Freenews

Les spéculations autour du futur mariage de SFR avec un autre opérateur vont bon train, cette semaine encore. D'après le Journal du Dimanche, Bouygues Telecom serait prêt à mettre les bouchées doubles pour acquérir l'opérateur au carré rouge...

Lire l'intégralité de la news

arpa463x

Free indique qu'ils couvrent 60% de la population mais ça représente 20% des antennes. Il faut 5 fois plus d'antennes pour couvrir les 40% restants. Free a donc besoin non pas du réseau entier mais des 80% du réseau.
L'affirmation que Free n'a pas besoin du réseau est faite certainement pour faire baisser les prix.

Par contre le rapprochement est à double tranchant pour le consommateur: les utilisateurs de Free auraient un réseau qui marche bien plus vite mais avec une concurrence réduite, Free risque d'aligner les prix sur les concurrents comme cela se passe maintenant pour l'ADSL (vu qu'il aura un réseau aussi bon).

Lennart

Bouygues pourrait se marier à SFR et vendre son réseau à Free
« Réponse #2 le: 03 mars 2014 17:01:27 »
Free aussi a engagé des pourparlers avec SFR, c'est peut être ce qui incite Bouygues à un tel lobbying auprès du chef de l'état.

tictac492

Je vois d'un mauvais oeil ces volontés de rachat-fusion SFR/BT ou SFR/Free.
Si on est passé à 4 opérateurs mobiles, c'est pour y rester ! Revenir à 3 opérateurs serait néfaste pour la concurrence (et donc le consommateur). Quant aux emplois, c'est évident qu'une re-concentration entraînerait une restructuration... Je ne vois pas comment une entité SFR+BT pourrait conserver TOUS les employés ! On nous prend pour des imbéciles !
Quant à une éventuelle revente de l'infrastructure SFR en double à Free... c'est un doux rêve éveillé de Bouygues !

Je préfère nettement un rachat de SFR par Numericable.


alainlfanfree

 On se souvient des opérateurs qui ont été rachetés dans les années passées (Ce n'est pas très éloigné) des tractations, offres et fausses offres, c'est reparti.

turican57

C'est étonnant que Bouygues envisage de revendre son réseau, ça serait pas plutôt le réseau de SFR car rien que pour les antennes 4G, il y a pas photo.

Enfin on verra bien se que ça donne. Alors qu'une mmutualisation était une bonne chose, une fusion ou mariage ça entraîne tout de suite plus de risque.

OhMonBato

Citer
« Notre réseau couvre aujourd’hui plus de 60 % de la population et nous n’avons aucun intérêt à en acheter un entier », déclare-t-on au sein du groupe Iliad...

Bon, ça veut dire en tout cas qu'ils ne comptent pas acheter SFR malgré les rumeurs qui disaient le contraire.


fabfree

Je ne m'attends pas à ce que les acheteurs dévoilent leur plan s'il y a de la concurrence!

raudi




Maintien des emplois ? Chiche !

Raudi

Arnaut78

Vu que Xavier et l'Arcep ont dit qu'il n'y aurait pas de destruction d'emploi avec un 4ieme opérateur sur le marché français, et qu'au contraire cela sera profitable à l'investissement et aux emplois, je ne vois vraiment pas pourquoi vous en doutez ironiquement !

OhMonBato

Sauf que là, on parle de repasser à 3 opérateurs et ça va forcément être saignant question emplois. Déjà qu'avec un quatrième opérateur, les fans de Free se satisfaisaient de voir que le nombre d'emplois était stable, on peut se douter qu'en revenant à 3, va falloir couper dans les effectifs, le bilan global (3 --> 4 --> 3 opérateurs) risque fort d'être peu glorieux.

loudwig

Citer
Il aurait également rencontré, dans le plus grand secret, les ministres Fleur Pellerin et Arnaud Montebourg.
Ca me fait marrer cette expression! Tout le monde le sait au final, mais ça s'est fait dans le plus grand secret! lol
Citer
Notre réseau couvre aujourd’hui plus de 60 % de la population et nous n’avons aucun intérêt à en acheter un entier », déclare-t-on au sein du groupe Iliad...
Ca, ça ne veut rien dire. Encore et toujours, ils parlent de population, alors que le chiffre qui est intéressant est celui représentant le pourcentage du territoire. Comme dis plus haut, il faudra bien plus d'antennes  à Free pour couvrir efficacement la France entière. De plus, dans les 60% qu'ils annoncent, de combien est la part d'itinérance avec Orange? Hum? Alors oui, Free aurait bien besoin d'un "vrai" réseau mobile, et celui de Bouygues serait idéal. Je pense également que ce genre de phrases sont là pour faire baisser les enchères...

fabfree

Sauf que là, on parle de repasser à 3 opérateurs et ça va forcément être saignant question emplois. Déjà qu'avec un quatrième opérateur, les fans de Free se satisfaisaient de voir que le nombre d'emplois était stable, on peut se douter qu'en revenant à 3, va falloir couper dans les effectifs, le bilan global (3 --> 4 --> 3 opérateurs) risque fort d'être peu glorieux.
Comme je l'ai toujours dit : l'arrivée de FreeMobile ne pouvait être que bénéfique en terme d'emplois!

Le départ d'un opérateur sera préjudiciable de ce point de vue, puisque c'est le principe des concentrations pour faire des économies d'échelle.

Thibault Vlacich

Ca, ça ne veut rien dire. Encore et toujours, ils parlent de population, alors que le chiffre qui est intéressant est celui représentant le pourcentage du territoire. Comme dis plus haut, il faudra bien plus d'antennes  à Free pour couvrir efficacement la France entière. De plus, dans les 60% qu'ils annoncent, de combien est la part d'itinérance avec Orange? Hum? Alors oui, Free aurait bien besoin d'un "vrai" réseau mobile, et celui de Bouygues serait idéal. Je pense également que ce genre de phrases sont là pour faire baisser les enchères...
Vous êtes bête ou vous le faites exprès ? Désolé de le dire comme ça mais là... La couverture en pourcentage de la population est la couverture légale, les obligations de Free (et des autres) sont en pourcentage de la population, voilà pourquoi Free parle en ces termes...
Et bien entendu qu'il n'est pas question de l'itinérance là-dedans mais uniquement du réseau en propre.


loudwig

Et en quoi ce que j'ai dit est une connerie stp?
M'en fous moi que la couverture légale soit celle de la population! Tout le monde sait que c'est elle par contre qui est à prendre avec des pincettes justement. On va pas revenir sur ce débat non?
Justement, il n'y pas d'itinérance dans ce chiffre, et c'est bien là où je voulais en venir: 60% de la population, ça ne vaut rien, surtout comparé à BT ou Orange. C'est tout.

Thibault Vlacich

Quel est l'intérêt de couvrir du vide ? Une couverture en pourcentage du territoire n'a aucun sens...

yeti

"... Il aurait également rencontré, dans le plus grand secret, les ministres Fleur Pellerin et Arnaud Montebourg."

salut
-pourquoi ?
tout le monde sait !
franchement, ils sont ridicules "à mettre du Secret d'Etat partout" !
le jour où ils en auront, VRAIMENT, besoin, "de leur S.E., éh bien : on les croira PLUS" !!!     (ils auront gagné)
"..m'étonnerait, que ça reste longtemps Secret, leur truc" !
--> Twitter !

fabfree

Cela peut être aussi une rencontre qui se voulait discrète au départ, avec une arrivée en scooter casqué...

loudwig

Quel est l'intérêt de couvrir du vide ? Une couverture en pourcentage du territoire n'a aucun sens...
Sympa pour les gens qui habitent dans ce "vide"!
En prenant un exemple avec des chiffres bidons:
100 millions d'habitants dans le pays, 60 millions dans la capitale. Seule la capitale est couverte. Ca représente bien 60% de couverture de la population. Mais seulement quelques % du territoire! Vous ne croyez pas que les 40% restant ont le droit d'être couvert également? Vous trouvez que 40 millions de personnes, c'est du "vide" peut être?
Désolé, mais pour moi, couvrir le territoire est bien plus important. Il ne faut pas penser qu'aux personnes qui habitent que dans les grandes villes! (en gros faut pas penser qu'à sa gueule quoi)

arpa463x

Justement, il n'y pas d'itinérance dans ce chiffre, et c'est bien là où je voulais en venir: 60% de la population, ça ne vaut rien, surtout comparé à BT ou Orange.
60% de la population est un chiffre très significatif car cela veut dire que 60% des gens pourront utiliser les services de Free. De plus, dans 60% des cas, si vous allez quelque part, vous allez avoir du réseau (car vous vous déplacez en général là où il y a d'autres personnes)

Là où vous avez raison, c'est que cela signifie aussi que 1 fois sur 3 vous n'aurez pas de réseau. Accepteriez-vous une connexion qui ne marche pas 1 fois sur 3 (même si 2 fois sur 3 elle marche) ? Un réseau "potable" doit couvrir 95% de la population (ça ne marche pas 1 fois sur 20). Pour l'atteindre il faut couvrir beaucoup de zones où il y a très peu de gens donc il faut installer 5 fois plus d'antennes (il y a des moyens d'optimiser un peu cela en déployant par plaques mais ce n'est pas le choix de Free).
« Modifié: 04 mars 2014 09:58:00 par arpa463x »

PoilàGratter

Pour éclairer un peu votre lanterne  ;)

En matière de couverture radio, il faut distinguer la couverture réglementaire et celle dite "d'usage":

1) La couverture réglementaire est définie dans les Licences, s'exprime en % de population couverte en métropole, et se mesure (via l'ARCEP et l'ANFR) à l'aide d'un protocole désuet. Ce protocole fut définit à l'époque pour un usage voix et 2G. Les mesures sont effectuées sans tenir compte de l'usage "normal" d'un abonné lambda, ni de la charge cellulaire.
Voici ce protocole officiel, utilisée pour mesurer les couvertures 2G et 3G:
http://www.arcep.fr/fileadmin/reprise/dossiers/mobile/couverture-mobile-methodologie.pdf

On constate que la mesure consiste seulement à:
" ... passer, avec un taux de réussite d’au moins 95%, un appel téléphonique et de le maintenir une minute, à l’extérieur des bâtiments, avec un terminal classique, et en position statique ..."

Le testeur officiel effectue ainsi cet appel sous la couverture d'une cellule dont les dimensions n'ont rien à voir avec celle nécessitée par l'usage réel (voix + data, applicatifs divers, ...) et par plusieurs abonnés simultanément (charge de cellule).

L'ARCEP a eut le tord de faire mesurer les réseaux cellulaires 3G avec la même méthode que pour la 2G (pour des raisons d'équité ...), alors que les deux types de fonctionnement n'ont strictement rien à voir: le premier est à ressources partagées (3G), le second à ressources dédiées (GSM 2G). Plus une cellule 3G est chargée d'utilisateurs, plus son périmètre rétrécie ("Cell breathing"), contrairement au comportement d'une cellule GSM 2G chargée. D'où la difficulté de mesurer sur le terrain la couverture d'une cellule 3G.
L'ARCEP s'apprêtait à appliquer la même méthode pour mesurer la couverture réglementaire 4G LTE, mais a finit par céder sous la "bienveillante persuasion"   ;) de l'ANFR, de B-T et de SFR (O-F s'est rallié bien après ...).

2) La couverture d'usage est celle réellement ressentie par les abonnés d'un opérateur. Elle s'exprime également en % de population couverte dans l'hexagone.
Le cas de Freemobile est spécifique, en raison de l'accord d'itinérance:

Un terminal Freemobile 2G est exclusivement sous couverture radio cellulaire du partenaire O-F. La couverture ressentie est donc celle d'O-F (48.645 cellules radio 900 MHz 2G, sur 16215 relais radio trisectorisés, et 23.253 cellules radio 1800 MHz 2G, sur 7751 relais radio 2G trisectorisés, en date du 1er février 2014).

Un terminal Freemobile 3G choisit de préférence d'utiliser une cellule radio Freemobile si elle existe à l'endroit où se trouve le terminal ... mais:
-- Ce terminal choisit aussi (en mode "automatique") le meilleur bilan de liaison radio (relais vers terminal + terminal vers relais). A ce jeu, vu qu'au niveau national il y a environ 12 à 17 fois plus de cellules O-F accessibles à l'itinérance Freemobile (réparties sur 6,8 fois plus de sites relais radio O-F), le terminal Freemobile 3G qui reçoit ou émet un appel bascule ainsi rapidement vers une cellule O-F, environ 9 fois sur 10 (statistique nationale). Quitte, d'ailleurs, à basculer vers une cellule O-F non pas 3G mais 2G EDGE !
D'où le recours massif à l'itinérance, qui trouble le ressenti de couverture réelle du réseau Freemobile versus couverture réglementaire, pour un abonné Freemobile.
Si aujourd'hui le mécanisme d'itinérance 3G était soudainement restreint, suspendu ou supprimé, la couverture réelle 3G Freemobile serait utilisée, avec des conséquences faciles à imaginer. En terme de couverture, de capacité et de qualité de service.

3) La mesure de la couverture réglementaire 4G LTE fait appel à un nouveau protocole, qui inclue enfin de test d'usages applicatifs représentatifs de l'usage par des abonnés commerciaux "standards".
A ce titre, couverture réglementaire et couverture d'usage fournissent des résultats en terme de % de population qui se rapprochent (mais ne sont toujours pas similaires, hélas).



loudwig

60% de la population est un chiffre très significatif car cela veut dire que 60% des gens pourront utiliser les services de Free. De plus, dans 60% des cas, si vous allez quelque part, vous allez avoir du réseau (car vous vous déplacez en général là où il y a d'autres personnes)

Là où vous avez raison, c'est que cela signifie aussi que 1 fois sur 3 vous n'aurez pas de réseau. Accepteriez-vous une connexion qui ne marche pas 1 fois sur 3 (même si 2 fois sur 3 elle marche) ? Un réseau "potable" doit couvrir 95% de la population (ça ne marche pas 1 fois sur 20). Pour l'atteindre il faut couvrir beaucoup de zones où il y a très peu de gens donc il faut installer 5 fois plus d'antennes (il y a des moyens d'optimiser un peu cela en déployant par plaques mais ce n'est pas le choix de Free).
On est bien d'accord.
Par contre, dire que ce n'est pas le choix de Free, ou que ce dernier n'est pas judicieux, à moins dêtre directement dans la confidence, je ne sais pas comment vous pouvez le savoir? Car entre "dire" les choses, et les "faire" y'a un fossé énorme, et c'est pas notre ami Niel qui peit se vanter de dire qu'il fait toujours ce qu'il a dit! Depuis le temps vous devriez le savoir  ;)

arpa463x

Par contre, dire que ce n'est pas le choix de Free, ou que ce dernier n'est pas judicieux, à moins dêtre directement dans la confidence, je ne sais pas comment vous pouvez le savoir? Car entre "dire" les choses, et les "faire" y'a un fossé énorme, et c'est pas notre ami Niel qui peit se vanter de dire qu'il fait toujours ce qu'il a dit! Depuis le temps vous devriez le savoir  ;)
Le fait que Free ne déploie pas par plaques est un simple constat: Les antennes de Free sont installées partout et pas groupées. Pas besoin d'être dans la confidence pour constater cela. C'est d'ailleurs à cause de cela que les mobiles n'accrochent pas le réseau de Free mais plutôt celui de Orange. Je n'ai jamais dis que ce choix n'est pas judicieux (même si c'est vrai d'un certain point de vue). Je pense que cela est fait pour satisfaire aux exigences de l'ACERP avec un minimum de moyens (il suffit d'installer une antenne dans chaque endroit densement peuplé). Et peu importe que les mobiles ne les utiliseront que rarement, au moins le réseau est présent. C'est dans ce sens que vous avez raison de dire que la couverture de la population n'est pas toujours représentative.

loudwig

Au temps pour moi, j'avais mal saisi le sens de votre phrase à l'origine.
Mais bon, tout ça pour dire qu'on est d'accord, sur le fait que ce ne serait pas un luxe pour Free d'acheter le réseau de Bouygues! Même si Free feint de ne pas en avoir besoin!

alainlfanfree

Pour éclairer un peu votre lanterne  ;)
  Merci pour toutes les explications et les pleins phares xenon sur ma lanterne.
 La technologie mobile (que je ne connais pas) semble encore plus complexe que ce que je connais, mais mes limites de connaissance me permettent de ne pas être trop exigeant considérant la complexité et de rester patient et optimiste pour l'avenir tout en comprenant très bien que l'on puisse avoir envie de 4G ou 6G.

fabfree

Pour éclairer un peu votre lanterne  ;)

En matière de couverture radio, il faut distinguer la couverture réglementaire et celle dite "d'usage":

1) La couverture réglementaire est définie dans les Licences, s'exprime en % de population couverte en métropole, et se mesure (via l'ARCEP et l'ANFR) à l'aide d'un protocole désuet. Ce protocole fut définit à l'époque pour un usage voix et 2G. Les mesures sont effectuées sans tenir compte de l'usage "normal" d'un abonné lambda, ni de la charge cellulaire.
Voici ce protocole officiel, utilisée pour mesurer les couvertures 2G et 3G:
http://www.arcep.fr/fileadmin/reprise/dossiers/mobile/couverture-mobile-methodologie.pdf

On constate que la mesure consiste seulement à:
" ... passer, avec un taux de réussite d’au moins 95%, un appel téléphonique et de le maintenir une minute, à l’extérieur des bâtiments, avec un terminal classique, et en position statique ..."

Le testeur officiel effectue ainsi cet appel sous la couverture d'une cellule dont les dimensions n'ont rien à voir avec celle nécessitée par l'usage réel (voix + data, applicatifs divers, ...) et par plusieurs abonnés simultanément (charge de cellule).

L'ARCEP a eut le tord de faire mesurer les réseaux cellulaires 3G avec la même méthode que pour la 2G (pour des raisons d'équité ...), alors que les deux types de fonctionnement n'ont strictement rien à voir: le premier est à ressources partagées (3G), le second à ressources dédiées (GSM 2G). Plus une cellule 3G est chargée d'utilisateurs, plus son périmètre rétrécie ("Cell breathing"), contrairement au comportement d'une cellule GSM 2G chargée. D'où la difficulté de mesurer sur le terrain la couverture d'une cellule 3G.
L'ARCEP s'apprêtait à appliquer la même méthode pour mesurer la couverture réglementaire 4G LTE, mais a finit par céder sous la "bienveillante persuasion"   ;) de l'ANFR, de B-T et de SFR (O-F s'est rallié bien après ...).

2) La couverture d'usage est celle réellement ressentie par les abonnés d'un opérateur. Elle s'exprime également en % de population couverte dans l'hexagone.
Le cas de Freemobile est spécifique, en raison de l'accord d'itinérance:

Un terminal Freemobile 2G est exclusivement sous couverture radio cellulaire du partenaire O-F. La couverture ressentie est donc celle d'O-F (48.645 cellules radio 900 MHz 2G, sur 16215 relais radio trisectorisés, et 23.253 cellules radio 1800 MHz 2G, sur 7751 relais radio 2G trisectorisés, en date du 1er février 2014).

Un terminal Freemobile 3G choisit de préférence d'utiliser une cellule radio Freemobile si elle existe à l'endroit où se trouve le terminal ... mais:
-- Ce terminal choisit aussi (en mode "automatique") le meilleur bilan de liaison radio (relais vers terminal + terminal vers relais). A ce jeu, vu qu'au niveau national il y a environ 12 à 17 fois plus de cellules O-F accessibles à l'itinérance Freemobile (réparties sur 6,8 fois plus de sites relais radio O-F), le terminal Freemobile 3G qui reçoit ou émet un appel bascule ainsi rapidement vers une cellule O-F, environ 9 fois sur 10 (statistique nationale). Quitte, d'ailleurs, à basculer vers une cellule O-F non pas 3G mais 2G EDGE !

D'où le recours massif à l'itinérance, qui trouble le ressenti de couverture réelle du réseau Freemobile versus couverture réglementaire, pour un abonné Freemobile.
Si aujourd'hui le mécanisme d'itinérance 3G était soudainement restreint, suspendu ou supprimé, la couverture réelle 3G Freemobile serait utilisée, avec des conséquences faciles à imaginer. En terme de couverture, de capacité et de qualité de service.

3) La mesure de la couverture réglementaire 4G LTE fait appel à un nouveau protocole, qui inclue enfin de test d'usages applicatifs représentatifs de l'usage par des abonnés commerciaux "standards".
A ce titre, couverture réglementaire et couverture d'usage fournissent des résultats en terme de % de population qui se rapprochent (mais ne sont toujours pas similaires, hélas).
J'ai du mal à croire que les terminaux basculent dans 9/10 en itinérance, ce n'est pas cohérent avec les mesures de débits de 4G Monitor. Comment pourraient-ils avoir de telles performances alors que les débits en itinérance sont réputés médiocres?

PoilàGratter

radio
J'ai du mal à croire que les terminaux basculent dans 9/10 en itinérance, ce n'est pas cohérent avec les mesures de débits de 4G Monitor. Comment pourraient-ils avoir de telles performances alors que les débits en itinérance sont réputés médiocres?

Nota: La 4G LTE de Freemobile ne bénéficie d'aucune itinérance !


Le basculement vers l'itinérance n'a pas pour critère un meilleur débit mais un meilleur bilan de liaison radio dans le sens terminal vers le relais radio et le sens relais radio vers le terminal.
Ou, dit autrement, en fonction de la qualité de réception bilatérale du terminal et du relais radio (le champ reçu simultanément par l'un et l'autre).

Un exemple: le 900 MHz 3G de Freemobile permet une meilleure pénétration dans les bâtiments (par comparaison avec le 2100 MHz 3G) dans le sens relais radio vers le terminal ... mais le terminal atteint est reçu avec un champ très faible par le relais radio (sens montant). Dans ce cas, s'il y a une cellule O-F qui couvre l'endroit où se trouve le terminal dans de meilleures conditions, le réseau décidera de confier l'envoie ou la réception d'appel à l'itinérance. Car il y a de fortes probabilités que les cellules O-F qui "arrosent" ce lieu fournissent un meilleur bilan de liaison, quelque soit la norme: Une cellule radio O-F GSM 2G d'excellente qualité sera --par exemple-- préférée à une cellule radio 3G Freemobile de qualité de réception moyenne.
Ce qu'il faut comprendre est qu'un terminal Freemobile est noyé dans un océan de cellules radio O-F, un peu partout dans l'hexagone, et que la comparaison des bilans de liaisons radio est rarement favorable à Freemobile.

Ça changera lorsque la densité cellulaire sera comparable entre les deux réseaux (Freemobile et O-F).
« Modifié: 05 mars 2014 06:14:25 par PoilàGratter »

zoezoe31

Pour éclairer un peu votre lanterne  ;)

En matière de couverture radio, il faut distinguer la couverture réglementaire et celle dite "d'usage":

1) La couverture réglementaire est définie dans les Licences, s'exprime en % de population couverte en métropole, et se mesure (via l'ARCEP et l'ANFR) à l'aide d'un protocole désuet. Ce protocole fut définit à l'époque pour un usage voix et 2G. Les mesures sont effectuées sans tenir compte de l'usage "normal" d'un abonné lambda, ni de la charge cellulaire.
Voici ce protocole officiel, utilisée pour mesurer les couvertures 2G et 3G:
http://www.arcep.fr/fileadmin/reprise/dossiers/mobile/couverture-mobile-methodologie.pdf

On constate que la mesure consiste seulement à:
" ... passer, avec un taux de réussite d’au moins 95%, un appel téléphonique et de le maintenir une minute, à l’extérieur des bâtiments, avec un terminal classique, et en position statique ..."

Le testeur officiel effectue ainsi cet appel sous la couverture d'une cellule dont les dimensions n'ont rien à voir avec celle nécessitée par l'usage réel (voix + data, applicatifs divers, ...) et par plusieurs abonnés simultanément (charge de cellule).

L'ARCEP a eut le tord de faire mesurer les réseaux cellulaires 3G avec la même méthode que pour la 2G (pour des raisons d'équité ...), alors que les deux types de fonctionnement n'ont strictement rien à voir: le premier est à ressources partagées (3G), le second à ressources dédiées (GSM 2G). Plus une cellule 3G est chargée d'utilisateurs, plus son périmètre rétrécie ("Cell breathing"), contrairement au comportement d'une cellule GSM 2G chargée. D'où la difficulté de mesurer sur le terrain la couverture d'une cellule 3G.
L'ARCEP s'apprêtait à appliquer la même méthode pour mesurer la couverture réglementaire 4G LTE, mais a finit par céder sous la "bienveillante persuasion"   ;) de l'ANFR, de B-T et de SFR (O-F s'est rallié bien après ...).

2) La couverture d'usage est celle réellement ressentie par les abonnés d'un opérateur. Elle s'exprime également en % de population couverte dans l'hexagone.
Le cas de Freemobile est spécifique, en raison de l'accord d'itinérance:

Un terminal Freemobile 2G est exclusivement sous couverture radio cellulaire du partenaire O-F. La couverture ressentie est donc celle d'O-F (48.645 cellules radio 900 MHz 2G, sur 16215 relais radio trisectorisés, et 23.253 cellules radio 1800 MHz 2G, sur 7751 relais radio 2G trisectorisés, en date du 1er février 2014).

Un terminal Freemobile 3G choisit de préférence d'utiliser une cellule radio Freemobile si elle existe à l'endroit où se trouve le terminal ... mais:
-- Ce terminal choisit aussi (en mode "automatique") le meilleur bilan de liaison radio (relais vers terminal + terminal vers relais). A ce jeu, vu qu'au niveau national il y a environ 12 à 17 fois plus de cellules O-F accessibles à l'itinérance Freemobile (réparties sur 6,8 fois plus de sites relais radio O-F), le terminal Freemobile 3G qui reçoit ou émet un appel bascule ainsi rapidement vers une cellule O-F, environ 9 fois sur 10 (statistique nationale). Quitte, d'ailleurs, à basculer vers une cellule O-F non pas 3G mais 2G EDGE !
D'où le recours massif à l'itinérance, qui trouble le ressenti de couverture réelle du réseau Freemobile versus couverture réglementaire, pour un abonné Freemobile.
Si aujourd'hui le mécanisme d'itinérance 3G était soudainement restreint, suspendu ou supprimé, la couverture réelle 3G Freemobile serait utilisée, avec des conséquences faciles à imaginer. En terme de couverture, de capacité et de qualité de service.

3) La mesure de la couverture réglementaire 4G LTE fait appel à un nouveau protocole, qui inclue enfin de test d'usages applicatifs représentatifs de l'usage par des abonnés commerciaux "standards".
A ce titre, couverture réglementaire et couverture d'usage fournissent des résultats en terme de % de population qui se rapprochent (mais ne sont toujours pas similaires, hélas).



 ca c'est dans tes réves les plus fou  arrete un pavé se 100 lignes personne ne le lis :) :) :)


fabfree

radio
Nota: La 4G LTE de Freemobile ne bénéficie d'aucune itinérance !


Le basculement vers l'itinérance n'a pas pour critère un meilleur débit mais un meilleur bilan de liaison radio dans le sens terminal vers le relais radio et le sens relais radio vers le terminal.
Ou, dit autrement, en fonction de la qualité de réception bilatérale du terminal et du relais radio (le champ reçu simultanément par l'un et l'autre).

Un exemple: le 900 MHz 3G de Freemobile permet une meilleure pénétration dans les bâtiments (par comparaison avec le 2100 MHz 3G) dans le sens relais radio vers le terminal ... mais le terminal atteint est reçu avec un champ très faible par le relais radio (sens montant). Dans ce cas, s'il y a une cellule O-F qui couvre l'endroit où se trouve le terminal dans de meilleures conditions, le réseau décidera de confier l'envoie ou la réception d'appel à l'itinérance. Car il y a de fortes probabilités que les cellules O-F qui "arrosent" ce lieu fournissent un meilleur bilan de liaison, quelque soit la norme: Une cellule radio O-F GSM 2G d'excellente qualité sera --par exemple-- préférée à une cellule radio 3G Freemobile de qualité de réception moyenne.
Ce qu'il faut comprendre est qu'un terminal Freemobile est noyé dans un océan de cellules radio O-F, un peu partout dans l'hexagone, et que la comparaison des bilans de liaisons radio est rarement favorable à Freemobile.

Ça changera lorsque la densité cellulaire sera comparable entre les deux réseaux (Freemobile et O-F).
Il faut aussi comprendre que toutes ces cellules Orange sont réparties sur une grande partie du territoire, que là où Free est présent le rapport de cellules Orange / Free diminue,...et donc que les mobiles free accrochent plus fréquemment le réseau Free.
Ce qui est cohérent  avec les mesures grossières de Netstat ou de 4G-monitor.

fabfree

J'ajoute,

Selon http://www.anfr.fr/fr/observatoire-deploiement-2g3g4g/les-resultats-de-lobservatoire/mars-2014.html Orange, c'est
  • 45.189 cellules radio 2100 MHz 3G (sur  15.063 relais radio 3G trisectorisés)
  • 5.847 cellules radio 900 MHz 3G (sur 1.949 relais radio 3G trisectorisés)

Free
  • 8.280 cellules radio 2100 MHz 3G (sur 2.760 relais radio 3G trisectorisés)
  • 8.280 cellules radio 900 MHz 3G , (sur les mêmes 2.760 relais radio 3G trisectorisés)
Soit grosso-modo
un rapport de 1 contre 6 au pire si on considère qu'il a recouvrement des cellules 2100 et 900 de Free,
un rapport de 1 contre 5 plus vraisemblable
un rapport 1 contre 3 au mieux.

Alors si on tient compte du fait qu'il y a beaucoup d'antennes dans des zones à faible densité de population, on peut raisonnablement penser que ces rapports  sont plus bas dans la réalité, puisqu'il est probable qu'il y ait une forte proportion d'abonnés Free dans les zones + ou - couvertes par Free. 

PoilàGratter

A l’occasion de la parution mensuelle des tableaux de l’ANFR, --et des grandes manœuvres autours de l’avenir de SFR—voici un récapitulatif ventilé des ressources radio déployées et actives chez les quatre MNO.
Source : http://www.anfr.fr/fr/observatoire-deploiement-2g3g4g/les-resultats-de-lobservatoire/mars-2014.html

Des changements spectaculaires ce mois-ci chez O-F et B-T. Notamment B-T qui dépasse pour la première fois SFR en nombre de cellules activées !!   :o (mais avec moins de sites relais radio).


1) Orange France:

-- 55.398 cellules radio 900 MHz 2G (sur 18.466 relais radio 2G trisectorisés) ;
-- 26.343 cellules radio 1800 MHz 2G (sur 8.781 relais radio 2G trisectorisés) ;

-- 45.189 cellules radio 2100 MHz 3G (sur  15.063 relais radio 3G trisectorisés) ;
-- 5.847 cellules radio 900 MHz 3G (sur 1.949 relais radio 3G trisectorisés) ;

-- 6.033 cellules radio 800 MHz 4G LTE (sur 2.011 relais radio 4G LTE trisectorisés) ;
-- 12.300 cellules radio 2600 MHz 4G LTE (sur 4.100 relais radio 4G LTE trisectorisés) ;

Soit un total de 151.110 cellules radio Orange France 2G, 3G et 4G LTE, réparties sur environ 20.200 sites relais radio.

Nota : Les sites Orange France qui émettent moins de 5 watts n'apparaissent pas dans les tableaux de l'ANFR (relais radio émettant des PicoCells et NanoCells).


2) SFR:

-- 44.493 cellules radio 900 MHz 2G (sur 14.831 relais radio 2G trisectorisés) ;
-- 8.403 cellules radio 1800 MHz 2G (sur 2.801 relais radio 2G trisectorisés) ;

-- 33.804 cellules radio 2100 MHz 3G (sur  11.268 relais radio 3G trisectorisés) ;
-- 17.088 cellules radio 900 MHz 3G (sur 5.696 relais radio 3G trisectorisés) ;

-- 3.744 cellules radio 800 MHz 4G LTE (sur 1.248 relais radio 4G LTE trisectorisés) ;
-- 2.436 cellules radio 2600 MHz 4G LTE (sur 812 relais radio 4G LTE trisectorisés) ;

Soit un total de 109.868 cellules radio SFR 2G, 3G et 4G LTE, réparties sur environ 18.000 sites relais radio.

Nota : Les sites SFR qui émettent moins de 5 watts n'apparaissent pas dans les tableaux de l'ANFR (relais radio émettant des PicoCells et NanoCells).


3) Bouygues Telecom:

-- 30.003 cellules radio 900 MHz 2G (sur 10001 relais radio 2G trisectorisés) ;
-- 23.580 cellules radio 1800 MHz 2G (sur 7860 relais radio 2G trisectorisés) ;

-- 29.082 cellules radio 2100 MHz 3G (sur  9.694 relais radio 3G trisectorisés) ;
-- 12.516 cellules radio 900 MHz 3G (sur 4.172 relais radio 3G trisectorisés) ;

-- 1.134 cellules radio 800 MHz 4G LTE (sur 378 relais radio 4G LTE trisectorisés) ;
-- 2.562 cellules radio 2600 MHz 4G LTE (sur 854 relais radio 4G LTE trisectorisés) ;
-- 16.611 cellules radio 1800 MHz 4G LTE (sur 5.537 relais radio 4G LTE trisectorisés) ;

Soit un total de 115.488 cellules radio Bouygues Telecom 2G, 3G et 4G LTE, réparties sur environ 16.500 sites relais radio.

Nota : Les sites Bouygues Telecom qui émettent moins de 5 watts n'apparaissent pas dans les tableaux de l'ANFR (relais radio émettant des PicoCells et NanoCells).


4) Freemobile:

-- 8.280 cellules radio 2100 MHz 3G (sur 2.760 relais radio 3G trisectorisés) ;
-- 8.280 cellules radio 900 MHz 3G , (sur les mêmes 2.760 relais radio 3G trisectorisés) ;
-- 3.345 cellules radio 2600 MHz 4G LTE (sur 1.115 de ces mêmes 2.760 relais radio trisectorisés).

Soit un total de 19.905 cellules radio Freemobile 3G et 4G LTE, réparties sur 2760 sites relais radio.
« Modifié: 06 mars 2014 11:57:49 par PoilàGratter »

aegir

Là où vous avez raison, c'est que cela signifie aussi que 1 fois sur 3 vous n'aurez pas de réseau. Accepteriez-vous une connexion qui ne marche pas 1 fois sur 3 (même si 2 fois sur 3 elle marche) ? Un réseau "potable" doit couvrir 95% de la population (ça ne marche pas 1 fois sur 20).

La statistique est fausse. Ce n'est pas parce qu'un réseau couvre 66% de la population qu'un abonné n'a pas de réseau une fois sur 3.

En d'autres termes, quelqu'un qui habite au fin fond de la Lozère ne va pas s'abonner chez un opérateur qui ne couvre pas son lieu de résidence, et a contrario un abonné qui réside à Lyon passe la plupart de son temps à Lyon, il ne passe pas 17 semaines par an au fin fond de la Lozère.

Arnaut78

bin sinon 2670 sites 3G actifs... on ne peut pas dire que cela accélère  :-\
En acheter un tout fait de réseau, ce serait peut etre la bonne solution finalement

Kami78

Quel est l'intérêt de couvrir du vide ? Une couverture en pourcentage du territoire n'a aucun sens...
Pourtant c'est ce qu'Iliad n'a pas cessé de vanter à propos de sa couverture FTTH à Paris... Cruel. C'est une logique d'annonce, genre Goebbels Mélanchon ou Marine, qui séduit les pigeons. Mais en province cela a plus de sens, même sur des NRA beaucoup moins rentables.
« Modifié: 06 mars 2014 17:38:26 par Kami78 »

aegir

C'est vide Paris ???  ::)


PoilàGratter

Chaque jour (et interview !  ;) ) apporte de nouveaux éléments:

Si B-T rachète SFR, celait ferait un réseau mobile constitué de (18.000 + 16.500) = 34.500 relais radio (O-F = 20.200 sites, Freemobile = 2760 sites).

Olivier Roussat (PdG de B-T), déclare que dans ce total, environ 7.000 sites relais radio seraient en doublon, et donc revendables à Freemobile, si ce dernier le souhaite (et s'ils s'entendent sur le prix de cession).

406cpv6

Ce sera Bouygues qui emportera le marché. Pour la simple et bonne raison que la société mère de numericable est au Luxembourg et pose problème pour les impôts.

loudwig

Mon intuition était bonne!  ;)

OhMonBato

Bouygues relèverai son offre de 900 millions en numéraire  pour séduire les administrateurs de Vivendi qui seraient encore réticents.