-value de plus de 3 milliards d’euros.  Les autres conditions de l’offre, limitant au strict minimum le risque d’exécution de l’opération et les engagements de Vivendi postérieurs à la vente, répondent également aux objectifs de Vivendi."

En échange, Vivendi va donc rentrer au capital de Telecom Italia pour 5,7% et va donc rester au capital de SFR pour 20%. Une poire pour la soif ?

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #375 le: 28 août 2014 17:25:37 »
SFR vient de présenter ses résultats. Ils sont pas très bons.

Le chiffre d’affaires de SFR s’établit à 4 909 millions d’euros, en baisse de 4,7 % en base comparable(-3,9 %6 en base réelle) par rapport au premier semestre 2013. Le recul du chiffre d’affaires ralentit : enbase comparable, il s’établit à -3,5 % au deuxième trimestre 2014, contre -5,8 % au premier trimestre.



La ligne téléphonie mobile : Including customers to all SFR group’s brands, in Retail and B2B segments in mainland France and La Reunion Island. La ligne Contrats et prépayés : Retail segment in Mainland France. SFR n'a pas donné de chiffres pour Red, j'ai repris les chiffres du trimestre précédent.

Pour rappel, les chiffres du trimestre précédent

Haut débit
Il y a 5,252 000 millions de clients (ADSL et Fibre Optique), soit +160 000 (+3,1%) sur un an et en hausse de 43 000 (+0,8%) sur le dernier trimestre. Le FTTH présente un gain de 24 000 clients à 221 000 et l’ADSL une hausse de 19 000 clients.
L’offre 4P « Multi-Packs » représente près de 2,482 000 millions de clients, soit +155 000 clients sur le trimestre précédent. Il y a 221 000 clients fibre contre 141 000 il y un an.
 
Mobile
Il y a 11,360 000 millions de clients avec un forfait, soit une baisse de 21 000 (-0,2%) sur le trimestre et une hausse de 318 000 (+2,9%) clients sur un an.
Le parc total est de 14,387 000 millions, en baisse de de 297 000 clients (-2,00%) sur un an et de 168 000 (-1,15%) sur le trimestre.
Sur ce trimestre, SFR enregistre donc une baisse de 21 000 clients sur le segment des forfaits et de 147 000 sur le prépayé. Sur les 12 derniers mois, SFR a perdu 615 000 clients prépayés et gagnés 318 000 abonnés. 

Le parc total de clients (Including customers to all SFR group’s brands, in Retail and B2B segments in mainland France and La Reunion Island) s’élève à 21,293 000 millions, soit une baisse de 61 000 clients (-0,3%) clients par rapport au trimestre précédent et un gain de 667 000 clients sur un an (+3,2%).

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #376 le: 28 août 2014 17:56:09 »
Au vu du total ARCEP sur l'ensemble du territoire (métropole et Dom), soit +886 000 clients (forfaits et prépayés) sur le T2.
Orange a gagné 6 000 clients, Bouygues perdu 40 000 clients et SFR perdu 86 000, les MVNO ont gagné 340 000 clients en métropole, le total pour Free devrait être (à la louche) de 666 000 nouveaux clients. On verra demain en fonction des résultats de Free qui avait gagné 595 000 clients sur le T1.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #377 le: 29 août 2014 07:08:16 »
Free veut racheter T-Mobile - Saison 1 - Episode n°7

Pour une poignée de dollars...

Deutsche Telekom vient de relancer le dossier T-Mobile en fixant un prix de vente de 35$ par action, ce qui valorise sa part à 19 milliards de dollars et celle de T-Mobile à 28 milliards de dollars. Iliad a fait une offre à 33 dollars par action soit 15 milliards de dollars mais sur seulement 56,6% du capital de T-Mobile.

A 35 dollars par action, Iliad n’aurait besoin que de 660 millions de dollars supplémentaires pour le même pourcentage de 56,6%. Free doit donc trouver 4 milliards de dollars…
 
Le quotidien Les Echos du jour rappelle que la valeur de T-Mobile baisse après chaque refus d’achat. T-Mobile était à 40 milliards de dollars lors de la tentative de rachat par ATT, puis de 30 milliards pour Sprint et maintenant 28 milliards.

Iliad connait donc le prix à mettre pour rafler la mise. Seul ou avec des partenaires ? Iliad serait à la recherche de partenaires afin de boucler le tour de table.

Free présente ses résultats trimestriels en fin d’après-midi. Une occasion de faire le point sur cette opération ?


Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #378 le: 29 août 2014 12:08:42 »
Avant la publication des résultats de Free aujourd'hui (après bourse) , un point sur les autres opérateurs :

Les résultats sur le trimestre sur le fixe (haut & très haut débit) :
Bouygues +102 000 nouveaux clients
Orange +35 000
Numericable +13 000
SFR -4000 

Les résultats sur le trimestre sur le mobile (forfaits et prépayés) : 
SFR +86 000
Numericable +18 000 nouveaux clients
Orange +6000
Bouygues -40 000

Les estimations donnent 53 000 nouveaux clients pour Free sur le fixe et plus de 660 000 sur le mobile.

Edit : +/-490 000 pour le mobile et pour Free.
« Modifié: 29 août 2014 15:22:25 par Hammett »

AzertyPhilCo

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #379 le: 29 août 2014 16:05:37 »
les +13000 sur le fixe pour num c'est sur le semestre... +5000 sur le T2.

Comment arrives tu à +18000 sur le mobile pour Num au T2? et au T1 il y avait combien?

Apres pour SFR pourquoi ne pas prendre les chiffres: "SFR parc des clients résidentiels abonnés à l’Internet haut débit" qui sont mieux disant?

Bravo pour cette page en tout cas....

Je cherche l'ARPU SFR (fixe et mobile) T4 2013, T1 2014,   T2 2014... Savez vous ou je pourrai trouver cela?
      
« Modifié: 29 août 2014 16:11:37 par AzertyPhilCo »

AzertyPhilCo

Re : Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #380 le: 29 août 2014 16:20:37 »
SFR perdu 86 000,

SFR Mobile T1 2014: -61 000, T2 2014: +86 0000 soit S1 2014: +25 000, à moins que je me trompe..

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #381 le: 29 août 2014 16:46:14 »
Pour SFR, c'et moi qui m'était viandé. Je prends pas, parce qu'il y les chiffres de SRR dedans. On retrouve ces chiffres de SRRau niveau de la ligne "autres" dans mon récapitulatif.
Pour Numéricable, pour le mobile, c'est 18 000  sur le T2 202 000 à 220 000 clients. Pour le fixe, c'est 1,069 000 --> 1,082 000.
Sur sa page investisseurs, il y a un fichier excel qui récapitule ;)

Pour l'ARPU, va falloir reprendre l'ensemble des communiqués et tableaux publiés.

Merci pour tes encouragements, tes questions et remarques ;)

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #382 le: 29 août 2014 18:15:58 »
Iliad vient de publier ses résultats pour le second trimestre 2014. Médiocre, voir mauvais sur le fixe, et bon sur le mobile, même si c’est en baisse par rapport au trimestre précédent. De ce coté, cela ressemble à un atterrissage, même si il reste de la marge par rapport à la concurrence.

Sur le fixe, c’est Bouygues qui arrive en tête et Orange deuxième, Free troisième et Numéricable quatrième et SFR ferme la marche..
A noter que Free ne donne pas d’indications sur Alice, sur la Fibre ou sur la répartition des forfaits 0/2€ de ceux à 16/20€.



Pour rappel, les chiffres du premier trimestre.

Haut débit
Il y a 5,711 000 millions de clients soit +275 000 (5%) sur un an et +71 000 (1,3%) sur le dernier trimestre. C’est mieux que le trimestre dernier. Free ne donne pas de détails sur la répartition entre Free et Alice. Free ne donne pas  de répartition entre l’ADSL et la Fibre.
Il y a 94,8% de clients dégroupés, soit 5,442 000 clients et donc 269 000 non dégroupés.

Mobile
Il y a 8,635 000 millions de clients, soit +595 000 clients (7,4%) sur le trimestre et , ce qui est en proportion le plus petit  trimestre depuis 2 ans.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #383 le: 29 août 2014 19:20:22 »
Sur ce trimestre, le chiffre d'affaire de Free est de 1 015 milliard, en comparaison celui de Bouygues est de 1 092 milliard.  Sur le premier semestre, il est de 2 019 milliards pour Free et de 2 077 milliards pour Bouygues. Une analyse plus précise sera publiée plus tard. ;)

Quelques statistiques sur les parts de conquête sur le second trimestre. Elles sont calculées à partir des communiqués publiés par les opérateurs Cela indique le gain (ou la perte) de nouveaux clients en ADSL et sur le très haut débit.
Globalement, c’est un encore un tout petit trimestre en termes de nouveaux clients. Historiquement certainement le plus bas depuis la montée en charge de l’ADSL. Sur 174 000 nouveaux clients, au moins 69 000 (hors Free qui reste secret) le sont sur le très haut débit, dont 50 000 pour Orange.   

Gain de nouveaux clients sur le deuxième trimestre 2014
Bouygues : 102 000 soit 58,6% en part de conquête.
Orange : 35 000, soit 20,1%.
Iliad : 24 000, soit 13,8%.
Numericable : 13 000, soit 7,5%
SFR : -4 000
Total 174 000

Gain de nouveaux clients sur le premier trimestre 2014
Bouygues : 100 000 soit 39,5% en part de conquête.
Orange : 31 000, soit 12,2%.
Iliad : 71 000 soit 28,1%.
SFR : 43 000, soit 17,0%.
Numericable : 8 000 soit 3,2%.
Total 253 000

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #384 le: 30 août 2014 07:27:42 »
Quelques statistiques sur les parts de conquête sur le second trimestre. Elles sont calculées à partir des communiqués publiés par les opérateurs Cela indique le gain (ou la perte) de nouveaux clients en ADSL et sur le très haut débit.

Globalement, c’est un encore un tout petit trimestre en termes de nouveaux clients. Historiquement certainement le plus bas depuis la montée en charge de l’ADSL. 2013 avait vu une augmentation du  nombre de nouveaux clients en dessous du million, 2014 devrait être pire.

Le très haut débit commence à remplacer progressivement l’ADSL. Sur 174 000 nouveaux clients, au moins 69 000 (hors Free qui reste secret) le sont sur le très haut débit, dont 50 000 pour Orange.   

Gain de nouveaux clients sur le deuxième trimestre 2014
Bouygues : 102 000 soit 58,6% en part de conquête.
Orange : 35 000, soit 20,1%.
Iliad : 24 000, soit 13,8%.
Numericable : 13 000, soit 7,5%
SFR : -4 000
Total 174 000

Gain de nouveaux clients sur le premier trimestre 2014
Bouygues : 100 000 soit 39,5% en part de conquête.
Orange : 31 000, soit 12,2%.
Iliad : 71 000 soit 28,1%.
SFR : 43 000, soit 17,0%.
Numericable : 8 000 soit 3,2%.
Total 253 000

Gain de nouveaux clients sur l’année 2013
Iliad : 276 000, soit 30,3% en part de conquête.
Orange : 215 000, soit 23,6%.
SFR : 182 000, soit 20%.     
Bouygues Telecom : 168 000, soit 18,5%.
Numericable : 69 000, soit 7,6%.
Total 910 000

Bouygues avec ses nouvelles offres à19,99€ écrase la concurrence et retrouve des résultats identiques à ceux récoltés lors du lancement de son offre 4P. Reste à faire aussi sur la durée. Seule différence avec l’époque Ideo : vu le faible volume de nouveaux clients, la reconquête va être très longue et couteuse.
Numericable ayant certainement « nettoyé » sa base, il y a une baisse à366 000 clients sur le très haut débit, ce qui représente 16,5% de ses clients contre 17,8% à fin mars, 18,3% à fin 2013 et 16,1% à fin 2012.

Orange termine deuxième et fait un moyen et contrasté. Le bilan est toujours négatif en ADSL avec une perte de 16 000 clients et un gain en très haut débit avec 50 000 ou la machine Orange commence à tourner à plein régime.
Il y a 415 000 clients sur le très haut débit soit 4,1% de ses clients contre 3,6% à fin mars, 3,2% à fin 2013 et 1,8% à fin 2012.

Free termine troisième du trimestre et fait un petit score pour lui par rapport aux chiffres habituels. Est-ce une répétition de sa mauvaise année 2010 ? Tendance à confirmer. Si elle se confirme, le lancement de la V7 permettra t-il de relancer la machine ? Free peut se permettre quelques mauvais trimestres, mais si la machine s’enraye durablement, cela pourrait entamer ses marges et son développement dans le mobile.
Iliad n’a pas donné de détails sur la répartition entre Free et Alice et ce que représentait la migration des Aliciens vers Free et ne donne toujours pas de chiffres sur le très haut débit. 

Numericable pas grand-chose à dire, sauf qu’il passe devant SFR et que cela ronronne gentiment. Il a fait le ménage sur sa marque blanche. Au vu de ses capacités et du manque de concurrence sur son réseau, Numericable devrait faire beaucoup mieux. 

SFR termine dernier sur ce trimestre, mais comme Orange, le très haut débit commence à supplanter l’ADSL. SFR gère les affaires courantes et il ne se passera rien avant le rachat par Numericable
Le très haut débit représente 4,5% de ses clients contre 4,2% à fin mars, 3,7% à fin 2013 et 2,5% à fin 2012.

En ce qui est des offres en Quadruple Play. Orange revendique 5,463 000 millions clients Open, soit 53,4%. SFR avec son offre multi-packs 2,534 000 millions de clients soit 48,3%.. Bouygues ne fait plus du quadruple-play son fer de lance commercial. Free ne donne pas de chiffres, mais doit tourner autour de 50% de ses clients mobiles soit 4,517 000 millions.


Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #385 le: 30 août 2014 07:44:01 »
Les résultats sur le trimestre sur le mobile (forfaits et prépayés) : 

Free +460 000 nouveaux clients.
Les Mvno +340 000, dont Numericable +18 000.
SFR (toutes marques) +86 000. SFR France -83 000 (+4000 forfaits et -87 000 prépayés)
Orange +6000 (+190 000 forfaits et -184 000 prépayés)
Bouygues -40 000 (+49 000 forfaits et -89 000 prépayés)

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #386 le: 01 septembre 2014 07:15:30 »
Après la publication des résultats à fin juin 2014, voici le tableau récapitulatif des parts de marché dans le haut et très haut débit.

Pour la rubrique « Autres », dans l’attente des statistiques de l’ARCEP à fin juin, ce sont les résultats à fin mars 2014 des statistiques trimestrielles de l’ARCEP auxquels sont retranchés les chiffres publiés par les opérateurs à fin mars. Les chiffres de Bouygues, Free, Numericable, Orange et SFR sont ceux des communiqués de presse publiés.

Répartition haut et très haut débit
Sur le deuxième trimestre, Sur 174 000 nouveaux clients, au moins 69 000 (hors Free qui reste secret) le sont sur le très haut débit, dont 50 000 pour Orange. Sur le premier trimestre, sur 253 000 nouveaux clients, au moins 93 000 l’étaient sur le très haut débit, dont 47 000 pour Orange. L’année 2013 avait vu la croissance de 496 000 nouveaux clients en ADSL et de 444 000 nouveaux clients en très haut débit.



Orange va tranquillement passer sous la barre des 40% certainement avant la fin de l’année. Les bons chiffres sur le très haut débit ne compensent pas assez la baisse sur l’Adsl. La progression reste toutefois moyenne et ne lui assure pas une position solide sur la durée. Orange se place, mais rien n'est acquis.   

Le total SFR + Numericable est à 24,8 du marché contre 25,1% le trimestre précédent. Dans l’attente du démarrage de la fusion au dernier trimestre, l’encéphalogramme est plat, sauf sur le très haut débit. Mais là, comme pour Orange, cela ne fait que commencer et les positions ne sont pas acquises.     

Free accuse un tassement de ses recrutements. Sera-t-il temporaire ? A noter que c’est son plus mauvais trimestre depuis 2010 juste avant le lancement de la V6. La V7 fera-t-elle des miracles dans un marché saturé ?
Selon le compte twitter friliad, qui cite la communauté Alice, Alice serait à 70 000 clients à fin juin, après avair été à 120 000 clients à fin décembre 2013. Free ne donne plus de chiffres depuis 12 mois. 

Bouygues reprend des couleurs, mais il va lui falloir vraiment un rythme soutenu pendant de nombreux trimestres pour s’approcher des 10% du marché. La longue marche est entamée. IL lui juste du temps et Bouygues Telecom en aura-t-il ? 

La Poste Mobile compte 50 000 clients avec à son offre 4P et sa box SFR.
« Modifié: 01 septembre 2014 09:42:11 par Hammett »

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #387 le: 01 septembre 2014 12:03:11 »
Free veut racheter T-Mobile - Saison 1 - Episode n°8

C'est la rentrée et cela s'agite...

Selon Reuters : "Iliad a reçu des marques d'intérêt de la part d'acteurs industriels et d'investisseurs en vue d'un partenariat dans le cadre de cette opération.".
Selon Challenges : "Iliad envisage une augmentation de capital "de 2 milliards d'euros maximum" pour financer l'opération, avec un prix maintenu à 33 euros par action de T-Mobile US, tandis que la part du capital de l'opérateur américain acquise pourrait être augmentée.".
Selon Les Echos : "Toutefois, le 12 septembre, la situation va se clarifier.C'est en effet à cette date que débutera le processus d'enchères de fréquences AWS-3 aux Etats-Unis. Les opérateurs auront alors l'interdiction de lancer des opérations capitalistiques pendant plusieurs mois. Ils doivent donc sortir du bois avant cette date, sinon Iliad restera seul en lice. S'il n'y a pas de deuxième candidat, Deutsche Telekom pourrait accueillir l'offre d'Iliad avec davantage de bienveillance.".

Bref, c'est compliqué, mais cela commence à s'éclaircir : Iliad va juste devoir mettre le prix et Deutsche Telekom veut vendre.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #388 le: 02 septembre 2014 07:21:48 »
Après la publication des résultats à fin juin 2014, voici le tableau récapitulatif des parts de marché dans la téléphonie mobile.

Le récapitulatif a évolué. Par opérateur, c’est le nombre total de clients (y compris les Mvno et filiales) qui est pris en compte. Pour avoir un peu plus de détails voir les chiffres de L’ARCEP et ceux publiés par les opérateurs.



Operateurs
Bouygues continue sur sa lancée et ne s’en sort qu’avec ses forfait B&You et un peu de la 4G. Son différentiel avec Free ne tient plus qu’à un fil. Sur les 12 derniers mois l’écart est passé de 6,6 points à 2,8 points. La seule question est de savoir quand Free passera devant Bouygues.Sur les 12 derniers mois, c'est Bouygues qui a perdu le plus de clients.       

Free a dépassé les 13% du marché ne sera plus rattrapé par les Mvno. Pour atteindre l'objectif affiché de 25% du marché, il va falloir à Free d'autres leviers de croissance que son forfait à 0/2€. Par contre pour atteindre 15%, c’est bien parti. A ce rythme, il lui faudra encore quelques trimestres pour passer devant Bouygues Telecom.       

Orange continue de plonger, mais c’est d’abord à cause de ses clients Mvno, ses résultats propres étant plutôt corrects sauf sur le prépayé qui est complétement à l’abandon. C'est le seul opérateur a compenser la perte du prépayé par un gain sur les forfaits. Cela ne l'empêchera pas de passer sous les 40% avant la fin de l'année.

SFR reprend un peu de couleurs mais pas sur sa marque. Pour  Numericable, SFR devrait accuser des pertes jusqu’en 2016,  Le nombre total de clients mobile serait 20,540 000 millions à fin 2014, de 20,460 000 millions, à fin 2015 et remonterait à fin 2016 à 20,480 000. Depuis le T4 2013, SFR donne le % de ses forfaits sur les clients de sa marque, auparavant c'était sur l'ensemble de ses clients.
 
Offres sans engagement
B&You compte 1,966 000 clients soit 17,8% de sa base clientèle et 19,79% de ses clients avec un forfait. 
Red (chiffres du 31 mars) compte 2,065 000 clients soit 14,4% de sa base clientèle et 18,2% de ses clients avec un forfait. 
Sosh représente 10,3% des clients avec un forfait contre 9,9% à fin mars 2014, 8,9% à fin décembre 2013 et 8,1% de l’ensemble des clients chez Orange, contre 7,7% à fin mars 2014 et 6,9% à fin décembre 2013. A fin décembre 2012, c’était respectivement 2,9% et 2,0%.

Mvno
8,789 000 millions de clients ont souscrit à un service mobile auprès d’un Mvno (tableau 2.2), soit une hausse de 340 000 (4%) sur le T2, contre un hausse de 338 000 (+4,2%) à fin mars 2014, une hausse de 202 000 (+5,2%) à fin décembre 2013, hausse de 15 000 (+0,2%) pour le T3, de 151 000 (1,9%) sur le T2, de 27 000 (+0,4%) au T1 2013.
Les Mvno représentent  11,6% du marché total de ce trimestre contre 11,3% pour le T1, 11,0% du marché total sur le T4, de 10,9% pour le T3, T2 et T1 2013.
Virgin Mobile qui est le plus gros Mvno va rejoindre Numericable/SFR, ce qui va faire une perte de 1,690 000 clients sur ce segment et les 202 000 clients de Numericable qui vont être absorbé par le rachat de SFR. Qui sera le prochain sur la liste ?

Orange héberge 1,311 000 clients pour le compte de Mvno, contre 1,424 000 à fin mars, 1,561 000 million au 31 décembre 2013  2,288 000 au 31 décembre 2012. C’est le seul opérateur qui donne des chiffres sur ses clients Mvno. Bouygues Telecom et SFR ne donnent pas de chiffres. Free n’en a pas.

Pour rappel, les quelques chiffres connus sur les Mvno :   
Virgin 1,690 000 millions de clients, NRJ +/- 1,2 million, LycaMobile +/- 1million, La Poste 1,000 000, Ortel 250 000,  Prixtel 120 000,  Zéro Forfait 90 000, Numericable 220 000, Budget Telecom 25 000.

AzertyPhilCo

Récapitulatif (ARPU Fixe, Mobile) BouyguesTelecom, Free, Numericable, Ora
« Réponse #389 le: 02 septembre 2014 15:11:12 »
Bonjour à tous, Bonjour Hammett,

Voici un récapitulatif de l'ARPU: Fixe, Mobile) BouyguesTelecom, Free, Numericable, Orange, SFR.

https://twitter.com/friliad/status/506453438398746625

C'est une info de @friliad sur Twitter.

Bonne journée.

PS Hammett, tu devrais poster sur Twitter tu aurais des millions de follower!!!

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #390 le: 02 septembre 2014 17:28:45 »
Bonjour AzertyPhilCo,

Merci pour tes encouragements;)

Oui, faut que je m'y mette. 

AzertyPhilCo

Hammett est sur twitter ( @hammett_92 )... suivez le ici:
« Réponse #391 le: 02 septembre 2014 20:15:03 »
Hammett est sur twitter ( @hammett_92 )... suivez le ici: https://twitter.com/hammett_92 , il vient d’être mentionné par @friliad ...


Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #392 le: 03 septembre 2014 07:06:10 »
Alors que les résultats commerciaux des opérateurs ont été publiés, un rapide point sur quelques éléments financiers permettra de se faire une idée un peu plus précise sur la situation des uns et des autres. Les montants sont exprimés en Milliards d’euros.



Sur l’année 2012, il y avait eu un recul du chiffre d’affaire de 2,539 milliards d’euros : SFR pour 895M€, Bouygues pour 515M€ et Orange pour 1,129M€, compense par un gain d’un 1,031 milliard pour Free et de 14 millions pour Numericable. Le delta était une perte de 1,494 milliard.

Sur l’année 2013, il y avait une baisse du chiffre d’affaire total de 3,064M€, 1,413M€ pour Orange, 562M€ pour Bouygues et 1,089M€ pour SFR compensé par un gain de 594 millions pour Free et de 12 millions pour Numericable. Le delta était une perte de 2,458 milliards.

Sur le premier semestre 2014, la perte de CA est de 643 millions. 320 millions pour Orange, 199 millions pour SFR, 110 millions pour Bouygues et 14 millions pour Numericable. C’est pas compensé par Free avec un gain de 190 millions et. Le delta est une perte de 453 millions contre 368 millions pour le T1.
   
A noter que pour la première fois, le chiffre d’affaire de l’ensemble SFR, Free, Bouygues et Numericable pèse plus que le chiffre d’affaire d’Orange.

Le détail
Bouygues Telecom, voit sur chiffre d’affaire baisser de 4,1% entre le premier semestre 2014 et le premier semestre 2013. A noter que Free est seulement à 157 millions (contre 80 millions sur le T1) derrière lui. Ses efforts commerciaux de sont en train de lui couter cher.
La rentabilité continue de s’étioler, le ratio (EBITDA / CA) est de 15,3 contre 18,9% à fin 2013, 17,4% en 2012 et 22,2% en 2011. La guerre menée à Free fait d’abord des dégats chez Bouygues.
Bouygues représente 11,2% en termes de parts de marché sur le CA, contre 11,7% à fin 2013 et 12,3% à fin 2012.

Free, le CA augmente de 10,4% sur un an. Seul souci, l’augmentation du CA est loin de suivre la courbe de l’augmentation de ses clients. C’est certainement l’effet du forfait à 0/2€. Pour l’instant cela marche, mais quand le flux diminuera, Free devra passer à autre chose.
La rentabilité s’étiole également mais est deux plus importante que celle de Bouygues. Le ratio (EBITDA / CA) est de 30,9% contre 32,1% à fin 2013, 29,2% en 2012 et 39,3%
Free représente 10,4% en termes de parts de marché sur le CA, contre 9,4% à fin 2013 et 7,9% à fin 2012.

Numericable, le CA baisse de 2,2%. L’encéphalogramme est plat, alors que NC est seul sur son marché. 
Le ratio (EBITDA / CA)  est monumental : 44,3% contre 46,9% à fin 2013, 47,5% en 2012 et 44,4% en 2011. Les marges sont là, manque plus que les clients.
Numericable représente 3,4% en termes de parts de marché sur le CA, contre 3,3% à fin 2013 et 3,1% à fin 2012. 

Orange France, le CA baisse de 4,6%, c’est un peu mieux par rapport aux périodes précédentes, mais c’est encore négatif. L’itinérance avec Free, permet à Orange encore de passer le cap.
Le ratio (EBITDA / CA) est de 37,1% contre 35,6% à fin 2013, 36,6% en 2012 et 38,4% en 2011.
Orange représente 49,7% en termes de parts de marché sur le CA, contre 53,7% à fin 2013 et 50,5% à fin 2012. Orange perds des parts de marché, mais avec la 4G et la Fibre, la rentabilité s’améliore

SFR, le CA baisse de 4,9% et selon le business plan de Numericable cela devrait se poursuivre jusqu’en 2015 et commencer à remonter à partir de 2016.
La rentabilité continue de baisser, le ratio (EBITDA / CA)  est de 24,2% contre 27,1% à fin 2013, 29,2% en 2012 et 31,2% en 2011.
SFR représente 25,3% en termes de parts de marché sur le CA, contre 28,3% à fin 2013 et 26,6% à fin 2012.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #393 le: 04 septembre 2014 07:23:40 »
Suite à la publication des résultats de Free et de Bouygues Telecom, Martin Bouygues et Maxime Lombardini sont intervenus pour apporter quelques commentaires.

Bouygues Telecom
Martin Bouygues s’est confié au quotidien La Tribune (28/08) : "Nous avons souffert" mais Bouygues Telecom "déploie avec succès sa stratégie offensive (et) dispose des atouts nécessaires pour retrouver une compétitivité accrue sur un marché à quatre acteurs (Bouygues aura) la structure la plus compétitive du marché (...) Dans la téléphonie mobile, un opérateur, c'est un réseau et un portefeuille de fréquences. Nous avons l'un et l'autre. Ceux qui n'ont pas voulu investir ne peuvent pas se plaindre".

Concernant un rachat par Orange ou Free : "Nous n'avons pas reçu d'offre, il ne s'est rien passé pendant l'été". Pour lui la quatrième licence accordée à Free est un "immense traquenard (...) A partir du moment où la compétition à quatre se fera de manière équitable, équilibrée, avec les mêmes règles pour tous, Bouygues Telecom aura toutes les chances de réussir (...) Notre business plan n'est pas bâti sur l'hypothèse de l'amélioration des conditions de concurrence, si cela se produit ce sera du bonus"

Faut-il rappeler l’audition du pédégé de Bouygues Telecom par la Commission des Affaires Economiques du Sénat (La Tribune, 06/06) : "Notre objectif est d'économiser un milliard par an d'ici trois ans : c'est énorme, pour un chiffre d'affaires de 4 milliards d'euros (…) pour ce qui concerne Bouygues Telecom, aujourd'hui, nos résultats nous placent au quatrième rang (…) Nous sommes confrontés à un problème de taille critique. Pour faire face à nos coûts fixes, c'est-à-dire à l'extension du réseau, il nous faut plus de clients, d'où notre offre de rachat de SFR, qui a échoué. Les résultats en matière de 4G n'ont pas été à la hauteur de nos espérances (…)  nous avons décidé de nous organiser par nous-mêmes pour survivre avec moins de revenus, en réduisant sensiblement la taille de l'entreprise, ce qui aura donc des conséquences sur l'emploi, hélas.".

Bouygues ne prévoit un retour à la rentabilité significative avant 2016, soit 18 mois. La période de transition risque d’être longue et compliquée. Un marathon est engagé, reste à tenir la distance et le rythme. En attendant, c’est en mode survie que se place Bouygues. A moins que d’ici là, la consolidation du secteur ne soit de nouveau à l’ordre du jour.
Une chose est sure : les récriminations et aigreurs distillées ici et là n'apportent rien au projet. Faut passer à autre chose.   

Free
C’est Maxime Lombardini qui a donné quelques éléments succincts au quotidien Les Echos (29/08). Au-delà des résultats, le satisfecit est évident : "On s’achemine avec un an d’avance vers 4 milliards d’euros de chiffre d’affaires".

L’offensive de Bouygues sur le fixe laisse de marbre de le dirigeant de Free : "L’élément important, c’est que le revenu moyen par utilisateur, l’Arpu fixe, reste stable à 35,80 euros. La guerre des prix ne nous affecte pas.". De plus les marges du mobile ne chutent pas : "L’Arpu n’est pas public, mais il se stabilise grâce aux offres de location". La proportion des forfaits à 0/2€ serait même en train de décroitre.

Pour le directeur financier de Free le rachat de Bouygues Telecom "n’est plus à l’ordre du jour (...) En France, nous sommes désormais concentrés sur une configuration de marché à quatre opérateurs, qui nous convient parfaitement". Xavier Niel avait déclaré début août au Wall Street Journal que Free serait intéressé de racheter des petits bouts de Bouygues si Orange se lançait...

Reste la principale difficulté de Free : continuer à générer du cash en convertissant en masse ses clients mobiles vers les forfaits à 16/20€ et à passer le cap du très haut débit. Sans compter bien sur la mise en place d'un vrai réseau de téléphonie mobile.
Car, il arrivera un moment ou le chiffre d’affaire et les marges ne progresseront plus. Pour le moment, le nombre important de recrutements permet de compenser ce déséquilibre. Mais à moyen terme, il faudra que Free passe à autre chose et certainement en segmentant un peu plus ses offres. En attendant, la grosse affaire va être d'acheter T-Mobile US.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #394 le: 05 septembre 2014 07:05:57 »
Le match Free vs Bouygues Telecom tourne souvent autour de l’idée de savoir qui est le troisième opérateur ?
 
Plusieurs éléments peuvent être pris en compte, ce tableau récapitulatif arrêté à fin juin permettra de se faire une opinion, mais au vu de ces différents indicateurs, le score penche largement vers Free. Il ne reste à Bouygues que le plus grand nombre de clients mobile comme feu vert, mais au rythme actuel Free devrait pouvoir passer devant dans moins d’un an.

Si le résultat Net de Bouygues est positif, c'est qu'il contient la prise en compte de "85 millions d’euros de produits non courants : 429 millions d’euros de règlement de litiges et divers moins 344 millions de provisions pour coûts d’adaptation et divers". C'est donc un one shot. 

A noter et c'est dommage (excès de pudibonderie ?) que Free ne donne pas son Arpu mobile et que Bouygues Telecom ne détaille pas son chiffre d’affaire entre l'activité mobile et l'activité fixe (un oubli certainement ?). Match "nul" de ce côté.

Autre match "nul" : celui des réseaux. Free pour son réseau mobile "under construction" comme celui de Bouygues pour le fixe.



Edit : Bouygues publie son chiffre d'affaire fixe. Reste donc à Free à publier on ARPU mobile.
« Modifié: 06 septembre 2014 06:01:46 par Hammett »

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #395 le: 08 septembre 2014 07:03:35 »
L’ARCEP (le régulateur du secteur des télécoms) vient de publier ses chiffres provisoires concernant le très haut débit. Ils sont arrêtés à fin juin 2014.
Pour l’ARCEP : "Ils sont établis à partir des données transmises par les principaux fournisseurs d’accès complétées le cas échéant par l’estimation des non-réponses".



Hors FTTH
Hors FTTH et y compris le VDSL2 , le nombre total d’abonnements est de 1,630 000 abonnements dont 368 000 pour Bouygues et 1,062 000 pour Numericable, soit une part de marché de 87,7%.

FTTH
Orange annonçait avoir atteint 415 000 clients pour un total de 715 000 abonnements comptés par l’ARCEP, soit une part de marché de 58,0% (57,1% pour le T1, 59,1% pour le T4, 58,7% pour le T3, 57,6% pour le T2 et 56,4% sur le T1 et 56,0% au T4 2012.
SFR compte 238 000, soit une part de marché de 33,3% (35,3% pour le T1, 36,5% pour le T4). Bouygues annonce 1 000 clients,  soit 0,1%. Soit un total de 91,4%.

En défalquant Orange et SFR et Bouygues es abonnements FTTH recensés par l’ARCEP, il reste 61 000 abonnements, soit une part de marché de 8,6%. A se partager donc entre les autres opérateurs, soit sur cette technologie, essentiellement Free et des opérateurs locaux.

Récapitulatif sur le très haut débit 


A noter, la montée en charge d’Orange qui prend la seconde place, le tassement de SFR, la baisse relative de Bouygues Telecom. Numericable est en chute libre alors qu’il est quasiment seul sur son réseau. Il devrait souffrir lorsque son réseau sera dégroupé et surtout l’explosion du reste .

Au total, sur les 12 derniers mois, l’augmentation (y compris vdsl2 ) est de 568 000 clients soit une augmentation annuelle de 31,4% pour 279 000 abonnements hors FTTH. Pour le FTTH, c’est une augmentation annuelle de 289 000 abonnements, soit 50,9%.
Sur ce total FTTH, Orange représente 176 000 abonnements, soit une part de conquête de 60,9%.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #396 le: 09 septembre 2014 06:59:45 »
Suite à la publication des résultats d’Orange, de Bouygues et de SFR, il est un peu plus simple de se faire une idée de l’effet Free Mobile pour ces trois opérateurs. Les départs ne correspondent automatiquement à une arrivée chez Free, car il y aussi des mouvements entre opérateurs et Mvno. 
   


Après un peu plus de 30 mois d’exploitation de Free Mobile, il est à noter que la tendance se confirme de trimestre en trimestre : Orange, SFR et Bouygues perdent toujours autant de clients en prépayés, sur la période, c’est quand même un débours de 4,9 millions de clients ! 



Pour ce premier trimestre, le solde des forfaits est toujours dans le vert et même au beau fixe pour Orange. C’est tout juste pour Bouygues et à peine positif pour SFR.

Globalement, c’est toujours un solde négatif qui s‘affiche malgré un gain de près de 4,2 millions de forfaits. Les historiques profitent du développement du marché avec les offres sans engagement avec B&You, Red et Sosh et à l’essor du M2M. 

Par rapport à la base clientèle au 31 décembre 2011, Bouygues, Orange et SFR ont quasiment rattrapé leurs pertes, même si la perte est encore de 692 000 clients.



Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #397 le: 10 septembre 2014 08:16:44 »
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°90

Vivendi a du cash
Pour rappel, Vivendi a vendu une grosse partie d’Activision pour 6,6 milliards d’euros, la vente du solde pourrait lui rapporter 1 milliard. Il a vendu Maroc Telecom pour 4,2 milliards d'euros. 
La vente de SFR va rapporter 17 milliards d'euros dont 13,5 milliards en numéraires, la vente du solde pourrait lui rapporter 4 milliards d’euros.   

Vivendi a dépensé également et a racheté les parts de Lagardère dans Canal+ pour 1 milliard d'euros et va distribuer 5 milliards à ses actionnaires en 2014 et 2015. 

Au 30 juin, sa dette financière nette atteignait 7,9 milliards d’euros, contre 17,4 milliards un an auparavant. Mais d’ici à la fin de l’année, les compteurs vont largement revenir dans le vert. Une fois que toutes les cessions auront été finalisées, Vivendi n’aura plus de dette mais un compte en banque bien rempli.

Après la vente de SFR et GVT, Vivendi se retrouverait alors à la tête d'une trésorerie nette de 10 milliards d'euros ! De quoi de faire quelques emplettes afin de renforcer Canal+ et Universal Music.
Au mois de juin, Canal+ avait fait une offre à Orange pour devenir actionnaire majoritaire de Dailymotion et en en faire une plateforme payante alors qu'Orange ne le voulait pas (Les Echos, 10/06).

Le nouveau patron de Vivendi – Vincent Bolloré a déclaré (Les Echos (29/08) à l’occasion de la présentation des résultats du groupe que : «Vivendi entame une nouvelle phase de construction et entend devenir un groupe industriel intégré orienté vers les médias et les contenus. Il a pour objectif un développement par la croissance organique de ses filiales et leur étroite collaboration, tout en ne s’interdisant pas de détenir des positions minoritaires dans des sociétés alliées pour distribuer des contenus».

Numericable
Cela ne s’arrange (Le Figaro (29/08) pas pour le déploiement de la Fibre Optique dans le département des Hauts de Seine. Car Le conseil général des Hauts-de-Seine exige 45 millions d'euros à Numericable.

Il y a deux mois(silicon.fr, 17/06) le Conseil Général des Hauts-de-Seine avait officiellement lancé une procédure de "règlement de différends" contre la société : "Cette procédure amiable prévue au contrat, a été décidée suite aux retards importants pris dans la construction du réseau départemental en fibre optique THD Seine par le délégataire Sequalum". Cette démarche n’ayant pas abouti, le département prévoit d'éventuellement résilier son contrat pour faute. Les 45 millions d'euros demandés sont donc des pénalités de retard. Numericable ne se laisse pas faire puisqu'il a lui aussi demandé la résiliation du contrat et une procédure de règlement de différend. Des négociations vont-elles s’ouvrir ?

Filiale à 80% du groupe Numericable (le reste du capital étant détenu pour par Eiffage par SFR Collectivités), Sequalum s’est vu attribuer en 2007 une concession de 25 ans pour le déploiement et l’exploitation de la fibre optique sur l’ensemble du département des Hauts-de-Seine pour un budget de 422 millions d’euros, financé à hauteur de 59 millions par le Conseil général. Soit 2 600 kilomètres de fibre optique à déployer sur 36 communes pour raccorder 750 000 foyers et 80 000 entreprises et infrastructures publiques. Le tout devait être livré fin 2015. En juin 2013, seules 200 000 prises optiques avaient été déployées.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #398 le: 11 septembre 2014 07:44:20 »
Un tableau qui mesure par opérateur, le gain de nouveaux clients en évolution annuelle  (T2 2014/T2 2013) et ce que cela représente en part de conquête. Cela permet de voir un peu plus précisément les tendances sur le moyen terme. Chiffres exprimés en milliers pour le haut et très haut débit.



Orange se maintient avec ses recrutements sur le très haut débit. Le niveau est moyen, mais constant, ce qui lui permet de rester sur la deuxième marche du podium, ce qui n’est pas si mal pour l’opérateur historique. Mais ce n’est pas assez dynamique pour reprendre des parts de marché.

Free termine sur la troisième marche du podium ce trimestre, le tassement pourrait commencer à être sensible et visible assez vite, même si cela reste à un haut niveau.   

Bouygues Telecom caracole en tête sur le trimestre. Il reste encore du chemin pour prendre des parts de marché significatives à ses concurrents.

SFR poursuit sa chute. Il va être temps de rebondir avec la fusion avec Numericable.

Méthodologie
Comment lire ce tableau ?
Par exemple, entre le T1 2014 et le T1 2013, Orange a gagné 205 000 nouveaux clients, ce qui représente un gain de 2,1% de sa base clientèle sur la période et 24,0% en part de conquête cumulée sur cette même période. Pour les quatre FAI, il y a eu un gain de 853 000 nouveaux clients entre le premier trimestre 2013 et le premier trimestre 2014.


Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #399 le: 12 septembre 2014 07:45:33 »
Brèves du sport business et des médias - N° 85

Des nouvelles du Top14 et de la  coupe d’Europe.

ECR Cup & Amelin Cup
Les deux compétitions européennes de rugby vont être diffusés par BeIN Sports à partir de cette saison et jusqu’en 2017/2018. La chaine aurait déboursé 17 millions. France TV pourrait garder un match de chaque épreuve, mais doit débourser 7 millions.
Le contrat précédent liait FTV et Canal+ pour un versement de 14 millions annuels. Les organisateurs souhaitaient  27 millions d’euros. Ce montant ne sera donc pas atteint. En Angleterre, BT et Sky vont co-diffuser pour 28 millions, contre 17 millions auparavant.
Canal+, laisse donc BeIN Sports mettre un bras dans les droits tv du rugby, estimant que l’ex H-Cup n’est pas autant pourvoyeuse d’abonnements que le Top14.

Top14
L’Autorité de la concurrence saisie par BeIn Sports a suspendu le 30 juillet l’accord passé mi-janvier entre la Ligue nationale de rugby (LNR) et Canal+ (355 millions d’euros pour la période allant de 2014 à 2019). La LNR et la chaîne cryptée, soupçonnées d’«entente anticoncurrentielle», ont déposé un recours qui a été examiné jeudi 4 septembre, à la Cour d’appel de Paris.

Au-delà des plaidoiries des avocats de la LNR, de Canal+ et de BeIN Sports, il est à noter que le parquet a souligné la nécessité de "refaire le match de façon virile mais correcte", et estime que l'accord  "prive une partie de la population de l'accès au rugby (…) il serait dommageable pour l'économie française qu'un investisseur étranger ait l'impression que le marché français est verrouillé".

De son côté, le représentant de l’Autorité de la concurrence a appelé la cour à "se prononcer sur l’attractivité exacte des droits du Top 14 (…) Si le Top 14 est un moteur d’abonnements, il s’agit alors de droits premium (..) le championnat apportait 5% de nouveaux clients par an".

Le représentant de Bercy  (DGCCRF) n’a pas été convaincu non plus : "Je suis sidéré que la ligue dise que ses droits ne sont pas si attractifs que cela. La ligue ne défend pas ses intérêts avec ce type de position ( la ligue) n'a "aucune crédibilité" lorsqu'elle craint de toucher moins d'argent via un appel d'offres ouvert à tous, que via son accord négocié de gré-à-gré avec Canal Plus.".

Verdict le 9 octobre

Accessoirement, l’avocat de BeIN Sports a déclaré que l’option payante Rugby+ comptait entre 120 et 130 000 abonnés et que de ce fait le Top14 était sous-exploité par Canal+.

Pour rappel l’historique des droits TV du Top14 (source ADLC)..
1998 à 2003 : 10,7 millions d’euros par saison 
2003 à 2007 : 19,5 millions d’euros
2007 à 2011 : 27,8 millions d’euros
2011 à 2014 : 30,5 millions d’euros
2014 à 2019 : 71 millions d’euros

Sources : Le Progrès (04/09), BFM (04/09).