Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #1350 le: 23 novembre 2017 06:18:09 »
Après la publication des résultats de Bouygues Telecom, Free, Orange et SFR à fin septembre 2017, voici un tableau récapitulatif des parts de marché sur les forfaits mobiles du segment grand public (hors M2M, mvno pour les opérateurs, prépayés et entreprise) pour les 4 opérateurs nationaux, les mvno et les Opérateurs de réseaux mobiles outre-mer. 



Sur les seuls forfaits vendus en propre, c’est-à-dire hors mvno, m2m, prépayés et entreprise, Free avec 24,3% de parts de marché conforte sa deuxième place devant SFR avec 22,6%, et semble reprendre sa marche en avant, après avoir patiner depuis six mois.
Depuis 12 mois, Bouygues stagne globalement. Orange reprend quelques couleurs après plusieurs trimestres de baisse. SFR a perdu 0,7 point en 12 mois, c’est moins que précédemment, est-ce une dynamique de rebond ?

Précisions
- Les données sont compilées à partir des communiqués publiés par Bouygues Telecom, Free, Orange et SFR et l’ARCEP
- Au T3, Orange compte 18,635 millions de clients avec un forfait grand public, ce qui représente une part de marché de 33,8% et une augmentation de 633 000 cartes sim, soit une augmentation de 3,5% de sa base client entre le T3 2016 et le T3 2017.
- Bouygues est le seul à ne pas séparer de ses forfaits ceux du segment entreprise. Comme sa part de marché sur ce segment est estimée à 6%, je la retranche du total forfait hors m2m réalisé sur le trimestre.
- Pour la rubrique autres : d’abord addition des forfaits Bouygues, Free, Orange, SFR et mvno retranché du total résidentiel Métropole + Dom. On y trouve les Opérateurs de réseaux mobiles outre-mer (Dauphin Telecom, Digicel AFG, Globaltel, Orange Caraïbe, Orange Réunion, Outremer Telecom, SAS SPM, Société Réunionnaise du Radiotéléphone (SRR), Telco OI, UTS Caraïbe) et les mvno. Pour les mvno, Orange isole cette donnée, mais pas Bouygues Telecom, pour SFR, ce n’est pas tout à fait clair et Free n’en a pas. On peut donc retrouver des mvno dans cette rubrique mais aussi chez Bouygues et SFR.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #1351 le: 24 novembre 2017 06:26:58 »
Récapitulatif des parts de marché sur les forfaits mobiles (y compris grand public, m2m, entreprise) et donc hors prépayés à fin septembre.   



Contrairement aux forfaits du segment public, les forfaits m2m et entreprises permettent à Orange de préserver ses parts de marché avec +0,7 point sur le segment de forfaits entre le T3 2016 et le T3 2017. Idem pour SFR qui maintient sa deuxième place, mais avec une perte de 1,4 point sur 12 mois. Bouygues progresse de 0,7 point et Free arrive juste à garder ses positions. Bouygues pourrait très bien repasser devant Free très rapidement. Belle revanche.

Précisions
- Les données sont compilées à partir des communiqués publiés par Bouygues Telecom, Free, Orange et SFR.
- Au T3, Orange compte 28,433 millions de clients, ce qui représente une part de marché de 36,6%, et une hausse de 2,674 millions cartes sim et de 10,4% de sa base client sur 12 mois.
- Pour la rubrique autres : addition des forfaits Bouygues, Free, Orange, SFR sur les segments Grand Public, Entreprise et m2m, le total est retranche du total ARCEP (parc total + m2m).
- Pour les mvno, Orange isole cette donnée et elle n’est donc pas dans le total dans ce tableau, mais pas Bouygues Telecom, pour SFR, ce n’est pas tout à fait clair et Free n’en a pas. On peut donc retrouver des mvno dans la rubrique mais aussi chez Bouygues et SFR. Bouygues et SFR sont donc un peu  surreprésentés.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #1352 le: 27 novembre 2017 06:18:54 »
Ce tableau récapitule - à fin septembre 2017 - le nombre de clients pour Bouygues Telecom, Free, Orange et SFR pour le mobile (y compris mvno) et pour le fixe avec la part de marché (pdm) correspondante.



SFR poursuit sa baisse. Depuis le rachat par Altice, la perte est 3,303 millions de clients, soit 5,8 points en parts de marché. Free a pris 2,2 points, Bouygues 2,2 points et Orange 1,5 point.
Depuis le début de l’année, Bouygues a pris 0,5 point, Orange a pris 0,3 point, Free a pris 0,1.

Depuis l'arrivée de Free Mobile et le rachat de SFR, les cartes ont été redistribuées. Depuis fin 2012, SFR (ensemble des segments) a perdu 7 points et 2,6 millions de clients. Orange (mvno et prépayés) a perdu 1,9 point mais gagné 4,5 millions de client, Bouygues gagne 1,8 point et 4,1 millions de clients, Free 7,1 points et 9,3 millions de clients, ce qui lui vaut d’avoir pris la troisième place à Bouygues Telecom. Toutefois, depuis 18 mois, Bouygues refait un peu son retard.   

Précisions
- Les données sont compilées à partir des communiqués publiés par Bouygues, Free, Orange et SFR. 
- Pour SFR, les clients de Virgin Mobile et ceux de Numericable sont inclus à partir de 2012.
- Le(s) Mvno(s) sont inclus chez leur(s) opérateur(s) hébergeur(s).
- Orange compte 43,174 millions de clients, soit 41,0% du total.
« Modifié: 27 novembre 2017 06:26:41 par Hammett »

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #1353 le: 28 novembre 2017 06:27:24 »
Après la publication des résultats à fin septembre 2017, voici un récapitulatif sur quelques données générales publiées par Bouygues Telecom et Free. Quel est le troisième opérateur ?



Mobile & Fixe
Bouygues est devant pour 545 000 clients et son écart s’accroit tranquillement avec le m2m, par contre sur le segment des forfaits du segment Grand Public, Free est devant pour 935 000. Sur le fixe et trimestre après trimestre, Bouygues réduit son écart.

Finance
Sur le chiffre d’affaire Bouygues est repassé devant pour 17 millions (A fin juin, Free était devant pour 30 millions). A fin 2016, Bouygues était devant pour 39 millions, à fin 2015, Bouygues était devant pour 91 millions, alors que l’avance était de 270 millions à fin 2014 pour Bouygues et de 900 millions à fin 2013. Que va donner le T4 ?


Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #1354 le: 29 novembre 2017 06:09:02 »
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - n°263

Mobile aux USA
Sprint (SoftBank) et T-Mobile (Deutsche Telekom) renoncent à leur fusion géante. Les deux parties ne sont pas parvenues pas à s’entendre sur les modalités de contrôle du groupe qui naîtrait de cette fusion et sur lequel Deutsche Telekom entendait avoir le leadership.
Au 31 décembre 2016, le marché se partage entre ATT (35,5%), Verizon (30%), T-Mobile (18,8%) et Sprint (15,6%).

Xavier Niel épinglé par les « Paradise Papers »
Selon les documents, Xavier Niel a créé une société maltaise pour détenir un yacht. Enregistrée en mai 2010, Phocea Limited est détenue à 50 % par la holding personnelle de Xavier Niel comme l’a révélé le site Mediapart, en mai, lors de son enquête sur les « Malta Files ».

Malte est une des principales destinations des propriétaires de yacht grâce à son très avantageux système d’optimisation de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA). Celle-ci peut être diminuée à 5,4 % lors de la location, et un astucieux système de location-vente, le « leasing maltais », permet également de bénéficier de ce taux réduit à l’achat. Ce système existe aussi en France, mais avec un taux de TVA de 10 %. Cette niche fiscale maltaise est dans le viseur de la Commission européenne, mais elle reste pour l’instant légale.

Contacté par Le Monde, Xavier Niel n’a pas voulu détailler pourquoi il avait choisi Malte pour sa société, mais son entourage assure qu’il s’agissait uniquement d’un placement financier, le milliardaire détestant naviguer. Il n’aurait pas eu connaissance des avantages fiscaux de Malte, se contentant de suivre les conseils de ses avocats (Le Monde, 08/11).

Orange
Orange vient de lancer sa la barre de son Cabasse avec un tarif préférentiel (moitié prix) pour les abonnés premiums. D’autre part, Orange propose des réductions pour l’achat d’un téléviseur Samsung.
A l’occasion des fêtes de fin d’année, c’est un moyen de promouvoir ses offres Fibre. En ajoutant les offres préférentielles Canal+, l’ensemble de la gamme des produits d’appel est en place.

Altice
Alors que SFR traverse une zone de turbulence financière, les pistes fusent pour faire diminuer la dette. Il y a quelques jours, Dennis Okhuijsen, le directeur financier l’avait annoncé : "Nous examinerons de possibles ventes d'actifs non essentiels".
Patrick Drahi a lui fixer le but : "Nous allons rapidement faire baisser la dette en Europe, c'est la priorité. Il n'y aura pas d'opération de fusion ou d'acquisition.".
Selon le « Financial Times », la vente de la filiale d'Altice en République dominicaine est évoquée. Altice pourrait vendre ses activités BtoB en Suisse (Green).
Comme le rappelle le quotidien Les Echos (23/11) : "Altice s'était engagé en République dominicaine en 2013, dépensant 1,4 milliard d'euros pour racheter successivement les activités d'Orange (3,4 millions de clients) pour 1,1 milliard et, un mois plus tard, Tricom, le troisième opérateur de l'île (800.000 clients) pour 300 millions.".
Vendre dans l'urgence n'est jamais bon.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #1355 le: 30 novembre 2017 06:29:25 »
Brèves du sport business et de la TV payante – n°227

SFR Sport
Alors que SFR traverse une zone de turbulence financière, ce sont les futurs droits TV de la Ligue 1 qui pourraient devenir une victime collatérale. 

Patrick Drahi l’a rappelé : "Quand on investit des milliards dans les réseaux fixe et mobile, le retour sur investissement prend du temps pour que le client se rende compte que son réseau est le mieux. (…) Pour les contenus, c'est pareil, ça prend du temps mais nous n'avons aucun doute que les fans de Ligue des Champions seront demain chez SFR.".

Lors d’une conférence médias organisée par Les Echos, Alain Weill a précisé la nouvelle politique de SFR. Il a d’abord confirmé la stratéie de convergence entre les télécoms et les médias. Pour lui : "il n'y a pas le feu au lac", mais SFR doit "se remettre au travail sur les sujets marketing et commerciaux.".

Sur les droits de Ligue 1 : "On verra le moment venu. Cela dépendra aussi de la date à laquelle sera lancé l'appel d'offres. On n'est pas pressé.". Changement de ton toutefois : "Ce qui serait très dangereux, c'est d'être dépendant de droits particuliers. Si demain en perdant tel ou tel droit, on met en danger notre stratégie commerciale, c'est trop dangereux, cela nous conduirait à faire des erreurs et à surpayer. Donc à aucun moment on sera jamais dépendant de tel ou tel droit.".

SFR travaille à la refonte de ses offres. "Il ne s'agit pas d'augmenter les tarifs mais d'avoir plus d'options dans nos offres télécoms : les souscripteurs autrefois avaient d'un côté les télécoms et de l'autre la télévision payante. S'ils commencent à mixer les deux dans leur raisonnement, ils vont voir que nos offres particulièrement compétitives." (Les Echos, 29/11).

SFR, va lui déjà penser à optimiser les droits de la Champion’s League et de la Ligue Europa achetés pour 350 millions par an.

Par ailleurs, l’offre OTT de SFR Sport est un vrai flop. Selon Les Echos, elle compterait autour de 15.000 clients (sans compter l'offre OTT SFR Sport couplée avec BeIN sports, lancée en février). BeIN Sports aurait plusieurs dizaines de milliers de clients OTT, tandis qu'Eurosport revendique lui s'approcher du seuil du million tous situé en Europe.

SFR va-t-il essayer de vendre son offre sport à ses concurrents ? Pour rappel, ceux-ci sont opposés à la reprise à cause du naming : pourquoi faire de publicité à SFR, mais également à cause des conditions financières demandées par SFR.

Avec ce recadrage de SFR, on peut penser que la LFP va prendre son temps, sachant que l’accord actuel se termine à l’issue de la saison 2019/2020 et que la LFP peut attendre jusqu’à la mi-2019. Reste un espoir, que les GAFA s’en mêlent. Pour rappel, les estimations évoquées portaient les droits à 1,2 milliards d’euros contre 750 millions actuellement, soit une augmentation de 60%.

Cela tombe bien, car il y a quelques semaines, la LFP voulait profiter de la concurrence entre Canal+, beIN Sports et SFR afin de lancer les enchères et de lancer l’appel d’offres pendant l’automne. Le quotidien l’Equipe (31/10), annonçait déjà un report au printemps. Déjà, pour ne pas bousculer les recrutements de Canal+ et beIN Sports.

Les malheurs de SFR devraient au moins faire le bonheur de Canal+ et beIN Sports.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #1356 le: 01 décembre 2017 06:12:18 »
Après la publication des résultats de Bouygues, Free, Orange et SFR, voici le tableau récapitulatif sur l’ARPU fixe et l’ARPU mobile à fin septembre 2017. Cela permet de dégager quelques tendances.



Précisions
- Les données (exprimées en euros) sont compilées à partir des communiqués publiés par Bouygues, Free, Orange et SFR à partir des moyennes trimestrielles. Pour le détail, se reporter à la définition apportée par chaque opérateur.   
- Free, par pudeur, ne publie pas d’ARPU mobile. Pour ce tableau, c’est donc un calcul : chiffre d’affaire mobile / nombre de clients / nombre de mois.
- Pour lire le tableau : SFR déclare un ARPU fixe de 35,9€ en baisse de 3,8% sur 12 mois. 

Le détail
Bouygues Telecom augmente fortement sur le fixe depuis le début de l’année, c’est le yoyo sur le mobile, mais cela reste à la baisse.

Free est dans la continuité. Il est le seul à voir une augmentation sur le fixe et sur le mobile. Mais ce dernier reste très bas.

Orange France, progresse fortement sur le fixe avec la montée en gamme sur la fibre optique, mais baisse sur le mobile (hors m2m) malgré le gain de clients. Mais ceux-ci sont d’abord des clients Sosh, d’autre part la baisse des frais de roaming en Europe et en France a aussi un impact certain sur cet indicateur. Signe encourageant, c’est en hausse depuis de début de l’année.

SFR, baisse sur le fixe et le mobile. Même le très haut débit n’arrive pas à tirer la locomotive. La stratégie très dépensière de développer des offres convergentes ne le permet pas non plus. SFR perd des clients et ceux qui restent ne dépensent pas assez. Malgré tout, SFR est l’opérateur qui présente le meilleur ARPU sur le fixe et le mobile.


Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #1357 le: 04 décembre 2017 07:02:02 »
Après la publication des résultats de Bouygues Telecom, Free, Orange et SFR à fin septembre 2017, voici un tableau récapitulatif des parts de marché pour le très haut débit selon les critères de l’ARCEP (débit >= 30Mbts).

Précisions
- Les opérateurs gagneraient à publier des chiffres clairs et à séparer le VDSL et des box 4G du reste du THD.
- Pour lire le tableau : SFR est à 30,7% de parts de marché avec 2,002 million de clients et un gain de 192 000 clients sur 12 mois soit une augmentation 10,6% de sa base clientèle du T3 2016 au T3 2017. 
- La rubrique « Autres » est calculé en additionnant les résultats de Bouygues, Free, Orange et SFR à fin septembre et en retranchant le total publié par l’ARCEP.



Sur 12 mois, SFR a perdu 5,1 points en parts de marché. Orange a pris 2,3%, Free 2,0% et Bouygues 0,3%.

Bouygues Le THD représente 17,8% de sa base clientèle à fin T3 2017 contre 15,5% à fin 2016, 14,6% à fin 2015, 15,6% à fin 2014, 18,3% à fin 2013 et 16,1% à fin 2012. A noter la montée en charge du FttH, mais Bouygues doit vraiment s’arracher ! 

Free Le FttH représente 7,4% de sa base clientèle à fin T3 2017 contre 4,9% à fin 2016, 3,0% à fin 2015 et 1,7% à fin 2014. La machine est lancée. 

Orange Le FttH représente 16,1% de sa base clientèle à fin T3 2017 contre 13,0% à fin 2016, 8,9% à fin 2015, 5,4% à fin 2014, 3,2% à fin 2013 et 1,8% à fin 2012. Le cap des 2 millions de clients sera-t-il atteint pour la fin de l’année ? Orange devrait pouvoir dépasser SFR courant 2018.

SFR Le THD représente 34,4% de sa base clientèle à fin T3 2017 contre 31,5% à fin 2016, 26,3% à fin 2015 et 26,5% à fin 2014. Progression régulière mais pas à niveau. SFR devrait perdre sa première place en 2018.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #1358 le: 05 décembre 2017 06:38:43 »
Synthèse des parts de marché sur le Ftth à fin septembre 2017. L'Arcep - qui vient de publier ses données - compte 2,920 millions de clients sur ce segment.

Dans ses publications, SFR compile l’ensemble des technologies très haut débit. La rubrique « SFR + Autres » est donc calculée en prenant le nombre total d’abonnements qui est publié par l’Arcep, auquel on retranche les chiffres publiés de Bouygues, Free, Orange.

Orange voit son avance se réduire et l'objectif de 2 millions de clients sera compliqué à atteindre. Free et Bouygues accélèrent au même rythme et prennent des parts de marché, Free est bien installé à la deuxième place. SFR + "Autres" progressent très petitement et arrive à peine à se maintenir. En l'absence de chiffres, difficile de dire sérieusement qui de SFR ou "Autres" tire la machine. 



Précisions
- Les données (exprimées en milliers) sont compilées à partir des communiqués publiés par Bouygues, Free, Orange. SFR ne donne pas de chiffres pour le Ftth. 
- La catégorie « SFR + autres » est calculée en prenant le total des abonnements très haut débit "fibre optique de bout en bout" publié par l’ARCEP à fin septembre 2017 et en défalquant les totaux publiés par Bouygues, Free, Orange à fin septembre.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #1359 le: 06 décembre 2017 06:36:21 »
Alors que les opérateurs ont publié leurs résultats à fin juin 2017, quelques statistiques sur le très haut débit peuvent en être tirées.

Lignes commercialisables
Le nombre de lignes commercialisables pour chaque opérateur (selon les chiffres des opérateurs et selon une définition "élastique" de commercialisable). Pour Bouygues, Free et Orange, il s’agit des lignes Ftth. Pour SFR, ce sont celle de son réseau ftth et câble upgradé (>= 100Mb/s).

Pour information, il y a également deux données de l’Arcep : l’évolution du nombre de lignes éligibles au Ftth et plus globalement l’évolution du nombre de ligne éligible au très haut débit (30 Mbit/s).

Globalement, Orange poursuit sa dynamique et Free fait mieux que SFR. SFR qui semble avoir mis de coté qu’il voulait fibrer toute la France à lui tout seul. De son coté, l’ARCEP note : «Les opérateurs maintiennent leurs efforts de déploiement de leurs réseaux FttH. Au 30 septembre 2017, 9,5 millions de logements étaient éligibles aux offres FttH, soit une hausse de 37 % en un an. Les acteurs doivent toutefois intensifier leurs efforts pour atteindre les objectifs de couverture qu'ils se sont fixés.»



Taux d’occupation
Le taux d’occupation est le rapport du nombre de clients par rapport au nombre de lignes "connectables". Free et Bouygues commencent à engranger. Orange reprend sa marche en avant. SFR patine et est même en baisse sur le semestre. Free accélère et Bouygues tire la langue.

Pour rappel, Pour Bouygues, le THD représente 17,8% de sa base clientèle à fin T3 2017. Pour Free, le FttH représente 7,4% de sa base clientèle. Pour Orange, le FttH représente 16,1% de sa base clientèle. Pour SFR, le THD représente 34,4% de sa base clientèle.



Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #1360 le: 07 décembre 2017 06:36:33 »
L'ARCEP vient de publier son "Observatoire des marchés des communications électroniques en France 3ème trimestre 2017 - résultats provisoires- ".

1- Nombre d’abonnements haut et très haut débit (chiffres ARCEP)


Evolutions
Globalement, sur les 12 derniers mois le marché poursuit sa croissance avec un taux de 2,9%, c’est baisse régulière par rapport aux trimestres précédents. Sur les douze derniers mois la croissance est de 780 000 nouveaux abonnements. Sur le dernier trimestre, l'ARCEP calcule 175 000 nouveaux clients.

Le nombre d'abonnements à haut débit s'élève à 21,720 millions, soit un recul de 675 000 sur un an et une baisse de 193 000 sur le trimestre. La tendance est à l’accélération de la baisse. 

Le nombre d'abonnements à très haut débit s'élève à 6,515 millions, soit une hausse de 1,457 million (dont 994 000 pour le Ftth) sur un an et une hausse de 369 000 (dont 267 000 pour le Ftth) sur le trimestre..

Pour l’ARCEP : "Au total, le nombre d’abonnements à très haut débit représente, au troisième trimestre 2017, 38% du nombre total de logements éligibles au très haut débit, en croissance de 5 points en un an. En outre, fin septembre 2017, près d’un abonnement internet actif sur quatre est à très haut débit.". Le constat était identique pour le T1 et pour le T2.

2- Récapitulatif calculé à partir des communiqués des FAI

Précisions
- Les données (exprimées en milliers) sont compilées à partir des communiqués publiés par Bouygues, Free, Orange et SFR. 
- La catégorie « autres » est calculée en prenant le total des abonnement haut et très haut débit publié par l’ARCEP à fin septembre 2017 et en défalquant les totaux de Bouygues, Free, Orange et SFR à fin septembre.
- On y trouve donc par exemple les opérateurs DCOM, il y a également les opérateurs professionnels et les opérateurs locaux, les FAI alternatifs.
- Pour lire le tableau : Orange est à 40,4% de parts de marché avec 11,402 millions de clients et a recruté 346 000 nouveaux clients entre le T3 2016 et le T3 2017, soit une augmentation de 3,1% de sa base clientèle.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #1361 le: 08 décembre 2017 06:38:32 »
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - n°264

Arcep
Lors d’une interview à Edition Multimé[email protected] (17/11). Sebastien Soriano revient sur les investissements des acteurs de la filière qui pourraient dépasser 10 milliards d’euros en 2017 (hors achats de fréquences), ce qui constituerait un record. En 2016, les investissements avaient atteint 8,9 milliards d’euros (hors achats de fréquences).

Plus globalement, il rappelle que la réglementation permet de contraindre un opérateur à respecter ses engagements d’investissements et que l’ARCEP juge si ces investissements sont sérieux. L’ARCEP contrôle le respect de ces engagements.
Pour lui, si les investissements augmentent c’est grâce à la régulation pro-investissements : "depuis 3 ans nous constatons une croissance forte de l’investissement des opérateurs télécoms" (DigiWorld le 15/11). 

Humble, Sebastien Soriano, car 3 ans correspondent à sa nomination. Il aurait aussi pu dire que les opérateurs peuvent aussi avoir une logique d’investissements. Un oubli ? Même si le régulateur est d’abord là, pour que l’ensemble du territoire soit concerné, il n’est pas le seul à vouloir pousser le niveau des investissements.

Dans le cadre du plan THD et de son accélération pour sa mise en œuvre, le gouvernement prévoit une feuille de route pour début décembre. A ce jour, les négociations sont en cours.

Kiosque numériques
Le 24 novembre, le Sénat a adopté un amendement fixant au 1er juin 2018 la fin de l’utilisation massive dans les abonnements Internet de la TVA super-réduite de 2,1 % accordée à la presse, reportant de cinq mois l’échéance fixée au 1er janvier. Le gouvernement a accepté cette disposition afin de permettre aux éditeurs et aux opérateurs de s’organiser et de mettre en place un nouveau modèle.

Samedi 21 octobre, les députés français avaient eux voté dans le cadre de l'examen du projet de loi de finances (PLF) 2018 un amendement qui réserve la TVA réduite pour la presse en ligne à sa vente effective par les opérateurs mobiles.
Pour le ministre de l'Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, il s’agissait : "de réparer une erreur qui est une erreur d'interprétation possible ou en tout cas une jouissance trop large laissée à certains opérateurs économiques d'utiliser un vide juridique (…)  Il y a des opérateurs qui vendent à leurs clients de la presse en ligne (...) et ils utilisent le taux réduit de TVA qui n'est fait que pour la presse (...) et considère que la proportion d'achat de la presse permet d'élargir ce taux de TVA à d'autres sujets que ceux de la presse".

Pour rappel, Bouygues Telecom et SFR ont lancé ces derniers mois une offre avec accès à plusieurs journaux et ce sans surcoût, tout en intégrant une TVA de 2,1%, le taux réduit appliqué à ce secteur, à une partie significative de leur abonnement global. Par comparaison, la télévision est taxée à 10% et la téléphonie à 20%. Selon des estimations, le manque à gagner pour les finances publiques serait d'environ un milliard d'euros si l'ensemble des quatre opérateurs français adoptaient le même système.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #1362 le: 11 décembre 2017 06:44:36 »
Orange vient de présenter un point d’étape de son plan stratégique « Essentiels 2020 ». Cela a été fait lors de la journée « investisseurs » organisée à Londres le 7 décembre dernier.

Fibre Optique
Orange prévoit de raccorder 20 millions de logements à la fibre en zones très denses et moyennement denses dès 2021, soit avec un an d'avance. 

Le groupe a investi 3,4 milliards d'euros dans la fibre optique depuis 2015, ce qui lui a permis de raccorder 25 millions de prises au très haut débit, dont 11,3 millions en Espagne et 8,4 millions en France.

Orange affirme que la Fibre est la formule gagnante : ;Dans les zones où il l'a déployée, Orange assure avoir gagné 1,4 point de parts de marché (et même 2 points à Paris, où il est redevenu n°1 dans le fixe) et facturer 6,20 euros de plus par rapport à un client ADSL, un différentiel qui atteindra 7 euros dès 2018 et 8 euros à terme (Les Echos, 08/12).

Orange affirme que "en France, 90 % de nos sites mobiles sont connectés à la fibre et donc prêts pour la 5G".

Maitrise des coûts et des investissements : rassurer les marchés
Parallèlement, les investissements devraient commencer à baisser à partir de 2019. Le pic sera donc atteint en 2018 avec à 7,4 milliards d'euros.

Les coûts devraient continuer à être réduits pour 1 milliards d’euros supplémentaire sur la période 2019-2020. Stéphane Richard a réaffirmé qu'Orange "ne participerait pas à l'inflation attendue du coût des droits du football en France.".

Nouveau mandat pour Stéphane Richard ?
Stéphane Richard a réaffirmé être candidat à son renouvellement pour quatre ans supplémentaires. Il devrait être fixé sur son sort en février prochain.

Coté judiciaire, rien de neuf. Début septembre, selon des informations de bfm : "Stéphane Richard est assuré de ne pas être renvoyé devant la justice avant de briguer un troisième mandat à la tête de l’opérateur télécom.". En effet Bernard Tapie multipliant les recours, par ricochet cela devrait retarder la procédure et donc le procès, qui ne pourrait pas intervenir au mieux avant le mois de juin.

Christine Lagarde la Ministre de l’époque a été jugée coupable de négligence par la Cour de justice de la République (CJR). Stéphane Richard était son Chef de Cabinet et cette partie de l’affaire (non politique). Stéphane Richard a été mis en examen pour escroquerie en bande organisée et complicité de détournement de fonds public.

Stéphane Richard a le soutien de 7 administrateurs indépendants pour le renouvellement de son contrat à la présidence de l'opérateur (La Lettre de l'Expansion citée par la revue de presse de l’ARCEP du 04/12).   

Les contenus
Stéphane Richard a réaffirmé qu’Orange ne participerait pas aux futures enchères sur les droits de Ligue1. Par contre : "Les investissements dans les contenus pourraient aller vers des partenariats entre opérateurs plutôt que dans la confrontation frontale (…) Nous sommes ouverts à la question afin d'aller vers un partenariat gagnant-gagnant.".

Est-ce le signe d’un possible accord avec Altice ? La reprise de SFR Sport chez Orange contre un nouveau deal sur le déploiement du THD ? Depuis la reprise en main par Patrick Drahi, SFR semble avoir complétement abandonné son objectif de fibrer seul le territoire (Zonebourse, 07/12). Orange pourrait également participer à une alliance avec France TV pour créer une offre numérique.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #1363 le: 12 décembre 2017 06:33:07 »
Brèves du sport business et de la TV payante – n°228

Sports en clair
Il y a un an, le sénateur David Assouline  publiait un rapport qui listait 26 mesures pour renforcer l’exposition du sport en clair à la télévision. 

A l’heure ou France Tv devrait lancer un programme d’économies touchant essentiellement le sport, comment mettre en place les préconisations de ce rapport qui propose une extension de la liste des événements d’importance majeures en incluant les sports féminins et masculins comme le volley, judo, natation et voile. Bref, ce rapport sera-t-il suivi d’effets ?

La liste actuelle est la suivante :



Le rapport préconise :



Ce rapport donne également quelques chiffres concernant les investissements des chaines payantes. En 2016, Canal+ a dépense 822 millions d’euros pour l’acquisition de droits sportifs. C’est 50% des coûts de grille de la chaine. Pour BeIN Sports, ce serait plus de 400 millions. SFR aurait dépensé 1M€/an pour la diffusion du championnat d’Angleterre de rugby.

Le montant des budgets est le suivant :



Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #1364 le: 13 décembre 2017 05:52:37 »
Avec la publication des résultats de Bouygues Telecom, Orange et des statistiques sur les services mobiles de l’ARCEP, il est possible d’avoir une vue sur ce que représente le m2m (Machine to Machine) à fin septembre 2017.

Pour l’ARCEP, la définition du parc MtoM est la suivante : «cartes SIM utilisées pour la communication entre équipements distants (gestion à distance d'équipements, terminaux et serveurs, fixes ou mobiles). Les communications provenant de ces cartes sont généralement réalisées sans intervention humaine. Ces cartes sont par exemple utilisées pour le traçage des objets et outils de travail (flottes de véhicules, machines...), à des fins d'actualisation de données (relevés à distance de compteurs, de capteurs...), d'identification et de surveillance de tous ordres (alarmes, interventions à distance,...), la liste de ces usages n'étant pas exhaustive. Les cartes sont comptabilisées que la communication se fasse uniquement en réception, uniquement en émission ou les deux. Ne sont pas comptabilisées dans cette rubrique les cartes utilisées pour les communications interpersonnelles et les cartes internet exclusives.».



Précisions
- Au T3 2017, Orange avec 7,068 millions de cartes SIM est à 49,5 % de parts de marché et a progressé de 1,953 million de cartes sur 12 mois, soit un gain de 38,2% de sa base clientèle.
- La rubrique "autres" est calculée en défalquant du total de l'ARCEP, les chiffres de Bouygues Telecom, et Orange. Altice ne publiant plus les données de SFR, celui-ci a été regroupé avec la rubrique «autres ». 

Orange s’approchait tranquillement des 50% des parts de marché et vient de marquer une baisse - pour mieux repartir ? - sur ce trimestre. C’est ce segment qui lui permet de rester dynamique sur le segment des forfaits. Bouygues arrive à tirer son épingle du jeu et progresse joliment sur les 12 derniers mois.
Pour rappel, Free n'est pas présent sur ce marché. Les données de SFR ne sont plus publiées, mais la dynamique des trimestres précédents n’était pas bonne.

Le M2m représente 22,4% des clients mobiles chez Orange, contre 17,3% au T3 2016. Pour Bouygues, cela représente 22,0 au T3 2017, contre 16,8% au T3 2016. Pour SFR c’était 18,1% au T2 2017, contre 17% au T3 2016. C’est un segment assez essentiel pour les opérateurs. Bouygues et Orange en ont vraiment pris la mesure.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #1365 le: 14 décembre 2017 06:37:09 »
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - n°265

Vivendi en Italie : Mediaset
Les négociations sont en cours entre Vivendi et Mediaset. Selon la presse italienne le deal pourrait être le suivant : "Vivendi, actionnaire à hauteur de 28,8% de Mediaset, accepte de réduire sa participation à 5% tandis que Premium, chaîne payante de Mediaset, "commence à collaborer avec le nouveau pôle né de l'alliance entre Canal+ et Telecom Italia (TIM)".

La transaction pourrait passer par un accord pour la fourniture par Mediaset de contenus à la co-entreprise Tim-Canal+  - contre le versement de 100 millions d'euros par an pendant six ans- et par une compensation financière de 700 millions versée par Vivendi à Mediaset.

En marge de l'accord pluriannuel, le conseil d'administration de Tim a par ailleurs autorisé le groupe à négocier avec Mediaset l'acquisition des droits de Premium relatifs aux matchs retour du championnat de football de Série A 2017/2018, des matches de la Champions League et autres compétitions de football internationales offertes par Premium.

Un accord pourrait intervenir mi-décembre et en tout cas, avant l'audience du 19 décembre devant le tribunal de Milan, qui doit statuer sur cette affaire et l'attribution en fin d'année des droits télévisuels du championnat italien de football.

Pour rappel, en avril 2016, Vivendi passait un deal avec Berlusconi pour une participation croisée entre les deux groupes, mais en juillet 2016, Vivendi dénonçait cet accord et le conflit entrait sur le terrain juridique. Pour faire pression, fin décembre 2016, Vivendi a racheté 28,80% du capital de Mediaset et 29,94% des droits de vote, parallèlement la famille Berlusconi était montée à 39,7%.

Début avril 2017, le régulateur des télécoms italien estimait que Vivendi ne respectait pas la loi avec sa double participation dans Telecom Italia et Mediaset et donnait 12 mois à Vivendi pour se mettre en conformité, sous peine d’une amende comprise entre 2 et 5% de son chiffre d’affaire.

Vivendi a annoncé la création d’une coentreprise entre Telecom Italia et Canal+. Canal + va soutenir Telecom Italia dans l'acquisition de droits et la production de films et de séries télévisées mais aussi de droits sportifs. Telecom Italia contrôlera 60 % du capital de la société commune et Canal +, 40 %.

Vivendi en Italie : Telecom Italia
D’autre part, afin de faciliter un accord avec le gouvernement Italien Telecom Italia (TIM) examiner la question de savoir si une séparation de son réseau de téléphonie fixe s'impose. Cet actif serait valorisé à 15 milliards d’euros.
Un plan stratégique pourrait être présenté en mars. Vivendi pourrait garder une partie du capital. Il faut également rappeler que des élections législatives sont prévues en mai 2018.

Le gouvernement va utiliser les pouvoirs spéciaux que lui offre la loi dans les secteurs stratégiques : "avec proportionnalité et d'une façon raisonnable". Afin de pendre des "mesures visant à l'adoption de plans de développement adéquats, d'investissement et de manutention sur les réseaux et les équipements, afin d'assurer leur fonctionnement et intégrité, garantir la continuité de la fourniture du service universel et satisfaire l'intérêt général à moyen et long terme"

Le PDG de Telecom Italia vient d’annoncer qu’il était ouvert au dialogue (La Tribune, 31/10) : "Je partage la position du gouvernement italien sur les problématiques liées à la sécurité nationale (…) Nous acceptons le 'golden power' et nous discuterons de ce qui nous est demandé, en prenant soin que les interventions à mener ne nuisent pas à l'activité opérationnelle de l'entreprise (…) Notre intention est de lancer un dialogue pour parvenir à une solution partagée qui clarifie aussi la mise en œuvre de certaines des interventions demandées. Si cela se déroule de cette façon, il n'y aura pas de recours de notre part".

Vivendi serait prêt à céder son réseau fixe même si ce réseau est qualifié de "stratégique", "Parler de séparation du réseau a un sens si cela a pour objectif d'améliorer encore la neutralité et de parvenir plus rapidement à la digitalisation du pays".

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #1366 le: 15 décembre 2017 06:13:53 »
Brèves du sport business et de la TV payante – n°229

Orange et le sponsoring
Même si Orange ne participe pas à l’appel d’offre su les droits tv de ligue 1, Orange vient d’annoncer qu’il devenait partenaire majeur de la FFF jusqu’en 2022. Cela va permettre à Orange d’utiliser l’image collective des équipes de France (Equipes de France A masculine, féminine et espoirs) et d’une visibilité autour des matchs (panneautique LED, tenues entraînement). Orange devrait également mener des actions vers le foot amateur.
Actuellement, les partenaires majeurs de la FFF sont Nike, PMU, Volkswagen, EDF et Crédit Agricole. Le ticket d’entrée est d’au minimum 5  millions d’euros.

D’autre part, Orange et l’OM ont annoncé courant octobre un accord de partenariat de 5 ans jusqu’à la fin de la saison 2021-2022. Cela intervient après le naming du Stade Vélodrome en 2016.

Pour rappel, les divers partenariat d’Orange dans le foot,


Pour l’Euro 2016, Orange avait présenté ses actions de sponsoring sur le football.



Foot féminin
Certains droits tv détenus par la FFF viennent d’être attribués. M6 aura l'Equipe de France féminine pour cinq ans, pour les matchs de préparation de l'Equipe de France à la Coupe du monde 2019, les matchs internationaux et de qualification pour l'Euro 2021 et la Coupe du monde 2023. Le groupe Canal obtient, lui, les droits de la D1 de 2018 à 2023 et les Equipes de France Espoirs. SFR Sport et beIN Sports s’étaient portés candidats mais n’ont rien obtenu.

La Fédération Française de Football (FFF) doit toucher environ 5,4 millions d'euros par saison, pour l'ensemble de ces compétitions, soit un triplement par rapport à aujourd'hui et la D1 devrait être autour du million d'euros.

Pour rappel, TF1, de son côté, avait acquis l'intégralité des droits de la Coupe du monde féminine qui se déroulera en France en 2019, pour environ 10 millions d'euros. TF1 a revendu à Canal+ la diffusion de ses droits, Canal+ aura donc l’exclusivité sur les chaines cryptées.

Depuis son arrivée dans le PAF en 2011, le prix de la D1 est passé de 110 000 € par saison à 150 000 € (2012-2014) puis 200 000 € actuellement, acquittés par France Télés et Eurosport.

JO 2024
Discovery qui est propriétaire des droits tv des JO. En 2015 Discovery (propriétaire d’Eurosport) a acquis les droits pour l’Europe pour les éditions 2018 à 2024 pour 1,3 milliards d’euros. D’autre part, pour certains événements sportifs, la loi française oblige à la diffusion en clair de 200 heures.

Pour l’édition parisienne, le prix de base serait de 150 millions d’euros et pourrait proposer une découpe des épreuves afin d’optimiser les droits. En période de régime sec, France TV ne devrait pas se porter candidat.

Réponse avant la fin de l’année.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #1367 le: 18 décembre 2017 06:35:39 »
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - n°266

SFR
Le plan de SFR pour Fibrer la France tout seul et sans subventions publiques est abandonné (Les Echos, 13/12). C’est le secrétaire général de SFR, Régis Turrini, qui l’a annoncé mardi 12 décembre lors d’une conférence à destination des collectivités territoriales organisée par l’ARCEP.

Pour SFR : "Ce projet, qui a peut-être été présenté maladroitement, n'a pas rencontré l'accueil escompté (…) Force est de constater que nous n'avons pas su créer les conditions nécessaires pour remporter l'adhésion du plus grand nombre, et surtout des collectivités locales. Au contraire, c'est une démarche qui risquait de se retourner contre son objectif initial".

Depuis, les oppositions du gouvernement, de l’ARCEP est des collectivités locales et la dégringolade boursière auront ramené SFR à la raison. SFR va donc revenir à une politique ou il candidatera auprès des collectivités locales sans passage en force. 

Par contre, Régis Turrini a révélé que le gouvernement avait ouvert la porte à l'investissement des opérateurs privés dans les 5,5 millions de foyers en zones rurales pas encore concernés par les déploiements de fibre. Ce que refuse les élus locaux.

Régis Turrini (La Tribune, 12/12) a également souligné que SFR était probablement prêt à réitérer son engagement de couverture à 2020 de l'essentiel des zones moyennement denses (soit les villes moyennes et les périphéries des grandes agglomérations) en fibre optique, qu'il s'est partagé avec Orange en 2011. Il n'a pas, ce mardi, critiqué la répartition de ces territoires avec son rival.

Taxes
Afin de maintenir les ressources des collectivités, un amendement au projet de loi de finances a été voté qui prévoit d’élargir l'assiette d'un impôt sur les infrastructures, l'Ifer. Cette taxe vise aussi bien les éoliennes que le matériel ferroviaire que les réseaux télécoms fixes. Cette taxe rapporte environ 400 millions d'euros aux collectivités locales depuis 2010 pour compenser la disparition de la taxe professionnelle.

Mais elle ne porte que sur les lignes de cuivre, taxées à hauteur d'un euro par mois et par ligne. L'amendement, adopté avec le soutien du gouvernement, veut mettre à contribution les autres technologies d'accès à Internet : le câble coaxial et la fibre optique.

Toutefois, cette nouvelle taxe n’interviendra qu’en 2019 et les nouvelles lignes THD auront un sursis de 5 ans. Cela tombe « mal », car cela intervient alors que le gouvernement et les opérateurs négocient pour mettre en place un bon débit pour tous en 2020 et très haut débit en 2022.

Toutefois, comme les opérateurs d’infrastructures, SFR est un des perdants de cette nouvelle taxe, cela pourrait lui coûter une vingtaine de millions par an (Les Echos, 09/12).

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #1368 le: 19 décembre 2017 06:26:25 »
La feuille de route du gouvernement sur le déploiement du THD a été dévoilée par le Premier Ministre, sur le fixe, Il s’agit plus d’accompagner l’existant que de lancer la révolution, alors que sur la 4G tout reste à faire. Parallèlement, l’Arcep a reçu le vert de l’Union Européenne concernant les obligations imposées à Orange pour la période 2017-2020.

Le fixe
Le Gouvernement veut accélérer les efforts de couverture fixe afin d’atteindre un minimum de bon débit (8 Mbits/s) en 2020 et le très bon débit (30 Mbits/s) deux ans plus tard. Là où la fibre est difficile à installer, il a prévu une rallonge de 100 millions d'euros pour déployer le très haut débit via des technologies annexes.

D’autre part, le gouvernement compte mettre en place un cadre plus strict dans les zones AMII ZMD. C’est là que SFR et Orange déploient et que le retard est le plus important, les opérateurs – eux - assurent qu’ils seront dans les temps. Accessoirement, selon un accord conclu en 2011, Orange est censé raccorder 90 % des foyers et SFR 1%. A la demande de SFR, c’est la justice qui tranchera, le gouvernement s’en tenant au statu quo.

Sur les zones peu denses, les collectivités pourront aussi faire appel à des opérateurs privés à travers une nouvelle procédure à mettre en place. Il restera aux opérateurs à se manifester. Sur les zones encore moins denses, le Gouvernement va proposer un chèque de 150 € pour une solution par la 4G, par la boucle locale radio ou par le satellite.

Le mobile
Sur le mobile, les négociations ont pour l'instant échoué, si elle Si elles n’aboutissent pas d’ici à la fin de l’année, le Gouvernement pourrait passer en force, c’est-à-dire en augmenter les obligations de couverture sans renoncer à la manne des licences.

Le Gouvernement veut la fin des zones blanches, mais les opérateurs veulent un statu quo sur les licences actuelles qui arrivent à échéance en 2021 pour SFR et Orange, en 2024 pour Bouygues Telecom et en 2030 pour Free.

D’autre part, le gouvernement veut que 5000 antennes soient mutualisées. Orange et SFR sont opposés et estiment qu’ils n’ont pas à faire la courte échelle à Bouygues et à Free, qui trouvent de leur coté la note trop salée et la mutualisation pas assez forte.

Selon Le Monde, les demandes du gouvernement exigent un investissement supplémentaire compris entre 3 et 4 milliards d’euros d’ici à 2022 pour la construction de plus de 10 000 antennes supplémentaires.

Le new deal reste encore à atteindre…

Cadre réglementaire
Enfin, le cadre juridique continue de se mettre en place. L’Arcep a confirmé les obligations imposées à Orange courant juillet et validée par l’Union Européenne. Ces obligations sur les marchés du haut et du très haut débit fixe pour la période 2017-2020.

Sur le marché des entreprises, afin de dynamiser le marché, l’Arcep impose des obligations afin de "dynamiser la concurrence, en créant les conditions du développement d’un marché de gros animé par au moins trois acteurs nationaux d’infrastructures dédiées aux entreprises".

En juillet, Orange et Kosc ont annoncé la signature d’un accord de longue durée d’un accord permettant  à Kosc d’avoir accès aux infrastructures fibre d'Orange à l'échelle nationale. Cela concerne les grandes agglomérations, ainsi que les villes et territoires moyennement denses. Ce qui permettra à Kosc de commercialiser des offres fibre de gros activées - c'est-à-dire immédiatement utilisables par ses clients.

Plus globalement, dans son communiqué, l’Arcep note : "Les évolutions du cadre règlementaire vont notamment permettre de fluidifier les déploiements via la simplification de l'offre de génie civil d'Orange, de renforcer l'autonomie des opérateurs et d'améliorer les indicateurs de suivi de qualité de service pour prévenir toute dégradation du réseau ( …) L'Autorité a pris acte de ces améliorations dont Orange a en parti anticipé la mise en œuvre. Compte tenu de ces évolutions concrètes annoncées, le régulateur écarte à ce jour le recours à des obligations spécifiques ne s'appliquant qu'à Orange seul.".

"En écho aux observations de la Commission européenne, l'Arcep sera particulièrement attentive à la mise en œuvre par Orange de ces évolutions et en réalisera un premier bilan d'ici le 1er septembre 2018."

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #1369 le: 20 décembre 2017 06:18:16 »
Brèves du sport business et de la TV payante – n°230

Canal+
Canal+ est en train de devenir la chaine des sports automobiles. Après le Championnat du Monde de Formule 1, l’Indy Car et la Formule E, Canal+ devient diffuseur pour un montant non dévoilé du Championnat de France des Rallyes 2018. Il ne lui reste plus qu’à acquérir les championnats du monde des rallyes WRC actuellement sur la chaine l’Equipe (cbnews).

Foot anglais
Les droits tv de la Premier League - pour trois saisons de 2019 à 2022 - vont être remis sur le marché, et c’est d’abord le marché britannique qui s’y colle.  Actuellement, c’est BT et Sky qui détiennent les droits pour 2,1 milliards d’euros par saison. Mais Discovery pourrait venir troubler le jeu, sans compter que Facebook ou Amazon pourraient également s’y mettre. 

Pour la première fois, les matchs seront diffusés en prime time le samedi soir à 19 h 45 et les diffuseurs seront invités à faire une offre pour au moins 200 matchs contre seulement 168 aujourd'hui. Pour rappel, les matchs qui se déroulent à 15h (pour l’ensemble des divisions) ne sont pas diffusés afin de ne pas vider les stades.

Des analyses prévoient une augmentation des droits actuels comprise entre 15 et 40%. A ce jour, Sky et BT règlent 2,1 milliards d'euros par saison. Amazon pourrait se positionner, pour 10 M£, il vient de remporter les droits TV des rencontres de tennis de l’ATP World Tour. En France, c’est fin 2018 que les droits devraient être réattribués. C’est actuellement SFR qui diffuse la Premier League contre un chèque de 120M€ par saison.

En attendant, ce sont les droits TV qui ont augmenté pour La Football League, qui regroupe le Championship (D2), la League One (D3) et la League Two (D4). Pour les trois prochaines saisons, Sky va devoir débourser 132 millions d’euros contre 33 millions actuellement. En comparaison, notre D2 française est valorisée à 22 millions par saison, Canal+ paye 10 millions pour 1 match et BeIN Sports 12 millions pour les 9 autres matchs.

Droits tv du foot espagnol
Alors que certains experts estiment que les futurs droits tv de la Ligue 1 pourraient atteindre jusqu’à 1,2 milliards d’euros, le football espagnol souhaite atteindre 2,3 milliards d’euros pour les droits tv Pour la période 2019-2022. L’appel d’offre pourrait être lancé en mars 2018.
A la fin de la saison actuelle, les droits domestiques devraient atteindre 1,1 milliard et 700 millions pour ceux à l’international.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #1370 le: 21 décembre 2017 07:07:21 »
Après la publication des résultats des opérateurs à fin septembre 2017, il est possible de synthétiser l’évolution du chiffre d’affaire. Comme c’est un trimestre impair, Free et Orange ne publient de données sur l’Ebitda.

Précisions
- Les données (exprimées en milliards) sont compilées à partir des communiqués publiés par Bouygues, Free, Orange et SFR. 
- Le chiffre d'affaire d'Orange France a baissé de 0,9% entre 2015 et 2016 et augmenté de 0,2% entre le T3 2016 et le T3 2017.


Le détail
Bouygues Telecom remonte la pente et devrait signer son meilleur chiffre d’affaire annuel depuis 2013. Reste à améliorer la rentabilité.
Free est dans la continuité et grignote l’avance de Bouygues Telecom. Cela va se jouer à un cheveu.
Orange France, est repassé légèrement dans le vert. Le développement de la Fibre Optique et de la 4G commence à tirer Orange.
SFR, malgré la perte de clients sur le fixe et le mobile, SFR voit sa perte se réduire. Mais cela ne suffira pas.

L'ARPU à fin septembre


Précisions
- Les données (exprimées en euros) sont compilées à partir des communiqués publiés par Bouygues, Free, Orange et SFR à partir des moyennes trimestrielles. Pour le détail, se reporter à la définition apportée par chaque opérateur.   
- Free, par pudeur, ne publie pas d’ARPU mobile. Pour ce tableau, c’est donc un calcul : chiffre d’affaire mobile / nombre de clients / nombre de mois.
- Pour lire le tableau : SFR déclare un ARPU fixe de 35,9€ en baisse de 3,8% sur 12 mois.

Le détail
Bouygues Telecom augmente fortement sur le fixe depuis le début de l’année, c’est le yoyo sur le mobile, mais cela reste à la baisse.
Free est dans la continuité. Il est le seul à voir une augmentation sur le fixe et sur le mobile. Mais ce dernier reste très bas.
Orange France, progresse fortement sur le fixe avec la montée en gamme sur la fibre optique, mais baisse sur le mobile (hors m2m) malgré le gain de clients. Mais ceux-ci sont d’abord des clients Sosh, d’autre part la baisse des frais de roaming en Europe et en France a aussi un impact certain sur cet indicateur. Signe encourageant, c’est en hausse depuis de début de l’année.
SFR, baisse sur le fixe et le mobile. Même le très haut débit n’arrive pas à tirer la locomotive. La stratégie très dépensière de développer des offres convergentes ne le permet pas non plus. SFR perd des clients et ceux qui restent ne dépensent pas assez. Malgré tout, SFR est l’opérateur qui présente le meilleur ARPU sur le fixe et le mobile.


Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #1371 le: 22 décembre 2017 06:43:17 »
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - n°267

Xavier Niel fait des emplettes
Via sa holding NJJ et Iliad Xavier Niel vient d’acquérir pour 640 millions d’euros et 63,2% dans EIR, l’opérateur historique en Irlande. Via une option d’achat, il pourra détenir 100% du capital en 2024.

Eir est un opérateur fixe et mobile ave le plus grand réseau de fibre optique en Irlande. Il détient 32% de part de marché dans le fixe et 18% dans le mobile. Son chiffre d'affaires s'est hissé à (exercice clôturé au 30 juin 2017) 1,3 milliard d'euros tandis que l'Ebitda ajusté est de 520 millions d'euros. Il emploie 3400 personnes. A ce stade, la dette d’EIR ne sera pas consolidéé dans les comptes d’Iliad.

En Italie, c’est toujours l’attente. Le lancement pourrait avoir lieu en avril 2018. A l’origine, Free Italie aurait du être lancé à l’été 2017 (boursier.com, 20/12).

Stéphane Richard
Va être renvoyé en correctionnelle dans l’affaire Tapie. est renvoyé en correctionnelle pour « complicité de détournement de fonds publics » et pour « escroquerie. ». A ce jour, il n’y a pas de date pour le procès.

En campagne pour sa succession depuis plusieurs mois, cette nouvelle tombe mal pour Stéphane Richard. Prochaine échéance, le renouvellement de son mandat d’administrateur en février et si il passe cette étape, Il sera fixé sur son sort en mai lors de l'assemblée générale des actionnaires d'Orange.

Pourtant, début septembre, selon des informations de bfm : "Stéphane Richard est assuré de ne pas être renvoyé devant la justice avant de briguer un troisième mandat à la tête de l’opérateur télécom.".

Christine Lagarde la Ministre de l’époque a été jugée coupable de négligence par la Cour de justice de la République (CJR). Stéphane Richard était son Chef de Cabinet et cette partie de l’affaire (non politique). Stéphane Richard a été mis en examen pour escroquerie en bande organisée et complicité de détournement de fonds public.

Stéphane Richard a le soutien de 7 administrateurs indépendants pour le renouvellement de son contrat à la présidence de l'opérateur (La Lettre de l'Expansion citée par la revue de presse de l’ARCEP du 04/12).   

Que va faire le gouvernement ? Choisir la continuité ou débarquer Stéphane Richard ? Ou ne rien faire et attendre la date du procès en lui collant un futur n° 1 ?

Vivendi
L'audience qui était prévue ce 19 décembre dans le cadre d'un différend entre Mediaset et Vivendi au sujet d'une transaction avortée dans la télévision payante a été reportée au 27 février, a annoncé mardi un juge.

Les deux groupes sont en négociations pour trouver un deal sur la télévision payante. Vivendi a annoncé la création d’une coentreprise entre Telecom Italia et Canal+. Canal + va soutenir Telecom Italia dans l'acquisition de droits et la production de films et de séries télévisées mais aussi de droits sportifs. Telecom Italia contrôlera 60 % du capital de la société commune et Canal +, 40 %. Mediaset pourrait faire partie du tour de table.

Un accord entre les deux groupes clôturerait le contentieux.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #1372 le: 02 janvier 2018 06:59:57 »
Brèves du sport business et de la TV payante – n°231

Les capitaux chinois vont se trouver largement freinés pour investir dans les clubs de football en Europe. Afin de lutter la fuite des capitaux, le gouvernement chinois a décidé bloquer les investissements à l'étranger dans de nombreux secteurs d'activité dont le football.
Les investissements actuels ne sont pas concernés. En France, 4 clubs sont concernés à des degrés divers : Lyon, Nice, Auxerre et Sochaux. 
La dernière acquisition en Europe est l’AC Milan pour 740 millions.  En 2016, les emplettes se sont portées sur 11 clubs : La Haye, Espanyol Barcelone, Inter Milan, Grenade, OGC Nice, AJ Auxerre, Wolverhampton, West Bromwich Albion, Birmingham City).

Investissements chinois
L’internationalisation ou la mondialisation du foot se mesure aux investissements chinois dans les clubs en Europe. Le dernier exemple en date étant la prise de 20% du capital de l’Olympique Lyonnais. Un récapitulatif de visactu permet de faire un point sur ces investissements qui sont (pas toujours) synonymes de bons résultats sportifs. Mais au moins, pour certains, ces investissements sont un peu plus en "sécurité" en Europe. 
Il faut rappeler que les investissements chinois ne touchent pas que le foot. En 2015, le total des ces investissements a atteint le montant de 130 milliards d’euros.



Investissements en France
Le mouvement touche également la France. Après le PSG et Monaco, l’OL et l’OM sont les deux derniers exemples des investissements étrangers et non-européens réalisés.


Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #1373 le: 03 janvier 2018 06:34:37 »
Liberation (20/12) s’est penché sur le montage financier de Xavier Niel pout le rachat de l’opérateur irlandais EIR.

Pour rappel, Via sa holding NJJ et Iliad Xavier Niel vient d’acquérir pour 640 millions d’euros et 64,5% dans EIR, l’opérateur historique en Irlande. Via une option d’achat, il pourra détenir 100% du capital en 2024.

Eir est un opérateur fixe et mobile ave le plus grand réseau de fibre optique en Irlande. Il détient 32% de part de marché dans le fixe et 18% dans le mobile. Son chiffre d'affaires s'est hissé à (exercice clôturé au 30 juin 2017) 1,3 milliard d'euros tandis que l'Ebitda ajusté est de 520 millions d'euros. Il emploie 3400 personnes. A ce stade, la dette d’EIR ne sera pas consolidée dans les comptes d’Iliad.

Libération cite une source interne chez Iliad qui évoque une opération « atypique». Pour le quotidien : " Le deal comporte une clause qui n’a rien d’anecdotique : Iliad dispose d’un droit d’achat en 2024 sur 80 % de la future participation de NJJ dans Eir. A la condition d’un "prix égal à la valeur de marché (déterminée par un expert indépendant) diminuée d’une décote de 12,5 %". Ce qui, malgré ce rabais, laisse entrevoir à Niel la perspective d’une plus-value si l’opérateur irlandais améliore ses résultats financiers.".

En fait, il s’agirait pour Xavier Niel de ne pas consolider la dette de Eir au niveau d’Iliad, car Eir est endetté à hauteur de 2 milliards d’euros et pourrait plombé les comptes de la société mère.
Si Eir se redresse, Iliad devrait donc payer le prix fort à NJJ. Ne pas faire remonter la dette dans la maison mère : une opération qui pourrait (presque) faire passer Patrick Drahi pour un enfant de cœur...

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #1374 le: 04 janvier 2018 06:41:15 »
Il y a quelques mois (et comme chaque année), Orange a publié son document de référence 2016. C'est l’occasion de mettre en lumière quelques données générales et plus particulièrement sur Orange en Pologne. Pays qui est devenu le troisième marché d'Orange.

Orange Pologne est le principal opérateur polonais de télécommunications, opérateur historique issu de l'ancien monopole d'État et de la fusion de Telekomunikacja Polska et PTK Centertel. Il est contrôlé par Orange (49,79 % des actions, à travers un consortium l'alliant à Kulczyk Holding, le reste appartenant à divers investisseurs, dont la Bank of New York - 9,98 %, et l'État polonais - 3,87 %). Source : Wikipedia.

Généralités sur le marché fixe et mobile
Orange Pologne a une part de marché de 29,3% dans le mobile (en légère hausse) et de 27,9% dans le fixe (en légère baisse).



Mobile
Dans le document de référence, sur le marché du mobile, Orange indique : "la Pologne compte quatre principaux opérateurs de téléphonie mobile : Orange Polska, T-Mobile (entièrement détenu par Deutsche Telekom), Polkomtel (opérant sous la marque PLUS, en combinaison avec Polsat Cyfrowy, diffuseur TV et plateforme de télévision satellitaire, détenus par l’homme d’affaire polonais Zygmunt Solorz-Zak), et P4 (détenu par Tollerton Investments Ltd et Novator Telecom Poland SARL, opérant sous la marque Play). En 2016, les quatre principaux opérateurs mobiles représentaient 98 % du nombre total de carte SIM actives en Pologne.".

Sur son activité mobile : "Orange Polska comptait environ 16 millions de clients mobiles à fin 2016, en légère hausse d’environ 84 mille, soit + 0,5 % par rapport à fin 2015. Les forfaits d’abonnement ont augmenté de 1,1 million, dans le prolongement d’une excellente dynamique commerciale démarrée en 2015.".

Fixe
Pour son activité fixe, Orange indique : "Orange Polska a enregistré en 2016 une baisse de 68 000 accès fixe haut débit contre 136 mille en 2015. Le ralentissement du déclin résulte entièrement d’une augmentation de 50 % de la base de clients très haut-débit (…) La part des services très haut-débit est ainsi passée à environ 25 % des accès fixe haut débit (contre 15 % à la fin de 2015). L’ARPU du haut débit a légèrement diminué en 2016, les effets d’importantes réductions de prix en 2015 ayant été partiellement compensés par les ventes croisées de services.".

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #1375 le: 05 janvier 2018 06:45:45 »
Il y a quelques mois (et comme chaque année), Orange a publié son document de référence 2016. C'est l’occasion de mettre en lumière quelques données générales et plus particulièrement sur Orange en Pologne. Pays qui est devenu le troisième marché d'Orange.

Indicateurs sur le marché fixe et mobile
Sur le fixe, les résultats ne sont pas bons. Orange limite la casse en vendant un peu plus de services (tv, téléphone). Sur le mobile, la base client est là, avec une part de plus en plus majoritaire sur les forfaits. Par contre l’ARPU baisse de façon spectaculaire.

Mobile


Fixe

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #1376 le: 08 janvier 2018 06:55:08 »
Il y a quelques mois (et comme chaque année), Orange a publié son document de référence 2016. C'est l’occasion de mettre en lumière quelques données générales et plus particulièrement sur Orange en Pologne. Pays qui est devenu le troisième marché d'Orange.

Chiffre d’affaire et récapitulatif
Le chiffre d’affaire est en baisse sensible et la rentabilité s’étiole. Malgré ces clignotants dans le rouge, Orange a augmenté la part de ses investissements dans le réseau. La croissance repose sur le développement de la 4G : vente de terminaux et des forfaits qui vont avec. 

Chiffre d’affaire


Récapitulatif

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #1377 le: 09 janvier 2018 06:29:19 »
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - n°268

Couverture mobile
Alors que la date butoir était prévue pour la fin de l’année, l’accord entre l’Etat et les opérateurs sur l’accélération de la couverture mobile se fait attendre.

Le deal tournait autour d’une meilleure couverture mobile dans certains territoires ruraux et de montagne contre une prolongation de la durée des licences qui arrivent à leur terme. Les licences arrivent à échéance en 2021 pour SFR et Orange, en 2024 pour Bouygues Telecom et en 2030 pour Free.

Sauf que Bercy ne souhaite pas spécialement voir disparaitre cette rentrée financière. Pour rappel, selon la FFT (Fédération française des télécoms), cela a représenté 6,3 milliards d’euros pour des fréquences 2,6 GHz, 800 MHz et 700 MHz. Le gouvernement s’était donc fixé la fin de l’année si les négociations n’aboutissaient pas et envisageait de passer en force.

D’autre part, le gouvernement veut que 5000 antennes soient mutualisées. Orange et SFR sont opposés et estiment qu’ils n’ont pas à faire la courte échelle à Bouygues et à Free, qui trouvent de leur côté la note trop salée et la mutualisation pas assez forte. Selon Le Monde, les demandes du gouvernement exigent un investissement supplémentaire compris entre 3 et 4 milliards d’euros d’ici à 2022 pour la construction de plus de 10 000 antennes supplémentaires.

Le deal reste à faire...(ou pas) !

SFR
Altice a annoncé a annoncé la séparation de ses activités américaines de ses activités européennes : les premières, Altice USA, sont prospères tandis que les secondes le sont un peu moins.

Techniquement, les actionnaires de la maison mère Altice NV recevront chacun des actions d’Altice USA : cette société cotée vivra sa vie outre-atlantique, tandis que Altice NV, réduite aux activités européennes, sera rebaptisée Altice Europe. Le tout chapeauté par P.Drhi himself…

Altice Europe se réorganisera en trois entités : Altice France, Altice International (active au Portugal, en Israël et en République dominicaine) et une nouvelle filiale de télévision payante. Altice espère avoir bouclé ces opérations, avec les contraintes légales afférentes, avant la fin du premier semestre 2018 (Le Monde, 09/01).

Cela permettra à Altice USA de vivre sa vie sans être plombé par la dette et d’avoir (logiquement) une plus grosse transparence sur chaque entité.

Quelques mois après le retrait de la cotation boursière, c’est le retour de l’entité SFR par la grande porte ! Trop d'agilité va tuer l'agilité !


Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #1378 le: 10 janvier 2018 06:46:21 »
Altice a annoncé a annoncé la séparation de ses activités américaines de ses activités européennes et celles-ci sera se organiser en trois entités : Altice France, Altice International (active au Portugal, en Israël et en République dominicaine) et une nouvelle filiale de télévision payante.

Cette nouvelle organisation va permettre à Altice USA d’être débarrassé de la dette européenne. Même si cela donne de l’air, la dette globale continuera d’exister. En Europe, SFR va vraiment devoir regagner des clients et refaire le terrain perdu 

Lors de la présentation de ses résultats à fin septembre, Altice avait publié un graphique (via La Tribune) sur le planning de remboursement de sa dette afin de montrer l’évolution des remboursements de la dette entre 2017 et 2028. Sur 2016 et 2017, Altice a refinancé pour environ 34,8 milliards d'euros de dettes au total. 85% de sa dette est financé à taux fixe, ce qui le met à l’écart d’une remontée des taux. Il n’y a donc pas d’échéances majeures avant 2021.



Reste que les marges financières n’existent plus, d’autant que trois ans après le rachat de SFR par Altice, les résultats commerciaux ne sont pas là : 472 000 clients perdus sur le fixe (de 6,3 millions au T3 2014 à 5,8 millions au T3 2017) et 1,205 million sur le mobile (de 21,4 millions au T3 2014 à 20,2 millions au T3 2017).

Sur le fixe et sur le segment mobile grand public, Free est passé devant SFR.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #1379 le: 11 janvier 2018 06:30:45 »
Brèves du sport business et de la TV payante – n°232

Droits Tv Ligue 1
Comme annoncé, la LFP est entre en contact avec Amazon et Facebook pour examiner les possibilités pour qu’ils puissent participer à l’appel d’offres sur les futurs droits de la Ligue 1.

Quand cet appel d’offres sera-t-il lancé ? C’est L’Equipe (version papier du 10/01) qui l’annonce, la LFP va attendre la prochaine saison pour lancer son appel d’offre. Alors qu’il y a quelques mois, Altice était attendu comme le nouveau messie, le changement de cap de l’opérateur a freiné l’enthousiasme de la LFP. Facebook ou Amazon ne devraient pas concourir pour une exclusivité, malgré l’appel du pied de la LFP.

Droits tv en Angleterre
Chez nos voisins, un début de mauvaise nouvelle pour les propriétaires de la Premier League ? SKY et BT ont annoncé qu’ils allaient distribuer chacun les chaînes de l'autre. Ce qui devrait limiter les risques de voir les prix s'envoler, ou un lot leur échapper, alors que la Premier League vient de lancer un nouvel appel d'offres pour les saisons 2019 à 2022, dont les résultats sont attendus pour février.

Cela devra limiter la guerre commerciale entre les deux groupes. Lors des dernières enchères en 2015, les deux groupes avaient accepté de débourser 5,8 milliards d’euros à eux deux sur trois ans, soit une hausse de 70 %. Reste à voir ce que feront Facebook ou Netflix.

De son coté, Amazon souhaiterait acquérir les droits de la Premier League. C’est ce qu’affirme Bloomberg (Le Monde, 05/01).
Amazon s’intéresserait au plus petit des sept packs de la compétition, qui regroupe chacun entre 20 et 32 matchs. Cela lui permettrait de mettre du contenu à son offre de vidéo payante.

Cet accord pourra-t-il être reproduit en France entre Canal+ et SFR ?  En juin 2016, L'Autorité de la concurrence avait retoqué le projet d'accord de distribution exclusif que Canal + souhaitait conclure avec BeIN Sports. Avant de le lui permettre un an plus tard, à condition d'accepter qu'un distributeur tiers puisse aussi la proposer en la facturant en plus.

Droits tv en Italie
Les droits tv du Calcio de 2018 à 2021 vont bientôt être remis sur le marché et l’International Bank of Qatar est prête à investir 13 milliards d'euros pour les dix prochaines saisons afin de les revendre ensuite à des chaînes de télévision. Un e-mail, dont se fait largement écho la presse italienne dont le « Corriere della Sera », aurait été envoyé le mois dernier.

En juin dernier le dernier appel d’offre avait échoué, Sky Italia n’avait proposé que 495 millions d’euros, alors que la Ligue en espérait 1,2 milliard. Pour ce nouvel appel d’offre, la Ligue a mis la barre à 1,05 milliard. Lors de la période précédente Sky et Mediaset avaient déboursé 946 millions d’euros.

A ce jour, ni Mediaset, ni Vivendi n’ont a annoncé qu’ils se porteraientt candidat. Les deux groupes sont en négociations pour trouver un deal sur la télévision payante. Vivendi a annoncé la création d’une coentreprise entre Telecom Italia et Canal+. Canal + va soutenir Telecom Italia dans l'acquisition de droits et la production de films et de séries télévisées mais aussi de droits sportifs.

Droits tv en Espagnel
Alors que certains experts estiment que les futurs droits tv de la Ligue 1 pourraient atteindre jusqu’à 1,2 milliards d’euros, le football espagnol souhaite atteindre 2,3 milliards d’euros pour les droits tv Pour la période 2019-2022. L’appel d’offre pourrait être lancé en mars 2018.
A la fin de la saison actuelle, les droits domestiques devraient atteindre 1,1 milliard et 700 millions pour ceux à l’international.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #1380 le: 12 janvier 2018 06:04:58 »
Après la publication de l’observatoire de l’AFNR au 31 décembre, un récapitulatif sur les supports 4G en service via l’observatoire  2G, 3G et 4G publié par l’ANFR.

Avec 52,420 sites, le cumul des supports 4G en service augmente de 7,1% par rapport à septembre 2017 ce qui est une petite augmentation par rapport au trimestre précédent et de 37,8% par rapport à décembre 2016.



Bouygues est premier : 14,592 sites en service, soit une augmentation de 6,7% par rapport au 30 septembre et de 37,7% sur un an. Bouygues (via la mutualisation avec SFR) poursuit fortement sa route, mais semble gérer.

SFR repasse numéro 2 avec 14,129 sites, soit une augmentation de 6,4% par rapport au 30 septembre et de 43,7% sur un an.  SFR qui n’avait plus vraiment le choix a rattrapé son retard et se tire la bourre avec Orange pour la place de numéro 2, C’est lui qui a le plus progressé sur an, même si c’est en baisse sur le dernier trimestre.

Orange est repassé troisième : 14,032 sites, soit une augmentation de 8,5% par rapport au 30 septembre et de 39,8% sur un an. Orange est sortie de sa léthargie et a repris un peu sa marche en avant, mais pas assez pour garder sa deuxième place. Le trimestre est bon, il va falloir faire plus pour repasser devant SFR.

Free ferme la marche avec 9,667 sites, soit une augmentation de 8,4% par rapport au 30 septembre et de 27,7% sur un an. Free, avance mais a mis le pied sur le frein sur l’année, mais fait un bon dernier trimestre.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #1381 le: 15 janvier 2018 07:02:35 »
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - n°269

Couverture mobile
Dans le JDD, le secrétaire d'Etat auprès du ministre de la Cohésion des territoires, Julien Denormandie a annoncé qu'un accord avait été signé vendredi entre les quatre opérateurs de téléphonie mobile et l'Etat afin d' assurer une meilleure couverture en France.

Pour lui avec cet accord il n’y aura plus de zones blanches en téléphonie mobile. C’est un accord qui prévoit 3 milliards d’investissements supplémentaires en trois ans pour 5.000 installations supplémentaires par opérateur. A terme, il ne devrait donc plus y avoir (enfin) de zones blanches et la qualité de service devrait également être au rendez-vous, l'accord prévoit de couvrir 30 000 kilomètres lignes SNCF  et de passer les sites 2G/3G vers la 4G.

En contrepartie, l’Etat renonce à faire payer les licences de téléphonie mobile. Le renouvellement sera donc automatique. Les licences arrivent à échéance en 2021 pour SFR et Orange, en 2024 pour Bouygues Telecom et en 2030 pour Free. Par ailleurs, l’accord est contraignant, si il n’est pas respecté, il y aura des sanctions.

L’Arcep assurera de la bonne exécution de l’accord. Pour le régulateur : "les opérateurs mobiles s’engagent à : (...) démultiplier le rythme des programmes ciblés d’amélioration de la couverture et dans ce cadre construire chacun au moins 5000 nouveaux sites sur tout le territoire, parfois mutualisés, qui iront désormais au-delà des zones dites « blanches » et dont la charge sera désormais intégralement prise par les opérateurs (...) généraliser la réception en 4G ce qui implique de l'apporter à plus d’un million de Français sur 10 000 communes, en équipant en 4G tous les sites mobiles"

Pour rappel, sur le fixe, le cadre a été fixé au mois de décembre par le premier ministre dans un déplacement dans le Lot. Le Gouvernement veut accélérer les efforts de couverture fixe afin d’atteindre un minimum de bon débit (8 Mbits/s) en 2020 et le très bon débit (30 Mbits/s) deux ans plus tard. Là où la fibre est difficile à installer, il a prévu une rallonge de 100 millions d'euros pour déployer le très haut débit via des technologies annexes.

D’autre part, le gouvernement compte mettre en place un cadre plus strict dans les zones AMII ZMD. C’est là que SFR et Orange déploient et que le retard est le plus important, les opérateurs – eux - assurent qu’ils seront dans les temps. Accessoirement, selon un accord conclu en 2011, Orange est censé raccorder 90 % des foyers et SFR 1%. A la demande de SFR, c’est la justice qui tranchera, le gouvernement s’en tenant au statu quo.

Sur les zones peu denses, les collectivités pourront aussi faire appel à des opérateurs privés à travers une nouvelle procédure à mettre en place. Il restera aux opérateurs à se manifester. Sur les zones encore moins denses, le Gouvernement va proposer un chèque de 150 € pour une solution par la 4G, par la boucle locale radio ou par le satellite.

A suivre...

Altice
Dans le cadre de sa réorganisation, Altice a annoncé la création d’une entité télévision payante. Cela va lui permettre (éventuellement) de pouvoir vendre SFR Sport (si celle-ci est renommée), mais aussi de répartir le poids des investissements dans le foot sur le groupe et plus seulement sur SFR.  A terme, si cela se passe mal, Altice peux aussi vendre cette entité.
Si Altice veut amortir les droits de la premier League et s’il veut participer aux enchères des prochains droits de Ligue 1, il va lui falloir trouver de nouvelles recettes et dons s’ouvrir.

Est-ce une ouverture ? lors de la journée « investisseurs » organisée à Londres le 7 décembre dernier, Stéphane Richard a réaffirmé qu’Orange ne participerait pas aux futures enchères sur les droits de Ligue1. Par contre : "Les investissements dans les contenus pourraient aller vers des partenariats entre opérateurs plutôt que dans la confrontation frontale (…) Nous sommes ouverts à la question afin d'aller vers un partenariat gagnant-gagnant.".

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #1382 le: 16 janvier 2018 06:40:13 »
L'ARCEP vient de publier son "Observatoire des marchés des communications électroniques en France 3ème trimestre 2017 - résultats définitifs - ".

1- Nombre d’abonnements haut et très haut débit (chiffres ARCEP)


Evolutions
Globalement, sur les 12 derniers mois le marché poursuit sa croissance avec un taux de 2,8%, c’est baisse régulière par rapport aux trimestres précédents. Sur les douze derniers mois la croissance est de 782 000 nouveaux abonnements. Sur le dernier trimestre, l'ARCEP calcule 175 000 nouveaux clients.

Le nombre d'abonnements à haut débit s'élève à 21,723 millions, soit un recul de 668 000 sur un an et une baisse de 187 000 sur le trimestre. La tendance est à l’accélération de la baisse. 

Le nombre d'abonnements à très haut débit s'élève à 6,508 millions, soit une hausse de 1,450 million (dont 988 000 pour le Ftth) sur un an et une hausse de 362 000 (dont 261 000 pour le Ftth) sur le trimestre..

Pour l’ARCEP : "La majorité de la croissance du nombre de souscriptions au très haut débit (68% ce trimestre) est portée, depuis le quatrième trimestre 2015, par les abonnements en fibre optique de bout en bout (2,9 millions, +990 000 en un an au troisième trimestre 2017), qui représentent désormais 10% des accès internet.  (…) Fin septembre 2017, le nombre de souscriptions au très haut débit représente 38% du nombre de logements éligibles au très haut débit toutes technologies confondues (+5 points en un an)..". Le constat était identique pour le T1 et pour le T2.

2- Récapitulatif calculé à partir des communiqués des FAI


Précisions
- Les données (exprimées en milliers) sont compilées à partir des communiqués publiés par Bouygues, Free, Orange et SFR. 
- La catégorie « autres » est calculée en prenant le total des abonnement haut et très haut débit publié par l’ARCEP à fin septembre 2017 et en défalquant les totaux de Bouygues, Free, Orange et SFR à fin septembre.
- On y trouve donc par exemple les opérateurs DCOM, il y a également les opérateurs professionnels et les opérateurs locaux, les FAI alternatifs.
- Pour lire le tableau : Orange est à 40,4% de parts de marché avec 11,402 millions de clients et a recruté 346 000 nouveaux clients entre le T3 2016 et le T3 2017, soit une augmentation de 3,1% de sa base clientèle.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #1383 le: 17 janvier 2018 06:45:49 »
Bouygues Telecom vient de perdre contre le Conseil D’Etat. Il s’agit (encore) du dossier de l’itinérance de Free sur le réseau mobile d’Orange. Bouygues avait mené une bataille juridique qui l’avait poussé jusqu’au Conseil d’Etat et mi-décembre, celui-ci a donné raison à l’ARCEP contre Bouygues.

D’autre part, le Conseil d’Etat a donné tort à Free, qui estimait que la mutualisation entamée entre Bouygues Telecom et SFR n’avait pas d’assises juridiques. L’ARCEP avait validé cet accord au printemps 2016.

Activisme juridique
Pour rappel, Bouygues Telecom a déposé une dizaine de plaintes depuis la décision en 2009 d'allouer des fréquences à un 4ème opérateur. Ses différents mémoires adressés aux autorités judiciaires totalisent plus de 1.000 pages (Les Echos, 13/12).

En novembre 2014, Bouygues a assigné Free devant le Tribunal de Commerce pour concurrence déloyale concernant les pratiques de Free avec l’itinérance Orange. Bouygues estimait le préjudice à 411 millions d’euros. Avec la réponse du Conseil d’Etat, cela devrait éclaircir le débat.

L’itinérance d’Orange est le sujet favori (l’obsession) de Bouygues. Il a également mené une guérilla juridique contre l’ARCEP, mais sans que cela ne change grand-chose sur le calendrier et sur le fond.

L’activisme juridique de Bouygues Telecom a été jusqu’à demander – via un courrier en décembre 2015 au Premier Ministre - un dédommagement de 2,285 milliards d’euros à l’Etat pour absence d’encadrement d’itinérance. Le dossier est dans les limbes…

Selon Les Echos (01/09) : "Bouygues Telecom s'est désisté début juillet de sa saisine déposée auprès de l'Autorité de la concurrence, contre Orange et Free qu'il accusait d'entente, lors de la conclusion de leur contrat d'itinérance. L'Autorité s'apprêtait à rejeter cette plainte".

Longue histoire
Mi-juin 2016 Orange et Free avait annoncé la signature d’un accord en vue d’une fin progressive de l’itinérance 2G/3G à partir de début 2017 pour se terminer à la fin de l’année 2020. A l’origine, l’accord d’itinérance a été signé en 2012 et devait se terminer initialement en décembre 2017.

Fin juin 2016, L’ARCEP mettait un terme aux longues discussions sur la fin de l’itinérance mobile :

Bouygues Telecom avait attaqué cet accord pour « entente » devant l’Autorité De La Concurrence. Bouygues avait également formé deux recours devant le Conseil d'Etat à l'encontre de l'ARCEP et souhaite faire annuler les lignes directrices énoncées par l’ARCEP au printemps.

Fin octobre 2016, Bouygues Telecom avait retiré sa plainte contre Free et Orange avec demande de mesures conservatoires, déposée en juin 2016 auprès de l'Autorité de la concurrence. Le dossier devrait être instruit malgré tout, mais sur le fond et devrait donc traîner en longueur.

Et donc, selon Les Echos, Bouygues vient de se désister sur le fond. 6 ans après le démarrage de Free dans le mobile, Bouygues n’a plus de cartes pour mener sa guérilla juridique. De fait, celle-ci n’aura donné que de très maigres résultats.

Après l'itinérance, Orange et Free pourraient trouver un accord afin de mutualiser une partie des nouvelles infrastructures suite à l'accord signé vendredi entre les quatre opérateurs de téléphonie mobile et l'Etat afin d' assurer une meilleure couverture en France, c'est en tous cas ce que suggère La Tribune (16/01). Bref, l'histoire n'est peut-être pas terminée.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #1384 le: 18 janvier 2018 06:35:55 »
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - n°270

SFR & M6
Après TF1 en novembre, SFR a signé un accord avec M6. Le groupe M6 réclamait depuis plusieurs mois l'augmentation de la redevance versée par les opérateurs télécom diffusant ses chaînes via leurs box. En échange de cette augmentation, SFR aura accès à de nouveaux services et fonctionnalité et M6 va prendre à sa charge les coûts de transport de ses chaînes en clair.

Le montant de l’accord n’a pas été donné. Pour TF1, selon Les Echos SFR pourrait avoir accepté de payer entre 20 et 30 millions d'euros contre un peu moins de 10 millions auparavant. L’objectif de TF1 est d’obtenir de la part des opérateurs télécoms une centaine de millions d’euros. L’accord avec SFR démontre que l’on va certainement être très loin du compte...

Reste à TF1 un accord avec Bouygues, Canal+, Free et Orange. Selon Les Echos (05/01), l’accord entre Orange et TF1 arrive à échéance le 31 janvier et l’accord avec M6 serait lui terminé depuis le 31 décembre. Pour rappel, Orange a assigné TF1 devant le Tribunal de commerce (Les Echos[/u], 19/07).

M6 a lui signé un accord avec Orange, Bouygues Telecom, Canal+ et  SFR, mais pas avec  Free. Selon Les Echos (18/01), au total M6 devrait toucher au moins une quinzaine de millions d’euros de revenus supplémentaires. Combien pour TF1 ?

Free s’était aussi positionné publiquement contre cette demande (Le JDD du 04/2017) "on relève que le groupe TF1 occupe gratuitement les fréquence TNT alors que les opérateurs ont payé 3 milliards d’euros les mêmes fréquences (...) La contrepartie c’est que les chaines doivent être accessibles à tous les français. Par ailleurs, 55% des foyers reçoivent la télévision par autre chose que la TNT. Si TF1 veut passer vite sous les 10% de part de marché…".

En attendant, SFR a pris (un petite) avance psychologique sur la concurrence, mais cela ne suffira pas à redresser ses positions.

Vivendi en Italie : Telecom Italia
Afin de faciliter un accord avec le gouvernement Italien, Telecom Italia (TIM) examine la question de savoir si une séparation de son réseau de téléphonie fixe s'impose. Cet actif serait valorisé à 15 milliards d’euros. Un plan stratégique pourrait être présenté en mars. Vivendi pourrait garder une partie du capital.

Le ministre italien du Développement économique s’est également prononcé pour la séparation en deux sociétés distinctes. En précisant que la première entité gérerait les services et la seconde s'occuperait du réseau. Mais il reste à définir le paramètre du réseau, donc c’est une opération complexe qui prendra du temps. Il faut également rappeler que des élections législatives sont prévues en mai 2018, ce qui laisse peu de temps pour conclure un accord.

Pour rappel, le gouvernement italien vérifie si Vivendi a bien respecté les règles lors du resserrement de son contrôle sur la direction de Telecom Italia. En cas d’infraction, Vivendi risque une amende de 300 millions d’euros. Le ministre s’est déclaré pour un réexamen de cette amende en cas d’accord.

Pour rappel, Le gouvernement va utiliser les pouvoirs spéciaux que lui offre la loi dans les secteurs stratégiques : "avec proportionnalité et d'une façon raisonnable". Afin de prendre des "mesures visant à l'adoption de plans de développement adéquats, d'investissement et de manutention sur les réseaux et les équipements, afin d'assurer leur fonctionnement et intégrité, garantir la continuité de la fourniture du service universel et satisfaire l'intérêt général à moyen et long terme"

Le PDG de Telecom Italia vient d’annoncer qu’il était ouvert au dialogue (La Tribune, 31/10) : "Nous acceptons le 'golden power' et nous discuterons de ce qui nous est demandé, en prenant soin que les interventions à mener ne nuisent pas à l'activité opérationnelle de l'entreprise".

Vivendi serait prêt à céder son réseau fixe même si ce réseau est qualifié de "stratégique", "Parler de séparation du réseau a un sens si cela a pour objectif d'améliorer encore la neutralité et de parvenir plus rapidement à la digitalisation du pays".

Vivendi en Italie : Telecom Italia
D’autre part, Vivendi veut tailler dans ses effectifs de Telecom Italia. L’opérateur emploie 60 000 personnes en Italie et entre les départs à la retraite et les contrats non reconduits, c’est presque 10 000 emplois qui pourraient être supprimés (La tribune, 08/01).


Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #1385 le: 19 janvier 2018 06:45:02 »
Brèves du sport business et de la TV payante – n°234

Canal+
Comme le révéle 60 Millions, Canal+ va entamer la migration des abonnés avec des anciennes offres vers les nouvelles offres. Cette migration s’étalera jusqu’au mois de mars. Un million d’abonnés seront concernés. Ce sont les clients soit avec une offre Canal+ ou ceux avec CanalSat. De nouvelles chaines seront proposées en échange d’une hausse de tarif de 5€. Le client pourra refuser et résilier en passant par son espace client.
Le chiffre d’affaire et l’Arpu vont faire un bond, le premier logiquement pour 5 millions. 

Canal+
Toujours afin d’optimiser ses revenus et dans le cadre de son plan d’économies, Canal+ pourrait se retirer de la diffusion de la TNT. Cela permettrait de faire une économie d’une vingtaine de millions par an. En 2015, le nombre d'abonnés se s'élevait plus qu'à 670.000, soit 17% du portefeuille total. A 40 euros par mois (TTC), on peut estimer que ces abonnés rapportaient alors près de 300 millions d'euros (HT) de chiffre d'affaires par an.
En pratique, la chaîne cryptée peut décider de rendre sa fréquence hertzienne terrestre à tout moment. Mais elle peut aussi attendre la fin de son autorisation d'émettre en TNT, qui expire le 6 décembre 2020.
A cette date, les textes prévoient que le CSA remette en jeu la fréquence de Canal Plus et lance un appel à candidatures ouvert à tous (bfm, 10/01).

Canal+
Vivendi vient de publier un communiqué avertissant que ses résultats du T4 seraient en dessous des prévisions. En effet : "Groupe Canal a accéléré des projets de réorganisation, notamment la fermeture du centre d’appel de Saint-Denis et la restructuration de celui de Rennes dont le coût représentait le double de celui des prestations réalisées par des tiers. Au total, ces restructurations exceptionnelles coûtent près de 40 millions d’euros au 4ème trimestre 2017.".   

Lors de la présentation de ses résultats du T3, Canal+ avertissait : "Nous lancerons en parallèle un nouveau plan d'économies de moindre ampleur que le précédent de 350 millions, lequel sera atteint en année pleine dès l'an prochain."(Les Echos, 17/11).

Vivendi donne quelques chiffres et notamment le nombre d’abonnés via les opérateurs télécoms : "Groupe Canal enregistre une évolution satisfaisante du parc d’abonnés de la télévision payante en France, auquel s’ajoute plus de 3 millions de clients aux offres Canal des opérateurs télécoms.".

A fin septembre, Vivendi donnait 3 008 millions (2,995 à fin juin, 2,939 millions à fin mars, 2,928 millions à fin décembre) de clients pour les offres spécifique de Free et Canal+. Cela ne progresse quasiment plus.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #1386 le: 22 janvier 2018 06:53:59 »
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - n°271

Iliad
Selon La lettre de l’Expansion, Iliad a obtenu que la redevance payée à Orange pour l'utilisation de son réseau par Free Mobile soit réduite en 2017 à 300 millions d'euros, contre 750 millions au lancement de l'offre. En parallèle il y a aussi la montée en charge du réseau Free et donc la baisse naturelle de l’itinérance.

Faut-il rappeler qu’en juin 2016 Orange et Free avaient annoncé la signature d’un accord en vue d’une fin progressive de l’itinérance 2G/3G à partir de début 2017 pour se terminer à la fin de l’année 2020. A l’origine, l’accord d’itinérance a été signé en 2012 et devait se terminer  en décembre 2017.

Stéphane Richard
Bruno Le Maire – le Ministre de l’Economie a déclaré sur BFMTV (Le Figaro, 21/01) que : "S'il y a une condamnation de Stéphane Richard à un moment donné il remettra immédiatement son mandat (…) Pour toutes les entreprises publiques qui sont sous ma responsabilité de ministre de l'Economie, les règles du jeu doivent être claires, s'il y a condamnation du dirigeant, il y a départ immédiat du dirigeant",

Pour lui, Stéphane Richard a "fait du bon travail à la tête d'Orange" et pour sa réélection "c'est la gouvernance qui doit décider (…) Il y a une réunion du comité de nomination à la fin de la semaine, ensuite il y aura un conseil d'administration, ensuite il y aura une assemblée générale"

L’Etat apporte donc son soutien à Stéphane Richard qui a le champ libre pour se représenter, mais l‘épée de Damoclès est toujours bien présente. Le Ministère va-t-il préparer un plan B ?

Dans l’affaire Tapie, Christine Lagarde la Ministre de l’époque a été jugée coupable de négligence par la Cour de justice de la République (CJR). Stéphane Richard était son Chef de Cabinet et pour cette partie de l’affaire (non politique), Stéphane Richard a été mis en examen pour escroquerie en bande organisée et complicité de détournement de fonds public.

Le conseil d'Orange compte 15 membres dont trois représentants de l'Etat actionnaire. Stéphane Richard aurait le soutien de 7 administrateurs indépendants pour le renouvellement de son contrat à la présidence de l'opérateur.

5G
Sebastien Soriano a accordé un entretien au quotidien Les Echos, 17/01), il y revient notamment sur le lancement de la 5G : " La 5G, nous la lançons cette année en France. Nous ouvrons des fréquences dans la bande des 3,5 GHz pour effectuer des pilotes dans neuf métropoles : Bordeaux, Nantes, Grenoble, Douai, Le Havre, Saint-Etienne, Lille, Montpellier et Lyon. L'idée est de travailler sur un hôpital, un port ou encore une autoroute connectée. Et de bien comprendre ce que permet la 5G, qui vise surtout les entreprises contrairement à la 4G. Après cette phase de pilotes, une attribution des fréquences pourra avoir lieu. Mais pas avant 2020. Et pas forcément sous forme d'enchères.".

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #1387 le: 23 janvier 2018 06:40:27 »
Il y a quelques mois (et comme chaque année), Orange a publié son document de référence 2016. C'est l’occasion de mettre en lumière quelques données générales.

Chiffres en vrac
Au 31 décembre 2016, Orange compte 6844 brevets, et 207 ont été déposés en 2016. La plupart sont issus du réseau Orange Labs.
La marque Orange est protégée dans 200 pays et elle serait valorisée 21,5 milliards d’euros. La marque Orange est utilisée que par Altice Hispaniola (ex Orange Dominique revendue à Altice en avril 2014) et par Telkom Kenya (vendu en juin 2016).
Concernant le Ftth, à fin décembre 2016, Orange avait déployé 9,6 millions de lignes en Espagne, 1,5 millions de lignes en Pologne et 349 000 en Slovaquie. Orange a commencé le déploiement en Jordanie et en Côte d’Ivoire. En France ce sont 6,9 millions de lignes qui sont raccordables.

Présence internationale


Quelques chiffres
Orange donne quelques chiffres sur ses parts de marché dans divers pays, mais pas dans tous comme pour la Belgique. Pour rappel, Orange n’est pas présent partout sur le fixe, mais d’abord et avant tout sur le mobile.


Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #1388 le: 24 janvier 2018 06:21:44 »
Brèves du sport business et de la TV payante – n°234

beIN Sports & Altice Pay TV
Le Monde (22/01) relaie l’avis d’un analyste : "BeInSport et Altice Pay TV vont fusionner", d’autre part le quotidien rappelle que Alain Weill (patron de SFR et d’Altice PAY TV) pense qu’il y aura consolidation sur le marché de la tv payante diffusant des contenus sportifs premiums. Qui va faire quoi et comment ? Les difficultés d’Altice relance forcément toutes les spéculations. Dans ce cas, cela isolerait un peu Canal+, mais ce ne serait pas une bonne nouvelle pour une augmentation des droits tv de Ligue 1.

Altice Pay TV
Alain Weill – le patron de SFR et Atice Pay TV – a donné un entretien au quotidien L’Equipe (17/01), il a rappelé que : "Canal+ est un partenaire stratégique essentiel. Nous distribuons Canal + depuis toujours. C'est la chaîne du football aujourd'hui, aussi celle du cinéma. Bien sûr que nous avons des discussions avec eux".

Altice cherche maintenant à diffuser ses chaines afin de rentabiliser ses investissements dans les contenus. Dans le cadre de sa réorganisation, Altice a annoncé la création d’une entité télévision payante. Cela va lui permettre (éventuellement) de pouvoir vendre SFR Sport (si celle-ci est renommée), mais aussi de répartir le poids des investissements dans le foot sur le groupe et plus seulement sur SFR.

Chez Canal+, cela ne semble pas être une priorité. Lors de la présentation du nouveau décodeur, Maxime Saada a déclaré (L'Equipe, 18/01) qu’il attendait : "avec sérénité les propositions de SFR. Nous ne sommes pas dans le besoin aujourd'hui".

SFR Sport : quels droits tv?
Le quotidien l’Equipe (édition papier) du 18/01 a publié une infographie sur le coût de la grille de SFR Sport. Celle-ci va se monter à 500 millions d’euros avec la Ligue des Champions. En 2016 (et donc avec les 140 millions de la ligue des champions, 50 pour Cab), Canal+ dépensait 822 millions et beIN Sports 400 millions. L’équation financière pour SFR Sport est intenable sur le long terme.



Au total depuis son lancement depuis 2012, le Qatar a injecté 1,4 milliards d’euros dans le bouquet de chaines qui compte plus de 3,5 millions de clients. Alors qu’entre 2012 et 2015, beIN Sports a cumulé une perte de 1 milliard. Le résultat opérationnel des chaines Canal+ en France montre une perte de 399 millions en 2016 et de 265 millions en 2015, 180 millions en 2014. Le nombre total de clients (Canal+, CanalSat et CanalPlay) est de 8,008 millions (dont 3,008 aux offres spécifiques Free et Orange et 4,990 directement).

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #1389 le: 25 janvier 2018 06:20:11 »
C’est par un mail envoyé en interne qu’Orange a annoncé avoir atteint 2 millions de clients en Fibre Optique. C’était l’objectif qui avait été annonce début 2017.

Fin 2016, Orange comptait 1,452 millions de clients ce qui représentait 13% de sa base clientèle. Cela représente une augmentation de 548 000 clients sur 12 mois (+37,7%) et une hausse moyenne de 45 666 par mois. Au 30 septembre, Orange comptait 1,835 millions de clients en très haut débit, ce qui représente 16,1% de ses clients

Début décembre, Orange a présenté un point d’étape de son plan stratégique « Essentiels 2020 ». Un point sur la Fibre Optique avait été fait.

Orange prévoit de raccorder 20 millions de logements à la fibre en zones très denses et moyennement denses dès 2021, soit avec un an d'avance.  Le groupe a investi 3,4 milliards d'euros dans la fibre optique depuis 2015, ce qui lui a permis de raccorder 25 millions de prises au très haut débit, dont 11,3 millions en Espagne et 8,4 millions en France.

Orange affirme que la fibre est la formule gagnante : Dans les zones où il l'a déployée, Orange assure avoir gagné 1,4 point de parts de marché (et même 2 points à Paris, où il est redevenu n°1 dans le fixe) et facturer 6,20 euros de plus par rapport à un client ADSL, un différentiel qui atteindra 7 euros dès 2018 et 8 euros à terme (Les Echos, 08/12).

Orange affirme que "en France, 90 % de nos sites mobiles sont connectés à la fibre et donc prêts pour la 5G".

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #1390 le: 26 janvier 2018 06:44:52 »
Un point sur quelques données autour du dégroupage.

Chiffres de l’ARCEP
Au 30 septembre, l’ARCEP compte 480 000 lignes dégroupées avec le maintien de la ligne Orange contre 540 000 à fin 2016, 621 000 à fin 2015, 710 000 à fin 2014, 793 000 à fin 2013 et 1,194 millions à fin 2010. Le rythme de baisse est toujours important.

Concernant le dégroupage total, l’ARCEP compte 11,481 millions de lignes totalement dégroupées, 11,594 à fin 2016, 11,730 millions à fin 2015, 11,556 millions à fin 2014, 10,805 millions à fin 2013, 10,004 millions à fin 2012, 8,886 millions à fin 2011 et 7,794 millions à fin 2010. Là aussi, c’est encore une petite diminution sur ce semestre.

L’ARCEP compte 12 985 NRA dégroupés, soit 94,9% de la population qui est couverte par un NRA dégroupé (93,9% à fin 2016), il reste 6 368 NRA à dégrouper.

Free
Free ne donne pas de chiffres. Pour François04, les ND étaient à 103 000 à fin septembre, soit 1,6% des clients
A fin 2016, les non dégroupés étaient 147 000, soit 2,3% des clients, fin 2015, 172 000 soit 2,8%, fin 2014, 268 000, soit 3,6%, fin 2013, 293 000 soit 5,2%, fin 2010, 490 000, soit 10,8% des clients.

Bouygues Telecom et SFR
Il serait intéressant de connaitre ces statistiques pour Bouygues Telecom et pour SFR. On sait que Bouygues a sérieusement accéléré de ce coté.
A ce jour, pour Ariase Bouygues est à 2,469 NRA de dégroupés en propre, SFR à 7,656 et Free à 9,652. Orange de son coté en équipe 14,792 NRA pour proposer son service tv, pour un total de 19,722 NRA.

Orange
Chez Orange, (il n’y a pas de dégroupage), le nombre de clients payant (chez Orange ou concurrence) l’abonnement téléphonique est de 6,554 à fin septembre 2017, de 7,173 millions de clients à fin décembre 2016, de 8,134 millions à fin 2015, de 9,204 millions à fin 2014, de 10,516 millions à fin 2013, de 11,827 millions à fin 2012, de 13,681 millions à fin 2011 et de 15,773 millions à fin 2010.
C’est une baisse de 9,919 millions en 6,5 années et de 850 000 (11,5%) sur un an. C’est un rythme de baisse identique depuis quelques trimestres. Cela explique aussi une partie de la baisse du chiffre d’affaire pour Orange.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #1391 le: 29 janvier 2018 07:07:18 »
Brèves du sport business et de la TV payante – n°235

Droits tv en Italie
Les droits tv du Calcio de 2018 à 2021 n’ont toujours pas trouvé preneur. La Ligue italienne souhaite obtenir 1,050 milliard, mais Sky et Mediaset ont proposé 760 millions. Mediapro propose 990 millions pour les revendre par lot. La décision finale va être prise rapidement.
Telecom Italia n’a pas participé aux enchères. Courant décembre, l’International Bank of Qatar était prête à investir 13 milliards d'euros pour les dix prochaines saisons afin de les revendre ensuite à des chaînes de télévision.

En juin dernier le dernier appel d’offre avait échoué, Sky Italia n’avait proposé que 495 millions d’euros, alors que la Ligue en espérait 1,2 milliard. Pour ce nouvel appel d’offre, la Ligue a mis la barre à 1,05 milliard. Lors de la période précédente Sky et Mediaset avaient déboursé 946 millions d’euros.

Les droits TV internationaux de la Série A ont été attribués au mois d'octobre à l'agence IMG et à la RAI pour un total de 371 millions d'euros par an pour la période 2018-2021, soit le double de la période précédente.

beIN Sports
La chaine vient de prolonger ses droits sur la Liga pour la saison prochaine et jusqu’en 2021. Selon L’Equipe (22/01), beIN Sports aurait déboursé 30 millions par saison, contre 26 millions actuellement. Pour l’Equipe : " A priori, SFR Sport était intéressé, mais n'a pas cassé sa tirelire pour ravir la Liga à beIN Sports. Tandis que Canal+ n'a pas concouru.".

Foot européen
Selon la nouvelle livraison du cabinet britannique Deloitte, c’est toujours Manchester United qui est leader parmi les clubs aux plus hauts revenus dans le monde, et devance de très peu le Real Madrid. Les Red Devils ont engrangé la saison dernière la somme record de 676,3 millions d'euros, soit 1,7 million de plus que le géant espagnol (674,6 M€), le Barça se classant 3e (648,3 M€). A noter que dix des vingt clubs les plus riches du monde évoluent en Premier League, Les dix autres clubs du Top 20 ? Trois Espagnols (Atlético de Madrid en plus du Real et du Barça), trois Allemands (Bayern, Dortmund, Schalke), trois Italiens (Juventus, Inter, Naples) et un Français (PSG).

Le PSG est détrôné de la sixième place au profit d’Arsenal et voit ses revenus repasser sous les 500 M€ à 486,2 M€ contre 520,9 M€ en 2015-2016. Sa 7e place dans le classement Deloitte 2017 est la pire du club dans l'ère qatarie (saison 2011-2012). Lyon est 21e avec 198,3 M€ (L’Equipe, 23/01).

Le Top20


Le PSG


Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #1392 le: 30 janvier 2018 06:22:15 »
Début janvier, l’ARCEP a publié son observatoire des marchés des communications électroniques du troisième trimestre 2017. Un point a été fait sur la facture moyenne mensuelle par client



La facture moyenne (HT) sur le fixe est de même niveau sur un an que lors du T3 2016, et c'est globalement stable depuis deux ans. Pour le mobile, c’est une baisse de 0,6% sur 12 mois à moins de 16€.

Rappel de l’ARPU à fin septembre sur le fixe et les forfaits mobiles (hors m2m)

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #1393 le: 31 janvier 2018 06:40:48 »
Début janvier, l’ARCEP a publié son observatoire des marchés des communications électroniques du troisième trimestre 2017. Ces statistiques permettent de faire le point sur les cartes SIM en service en 3G et 4G et d’en déduire la 2G. La 4G est devenue majoritaire sur ce T3.

Récapitulatif de l'ARCEP


Même constat que les pour les trimestres précédents, la 2G poursuit sa baisse et a encore beaucoup baissé sur ces 12 derniers mois, mais son extinction n’est pas pour tout de suite. La baisse est de 4 points sur un an. A ce rythme, il va falloir encore 4 ans pour une quasi extinction.

La 3G et la 4G représentent 75% des cartes SIM, 72% à fin 2016, 68% à fin T4 2015. La 4G représente 52% du parc total contre 44% à fin 2016 et 31% à fin 2015. Par déduction la 2G représente donc 25%, , 28% à fin 2016 et 32% à fin 2015.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #1394 le: 01 février 2018 06:47:53 »
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - n°272

Orange et la consolidation en Europe
Alors que Stéphane Richard devrait être reconduit pour un troisième mandat à la tête d’Orange, quelques informations/rumeurs ont fait état d’un intérêt d’Orange pour une consolidation avec quelques acteurs européens.
C’est le quotidien Le Monde (22/01) qui a évoqué l'intérêt d'Orange pour PT Portugal, filiale d’Altice pour un prix de 7 milliards d’euros.

D’autre part, le même quotidien (22/01) a annoncé que l’été dernier, Orange et Deutsche Telekom avaient cherché à fusionner. Mais encore une fois, comme Deutsche Telekom est deux fois plus gros, cela ne permet pas une fusion entre égaux, et dans ce cas Orange aurait été purement absorbé. Enfin il est toujours évoqué le dossier Telecom Italia. Mais là, tant que la situation n’y est pas claire, ce serait une grosse surprise.

Tout cela a été catégoriquement démenti par Gervais Pellissier  - directeur général d’Orange - : "La consolidation en Europe n'est pas à l'agenda (…) Personne n'a prouvé qu'une opération majeure de consolidation en Europe était créatrice de valeur (…) Le dernier à avoir fait une opération d'ampleur est Telefonica avec le rachat d'O2 en 2006. Et ça n'a pas eu les résultats escomptés : ils ont vendu une grande partie de l'empreinte géographique, notamment en Europe Centrale.".
Sur Deutsche Telekom : "Quand on compare les valorisations des deux groupes, ce n'est pas une fusion mais une acquisition d'Orange par Deutsche Telekom. Je ne suis pas sûr que cela plairait à de nombreuses personnes en France".

Par contre, rien n’est exclu dans les pays ou Orange est déjà présent comme la Belgique ou la Roumanie. En fait Orange cherche à se renforcer sur les réseaux fixes, car il n’y est pas présent (Les Echos, 25/01).

SFR
Fin février Patrick Drahi le patron d’Altice va présenter SFR Recovery, un nouveau plan de redressement de SFR Group, qui est appelé à disparaitre suite à la nouvelle réorganisation de son groupe. La nouvelle entité s’appellera Altice France et ne contiendra plus les droits tv (La Lettre A)
Ceux-ci sont rassemblés dans une nouvelle entité : Atice Pay TV, ce qui devrait permettre de d’optimiser les coûts d’acquisitions en distribuant les chaines SFR à la concurrence. Orange serait fortement intéressé.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #1395 le: 02 février 2018 06:45:38 »
L’ARCEP vient de publier son tableau de bord sur la téléphonie mobile pour le T4 2017.

Quelques tendances générales
- Sur l'ensemble des forfaits, c'est une petite augmentation par rapport aux trimestres précédents, mais c’est - pour le deuxième trimestre de suite – le marché des forfaits résidentiels et entreprises qui tire le marché au détriment donc du marché m2m.
- En prenant en compte le prépayé, cela reste le moins bon trimestre de l'année.
- Il y a toujours un fort développement des forfaits sans engagement, avec une augmentation de 3,5 points (contre 4,8 pour le T3) sur an et 73,5% des forfaits concernés.
- Les taux de résiliation et le nombre de numéros portés retrouvent le niveau du T4 2016.
- En Total France, les opérateurs et Mvno’s ont gagné 997k cartes sim sur le trimestre. Les opérateurs sont en hausse de 1,462k sur les forfaits actifs: +861k (dont 94k pour les mvno’s) sur le segment grand public et entreprise et +601k  sur le segment M2M. C'est toujours en baisse de 465k sur le prépayé. Les Mvno’s ont eux gagné 161k cartes sim.

Précisions
- Les données sont exprimées en milliers. En rouge, les mouvement négatifs.
- Pour lire le tableau : le nombre de cartes sim sur les forfaits (résidentiels et entreprises) a augmenté de 2 741 sur un an (+4,45%) et de 0,861k sur le trimestre (+1,36%).
- Pour l’ARCEP, les opérateurs sont, en métropole : Bouygues Telecom, Free Mobile, Orange, SFR, dans les départements et collectivités d'outre-mer : Dauphin Telecom, Digicel AFG, Globaltel, Orange Caraïbe, Orange Réunion, Outremer Telecom, SAS SPM, Société Réunionnaise du Radiotéléphone (SRR), Telco OI, UTS Caraïbe.


Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #1396 le: 05 février 2018 07:31:13 »
TF1 a réussi l’exploit de voir Canal+, Free et Orange s’opposer frontalement à sa demande de voir une rénumération plus importante pour la distribution de ses chaines et service. A ce jour, c’est Orange qui est en première ligne. Pour Le Figaro, TF1 demanderait 25 à 26 millions à Orange et près de 20 millions à Free.

TF1 a signé un accord avec Bouygues et SFR, qui a accepté de payer 10 millions d’euros pour des avant-premières, la diffusion en 4K de certains programmes comme la Coupe du monde ou des services tels que le start over (possibilité de revenir au début du programme). TF1 a annoncé vouloir toucher 100 millions d’euros après la négociation de l’ensemble de  ses accords de distribution.

Orange
De son coté Orange a signé un accord avec M6 pour une vingtaine de millions d’euros, mais Orange estime que le service Replay de M6 est plus utilisé que celui de TF1, enfin, Orange estime que "les services qui nous sont proposés ne sont pas à la hauteur de l'investissement qui nous est demandé (...) Un opérateur de réseau c'est quelqu'un qui apporte du réseau, une box à domicile et qui permet d'accéder à des services à valeur ajouté. Pas des services que vous pouvez trouver en regardant gratuitement la TNT" (Le Figaro, 02/02)

Canal+
Interrogé par le JDD, 04/02), le directeur général du groupe Canal+, Maxime Saada, est ferme : "Le groupe TF1 profite indûment de sa puissance pour exiger des opérateurs qui diffusent ses chaines gratuites, des sommes astronomiques, à hauteur de 100 millions d’euros au total, dont plusieurs dizaines de millions pour le seul groupe Canal+ (...) Nous n’avons aucunement l’intention de céder au chantage et sommes prêts, si nous y sommes contraints, à envisager assez vite une coupure du signal des chaînes gratuites du groupe TF1 sur nos différents supports ; sachant que Canal représente entre 15% et 20% de l’audience de ses chaînes gratuites", assure le DG de Canal+.".

Canal+ a lancé un plan d‘économies, il lui serait difficile de vendre un accord pour une vingtaine de millions. Et en l’occurrence TF1 applique la même politique de Canal+. Cette dernière appliquant les mêmes recettes dans sa fonction de distributeur.

Free
Quand à Free, pour Maxime Lombardini : « Les demandes de TF1 sont extravagantes! Les discussions sont au point mort. Je suis pessimiste sur la suite» Le Figaro, 02/02). Mais historiquement Free a toujours du mal à payer pour la diffusion de contenus.

On imagine mal que le conflit se poursuive très longtemps. TF1 a besoin de Orange pour la distribution de ses services et des audiences qui vont avec. Mais Orange doit également distribuer ces services et de ne pas laisser SFR seul sur les innovations proposées (stat-over, 4K, service Replay enrichi, etc...). A combien se montera le deal ?

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #1397 le: 06 février 2018 06:45:01 »
Brèves du sport business et de la TV payante – n°236

SFR Sport
Selon le JDD, l'offre OTT de SFR sport ne compterait qu'une petite trentaine de milliers d'abonnés. Selon Les Echos, elle compterait autour de 15 000 clients (sans compter l'offre OTT SFR Sport couplée avec BeIN sports, lancée en février). BeIN Sports aurait plusieurs dizaines de milliers de clients OTT, tandis qu'Eurosport revendique lui s'approcher du seuil du million tous situé en Europe.

Pour Alain Weil, le PDG de SFR, la stratégie d'exclusivité des droits sportifs, surtout du foot, a vécu : "Il en va tout simplement de la viabilité, de la rentabilité de notre modèle (...) l’exclusivité est un non-sens sur le plan strictement commercial surtout pour des sports majeurs tel que le football.". Concernant l'acquisition de droits, Alain Weill prévoit : "Un nouveau coup d’accélérateur dans les prochaines semaines".

Il annonce également que : "l’ADLC a décidé d’imposer prochainement à l’ensemble des opérateurs l’obligation de distribuer une part de leurs droits sur d’autres plateformes que les leurs".

Orange vers un accord avec Altice Pay tv ?
Orange va certainement conclure un accord avec Altice pour distribuer le bouquet sport de SFR. Stéphane Richard vient de déclarer chez Bloomberg que chez Orange : "Nous sommes ouverts d’esprit pour discuter avec Altice à propos de la distribution de ces programmes – je parle de la Champions League en France. Je pense que beaucoup de personnes veulent être en mesure de regarder ces matchs et nous allons essayer de trouver un accord avec Altice.".

Lors de la journée « investisseurs » organisée à Londres le 7 décembre dernier, Stéphane Richard avait réaffirmé qu’Orange ne participerait pas aux futures enchères sur les droits de Ligue1, il avait par contre ouvert la porte à un accord : "Les investissements dans les contenus pourraient aller vers des partenariats entre opérateurs plutôt que dans la confrontation frontale (…) Nous sommes ouverts à la question afin d'aller vers un partenariat gagnant-gagnant.".

SFR Sport
SFR Sport s’est offert de l’équitation : "Avec l'acquisition des droits de diffusion des concours d'équitation, SFR Sport propose les meilleures compétitions et diffuse toutes les épreuves de Longines Coupe du Monde FEI (Fédération Equestre Internationale) et de la Coupe des Nations FEI, Jumping, concours, dressage : près de 50 événements équestres seront diffusés et permettront de retrouver les équipes de France championnes olympiques." (communiqué). 
D’autre part, SFR Sport 3 devient une chaine omnisports.

Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #1398 le: 08 février 2018 06:38:30 »
Début janvier, l’ARCEP a publié son observatoire des marchés des communications électroniques du troisième trimestre 2017. Un point a été fait sur les revenus des opérateurs.

Malgré la montée en charge du très haut débit, les revenus (HT) sur le fixe continu de décroitre de 1,1% sur un an. Plus précisément ce sont les communications téléphoniques qui plombent les revenus du fixe et dans un moindre cas ceux liés aux revenus liés aux communications vendus aux entreprises.  Les revenus liés au très haut débit augmentent de 1,7% et ceux liés aux contenus de 22,5% à 663 millions.

Pour les revenus (HT) des opérateurs sur le mobile (hors m2m), la baisse se poursuit. Globalement, le trimestre reste positif.



Pour rappel, le récapitulatif du CA par opérateur à fin septembre 2017.



Pou l’ARCEP : "Le revenu des opérateurs de communications électroniques sur le marché final atteint 9,0 milliards d’euros HT et 8,1 milliards d’euros HT pour les seuls services de communications électroniques (hors revenus annexes des opérateurs). Le revenu baisse ainsi depuis le deuxième trimestre 2017 (-0,5% en un an puis -1,2% au troisième trimestre 2017) après deux trimestres consécutifs de croissance (+0,9% en un an au quatrième trimestre 2016 et +0,4% au premier trimestre 2017).".


Hammett

Re : Parts de marché dans le haut débit et le mobile
« Réponse #1399 le: 09 février 2018 06:27:11 »
Brèves du sport business et de la TV payante – n°237

Foot : droits tv des bleus
C’est confirmé, (L’Equipe, 24/01), TF1 et M6 ont annoncé un accord pour la période 2018-2022.
TF1 et M6 vont se partager les matchs et vont payer 140 millions au total (70 millions par chaine), ce qui fait 3,5 millions par match, l’UEFA en attendait 4 millions. D’autre part, les filiales (TMC et W9) vont diffuser les 10 autres meilleures affiches par an pour 12 millions (6 millions chacune) pour la période 2018-2022.

La chaine l’Equipe va récupérer le reste de la diffusion, soit les matches de qualification de toutes les sélections européennes pour le Championnat d'Europe 2020 et pour la Coupe du monde 2022, la diffusion en différé des matches de l'équipe de France. Et enfin, les matches amicaux de ces sélections européennes ainsi que la Nations League, une nouvelle compétition lancée par l'UEFA qui opposera tous les deux ans les 55 pays membres de l'UEFA et offrira quatre places qualificatives supplémentaires au Championnat d'Europe.
Certainement par pudeur, le quotidien L’Equipe n’a pas révélé le montant payé par la Chaine l’Equipe.

Droits TV de la Premier League
Le Board du championnat anglais a attribué son premier lot de droits TV domestiques pour la période 2019-22. Les autres résultats de l’appel d’offres devraient être annoncés au mois de février.
L’opérateur public BBC est ainsi parvenu à sécuriser la diffusion des résumés des rencontres de Premier League sur le marché britannique pour la période 2019-22. Les résumés de matches a été conservé par la BBC pour un total de 211,5 M£ (241 M€) sur trois ans, soit une augmentation de 7,5 M£ (8,5 M€) par rapport au contrat en cours (L’Equipe, 31/01)

Rallyes
Le WRX reste sur la chaîne L'Équipe. Diffuseur du Championnat du monde des rallyes depuis sa création en 2014, elle  a prolongé son partenariat pour trois années supplémentaires. Le prix n’a pas été communiqué (L’Equipe, 31/01).